Le parti de gauche

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59970
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 28 avr. 2011, 13:46:00

"Oui, et mois je revendique le SMIC à 2000 . Qui dit mieux ?"

Mieux.

Avatar du membre
GIBET
Messages : 3256
Enregistré le : 02 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Finistère

Message non lu par GIBET » 29 avr. 2011, 01:51:00

Ce que je trouve stupéfiant en lisant ces fils c'est que tout le monde critique la moindre position de la gauche , qu'elle soit socialiste ou PG ou autre, à la virgule près, mais que tout le monde semble apprécier comme crédible le programme illusionniste du FN.
J'ai du mal à comprendre ce que les uns et les autres attendent (comme programme pas comme zigoto) en 2012!
Étonnant
GIBET
Le silence est un ami qui ne trahit jamais

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 29 avr. 2011, 13:47:00

GIBET a écrit :Ce que je trouve stupéfiant en lisant ces fils c'est que tout le monde critique la moindre position de la gauche , qu'elle soit socialiste ou PG ou autre, à la virgule près, mais que tout le monde semble apprécier comme crédible le programme illusionniste du FN. J'ai du mal à comprendre ce que les uns et les autres attendent (comme programme pas comme zigoto) en 2012!
Étonnant
GIBET

GIBET, tu es très critique envers les solutions que propose le FN dont on ne sait qu'elles en seraient les conséquences....En revanche, tu es bien complaisant à l'égard des solutions qui sont appliquées, sans succès depuis des décennies par les responsables de l'UMP, du PS des Verts, du modem etc...
Dès lors, je pense qu'au lieu de sombrer dans le dénigrement, chacun doit accepter le débat et aussi la critique pour se remettre en cause, tenir compte des propos, parfois sérieux de ses concurrents afin de pouvoir mieux apporter les solutions adaptées à la situation que la France connaît !

nico 38

Message non lu par nico 38 » 29 avr. 2011, 19:30:00

Nico37 a écrit :
lucifer a écrit :Oui, et mois je revendique le SMIC à 2000 . Qui dit mieux ?

Le problème n'est pas là  icon_exclaim  Ton affirmation que pour " Mélenchon, c'est celui pour qui un riche touche 100€ de + que le smic." ne tient pas la route. Je ne comprends pas ton affirmation sans fond et très impressionniste.
Tu oublies de dire que tu as été membre du PG

Nico37
Messages : 18634
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Message non lu par Nico37 » 03 mai 2011, 21:26:00

nico 38 a écrit :
Nico37 a écrit :
lucifer a écrit :Oui, et mois je revendique le SMIC à 2000 . Qui dit mieux ?





Le problème n'est pas là  icon_exclaim  Ton affirmation que pour " Mélenchon, c'est celui pour qui un riche touche 100€ de + que le smic." ne tient pas la route. Je ne comprends pas ton affirmation sans fond et très impressionniste.



Tu oublies de dire que tu as été membre du PG


Lucifer membre du PG, t'es sûr ?


A la Une > Politique
DIMANCHE SOIR POLITIQUE - France Inter/"Le Monde"/iTélé avec DailymotionJean-Luc Mélenchon : "Marine Le Pen est la chienne de garde du capital"
Image | 02.05.11 | 14h23  •  Mis à jour le 02.05.11 | 14h23





Que pensez-vous de la béatification du pape Jean Paul II et de la ferveur populaire qui l'accompagne ?

Les croyants ont parfaitement le droit de célébrer leur foi à leur manière. Je n'ai pas de réflexion à faire sur le sujet. Ce qui m'indispose et m'indigne, c'est que le premier ministre, le ministre des affaires étrangères, le ministre de l'intérieur viennent représenter notre patrie, qui n'appartient à aucune religion.       On a entendu Baroin dire que la France est la fille aînée de l'Eglise. C'est une absurdité, du folklore le plus médiocre, de l'histoire arrangée, de la récupération. Les catholiques n'ont pas demandé que le gouvernement aille faire l'intelligent et l'important à cette manifestation. Le principe de laïcité est simple : séparation entre l'Eglise et l'Etat. 
 En France la journée du 1er mai a été marquée par une nouvelle offensive de Marine Le Pen en direction de l'électorat populaire. N'est-ce pas inquiétant pour la gauche ? Il y a toujours eu un socle d'ouvriers et d'employés qui votent à droite. En 1981, au moment où la gauche était au plus haut, 70 % de la classe ouvrière et des employés votaient pour le programme commun, 30 % votaient contre, contre la retraite à 60 ans, contre la 5e semaine de congés payés. C'étaient des gens en opposition absolue aux communistes et aux socialistes.
C'est cette base que Marine Le Pen a récupérée parce que Nicolas Sarkozy a ouvert les vannes entre la droite et l'extrême droite. Chaque fois qu'il y a crise du capitalisme, les partis traditionnels de la droite, croyant au libéralisme, s'étonnent que les gens n'en veuillent pas. Le rôle de l'extrême droite est d'être là pour récupérer les déçus et les ramener à la niche. Marine Le Pen joue le rôle de chienne de garde du capital.


Mais quand elle dénonce violemment le libéralisme, elle vient sur votre terrain.
Qu'est-ce que vous voulez démontrer ? Nous allons passer toute l'émission à expliquer que je suis différent de Marine Le Pen ? Il ne faut pas se contenter de dénoncer l'ultralibéralisme comme le fait Marine Le Pen. Il faut aller à la source du partage des richesses. Ce n'est pas l'immigré le problème, c'est le banquier, le financier. La préférence nationale n'a aucun sens et ne correspond à rien d'organisable. Ce qu'il faut, c'est partager les richesses de gré ou de force. La bataille s'est toujours jouée entre la gauche ouvrière et syndicale, la gauche communiste et de combat et l'extrême droite. Sur le terrain, Il n'y a que nous pour mener cette bataille.


Que voulez-vous dire ?
Les sociaux-libéraux sont pleins de compassion et d'affection pour la classe ouvrière, mais leur politique n'y répond en aucune manière. Eux disent qu'on ne peut pas faire autre chose que le pacte de stabilité européen, que la politique d'austérité... attention les déficits. Vous avez entendu Hollande, Strauss-Kahn et les autres ? Ils ne sont pas en état de répondre aux revendications ouvrières qui sont :"Augmentez notre salaire, faites disparaître la précarité."
Nous, nous disons : les 800 000 précaires des trois fonctions publiques doivent être titularisés. On ne doit plus permettre aux entreprises, les entreprises de presse incluses, d'embaucher un nombre aussi considérable de précaires Quant aux écarts de salaires, ils doivent être réduits de 1 à 20 dans l'entreprise.


Si DSK devient le candidat des socialistes, que ferez-vous ?
Même si j'allais sur un plateau de télévision et que j'expliquais : "Allez, faut voter DSK", les gens diraient : "Tu racontes ce que tu veux, on le fera pas." Les socialistes passent leur temps à dire : "Ne vous inquiétez pas, tout ça est réglé, Mélenchon reviendra à la maison quand il faut." Ils me prennent pour un Vert ! Nous n'avons discuté de rien du tout.
[hr]Jean-Luc Mélenchon est député européen et coprésident du Parti de gauche.Propos recueillis par Jean-François Achilli, Jean-Jérôme Bertolus et Françoise Fressoz ("Dimanche soir politique")Article paru dans l'édition du 03.05.11

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 04 mai 2011, 13:38:00

Pour un peu, il ferait presque croire aux travailleurs que seule la gauche est le défenseur du progrès social et qu'il incarne une vraie alternative en ne désirant pas se rallier au PS, quelquesoit d'ailleurs son représentant.

Mais les faits restent tout de même là. Il continu d'affirmer son appartenance à la gauche, ne peut contester la crédibilité que rencontre Marine Le Pen auprès des travailleurs non pas en raison de sa démagogie, comme d'autres mais en raison de la cohérence que ces derniers voient aux mesures qu'elle propose !

Nico37
Messages : 18634
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Message non lu par Nico37 » 05 mai 2011, 00:20:00

http://didier-hacquart.over-blog.com/ex ... he.fr/edit… 
Le Parti de Gauche salue la création de Rood en Flandres !Samedi, 30 Avril 2011 Céline Meneses



 Le leader de gauche Erik de Bruyn et ses partisan-e-s quittent le PS flamand. 
 La nouvelle est passée inaperçue en France. Elle n'est pourtant pas des moindres. Après des années passées à essayer (en vain) de ramener le SPA (Socialistische Partij Anders, membre du PSE et de l'Internationale socialiste) sur sa gauche, Erik de Bruyn et sa tendance (SPA Rood) ont rendu leur carte le week-end dernier pour fonder un mouvement de gauche flamand : Rood
 Erik de Bruyn est bien connu de la gauche flamande. Lors des primaires socialistes de 2007 pour l'investiture à la présidentielle, il avait obtenu pas moins de 34% des voix soit autant de départs potentiels ! Comme tou-te-s les membres de SPA Rood, il est très apprécié de l'autre gauche, les syndicalistes et les verts (Groen) en Flandres. 
 La création de ce nouveau mouvement est d'ores et déjà un succès. Rood a enregistré plus de 600 demandes d'adhésions en moins d'une semaine (la Flandres compte environ 7 millions de d'habitant-e-s) et une couverture médiatique nationale ininterrompue depuis huit jours. 
 L'objectif de Rood est sans ambiguïté. Le mouvement se veut le fer de lance d'un large front de toute l'autre gauche flamande contre la droite et le nationalisme flamand. Première étape (sauf à ce que des élections gouvernementales aient enfin lieu) : les élections communales de 2012. Les premières discussions en vue de la constitution de ce front devraient commencer. 
 Le Parti de Gauche salue avec enthousiasme la création de Rood et l'assure de son soutien et de sa fraternité. 
 Rood is troef ! Naar links en dan vooruit !
(Vive Rood ! A gauche toute !) 
[/size]

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 05 mai 2011, 12:20:00

Peux-tu donner les progrès sociaux obtenus grâce à l'extrême droite ?

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 05 mai 2011, 13:46:00

Georges a écrit :Peux-tu donner les progrès sociaux obtenus grâce à l'extrême droite ?

Aucun....Mais je ne suis pas d'extrême droite ? Et toi peux tu donner les progrès sociaux obtenus grâce au NPA ?
Si tu fais allusion au FN, ce dernier a prévenu de la crise et proposé certaines mesures pour évtier l'austérité générale dont souffre aujourd'hui les travailleurs. Mais évidemment, sous les ricanements de ses détracteurs, il fut accusé d'alarmisme pendant que les élites faisaient la promotion des subprimes....

un artisan
Messages : 1612
Enregistré le : 11 avr. 2011, 00:00:00
Localisation : CALVADOS

Message non lu par un artisan » 05 mai 2011, 13:50:00

Sois plus modeste stp ,jamais ,hormis une économiste américaine la crise n'a été lobjet d'un quelconque débat...
Voici les causes ,jamais le FN ne s'est exprimé avant..
Les causes de cette crise sont imputées à la FED Federal Reserve Bank qui a pratiqué entre 2003 et 2004 des taux d’intérêts jugés trop faibles, incitant à la distribution « agressive » de crédits aussi bien qu'à la recherche par les investisseurs et les épargnants de « suppléments » de rémunération, obtenus par le développement massif de prêts risqués à des personnes insolvables, avec des taux d'intérêts plus élevés
Démocratie :le pouvoir pour les poux de manger les lions Clémenceau

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 05 mai 2011, 19:12:00

Certes, les causes sont nombreuses et complexes, de l'immobilier en passant par la crise monétaire et celle du libre échange....Mais les solutions pour y faire face ne peuvent se réduire à emprunt auprès du FMI et austérité inéluctable. C'est pourtant ce qui semble se dessiner et je persiste à penser que ces orientations n'ont qu'un objectif, celui d'imposer le Gouvernement mondial comme évidence à des peuples qui, assurément le refuserait !

Nico37
Messages : 18634
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Message non lu par Nico37 » 05 mai 2011, 20:01:00

Jean-Luc Mélenchon: l'art de tisser sa toile antilibérale Par Franck Dedieu - publié le 04/05/2011 LExpansion.com


Economistes, syndicalistes et alters de tous bords : la galaxie Mélenchon regroupe des individualités hétéroclites fédérées par le non au traité européen. 


Repères
1976 Il est nommé professeur de français dans un lycée technique à Lons-le-Saunier.
1986 Il devient sénateur de l'Essonne.
2000 Il entre au gouvernement de Lionel Jospin comme ministre de l'Enseignement professionnel.
2008 Il quitte le Parti socialiste et fonde le Parti de gauche.
2009 Il est élu député européen dans le Sud-Ouest.
2011 Il annonce sa candidature à la présidentielle de 2012.


Un self-made-man habillé en rouge ? Parti du PS fin 2008, les mains quasi vides, avec sa gouaille des faubourgs comme principal atout, Jean-Luc Mélenchon a choisi de se positionner en rebelle seul contre tous. Mais qu'on ne s'y trompe pas : au-delà de ses diatribes hautes en couleur, sa doctrine économique ne manque ni de cohérence ni de volontarisme. Pour l'élaborer, le coprésident du Parti de gauche a pu compter sur un noyau d'intellectuels dévoué à sa cause. D'abord, trois têtes bien faites d'économistes. Premier de ce triumvirat, Jacques Généreux, professeur à l'Institut d'études politiques de Paris. Son idée de néoprotectionnisme a fait mouche chez Mélenchon, nostalgique d'une France industrielle et industrieuse.


Un normalien qui sert la cause du peuple


A l'inverse de son mentor, l'économiste chuchoterait presque, mais sa dialectique est tonitruante : "Les Européens savent comme personne produire des pneus, des meubles ou des produits agricoles, mais ils préfèrent les importer à moindre coût. Pour les dissuader d'acheter à l'extérieur, il suffirait de rétablir des taxes aux frontières de l'Union européenne." Toujours à Sciences Po, le normalien Marc Bousseyrol sert aussi la cause du peuple. Il a été l'auteur en 2009 de Vive la dette ! comme réponse au rapport sur les finances publiques du père-la-rigueur Michel Pébereau. Le livre autorise la dépense publique sans compter à condition de miser sur les grands travaux, les hôpitaux et les écoles. Un peu de provoc, beaucoup de social... Jean-Luc Mélenchon achète.


Mais, dans le genre rupture économique avec l'ordre actuel, la palme du plus révolutionnaire revient à Jacques Sapir, professeur à l'Ecole des hautes études en sciences sociales. Intellectuel référencé chez les souverainistes, détesté des libéraux, il préconise "de s'asseoir sur les critères budgétaires imposés par Bruxelles pour donner l'exemple aux autres pays. Corsetées par les plans de rigueur, les autres nations suivront la France au nez et à la barbe des Allemands. Contraint et forcé, l'euro changera de logique ou disparaîtra." Bigre, un Valmy monétaire ! Mélenchon s'y verrait bien en général.


"Nous avons mis du vert dans un programme rouge, ce n'était pas gagné d'avance." Franck Pupunat, membre fondateur du Parti de gauche.


Pour le combat, il peut d'ailleurs compter sur son cercle de syndicalistes. Le très médiatique Xavier Mathieu, délégué syndical CGT de Continental à Clairoix, en fait partie. Un dur à cuire pas tendre avec son "patron", Bernard Thibault, qu'il accuse de "frayer avec le gouvernement", encore moins avec la sous-préfecture de Compiègne saccagée par ses soins.


Plus charpenté idéologiquement, Vincent Drezet, le secrétaire général du Syndicat unifié des impôts (Snui), un personnage clé à Bercy, concède "une certaine proximité avec Jean-Luc Mélenchon sur l'idée républicaine et redistributrice de l'impôt". Mais le penseur de la bande, encarté au Parti de gauche, se nomme Claude Debons, un cégétiste, ancien patron des transports à la CFDT. A l'origine de "29 mesures dans le projet", il défend l'idée d'un complément de revenus pour tous les travailleurs précaires.


"Regardez bien, le logo du Parti de gauche ne contient pas que du rouge, le vert occupe une place de choix", insiste Franck Pupunat, à la tête d'Utopia, un courant anciennement hébergé par le Parti socialiste. Il incarne la conversion "alter-écolo" de Jean-Luc Mélenchon.


D'anciens Verts écolo-"nonistes"


Martine Billard, députée de Paris, n'est pas pour rien dans cette mue environnementaliste. Cette transfuge des Verts, opposée au traité européen, est arrivée avec 200 militants écolo-"nonistes" dans son sac à dos, en décembre 2009. Avec son site "Les petits pois sont rouges", Corinne Morel d'Arleux, la jeune conseillère régionale en Rhône-Alpes, s'occupe de mettre une touche de fantaisie verte sur le programme de l'austère député européen.


La gauche sud-américaine fait aussi battre le coeur de Jean-Luc Mélenchon. Avec un faible pour l'Equateur : le président Rafael Correa compte parmi ses amis. Tout comme Pedro Paez, ancien vice-ministre des Finances et professeur à l'université de Quito. Sa théorie économique du bienvivir traverse le programme économique du Parti de gauche : la gratuité des premiers mètres cubes d'eau ou la surtaxation des profits réalisés par les services aux collectivités. Le socialiste chilien Jorge Arrate apporte aussi sa pierre à l'édifice du Parti de gauche à travers ses réflexions sur les coopératives ouvrières. Hasta la eleccion siempre !


POLITIQUE
LES ÉCONOMISTES HÉTÉRODOXES
Jacques Généreux, Marc Bousseyrol, Jacques Sapir


La branche éclairée de l'économiquement incorrect. Jacques Généreux ne ménage pas ses critiques contre le libre-échange pour instaurer un néoprotectionnisme, Marc Bousseyrol remet en cause le culte des équilibres budgétaires actuellement en cours. Quant à Jacques Sapir, il veut faire tout simplement éclater le pacte de stabilité monétaire qui gouverne l'euro, quitte à se mettre à dos le partenaire allemand.


SES AMIS D'AMÉRIQUE LATINE
Rafael Correa, Pedro Paez, Jorge Arrate


Le titre de son best-seller, Qu'ils s'en aillent tous !, s'inspire du mot d'ordre révolutionnaire sud-américain "¡ Que se vayan todos !". Hispanophone distingué, Jean-Luc Mélenchon compte parmi ses amis le président équatorien Rafael Correa. Pour les idées économiques, il consulte son ancien vice-ministre des Finances, Pedro Paez, artisan des nationalisations à Quito, et une figure du socialisme chilien, Jorge Arrate.


SOCIAL
LES SYNDICALISTES CANAL HISTORIQUE
Xavier Mathieu, Claude Debons, Vincent Drezet


L'ancien trotskiste Jean-Luc Mélenchon puise assez peu dans le vivier gauchiste des "Solidaires", il semble préférer les cégétistes à l'ancienne avec bleu de chauffe ou blouson bien râpé du style Xavier Mathieu, le leader des Continental à Clairoix. Claude Debons, ancien de la CFDT et de la CGT, échafaude le logiciel social. La fibre républicaine de JLM ne déplaît pas à Vincent Drezet, le syndicaliste des impôts.


LES ALTERMONDIALISTES TENDANCE ÉCOLO
Franck Pupunat, Martine Billard, Corinne Morel d'Arleux


"L'altermondialisme n'est pas la langue maternelle de Jean-Luc", reconnaît la transfuge des Verts, Martine Billard. Avec Franck Pupunat et Corinne Morel d'Arleux, ils travaillent à la conversion écolo-alter du productiviste Jean-Luc Mélenchon, emballé par leur idée de relocalisations en circuit court. Quand le vert fait bon ménage avec le social, il prend.

Cobalt

Message non lu par Cobalt » 05 mai 2011, 20:09:00

Nico37,tu pourrais nous dire ce que tu penses des articles que tu postes,juste pour qu'on puisse faire un peu connaissance ?  icon_biggrin

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 06 mai 2011, 13:11:00

La biographie de Mélenchon et les idées qu'il prétend défendre aujourd'hui, au service des seuls travailleurs sont assez intéressantes mais contradictoires.

Comment défendre le protectionnisme économique au service d'une France industrielle au sein d'une formation socialiste auquel il passa trop de temps et qui mit en oeuvre les Traités européens qui précisément faisaient la promotion du mondialisme ?

Aujourd'hui, s'affichant volontier en rebelle, il néglige ses convergences avec son ancienne formatin en refusant de s'en ffranchir réellement ce qui constituerait alors une alternative sérieuse, à gauche, face à un bloc hégémonique UMPS dont les convergences sont très importantes, tant dans les propositions que dans l'exercice des responsabilités.

Nico37
Messages : 18634
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Message non lu par Nico37 » 07 mai 2011, 00:32:00

wesker a écrit :La biographie de Mélenchon et les idées qu'il prétend défendre aujourd'hui, au service des seuls travailleurs sont assez intéressantes mais contradictoires.

Comment défendre le protectionnisme économique au service d'une France industrielle au sein d'une formation socialiste auquel il passa trop de temps et qui mit en oeuvre les Traités européens qui précisément faisaient la promotion du mondialisme ?

Aujourd'hui, s'affichant volontier en rebelle, il néglige ses convergences avec son ancienne formatin en refusant de s'en ffranchir réellement ce qui constituerait alors une alternative sérieuse, à gauche, face à un bloc hégémonique UMPS dont les convergences sont très importantes, tant dans les propositions que dans l'exercice des responsabilités.
Effectivement Mélenchon n'est pas fiable du tout et comme la structure n'est pas démocratique, le risque de désillusions est fort...



 
http://www.lemonde.fr/politique/article ... 23448.html


A la Une > Politique
DIMANCHE SOIR POLITIQUE - France Inter/"Le Monde"/iTélé avec DailymotionJean-Luc Mélenchon : "Marine Le Pen est la chienne de garde du capital"
Image | 02.05.11 | 14h23  •  Mis à jour le 02.05.11 | 14h23



Image





Que pensez-vous de la béatification du pape Jean Paul II et de la ferveur populaire qui l'accompagne ?

Image

  Les croyants ont parfaitement le droit de célébrer leur foi à leur manière. Je n'ai pas de réflexion à faire sur le sujet. Ce qui m'indispose et m'indigne, c'est que le premier ministre, le ministre des affaires étrangères, le ministre de l'intérieur viennent représenter notre patrie, qui n'appartient à aucune religion.On a entendu Baroin dire que la France est la fille aînée de l'Eglise. C'est une absurdité, du folklore le plus médiocre, de l'histoire arrangée, de la récupération. Les catholiques n'ont pas demandé que le gouvernement aille faire l'intelligent et l'important à cette manifestation. Le principe de laïcité est simple : séparation entre l'Eglise et l'Etat.
En France la journée du 1er mai a été marquée par une nouvelle offensive de Marine Le Pen en direction de l'électorat populaire. N'est-ce pas inquiétant pour la gauche ?

Il y a toujours eu un socle d'ouvriers et d'employés qui votent à droite. En 1981, au moment où la gauche était au plus haut, 70 % de la classe ouvrière et des employés votaient pour le programme commun, 30 % votaient contre, contre la retraite à 60 ans, contre la 5e semaine de congés payés. C'étaient des gens en opposition absolue aux communistes et aux socialistes.
C'est cette base que Marine Le Pen a récupérée parce que Nicolas Sarkozy a ouvert les vannes entre la droite et l'extrême droite. Chaque fois qu'il y a crise du capitalisme, les partis traditionnels de la droite, croyant au libéralisme, s'étonnent que les gens n'en veuillent pas. Le rôle de l'extrême droite est d'être là pour récupérer les déçus et les ramener à la niche. Marine Le Pen joue le rôle de chienne de garde du capital.
Mais quand elle dénonce violemment le libéralisme, elle vient sur votre terrain.

Qu'est-ce que vous voulez démontrer ? Nous allons passer toute l'émission à expliquer que je suis différent de Marine Le Pen ? Il ne faut pas se contenter de dénoncer l'ultralibéralisme comme le fait Marine Le Pen. Il faut aller à la source du partage des richesses. Ce n'est pas l'immigré le problème, c'est le banquier, le financier. La préférence nationale n'a aucun sens et ne correspond à rien d'organisable. Ce qu'il faut, c'est partager les richesses de gré ou de force. La bataille s'est toujours jouée entre la gauche ouvrière et syndicale, la gauche communiste et de combat et l'extrême droite. Sur le terrain, Il n'y a que nous pour mener cette bataille.
Que voulez-vous dire ?

Les sociaux-libéraux sont pleins de compassion et d'affection pour la classe ouvrière, mais leur politique n'y répond en aucune manière. Eux disent qu'on ne peut pas faire autre chose que le pacte de stabilité européen, que la politique d'austérité... attention les déficits. Vous avez entendu Hollande, Strauss-Kahn et les autres ? Ils ne sont pas en état de répondre aux revendications ouvrières qui sont :"Augmentez notre salaire, faites disparaître la précarité."
Nous, nous disons : les 800 000 précaires des trois fonctions publiques doivent être titularisés. On ne doit plus permettre aux entreprises, les entreprises de presse incluses, d'embaucher un nombre aussi considérable de précaires Quant aux écarts de salaires, ils doivent être réduits de 1 à 20 dans l'entreprise.
Si DSK devient le candidat des socialistes, que ferez-vous ?

Même si j'allais sur un plateau de télévision et que j'expliquais : "Allez, faut voter DSK", les gens diraient : "Tu racontes ce que tu veux, on le fera pas." Les socialistes passent leur temps à dire : "Ne vous inquiétez pas, tout ça est réglé, Mélenchon reviendra à la maison quand il faut." Ils me prennent pour un Vert ! Nous n'avons discuté de rien du tout.
[hr]Jean-Luc Mélenchon est député européen et coprésident du Parti de gauche.Propos recueillis par Jean-François Achilli, Jean-Jérôme Bertolus et Françoise Fressoz ("Dimanche soir politique")



Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré