Le parti de gauche

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26112
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Le parti de gauche

Message non lu par El Fredo » 26 avr. 2013, 17:04:22

Ah ça c'est sûr, personne ne prétend que PSA est une boite qui va bien, mais il faut juste se méfier des chiffres qui sont spécifiquement conçus pour être impressionnants quand on les cite au JT de 20h.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 26 avr. 2013, 20:57:21

Nombrilist, Mélenchon est un orateur, un tribun et un bon débatteur, mais il sait bien que ses solutions ne peuvent remporter l'adhésion d'une majorité en Europe, par conséquent il devrait restaurer les frontières.

Ce qui est cocasse de la part d'un internationaliste qui conteste précisément à Marine Le Pen cette position. Mais bon, contrairement à lui qui rejette tout à partir du moment où ce sont d'autres qui l'expriment, je considère qu'il y a dans ses propositions des élements de réflexion, sur la politique monétaire, sur la réforme fiscale ou sur le refus de l'alignement docile sur l'Allemagne qui méritent qu'on en discute.

Nico37
Messages : 18629
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 26 avr. 2013, 21:54:23

Les désillusions s'enchaînent pour le Front de GaucheSalim Ould Bakar 26/04

Après les différends sur le projet accord-emploi et le rejet de la proposition de loi sur les licenciements boursiers, le Front de Gauche voit le gouvernement écarter celle sur l'amnistie sociale. Une "trahison", estime Jean-Luc Mélenchon.

Après Claude Bartolone, Stéphane Le Foll et Jean-Marie Le Guen qui ont remis en cause le rythme de François Hollande et Jean-Marc Ayrault, les relations se compliquent encore un peu plus entre le Front de Gauche et le Parti Socialiste.

(...)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 27 avr. 2013, 12:35:13

Je crois, effectivement que les sujets de discorde entre le front de gauche et les socialistes se multiplient. De plus en plus, les socialistes reprennent à leurs compte les thèses du manque de compétitivité, et d'investissement des entreprises. Thèses que le front de gauche refuse d'introduire dans son raisonnement.

Pourtant inspirés des réalités les mesures à prendre doivent bien répondre aux défis de la modernisation de nos entreprises en revanche, là où le front de gauche a raison est de souligner et de rappeler à Hollande quel est son périmètre de corps électoral d'une part et de rapacité de certains chefs d'entreprises qui se prélève des rémunérations indécentes alors que les salariés sont, à la fois mal payés et impliqué à la survie de leur entreprise.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59218
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nombrilist » 27 avr. 2013, 14:16:27

"Je crois, effectivement que les sujets de discorde entre le front de gauche et les socialistes se multiplient. De plus en plus, les socialistes reprennent à leurs compte les thèses du manque de compétitivité, et d'investissement des entreprises. Thèses que le front de gauche refuse d'introduire dans son raisonnement."

Tout à fait exact, car le problème n'est pas là.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 27 avr. 2013, 14:27:32

Le problème du front de gauche réside dans les divergences de ligne qui existe au sein de ce rassemblement. Le Parti de gauche s'inscrit dans une logique d'élection européenne et d'indépendance, pour être en mesure d'être autonome et d'exercer un rapport de force vis à vis du PS tandis que les communistes s'inscrivent dans le ralliement et l'alliance avec des équipes au sein desquelles ils participent à la gestion locale ce qui leur permets d'assurer un financement de parti.

Entre les républicains sociaux et les libertaires révolutionnaires des divergences intellectuelles demeurent sur les moyens à mettre en oeuvre pour atteindre des objectifs sur lesquels ils parviennent à s'entendre. Mais, je te rassure, c'est le lot de nombreuses formations qui cherchent à s'élargir, et à se rassembler pour être en mesure d'exister politiquement

Nico37
Messages : 18629
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 27 avr. 2013, 14:33:07

Un libertaire est forcément révolutionnaire et il n'y en a pas au PG : ce sont des sociaux-démocrates, au FdG il y a des socialistes révolutionnaires perdus (un peu à C&A et beaucoup plus encore à la GA)
Bateau ivre mélenchonien...ça va durer longtemps ? Antoine, comité NPA Pic-Saint-Loup

Jean-Luc Mélenchon ou l'art de manier l'eau et le feu, le grand coup de balai et l'élégant effleurement de la balayette. Qu'on en juge par deux déclarations qui détonnent, pour le moins, avec la rhétorique enflammée habituelle du lider maximo du Front de gauche. C'était aujourd'hui sur le site d'Europe 1

La première "sortie", hollandocompatible :

"Jean-Luc Mélenchon a de l’ambition et le fait savoir. Interrogé lundi matin par Europe 1, le leader du Front de gauche, ne le cache pas : devenir Premier ministre, il "travaille à cela", a-t-il reconnu. "Bien sûr, c'est le but. François Hollande avait une chance de faire quelque chose de bien, il l'a ratée. Il peut se rattraper... Il peut me nommer Premier ministre. Je n'ai pas peur !", a lancé le médiatique patron du Parti de gauche, qui assure toutefois ne pas avoir été contacté dans le cadre d’un éventuel remaniement." (voir aussi la vidéo)

La seconde, montebourgiennement assumable :

"S’il rejette l’hypothèse de son entrée au gouvernement si Jean-Marc Ayrault est maintenu à son poste, Jean-Luc Mélenchon a déjà assuré qu’il pourrait revoir sa position si… Arnaud Montebourg s’installait à Matignon. "Si c'est Montebourg le Premier ministre, le Front de gauche ira parler. On ira regarder si c'est possible [d'entrer au gouvernement]", a-t-il assuré dans l'émission "C Politique" sur France 5, dimanche 14 avril. Problème pour le leader de la gauche de la gauche, le ministre du Redressement productif n’est "pas candidat" : "je ne suis pas le président de la République. C'est lui qui décide." Pas à une contradiction près Mélenchon écrivait sur son blog, cinq jours auparavant, ces paroles peu amènes sur le désengagement de l'Etat en faveur du privé : "Il ne manquait que Montebourg dans ce pauvre tableau. L’obsession comptable a fini par l’atteindre au détriment de tout autre raisonnement politique. Il l'a dit le 5 avril dernier dans le Wall Street Journal, le journal des traders américains. Voilà ce qu'a déclaré Montebourg : "Dans le cadre de l'effort de restructuration budgétaire (…), nous réfléchissons à des changements dans les participations de l'État" dans les entreprises." (tiré du blog de JL Mélenchon).

On retrouvera ces perles lâchées sur Europe 1 mais aussi sur C Politique

Que retenir de tout cela ? Au moins que, contrairement aux apparences médiatico-montées en épingle, il y a une constante mezza-voce dans le cheminement sabre au clair du personnage. Déjà en novembre dernier nous avions en effet eu ceci : "Il y a une majorité de gauche à l’Assemblée : je propose qu’elle change de centre de gravité. Je suis prêt à être Premier ministre, mais je peux aussi imaginer de ne pas l’être. Qu’une coalition se fasse avec des socialistes, des écologistes et des élus du Front de Gauche, sur une ligne de rupture évidemment avec la logique capitaliste et productiviste. C’est possible. A nous de faire la démonstration que nous sommes des partenaires fiables, idéologiquement stables, non dogmatiques." (Mélenchon : « Je suis prêt à être Premier ministre », Rue 89).

Mais en octobre 2011 nous avions aussi relevé ceci, déjà sur Montebourg : Mélenchon et Montebourg, dérapage mal contrôlé

Et comment oublier que même Chevènement avait été approché en février 2012 : Chevènement renonce, Mélenchon et Hollande lui font les yeux doux ?

Autrement dit la sortie d'aujourd'hui s'inscrit en réalité dans un long fleuve bien tranquille que le torrent tribunitien, qui fait le délice de tant de gens désireux de prendre les premiers raccourcis politiques venus, fait oublier : Jean-Luc Mélenchon n'a jamais abandonné une stratégie de rapprochement avec le PS ou de certaines de ses tendances. En cela, tout en se positionnant en extériorité organisationnelle vis-à-vis de ce parti, il a conservé le cap d'une recomposition d'alliances qu'il a toujours défendue dans ses rapports aux tendances internes de ce parti du temps où il en était membre. Aujourd'hui dehors comme hier dedans, désormais accroché au PC, grâce à l'accrochage dudit PC au PS dans les collectivités locales mais aussi au-delà, le coprésident du PG manoeuvre toujours pour peser sur le PS et, comme toujours, le pousser à gauche, si possible sous sa houlette ! Avec seulement un pilonnage plus agressif qu'avant. Disons-le, chez Mélenchon, il aura fallu tout changer (sortir du PS, fonder le PG et créer le Front de gauche) pour que rien de stratégique ne change : gouverner avec le PS. Comme toujours avec l'objectif proclamé haut et fort que tout change : la fin de l'austérité, la proclamation de la VIe république...car, cela saute aux yeux, premier ministre de Hollande ou simple ministre de Montebourg, c'est assurément une voie

(LA voie ... royale) pour la révolution citoyenne...

Quoi qu'il en soit, ce sont les anticapitalistes du Front de Gauche que l'on aimerait entendre sur cette petite musique qui se déroule comme en sourdine des discours de fureur : le NPA, depuis son indépendance organisationnelle, n'a aucune pudeur diplomatique à exprimer son désaccord sur ce que d'aucuns n'hésiteraient pas à qualifier de duplicité politicienne. Mais ni la GA ni la Fase ni d'autres qui proclamaient fièrement que l'intégration de leur anticapitalisme dans le Front de gauche ne se ferait jamais sous un régime d'expression bridée, n'ont cru bon, à ce jour, de commenter tous ces "pronunciamientos" mélenchoniens accommodants avec le PS qui pourtant ne cadrent pas avec l'orientation qu'ils déclarent vouloir pour le Front de gauche. Leur position est certes inconfortable, étant donné les rapports de force existant dans cette coalition et le cadenassage organisationnel en vigueur accordant de fait une totale liberté de parole au grand dirigeant national dont aucun partenaire ne peut se prévaloir....Mais quand même...

Ceci étant pointé il n'en reste pas moins que le NPA participera aux rassemblements unitaires du 1er mai et du 5 mai car, précisément, sa conception de l'unité se fonde sur le maintien de son indépendance politique : nous ne partageons pas bien entendu ce qu'il faut bien désigner comme des appels du pied à Hollande à virer à gauche avec le Front de gauche. Nous restons partisans de la constitution d'une opposition à Hollande et à tout gouvernement par le PS constitué sans croire un seul instant à la chimère d'un gouvernement hollando-montebourgien-mélenchonesque prônant des mesures de rupture avec l'ordre capitaliste. Nous défilerons donc le 1er mai et le 5 mai pour tout autre chose que ce que Mélenchon a proposé sur Europe 1 et C politique... (voir ici). Nous pensons ainsi être en phase avec nombre de militants ou de sympathisants du Front de gauche qui refusent tout compromis avec le PS et Hollande !

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 27 avr. 2013, 19:07:33

J'ai cru comprendre nico37, que le parti de gauche s'inscrivait dans l'objectif de faire entendre, à gauche une alternative et des exigences en matière sociale vis à vis du PS mais s'alliant aux communistes le parti de gauche ne s'est pas érigé en ennemi des socialistes, mais en affichant des exigences que ces derniers semblaient avoir oublié.

Dès lors il n'y a rien de nouveau dans les déclarations de Mélenchon !

Nico37
Messages : 18629
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 29 avr. 2013, 02:33:59

Le Front de gauche se réunit rue Lamartine pour parler austérité et manif du 5 mai Florian Fayolle

C’est la première réunion dans le 9e depuis les élections législatives de juin dernier. Au programme des débats ce jeudi 18 avril : l’austérité budgétaire et la manifestation du 5 mai prochain.

Le soleil décline en ce début de soirée. Les affiches placardées sur la vitrine du 42 rue Lamartine reflètent ses rayons. L’une d’elles annonce : « L’Alternative à l’austérité, c’est possible. » Dehors, sur le trottoir, les militants du Front de gauche attendent les deux intervenants qui doivent animer le débat dans l’antenne locale du parti : Eric Coquerel, secrétaire national du Parti de gauche et conseiller régional d’Ile de France, et Yves Dimicoli, membre du comité exécutif national du Parti communiste français. Formé à l’occasion de l’élection présidentielle, le Front de gauche est la réunion du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon et du Parti communiste français.

(...)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 29 avr. 2013, 12:22:22

Le front de gauche est un rassemblement de forces politiques qui ont, entres elles, des convergences sur le plan économique, sur le refus de l'austérité etc...Mais, elles sont divisées sur des questions politiques, stratégiques et de positionnement vis à vis des socialistes aux côtés desquels ils gèrent certaines collectivités.

De plus certains, autour de Chassaigne s'interrogent sur l'utilité de s'ériger durement en hostilité vis à vis des socialistes au risque de s'isoler. Ce sont là de grandes interrogations qui touchent à la fois à des questions financières, à des questions politiques et à des questions concrètes à l'approche des municipales. J'ai cru comprendre que les représentants du parti de gauche était souvent favorable à des listes autonomes y compris avec des socialistes qui sont aujourd'hui dans les majorités exécutives quand les communistes préfèrent, pour nombre d'entre eux, des listes d'union aux côtés des socialistes. De grands débats s'ouvriront sur ces questions, mais ils resteront relativement unis pour dénoncer l'austérité !

Nico37
Messages : 18629
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 30 avr. 2013, 02:56:55

Le Front de gauche veut s’affirmer 20/04

L’assemblée citoyenne Front de gauche du Val de l’Eyre est née en ce mois d’avril 2013. Une vingtaine en Gironde. « On peut en faire partie sans être adhérent à un parti pour permettre aux citoyens de s’exprimer en politique sans être encartés ».

C’est Christian Bayrand, de Objectif Le Barp, l’un des quatre animateurs, qui s’exprime. Une quinzaine de participants venus de tout le canton et des « observateurs » du Parti socialiste se sont retrouvés à la salle des fêtes de Lavignolle pour mettre au point les statuts de la nouvelle association. « Nous sommes dans une logique de durée qui a décidé de faire sa vie en tant que Front de gauche ».

(...)

Nico37
Messages : 18629
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 30 avr. 2013, 16:14:29

" Des paroles et des actes " : comment Mélenchon a terrorisé Pujadas et tué l'émission Bruno Roger-Petit Édité par Sébastien Billard Auteur parrainé par Benoît Raphaël

Invité de l'émission de France 2 "Des paroles et des actes", Jean-Luc Mélenchon a fait le show. Mais derrière les provocations, notre chroniqueur politique Bruno Roger-Petit estime que la stratégie du leader du Front de gauche a mis à nu les ficelles d'une émission usée parce que moins neutre politiquement qu'il n'y paraît.

La peine qu'il faisait David Pujadas face à Jean-Luc Mélenchon. Cette détresse dans ses yeux. Ce désarroi dans le sourire contraint. Cette peur perceptible, visible au-delà du raisonnable...

Il en faut peu pour lire sur le visage d'un journaliste tout-puissant de la télévision, incarnation de la société politique du spectacle, sûr de lui et dominateur d'ordinaire, oui, il en faut peu pour lire la déroute d'un anchorman, d'une émission, d'un système, d'une domination politique, intellectuelle et médiatique...

(...)

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59218
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nombrilist » 30 avr. 2013, 16:37:00

Il n'est pas tendre avec Pujadas et ses sbires, le chroniqueur. J'ai de la peine pour eux. Mais il a raison. DPDA est une émission de droite animée par un Sarkozyste et des intervenants de droite en adoration devant le modèle allemand.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 30 avr. 2013, 21:27:35

LE front de gauche est une bannière à l'image du rassemblement bleu marine qui permets à des citoyens de soutenir l'action et les idées de Marine Le Pen sans s'engager dans les formations politiques qui le composent.

Concernant cette force politique, il est clair qu'au vu des orientations de plus en plus assumée des socialistes en particulier lors du discours de Hollande au salon des entrepreneurs, cette force aura des opportunités de se faire entendre et de rencontrer un écho. Cependant à force de promesses excessives elle se coupe y compris de l'électorat populaire qui comprend qu'en refusant les efforts et en distribuant, on appauvrit et on paralyse l'activité de demain. Entre la dépense démagogique et l'austérité aveugle n'y a t-il pas un chemin plus équilibré, plus efficace, tenant compte, à la fois des réalités budgétaires et des réalités sociales ?

Nico37
Messages : 18629
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 01 mai 2013, 18:57:19

Non à la liquidation de l’argument militaire de la France JL Mélenchon 29/04

Austérité et atlantisme sont les maîtres mots du livre blanc de la Défense remis ce jour au président de la République. Ce sont deux dangers mortels pour la souveraineté et l'indépendance de la France.

Ce livre blanc est une nouvelle preuve de l'hypocrisie des solfériniens et de l'incohérence du gouvernement.
François Hollande annonce qu'il ne touchera pas à la dissuasion nucléaire mais il a accepté d'inscrire la France dans le projet atlantiste de bouclier anti-missile en Europe.
François Hollande annonce des moyens préservés pour le budget militaire mais le livre blanc prévoit des dizaines de milliers de suppressions d'emplois et la vente d'actions de l'Etat dans les industries de Défense.

Ce livre blanc marque un nouvel étiolement de la puissance militaire de la France. Il prépare les grandes phrases selon lesquelles "on ne peut rien faire sans les autres". Air trop connu !
Le renoncement à l'indépendance et à la souveraineté est toujours présenté comme une fatalité indépendante de notre volonté.

Je refuse cette liquidation de l'argument militaire de la France. Loin de l'atlantisme et de l'austérité, la France doit construire une défense souveraine et altermondialiste.

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré