Le parti de gauche

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 17 août 2013, 14:18:38

Pourquoi j'ai arrêté de militer avec le Front de Gauche ? JARGENTY 17/08

Historique de mon aventure avec cette formation

Hourra pour Mélenchon, vive Mélenchon !

J'étais enthousiaste devant les qualités d'orateur indéniables du candidat. La campagne électorale m'a cueilli alors que je sommeillais, assez désabusé et même dégoûté, depuis une trentaine d'années loin de la politique. Il faut vous dire que je suis issue d'une famille communiste dans le genre mystique. Depuis 30 ans, c'est à dire depuis l'élection de François Mitterrand en 81 et pis encore après les Jospinades de 83. Alors le PS, faut pas m'en parler, c'est presque plus un adversaire de classe que les capitalistes. On va voir du reste que mon cheminement politique n'a fait que rapprocher toujours plus pour aujourd'hui les fusionner ces deux tendances sociales libérales.

(...)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 17 août 2013, 15:13:34

Encore un qui confond l'engagement électoral et le souci, pour le front de gauche et ses composantes de construire des majorités avec l'isolement, l'aventurisme qui ne mène nulle part.

Le front de gauche ne partage pas, c'est évident les grandes orientations des socialistes mais il n'en demeure pas moins que c'est avec eux qu'il peut discuter, dialoguer et négocier, ce choix ayant, d'emblée été posé, je me demande encore sur quelles bases cet individu a fondé ces espérances, le front de gauche n'est rien d'autre qu'une force en construction, mais qui reporte ses suffrages vers les sociaux démocrates étant entendu qu'il n'a pas, aujourd'hui (et à mon avis pas davantage demain) la possibilité de se qualifier.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 17 août 2013, 15:34:45

wesker a écrit :Encore un qui confond l'engagement électoral et le souci, pour le front de gauche et ses composantes de construire des majorités avec l'isolement, l'aventurisme qui ne mène nulle part.

Le front de gauche ne partage pas, c'est évident les grandes orientations des socialistes mais il n'en demeure pas moins que c'est avec eux qu'il peut discuter, dialoguer et négocier, ce choix ayant, d'emblée été posé, je me demande encore sur quelles bases cet individu a fondé ces espérances, le front de gauche n'est rien d'autre qu'une force en construction, mais qui reporte ses suffrages vers les sociaux démocrates étant entendu qu'il n'a pas, aujourd'hui (et à mon avis pas davantage demain) la possibilité de se qualifier.
C'est en effet la tendance majoritaire mais comme c'est aussi une force en construction, rien n'est définitif...

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 17 août 2013, 19:10:56

Effectivement et les participants à cette construction peuvent éventuellement l'orienter, mais l'objectif, assumée, annoncée de cette force est de parvenir, par les unions de diverses composantes politiques, à incarner la force principale de la gauche.

Ce faisant il ne faut pas s'attendre à ce qu'elle s'isole et ne discute pas, y compris localement avec les socialistes qui, pour certains ont de la sympathie pour le front de gauche qui les font élire, cela étant idéologiquement, il est clair que le curseur idéologique du PS est positionné sur la social démocratie, l'adaptation et finalement la proximité idéologique avec la droite. Mais, nico37, il y a déjà des années que les nationaux dénoncent cet état de fait, sous les ricanements et les attaques, parfois excessives de certains de leurs opposants.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 18 août 2013, 16:06:13

PS = sociaux-libéraux : feue la LCR le dénonce depuis le tournant de la Rigueur...
Le FdG peut encore choisir de couper les ponts avec le PS, rien n'est joué (par ex. Terre de Gauche dans le Limousin).
COMMENT LE FRONT DE GAUCHE PEUT-IL DONNER UN NOUVEAU SOUFFLE À SA LUTTE CONTRE LE FRONT NATIONAL ? Matthieu Lépine 03/08

Durant la dernière campagne présidentielle et les élections législatives qui ont suivi, le Front de gauche s’est imposé comme la principale force politique d’opposition au Front national. Certes, l’affrontement front contre front de l’époque n’a pas empêché le FN de réaliser l’un de ses résultats les plus élevés. Mais qu’en aurait-il été sans cela ? Nous n’avons pas à rougir d’avoir été parmi les seuls à tenter d’endiguer la vague Le Pen. Cependant, nous ne pouvons nous satisfaire du résultat obtenu. Dans le contexte actuel et face aux scrutins à venir, comment le Front de gauche peut-il donc se réorganiser afin de lutter efficacement contre le Front national ?

De la difficulté de lutter contre le Front national dans le contexte actuel

A l’évidence le contexte actuel est particulièrement favorable au FN. Sur le plan économique et social tout d’abord. La croissance des inégalités, l’aggravation continue du chômage ou encore la précarité, provoquées par l’énième crise du système capitaliste et accentuées par la mondialisation libérale, provoquent colère, frustration, peur du lendemain et repli sur soi. Comme l’extrême droite l’a toujours fait, le Front national exploite cette situation pour faire pénétrer son discours dans les esprits. Pour cela, il polarise les débats autour d’une unique question, l’immigration. A grand renfort de mensonges, il manipule ainsi l’électorat en jouant sur des peurs irraisonnées et en renforçant certains fantasmes. En période de crise, la xénophobie fait recette !
Pour diffuser ses idées, nul besoin de forces militantes conséquentes, il dispose à l’heure actuelle d’une arme bien plus puissante, la complaisance médiatique. En effet, depuis son accession à la tête du parti, Marine Le Pen fascine les médias. Ceux-ci lui permettent de franchir toutes les barrières que son père trouvait jadis sur son chemin. Ainsi, le Front national pénètre quotidiennement dans des millions de foyers, sans même avoir à passer le seuil de leur porte d’entrée. Avec la dédiabolisation et la banalisation du discours frontiste, la xénophobie et l’islamophobie disposent aujourd’hui d’une liberté de parole sans précédent.
L’instabilité politique qui règne renforce par ailleurs la position du Front national. Depuis Sarkozy, l’UMP a effectué un rapprochement idéologique qui débouchera inéluctablement sur des alliances politiques. Quant au Parti socialiste, il déçoit plus que jamais. Au pouvoir, il ne fait que donner des arguments à l’extrême droite et jette le discrédit sur la classe politique, renforçant ainsi le « tous pourris » cher à Marine Le Pen. Il y a de toute façon bien longtemps que le PS a déserté le front de la lutte contre l’extrême droite.
Crise économique et sociale, complaisance médiatique et instabilité politique entretiennent ainsi le terreau sur lequel le Front national se développe. Celui-ci prospère d’autant plus qu’il apparaît, à tord, comme un parti en rupture avec le système. Cette situation est accentuée par le mode de scrutin privilégié de la Ve République. En effet, l’absence de proportionnelle permet à Marine Le Pen de jouer la carte de l’ostracisme et de constamment se poser en victime de la démocratie.
Certes, comme en 1986, l’instauration de la proportionnelle aurait pour conséquence de faire entrer le FN en force à l’Assemblée. Cependant, n’est-ce déjà pas le cas avec la dizaine de députés UMP issus du courant de la « Droite forte » ? Une chose est sure, une fois dans l’hémicycle en nombre, les frontistes ne pourront plus faire uniquement dans l’anti-système et dans l’opposition constante. Ils devront se mettre à découvert, prendre des responsabilités et laisseront ainsi davantage transparaitre leur véritable nature.

Sortir du duel Mélenchon – Le Pen pour revenir à une opposition politique et idéologique

Durant les campagnes présidentielles et législatives, l’affrontement front contre front s’est trop souvent transformé en un duel de personnes, opposant le candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon et la candidate du Front national, Marine Le Pen. Dans le seul souci de faire de l’audience, les médias ont réduit l’opposition idéologique entre les deux partis en une confrontation stérile dénuée de sens politique.
Pour certains, en choisissant de se présenter à Hénin-Beaumont, Jean-Luc Mélenchon a renforcé cela. Sa démarche, bien qu’elle n’ait pas forcement été comprise par une partie des français, était pourtant louable et courageuse. Privilégier le combat contre l’extrême droite à l’assurance d’un siège à l’Assemblée. Qui pourrait en faire autant ?
D’aucun ont parlé d’échec du Front de gauche dans cette circonscription. Certes, nous n’étions pas au second tour. Mais parler d’échec, c’est nier le sens de notre démarche. Rappelons-le, avant même que la campagne ne débute les médias avaient prédis une victoire de Marine Le Pen. Et pourtant, elle a échoué ! Il n’y a pas à regretter Hénin-Beaumont.
Cependant, nous devons aujourd’hui absolument sortir de cette impasse que représente le duel Mélenchon – Le Pen, car c’est uniquement à cette dernière que la situation profite. En effet, à trop parler des personnes, on met de côté leurs idées, leurs propositions. Or, pour lutter contre le FN nous devons pouvoir exposer notre projet, mais aussi et surtout pousser les frontistes à nous présenter le leur.
Pas sur les questions d’immigration, mais sur les questions sociales. Sur tous ces sujets que Marine Le Pen tente d’éviter. Car le moins que l’on puisse dire, c’est que sa position sur des thèmes aussi importants que sont les retraites, les salaires ou encore les licenciements, est loin d’être une position anti-système !
En période de crise, le discours anti-immigration attire certains électeurs vers le Front national. Cependant, nous ne devons pas oublier un point essentiel. Derrière une grande partie de ces nouveaux électeurs frontistes se trouve, un chômeur, un précaire, une personne qui galère pour boucler ses fins de mois, un parent qui s’inquiète pour l’avenir de ses enfants, un citoyen qui a l’impression que son sort n’intéresse personne… Il y a toujours quelque chose qui tient davantage à cœur à chacun de ces « xénophobes » et « racistes » de circonstance, que sa haine de l’autre. Et c’est sur ces sujets que l’on doit précisément nous trouver !
Plus que jamais nous devons réaffirmer nos propositions concernant l’augmentation du SMIC, le revenu maximum, le salaire maximum, l’interdiction des licenciements boursiers, le retour à la retraites à 60 ans à taux plein… En parallèle, il et essentiel de pousser le FN à se prononcer à son tour sur ces sujets qu’il tente d’occulter.
Ce parti se dit être le parti des ouvriers, des précaires, des français qui souffrent, qui subissent la loi implacable du système capitaliste. Pourtant, il est contre l’augmentation du SMIC, contre les 35 heures, contre l’interdiction des licenciements boursiers, contre la taxation des plus hauts revenus et pour la suppression de l’impôt sur la fortune ou encore des conventions fiscales avec les paradis fiscaux.
Concernant les retraites, sujet central de la rentrée, la position du FN est on ne peut plus floue. Marine Le Pen se dit être pour le retour de l’âge légal de la retraite à 60 ans, avec 40 annuités de cotisation. Cependant, son père, président d’honneur du parti, affirme en même temps être en profond désaccord avec elle. En effet en 2007, le candidat FN et sa fille, alors directrice de campagne, plaidaient pour la retraite à 65 ans… Il faut par ailleurs rappeler qu’en 2010, lors du mouvement contre la reforme Woerth, les frontistes avaient été aux abonnés absents du début à la fin.
C’est ce programme clairement antisocial, que nos attaques doivent viser. On voit constamment les dirigeants frontistes s’exprimer sur l’immigration ou sur l’islam, mais jamais nous n’entendons de propositions claires et précises concernant les salaires, la durée du temps de travail ou les retraites. Pourquoi ? Car cela les obligeraient à faire tomber le masque.

Faire front contre front partout et tout le temps

Le Front national n’est jamais autant en difficulté que lorsqu’il est poussé dans ses retranchements, lorsqu’il trouve face à lui une tête dure qui ne lâche rien. Souvenons-nous du débat Mélenchon – Le Pen durant la campagne présidentielle. Malheureusement, ceci arrive trop rarement tant les médias sont complaisant à l’égard de ce parti.
Pour pouvoir prouver le caractère antisocial du Front national, pour dénoncer ses mensonges, il faut le laisser nous les dévoiler, car il est impossible de faire la lumière sur ce que l’on nous cache ou qui en tout cas n’est pas clairement visible ou compréhensible par tous. Pour convaincre, il faut prendre le FN sur le fait.
Avec les élections municipales et les européennes qui vont rapidement se présenter à nous, des campagnes électorales vont se lancer partout en France. C’est à mon sens le moment idéal pour que le Front de gauche rentre activement dans le deuxième round de son combat contre le Front national.
Les affrontements locaux qui vont voir le jour seront à la fois un moyen efficace de sortir du duel Mélenchon – Le Pen dans lequel on tente trop souvent de nous enfermer, de faire la lumière sur ce que propose réellement le FN aux français et surtout de continuer à mettre en avant nos propositions. Il est essentiel que partout ou cela sera nécessaires, des confrontations front contre front soient organisées. Les militants locaux doivent réellement devenir acteurs de cette lutte qui jusque-là a du mal à sortir de sa dimension nationale.
Bien évidemment, il n’est pas question de se lancer sans formation militante contre un ennemi face à qui nous n’avons pas le droit à l’erreur. Formules toutes faites et slogans ne suffiront pas à contrecarrer le flot de mensonges et de haine déverser par le camp d’en face. Il est primordial d’organiser en interne des formations concernant le bilan local du Front national, qui existe bien et est catastrophique ! Rapidement nous devons pouvoir distribuer sur tous les marchés de France, dans tous les quartiers, un document complet et étayé sur ce sujet.
Le travail de fourmis effectué sur chacun de nos blogs doit se poursuivre en parallèle. A nous tous, nous faisons davantage de vues par jour que les principaux sites d’information. Il ne faut pas négliger cela. Chaque billet que nous écrivons pour dénoncer le discours frontiste est une pierre de plus apportée à l’édifice. Notre dévouement dans la lutte contre l’extrême droite portera ses fruits à un moment ou un autre.
Nous devons cependant être attentif et dénoncer ceux qui parmi nous sur les réseaux sociaux et ailleurs se laissent bêtement ou naïvement tenter par le discours d’Alain Soral et des complotistes de son espèce qui sont le cheval de Troie du Front national. Nous nous devons d’être irréprochables !
Nous sommes aujourd’hui à un moment charnière. Ne pas lutter, ne pas prendre parti, revient à se ranger derrière le FN. Durant les années 80 et 90, l’extrême droite était indésirable. Jean-Marie Le Pen représentait le mal absolu et la question de l’interdiction du Front national se posait même. Aujourd’hui, le contexte a terriblement changé. Où en serons nous dans dix ou vingt ans, je l’ignore. Cependant, il est essentiel que nous, militants de gauche, qui luttons pour davantage de justice sociale, de solidarité et d’amour, fassions tous ce qui est en notre pouvoir pour faire perdurer ce combat. Parce que c’est aussi l’espoir qui nous porte, nous vaincrons.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 18 août 2013, 17:56:49

Là où je partage l'avis du communiqué, de cette prise de position du front de gauche est qu'au lieu d'accuser le FN d'être anti social, peut être devrions nous lui laisser présenter ses idées, ses amendements, ses projets à l'assemblée nationale pour voir comment sont orientés ses votes.

En l'ostracisant et en se coalisant, ils ne font que renforcer la crédibilité de ce parti. Mais, le front de gauche participe à ce cinéma, à ce spectacle en s'acharnant sur une formation qui n'est pas responsable de la situation pour mieux éviter d'assumer le soutien qu'il a apporté à l'équipe qui est en train de décevoir aujourd'hui.

En gérant certaines communes et en réclamant le démantèlement de campement de roms, en étant, aux responsabilités similaires aux gouvernants de gauche et de droite, le front de gauche perd son originalité au profit d'une crédibilité hasardeuse au regard de la différence entre leurs prises de position et leurs actes de gestion.

Si nombreux citoyens peuvent partager avec cette force le souci de combattre les injustices sociales, les abus de certains dirigeants d'entreprises et de promouvoir le progrès social, rares peuvent approuver l'idéologie en matière de politique d'immigration d'abord et de complaisance à l'égard de sociaux démocrates avec lesquels pourtant tant de divergences existent.

Si la logique de fonctionnement des institutions peut justifier la construction de majorité aux nuances si fortes, si prononcés peut être seraient ils inspirés de respecter les nationaux sur le fonds de leurs propositions plutôt que de combatte les excès d'une famille politique qui, comme tout les excès, doivent être dénoncés, sanctionnés, combattues mais ne peuvent représentés l'ensemble des partisans et représentants de cette famille de pensée. Et, pour connaître un peu le FN, il est loin, trés loin d'être en capacité de menacer la République ou quoi que ce soit d'autres étant en manque de cadre, de représentants solides dans les terroirs et de responsables suffisamment nombreux pour constituer une équipe sur laquelle s'appuyer même si Marine Le Pen y travaille ardemment. Alors, je le dis amicalement, il faut arrêter le cinéma.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 19 août 2013, 21:47:12

L’UMP et le PS suppriment discrètement le référendum obligatoire 07/08

J'apprends dans les DNA que l'UMP et le PS ont voté en toute discrétion la suppression du référendum en cas regroupement de départements, de changement de limites d’une région, de regroupement de régions et de fusion d’une région et des départements qui la composent.
Dans les quatre cas, la loi impose un vote au suffrage universel, et pour une fois l'exigeance démocratique est forte puisqu'il faut l’accord de la majorité absolue des suffrages exprimés représentant au moins le quart des électeurs inscrits, ce qui détonne à une époque où la majorité des édiles se satisfait, sans mot piper, d'être élu dans un océan d'abstention.
Au creux de l'été, comme sont faites les meilleures réformes anti-démocratiques, Hervé Gaymard (UMP) et Olivier Dussopt (PS) ont ainsi fait voter un amendement au Code Général des Collectivités Territoriales.
Cela pourrait avoir pour conséquence de refaire voter les alsaciens qui avaient voté NON à la création d'une Collectivité Territoriale d'Alsace. Procès d'intention? Pas du tout.
Rappellons-nous du précédent européen, où l'habitude a été prise de refaire le suffrage lorsque les peuples ne votent pas selon les desideratas oligarchiques. En France, c'est le vote NON de 2005 qui a été contourné sans vergogne.
Pour une fois que le peuple avait le dernier mot.. on lui supprime! La réforme doit maintenant être étudiée au Sénat. Je m'attends au pire. Dans cette 5ème République où la souveraineté est concentrée entre les seules mains du Président de la République, la suppression d'un référendum populaire c'est une broutille. En fait, ces fous rêvent de supprimer le peuple!
LA VIDEO de la forfaiture! Il n’aura pas fallu plus de 3 minutes à Hervé Gaymard et Olivier Dussopt pour retirer le pouvoir aux citoyens.

[BBvideo 600,350]http://www.dailymotion.com/video/x12tg9 ... 48827_news[/BBvideo]

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 20 août 2013, 08:21:37

Il s'agit de la conséquence, directe de la volonté que le peuple a exprimé lors du référendum sur la fusion du Haut Rhin et du Bas Rhin....

Le peuple n'est admis que lorsqu'il vote en faveur des projets que les élites souhaitent voir se réaliser. La démocratie est chaque jour érodée davantage car ces gens là souhaitent imposer le bonheur au peuple y compris contre sa volonté. Ce n'est pas en retirant au peuple son droit d'expression que l'en réconciliera les citoyens avec la politique.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 20 août 2013, 18:51:17


Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 20 août 2013, 19:02:25

Idéologiquement, Valls s'inscrit en tant que social libéral assumé défendant une posture sécuritaire dont il est persuadé que c'est l'explication de la défaite dans les années 2000. Je crois que le front de gauche participe, en étant caricatural à empêcher les autonomes et vrais indépendants de progresser, car cet amalgame est politicien.

Objectivement, Valls parle beaucoup, se déplace beaucoup, mais concrètement que fait il pour agir contre l'insécurité, quels projets de lois déposent ils, quelles mesures d'envergures carcérales, répressives...décide t-il ?

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 21 août 2013, 17:02:07

INTERVIEW DE PATRICE FINEL, LE CONSEILLER AFRIQUE DE JEAN LUC MELENCHON ET DU PARTI DE GAUCHE : " LA FRANÇAFRIQUE A ÉTÉ PRIVATISÉE " Mingwa Mia Biango In congo-liberty.com 11/08

Il a quitté le PS avec Jean Luc Mélenchon pour créer le Parti de Gauche et participer à la construction du Front de Gauche qui rassemble toute la gauche de transformation sociale en France.Intéressé par les questions Africaines depuis plus de 20 ans, ami personnel de Laurent Gbagbo, il est responsable des questions africaines pour le Parti de Gauche, le parti de la Gauche Européenne et il suit ses dossiers pour Jean Luc Mélenchon.

Congo-liberty : Vous êtes personnellement impliqué dans plusieurs projets en Afrique. Pourquoi cet attrait pour ce continent ?

Patrice Finel : La France est la patrie des Lumières, des droits de l’homme, de la République et de « Liberté, égalité, fraternité ».Je me suis occupé pendant 10 ans de coopération décentralisée dont l’objectif premier est le rapprochement des peuples et des cultures par du travail et des coopérations locales, car Nous avons un destin commun avec l’Afrique, de par notre histoire et de part la population aujourd’hui en France.
L’Afrique c’est d’abord une grande histoire commune.
C’est d’abord les occasions perdues, à la Libération par la bêtise et la convoitise des colons et des grandes entreprises qui ont voulu continuer à exploiter les richesses sans donner l’égalité aux hommes.
C’est ensuite une fausse décolonisation, 50 ans après les décolonisations africaines les espoirs de développement et de construction de sociétés démocratiques, souveraines, solidaires et égalitaires n’ont pas été réalisés. La responsabilité historique du capitalisme européen est engagée, pour toutes les entraves qu’il a mis au développement de l’Afrique, de l’esclavagisme qui a déstructuré les sociétés africaines, jusqu’au colonialisme et aux politiques impérialistes qui ont organisé le pillage des ressources et formaté l’activité économique de l’Afrique pour les seuls besoins des entreprises multinationales.
C’est maintenant un espoir, qu’avec le Front de Gauche nous puissions construire enfin ensemble une histoire commune, Le continent africain dispose d’innombrables richesses, naturelles et minérales, en plus de la jeunesse de sa population et de sa vitalité démographique, Le Front de Gauche veut engager la France dans un processus de révolution citoyenne qui marquera une rupture avec le productivisme et rendra au peuple ses droits dans le cadre d’une société solidaire, ouverte et internationaliste.
Avec les « révolutions citoyennes » qui naissent sur le continent, et en soutenant les associations des sociétés civiles, les mouvements sociaux et partis progressistes qui résistent au libéralisme, nous aurons l’opportunité historique de donner un nouveau cours, tant en France que dans les pays africains, à un processus d’émancipation que nous pourrons bâtir en commun afin d’en finir avec la surexploitation économique et l’obstruction politique et déconstruire le multi-interventionnisme néo-colonial.
Voila ce qui m’intéresse !

(...)

freeze
Messages : 8547
Enregistré le : 19 juin 2013, 16:29:06

Re: Le parti de gauche

Message non lu par freeze » 22 août 2013, 14:11:58

Nico37 a écrit :[BBvideo 600,350]http://www.youtube.com/watch?v=TyPH8kAgLO4[/BBvideo]
je l'aime bien lui
il est un bon compromis entre le style du facteur et celui de la méluche

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 22 août 2013, 15:39:06

Le Front de gauche critique ses alliés du conseil exécutif 13/08

Dans une tribune incendiaire, Francis Riolacci, l'adjoint communiste au maire de Bastia, s'en prend à l'équipe de Paul Giacobbi et à Maria Giudicelli, estimant qu'elle a commis une «faute politique grave» en participant aux Journées nationalistes de Corte

Une faute politique », « une décision grave ». Apparemment, rien ne va plus entre les élus communistes et citoyens du Front de gauche et le conseil exécutif de la collectivité territoriale de Corse.

Coofficialité de la langue, réforme constitutionnelle et question foncière avec la « bombe » lancée par Paul Giacobbi à propos de la limitation de l'accès à la propriété aux non-résidents : les récentes prises de positions émanant d'hommes politiques insulaires de gauche ont heurté les sensibilités.

(...)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 22 août 2013, 19:16:13

A l'approche des élections, dans une perspective d'autonomie, il est légitime que les membres du front de gauche fassent connaître leurs différences et leurs propositions !

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 23 août 2013, 14:52:23

Jean-Luc Mélenchon : " Manuel Valls est contaminé par le FN de Marine Le Pen " 18/08

Rentré d'un voyage en Amérique du Sud, où il a donné des conférences et s'est réjoui d'y avoir croisé cinq présidents de la République, Jean-Luc Mélenchon est de retour à Paris. Fidèle à sa stratégie d'opposition implacable à François Hollande, le leader du Front de gauche élargit le nombre de cibles. Il moque Jean-Marc Ayrault mais réserve ses meilleures flèches à Manuel Valls, qu'il juge " séduit " par les idées de Marine Le Pen.

Qu'avez-vous pensé de l'activisme estival de l'exécutif ?

C'est de la politique à l'ancienne, avec une communication à la papa. Avez-vous vu Ayrault et son pique-nique avec les enfants à Matignon ? Des gosses en vacances au bureau du grand chef? Quelle faveu r! La réception annuelle des pauvres au palais! Je trouve ça glauque !

(...)

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré