Le parti de gauche

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 18 oct. 2013, 00:59:08

Avis de tempête ! François Delapierre, Secrétaire national du Parti de Gauche 14/10

Qui dira que l’élection de Brignoles n’était qu’un scrutin local ? Bien sûr ce canton est atypique. Il fait partie des deux seuls que le FN avait déjà emportés en 2011. Moins de 10 000 électeurs ont voté dimanche dans une abstention majoritaire. Mais ce résultat est national par ses causes comme par ses conséquences. Il est le fruit de la démoralisation de la gauche patiemment organisée au sommet de l’Etat pour anesthésier le pays soumis aux amputations austéritaires ou détourner sa souffrance sur les Roms. Il apportera de l’eau au moulin de tous ceux qui encouragent avec des mines horrifiées le Front national pour rendre repoussante toute alternative à ce qu’ils estiment être la seule politique possible. Et pourtant cette campagne a été menée de notre côté sur une ligne purement locale. Stratégie d’alliance avec les solfériniens, candidature identitaire, repli sur les dossiers locaux… le candidat PCF a pris à Brignoles le contrepied du Front de Gauche.

Alors faut-il recommencer aux municipales de mars prochain ? Cette fois ce sont plus de quarante millions d’électeurs qui sont appelés aux urnes le même jour. Les futurs élus auront à affronter les décisions d’une majorité parlementaire qui baisse dans le prochain budget les ressources des collectivités locales de 1,5 milliard d’euros. Ils feront face à la loi de métropolisation qui piétine l’indivisibilité de la République en instaurant des compétences à la carte variables selon les territoires, distinguant quelques ducs parmi les simples barons locaux. Ils seront aux manettes quand s’appliquera partout à la rentrée 2014 la réforme nationale des rythmes scolaires. L’intérêt des banques et du capitalisme mondialisé est que soit élue une nouvelle série de maires acquis à la concurrence des territoires. L’intérêt des populations est au contraire de se doter d’élus qui résisteront à l’austérité. Peut-on le faire localement autrement qu’en parole tout en participant à un parti qui la met nationalement en œuvre ? Peut-on résister sans faire de cette élection un nouveau moment de la révolution citoyenne transformant les clients de féodaux dépolitisés en souverains maîtres de leurs affaires ? Non bien sûr.

C’est pourtant ce que prétend le conseil fédéral du PCF Paris qui vient de voter la participation à une liste menée par le PS dans la capitale du pays. Pierre Laurent, sénateur dans cette fédération et secrétaire national du PCF, appuie cette option. Il la justifie nationalement en annonçant que les communistes préfèrent le rassemblement avec le PS dès le premier tour partout où les solfériniens ne sont pas sectaires et sont enclins à leur faire une place. Heureusement que les choix des militants communistes démentent cette thèse dans la majorité des grandes villes ! Toujours est-il que nous risquons à cette heure de nous retrouver avec des candidats communistes faisant campagne au côté de dirigeants solfériniens de premier plan, députés à l’Assemblé nationale, contre leurs camarades du Front de Gauche dans la première ville du pays, par ailleurs siège de la médiacratie. A la fin de la semaine les militants du PCF Paris auront fini de voter. Ils n’effaceront pas le Front de Gauche de l’élection puisqu’à Paris une liste sera conduite par Danielle Simonnet. Mais là aussi quelques centaines de votants feront localement une décision aux conséquences nationales.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 18 oct. 2013, 13:40:11

Je pense que le PG a pris conscience des difficultés sociales et des attentes d'un électorat de gauche qui a du mal à se reconnaître dans la ligne politique du Gouvernement; Hollande n'ayant jamais réellement définie cette ligne.

Cela étant ses alliés PCF restent tributaires d'accords locaux qui brouilleront la lisibilité de cette organisation et ce n'est pas de bon augure pour la poursuite de l'aventure qui devra se poursuivre si les composantes du front de gauche souhaitent réellement obtenir des élus au scrutin européen.

Quoiqu'il en soit, il faut continuer à travailler, et à sensibiliser les citoyens sur la nécessaire entente et dépassement des querelles partisanes pour parvenir à mettre en oeuvre des solutions qui réclament des efforts à tous mais qui permettent aussi à la majorité d'avoir des perspectives de développement. C'est ce qui manque aujourd'hui tant à gauche qu'à droite.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 19 oct. 2013, 01:58:02

Budget 2014 : toujours plus d’austérité 14/10

A partir du 15 octobre, l'Assemblée nationale examinera le projet de budget de l'Etat pour 2014. A cette occasion, le gouvernement Ayrault persévère dans l'austérité. Et confirme que l'austérité n'est jamais de gauche.

Hollande aggrave les méfaits de Sarkozy

Le gouvernement se vante d'un « effort sans précédent », avec une baisse « historique » des dépenses publiques. Il prévoit ainsi des coupes budgétaires de 9 milliards d'euros. Dans une logique de baisse globale des dépenses, l'amélioration des moyens d'une poignée de missions prioritaires se paye d'un laminage dans tous les autres ministères. Le nombre global de fonctionnaires va reculer : Hollande poursuit la saignée entamée par Sarkozy ! Le gouvernement Ayrault met en avant la création de 11 000 postes, dans l'Education, la police et la Justice. Mais il passe sous silence la suppression de plus de 13 000 postes dans tous les autres ministères. Les administrations aux services des populations et de la lutte contre la fraude, comme le fisc ou les douanes continuent par exemple d'être saignées à blanc.

L'austérité n'est jamais de gauche

Presque tous les marqueurs d'une politique de gauche sont frappés. Le droit au logement est mis à mal. Les aides au logement (APL) sont gelées à leur niveau de 2013 pour les 6 millions de locataires qui en bénéficient. Elles n'augmenteront pas alors que les loyers, eux, continuent de flamber ! L'ambition d'émancipation est sacrifiée avec par exemple le recul du budget de la Culture (-2%). Cette loi de finances 2014 est aussi marquée par l'archaïsme productiviste avec la baisse des budgets de l'Ecologie et de l'Agriculture d'environ 7%. La baisse des dépenses publiques et la hausse des impôts sur le peuple vont encore asphyxier la consommation populaire et déprimer l'investissement. Comme en 2013, il y a fort à parier que le gouvernement devra revoir à la baisse ses prévisions de croissance en cours d'année. Et aucun organisme officiel (INSEE, Commission européenne, FMI) ne prévoit de baisse du chômage.

L'indépendance et le rayonnement national menacés

L'austérité n'est pas seulement antiéconomique, antisociale et antiécologique. Elle est aussi synonyme d'abaissement de la République française dans le monde. La Défense doit ainsi assumer à elle seule près de 60% des suppressions d'emplois publics. Et la loi de programmation militaire qui sera discutée cet automne prévoit cinq années d'austérité. Déjà, certaines unités manquent de casques pour les soldats. Mais le gouvernement continuera de dépenser environ 500 millions d'euros pour participer à l'OTAN.

L'activité diplomatique du pays est aussi attaquée. La mission « action extérieure de l'Etat » aura vu ses effectifs baisser de 2% en deux ans. Et le gouvernement Ayrault réduit de 2% également les crédits destinés à promouvoir l'usage du français dans le monde (moins 11 millions d'euros en 2014).

Une procédure austéritaire

La remise en cause de la souveraineté populaire dans l'Europe austéritaire continue. Le budget 2014 s'inscrit dans ce cadre autant sur le fond (l'austérité) que dans la procédure. Il a été soumis au Haut Conseil des finances publiques avant d'être discuté au Parlement. Cette instance, créée en 2012 en application du Traité budgétaire (TSCG), n'est composée d'aucun élu et est présidée par Didier Migaud, également président de la Cour des Comptes. Les prévisions de déficit ne correspondant plus aux engagements précédents du gouvernement, Didier Migaud a menacé : « cela rendra vraisemblablement nécessaire le déclenchement du mécanisme de correction au mois de mai 2014 ». Ce mécanisme peut-être déclenché par le Haut Conseil pour exiger plus d'austérité dès que l'objectif de l'équilibre budgétaire s'éloigne. Avant même que le Parlement ne discute du projet de budget, Migaud a déjà décidé qu'il faudrait le modifier dans six mois ! Ainsi sombre la démocratie depuis le TSCG.

Ce n'est pas tout. Ce budget 2014 est aussi le premier depuis l'adoption du « Two-Pack ». Ce paquet de deux règlements européens prévoit un contrôle renforcé de la Commission européenne sur les budgets nationaux. Ainsi, le gouvernement a dû envoyer son projet de budget à la Commission avant le début de l'examen à l'Assemblée. Et la Commission présentera le 15 novembre son avis sur les budgets de tous les pays de la zone euro. Elle a même désormais le droit de proposer des modifications, un privilège jusqu'ici réservé aux parlementaires !

Austérité ou démocratie ?

L'austérité et la démocratie sont incompatibles. C'est ce que montre aussi l'article 61 du projet de loi de finances. Il prévoit la suppression de l'envoi des professions de foi des candidats aux élections européennes à tous les électeurs par voie postale. L'objectif est d'économiser 27 petits millions d'euros. Manuel Valls, auteur de cette idée stupide, n'a pas précisé comment il comptait récupérer les adresses électroniques des 44 millions d'électeurs, ni comment les personnes non ou mal connectées à internet aurait accès à des documents aussi fondamentaux. Devant le tollé provoqué par cette décision, le ministre délégué aux Affaires européennes a annoncé le maintien de l'envoi postal. Mais le Conseil des Ministres a quand même validé le projet de budget avec l'article initial proposé par Valls et Moscovici. Il devra donc être supprimé au cours du débat parlementaire. La vigilance sera donc nécessaire. Car si la démocratie a un coût, on sait le gouvernement Ayrault jamais avare d'un mauvais coup. Quoi qu'il en soit sur ce point, ce budget est tellement inacceptable, qu'un vote contre s'impose pour qui veut rester fidèles aux valeurs de gauche et aux intérêts du peuple.

Des impôts de plus en plus injustes

L'an dernier, François Hollande n'a pas rétabli la totalité du barème de l'impôt sur la fortune que Sarkozy avait massivement allégé. Il a aussi offert sans aucune contrepartie, et « sans contrôle fiscal » dixit Moscovici, 20 milliards d'euros par an aux actionnaires au nom de la « compétitivité ». Il s'est contenté d'une mini-réformette fiscale qui maintient un barème de l'impôt sur le revenu moins progressif que sous Jacques Chirac. Pour 2014, il n'y aucune réforme de l'impôt sur le revenu. Pourtant, alors que nous fêterons le centenaire de cet impôt, une vraie révolution fiscale aurait été nécessaire pour le rendre plus juste, plus progressif et plus efficace.

Hollande préfère faire payer le peuple. Le 1er janvier prochain, la TVA va augmenter fortement pour ponctionner plus de 6 milliards d'euros. Et le PS s'apprête même à revenir sur la micro-baisse du taux réduit de TVA qu'il avait concédée pour habiller son cadeau aux actionnaires, le maintenant à 5,5% et non 5% pour les produits alimentaires notamment.

Elections municipales : et maintenant l'austérité locale

Le budget 2014 prévoit que l'Etat versera 1,5 milliard d'euros de moins aux collectivités locales. Et une baisse du même montant est déjà prévue pour 2015. Si cela se confirme, les élus locaux seront contraints d'augmenter les impôts pour garder les services publics locaux ou de réduire les services rendus à la population. Le budget 2014 de l'Etat fixe donc aussi celui des candidats PS aux prochaines municipales : l'austérité jusque dans le moindre village !

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 19 oct. 2013, 18:44:32

Cette austérité locale conduira les majorités sorties des urnes à augmenter la pression fiscale, les citoyens n'en sont pas encore conscient mais peuvent, d'ores et déjà se préparer une érosion inégalée du pouvoir d'achat. Et, je le pense ce sont les plus modestes qui souffriront le plus, à l'instar de l'évolution de la gauche en Allemagne, les sociaux démocrates exigeront des efforts des populaires et des classes moyennes ce qui fragilisera les entreprises, majoritairement petites et moyennes et dont la clientèle reste nationale majoritairement.

Ce budget n'est pas de bon augure pour ceux qui souffrent au travail et le drame étant que la droite s'inscrit dans la volonté de frapper, plus douloureusement encore sans oser entreprendre la réforme structurelle de notre modèle économique. Jusqu'à quand les citoyens accepteront de payer les dérives budgétaires et de spéculation d'une minorité qui vit aujourd'hui trés confortablement ?

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 20 oct. 2013, 00:18:36

Prolongation des centrales nucléaires : Le choix suicidaire du gouvernement

Le Journal du Dimanche a annoncé que l’État avait pris la décision de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires. Pour l’instant, le Ministre de l’Économie dément que la décision ait été prise mais confirme que ce choix est discuté à la demande d’EDF. Si ce choix de prolonger de 10 ans l’amortissement des centrales nucléaires était officialisé, le gouvernement prendrait une décision de politique énergétique lourde de conséquences. Tant au niveau de la sécurité du parc que du coût social et économique pour la société, ce nouvel épisode en dit long sur sa fourberie et son manque de vision de la transition écologique pourtant urgente à mettre en place.

De l’enfumage économico-libéral auquel il nous avait habitués, le gouvernement est désormais passé maître dans l’enfumage écologique.

Déjà le faux choix du gouvernement de faire passer la part du nucléaire à 50% du mix électrique en 2050, ce qui n’implique strictement rien en termes de fermetures de centrales, était une proposition fumeuse qui émanait d’un accord électoraliste avec EELV et non d’une politique énergétique digne de ce nom pour notre pays. Avec cette décision, le gouvernement solférinien tromperait une fois de plus ses propres alliés électoraux ! Une chose est certaine : nous avions raison d’affirmer que cet accord aboutirait à la prolongation de la durée de vie des centrales françaises et à la construction de nouveaux réacteurs EPR.

Encore plus grave : cette décision interviendrait quelques mois seulement après le Débat National sur la Transition Énergétique (DNTE), qui avait exclu du débat la question du nucléaire. Aujourd’hui, et sans que le peuple n’ait été une seule fois concerté, le gouvernement déciderait donc unilatéralement de prolonger la durée de vie du parc français. En comparaison de cette décision, la commission d’enquête parlementaire proposée par EELV, qui pourtant participe à ce gouvernement, semble hypocrite et bien dérisoire.

Il le ferait au détriment de toutes considérations de sécurité. En effet, des pièces aussi centrales qu’inamovibles comme le cœur du réacteur ont été conçues pour 40 ans, ce qui limite la durée de vie d’une centrale nucléaire. En prolongeant la durée de vie des centrales, le Ministre de l’Écologie ferait un choix suicidaire et inconscient. L’ASN a plusieurs fois rappelé que EDF ne devait pas compter sur une telle prolongation. Or seule l’ASN est habilitée à prolonger la durée de vie des centrales françaises. Cela en dirait long sur la préoccupation de ce gouvernement pour l’intérêt général.

Le Parti de Gauche, dans sa contribution au DNTE, avait tiré la sonnette d’alarme sur la situation de ces travailleur-se-s salariés et sous-traitants touchés par le « grand carnage social ». Cette situation est amenée à empirer avec la « cure de jouvence » que nécessiterait la prolongation des centrales françaises. D’ores et déjà EDF, en Conseil Central d’Entreprise, a rappelé son intention de flexibiliser un peu plus le travail au sein des centrales nucléaires, en amplifiant la plage journalière d’intervention. EDF a aussi annoncé son ambition de relever le taux moyen de disponibilité du parc nucléaire : une décision qui va accroitre encore plus la pression exercée sur les salarié-e-s et sous-traitants du nucléaire, et fragiliser en cela la sécurité des centrales.

Il le ferait enfin au détriment de toute considération économique, l’énergie nucléaire étant une énergie coûteuse et depuis longtemps sous évaluée dans la facture énergétique des Français. Le grand carénage devrait coûter à EDF près de 100 milliards d’euros, qui viennent s’ajouter aux multiples coûts attachés à l’énergie nucléaire. Bien loin d’être une énergie abondante et peu chère, l’électricité nucléaire est couteuse et à l’origine d’un immense gaspillage énergétique.

C’est une décision à des années-lumières de la transition écologique que nous appelons de nos vœux et que nous proposons avec l’écosocialisme. Bien loin des petites combines et de l’enfumage total de l’actuel gouvernement, la politique énergétique doit être replacée au cœur du débat public.

Le Parti de Gauche rappelle son intention de mettre en place la planification écologique. Cette planification permettra de planifier démocratiquement et sur le long terme la bifurcation en profondeur vers l’arrêt du nucléaire par l’engagement d’un véritable plan d’économies d’énergie et de développement des énergies renouvelables.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 20 oct. 2013, 10:48:04

En même temps au vu des tensions que les citoyens ont sur leur pouvoir d'achat, serait il prudent, responsable et acceptable de renoncer à l'énergie nucléaire ce qui conduirait à un renchérissement de notre énergie ? Le PG toujours prompt à se poser en défenseur des modestes devrait s'interroger sur les moyens de fournir de l'énergie accessible au plus grand nombre, étant entendu que si le nucléaire n'est, à l'évidence pas une énergie satisfaisante et sûre, je rappelle qu'aucune énergie n'est sans risque, écologique et accessible au niveau du tarif, cela signifie donc qu'il y a toujours des arbitrages à effectuer./

freeze
Messages : 8547
Enregistré le : 19 juin 2013, 16:29:06

Re: Le parti de gauche

Message non lu par freeze » 20 oct. 2013, 11:04:16

le fdg demandait un référendum sur la question
je croyais que c'était la même vision au pg

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59582
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nombrilist » 20 oct. 2013, 11:12:40

Le FG demandait un référendum sur l'arrêt du nucléaire. Pas sur l'arrêt des centrales les plus vieilles qu'il comptait arrêter de toute façon.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 20 oct. 2013, 11:19:42

wesker » Dim 20 Oct 2013 - 10:48 a écrit :En même temps au vu des tensions que les citoyens ont sur leur pouvoir d'achat, serait il prudent, responsable et acceptable de renoncer à l'énergie nucléaire ce qui conduirait à un renchérissement de notre énergie ? Le PG toujours prompt à se poser en défenseur des modestes devrait s'interroger sur les moyens de fournir de l'énergie accessible au plus grand nombre, étant entendu que si le nucléaire n'est, à l'évidence pas une énergie satisfaisante et sûre, je rappelle qu'aucune énergie n'est sans risque, écologique et accessible au niveau du tarif, cela signifie donc qu'il y a toujours des arbitrages à effectuer./
Fin du nucléaire renchérissement de l'énergie :?: Oui car le démantellement des centrales coûte une fortune et n'a jamais été répercuté sur le prix du KWH... Or il va falloir y passer et le plus tôt sera le mieux, ça coûtera moins cher...

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 20 oct. 2013, 11:32:19

Nico37, renonce au nucléaire ne diminuera pas les besoins énergétiques des citoyens, par conséquent, comment vas tu servir l'énergie au coût actuel ?

Concernant le démantèlement des centrales, saches que, sur les factures que les citoyens payent ils le payent, et le représentant de l'Etat serait inspiré de veiller à ce que les provisions soient correctement effectuées dans les comptes de l'opérateur !

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59582
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nombrilist » 20 oct. 2013, 11:34:59

Il ne s'agit pas de sortir du nucléaire dans les 10 prochaines minutes. Je ne suis pas pro-charbon. Mais au moins, la fermeture de Fessenheim par exemple, aurait été un bon signal pour la suite.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 20 oct. 2013, 11:40:36

wesker » Dim 20 Oct 2013 - 11:32 a écrit :Nico37, renonce au nucléaire ne diminuera pas les besoins énergétiques des citoyens, par conséquent, comment vas tu servir l'énergie au coût actuel ?

Concernant le démantèlement des centrales, saches que, sur les factures que les citoyens payent ils le payent, et le représentant de l'Etat serait inspiré de veiller à ce que les provisions soient correctement effectuées dans les comptes de l'opérateur !
Le provisionnelment été prévu mais n'a jamais été effectué car sinon le coût de l'électricité eût été nettement supérieure et aurait ruiné idéologiquement le nucléaire...
Il faut des économies d'énergie et adopter le modèle espagnol dont 70% de l'électricité vient des ENR depuis l'année dernière les plaçant n°1 en Europe... pour un prix constant...

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 20 oct. 2013, 13:58:43

Ah oui des économies d'énergies, c'est effectivement nécessaire mais tu comprendras, je pense que celui qui est modeste ne dispose pas, toujours des moyens pour effectuer et financer les travaux d'isolement nécessaires !

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 20 oct. 2013, 14:09:54

wesker » Dim 20 Oct 2013 - 13:58 a écrit :Ah oui des économies d'énergies, c'est effectivement nécessaire mais tu comprendras, je pense que celui qui est modeste ne dispose pas, toujours des moyens pour effectuer et financer les travaux d'isolement nécessaires !
Ce n'est pas au locataire de les faire et les grosses économies sont à faire notamment dans l'industrie (gain de compétitivité de surcroit...) et les transports...
Budget 2014 : les députés Front de gauche vont voter contre AFP 15/10

Les députés Front de gauche, qui s’étaient abstenus l’année dernière, ont annoncé qu’ils voteraient contre le projet de budget 2014, débattu à partir de mardi à l’Assemblée.
«C’est un très mauvais budget», a expliqué lors d’une conférence de presse leur chef de file sur ce thème, Nicolas Sensu. «En l’état actuel, nous voterons contre», a ajouté ce membre de la commission des Finances, en dénonçant en particulier la mise en oeuvre du Crédit impôt compétitivité emploi (CICE).

(...)
Modifié en dernier par Nico37 le 20 oct. 2013, 14:28:38, modifié 1 fois.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 20 oct. 2013, 14:24:12

Parce que tu considères donc qu'un propriétaire, un ouvrier qui, pour s'affranchir des contraintes locatives, décide d'acquérir son logement aura nécessairement les moyens d'investir dans les travaux thermiques ? Sérieusement, je pense que tu connais mal la situation de certains salariés, modestes qui investissent, souvent par emprunt, pour se constituer un petit patrimoine pour améliorer leur existence. Sérieusement, nico37, comment feraient ils pour financer de tels travaux ?

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré