Le parti de gauche

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 01 juin 2014, 22:34:03

Suppression des seuils sociaux : le gouvernement une fois de plus contre les salariés Guillaume Etievant, Secrétaire National à l'économie et au travail du Parti de Gauche

Le gouvernement ne tire décidément aucune conclusion du vote du week-end dernier. Il compte poursuivre ses réformes néo-libérales, comme si rien ne s’était passé. Après la LSE ( Loi sur la Sécurisation de l’Emploi) de l’année dernière qui a largement rogné sur le droit d’information/consultation des comités d’entreprise, François Rebsamen veut aller encore plus loin dans les attaques contre le droit du travail.

Le ministre du travail vient en effet de proposer de suspendre pendant trois ans les obligations légales qui s’imposent aux entreprises pour la création des institutions représentatives du personnel. S’il arrive à ses fins, les entreprises passant de 9 à 10 salariés ne seront plus obligées de créer des délégués du personnel et celles passant de 49 à 50 de mettre en place des Comités d’entreprises.

La CFDT, la CFE CGC et la CFTC, déjà signataires de l’accord ayant permis la LSE, ne sont pas opposées à aborder ce sujet lors de la conférence sociale des 8 et 9 juillet, si elles obtiennent des compromis en échange.

Si cette réforme était mise en place, elle constituerait un recul considérable des droits des salariés. Après avoir détricoté les prérogatives des Comités d’entreprise, le gouvernement veut désormais les faire tout simplement disparaitre. Cela mettrait les salariés dans des situations de précarité considérable et n’aurait aucun impact positif sur l’emploi. L’ensemble des études de l’INSEE sur la question démontrent en effet que les obligations pesant sur les entreprises ont très peu d’impact sur leurs embauches.

C’est pourtant tout l’inverse qu’il faudrait faire. Il y a urgence à sécuriser les salariés, par la création d’un droit de veto des comités d’entreprise sur toutes les décisions stratégiques et par l’interdiction des licenciements économiques dans les entreprises en bonne santé financière. Le droit du travail doit être renforcé et redevenir la norme qui domine toutes les autres pour ainsi protéger les salariés contre les méfaits des actionnaires.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 02 juin 2014, 13:10:49

Si la suppression des seuils sociaux est une revendication ancienne des entreprises, notamment des moyennes de taille significative, elle n'en reste pas moins justifiée, dans les faits afin d'éviter que l'embauche du nouveau salarié ne se traduisent pas des contraintes rédhibitoires qui ne ferait qu'accroître les rythmes et les charges de travail sur le personnel existant.

Par ailleurs la suppression de ces seuils peut être discutée, avec les entreprises afin qu'elle ne se traduise pas systématiquement par des reculs mais par l'ouverture de nouvelles perspectives, tant pour les travailleurs que pour l'entreprise (je pense notamment à l'intéressement ou à des mécanismes de formations professionnelles ou de prise en compte de certaines situations spécifiques). Au sein de l'entreprise, ces mesures d'allègements des contraintes peut ouvrir le champs à de nouvelles négociations, discussion en vue d'améliorer, toujours la situation de ceux qui y travaillent sans qu'elles ne pénalisent trop lourdement l'entreprise. Il y a là des orientations à explorer. Et si cette négociation ne pouvait aboutir, évidemment, nous ne pourrions procéder à une telle suppression, raison pour laquelle je sais que les entreprises et les salariés seront prêts à entamer des discussions.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 03 juin 2014, 01:18:48

Toute-s mobilisé-e-s pour l’égalité et la solidarité

Les résultats des élections européennes sont un véritable cataclysme politique dans notre pays.Cela ne correspond pas à nos valeurs, celles du mouvement social. Notre camp, c’est celui qui s’indigne et se mobilise contre l’expulsion des sans-papiers, contre les violences, misogynes, homophobes et racistes. C’est celui qui croit en l’égalité et la solidarité, qui rembourse la contraception et l’IVG, qui s’est engagé pour les droits des femmes. Celui qui a su bâtir un modèle social qui garantit à tou-te-s l’accès à la santé et à l’éducation. Cette France qui croit aux idéaux d’égalité et de progrès doit se mobiliser. Face aux idées réactionnaires et dangereuses du Front National et à la montée des idées d’extrême droite, nous nous engageons. Ils veulent détruire les droits acquis, ils considèrent qu’une épidémie mortelle est une solution au « problème » de l’immigration. Ils ont manifesté contre l’égalité des droits, leurs groupuscules fascistes réaffirment leur nature violente. Plusieurs de leurs militants ont été reconnus coupables de meurtres racistes. Il ne faut pas se laisser abuser : ce n’est pas parce que la « façade » de ce parti a changé que son fond idéologique a évolué. Il se sont toujours opposés à toute forme de progrès. L’intégrisme de leurs revendications est doublé d’une hypocrisie économique : celui du capitalisme le plus sauvage. L’application de leur programme se révélerait une catastrophe pour les classes populaires.Quand il s’inscrit dans la lignée de ses prédécesseurs, celle des politiques néo-libérales, le gouvernement est responsable. Cet enfermement a conduit à l’austérité, au refus de construire une alternative pour répondre aux attentes des perdants du système : ceux qui sont exclus et précarisés. Ce climat entretient la défiance, le dégoût d’une génération qui s’est mobilisée pour le changement. Les jeunes ont gonflé les rangs de l’abstention comme jamais : plus de 50% aux élections municipales et 73% aux élections européennes. La priorité jeunesse, qui devait signer le retour au droit commun pour les jeunes, reste une vague promesse.

Nous refusons l’immobilisme et les régressions sociales. La France n’a jamais été aussi riche. Nous avons les moyens d’assurer à tou-te-s l’égalité et la justice en répartissant les richesses, et de créer de l’emploi pour tou-te-s. Il est de notre responsabilité de transformer la société, non pas d’en exalter les craintes. Pour combattre l’extrême droite nous ne devons pas faiblir sur nos valeurs, nous devons continuer à porter le progrès. C’est pour cela que nous nous mobilisons pour le droit de vote des étranger-e-s, la régularisation des sans-papiers et l’accès à la PMA pour toutes. Mais combattre le Front National, c’est aussi répondre à l’urgence sociale, en affirmant notre opposition à l’austérité, en exigeant l’augmentation des minima sociaux, l’augmentation et l’encadrement des salaires et en assurant l’accès de tou-te-s aux services publiques indispensables. Répondre aux besoins essentiels c’est lutter contre l’exclusion, la peur de l’autre et la xénophobie.La justice sociale et la transformation sociale et écologique doivent être au cœur des politiques menées, contrairement à la réduction des déficits et de la dette.Il est donc temps de reprendre en main notre avenir en permettant à chaque jeune de bénéficier d’une formation et d’un emploi de qualité. Nous, génération sacrifiée, décidons de reprendre notre place dans la marche de l’Histoire. Nos droits ne sont pas le fruit du hasard, ils sont issus des luttes et des combats passés.Loin d’être résignée, et révoltée d’être prise comme prétexte, c’est la jeunesse qui redonnera du sens à l’engagement collectif. C’est un combat entre deux mondes que nous menons, nous sommes déterminé-e-s, uni-e-s, prêt-e-s à mener la bataille pour l’égalité et la liberté.C’est donc ensemble que nous appelons les forces progressistes, les jeunes et les salariés, à s’unir afin de soutenir la jeunesse et créer une dynamique populaire.L’ensemble des organisations sus-nommées appellent donc la jeunesse et l’ensemble de la population se retrouvant dans les valeurs d’égalité, de liberté et de solidarité que nous portons à se rassembler le jeudi 29 mai à 14h sur la Place de la Bastille et partout en France, pour affirmer que la France du Front National à 25% n’est pas la leur !

* * *A l’appel de UNEF, la FIDL, l’UNL, Osez le Féminisme, la Maison des Potes, les Jeunes Socialistes, les Jeunes Communistes, les Jeunes du Parti de Gauche, les Jeunes de la Gauche Unitaire, les Jeunes Ecologistes, les Jeunes Radicaux de Gauche - See more at:

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 03 juin 2014, 20:44:50

Le PG exprime souvent des analyses intéressantes, notamment sur les questions économiques, sociales mais conserve encore des difficultés, avec le monde de l'entreprise qu'il connaît mal ainsi que l'éloignement avec les salariés, précaires ou modestes qui y travaillent mais ne peuvent se reconnaître dans des positions aussi excessives que la réquisition ou le sans "papierisme"....

Pourtant, au vu des options que les sociaux démocrates mettent en oeuvre, l'autre gauche devrait être la bénéficiaire de ces exigences en matière sociale des citoyens. Alors, sur les questions migratoires, peut être faudrait il expliquer aux citoyens que lutter contre la rapacité de certaines entreprises permettrait, déjà de réduire drastiquement l'immigration, ensuite qu'une politique de co développement serait efficace pour ancrer les populations sur leur territoire. Et enfin, en matière de réciprocité commerciale et économique, le PG pourrait s'affranchir de certains dogmes révolutionnaires ou marxistes qui le rendent inaudibles auprès de populations qui n'adhèrent pas aux idées révolutionnaires et ne parviennent pas à distinguer, au sein du front de gauche les diverses composantes, sur un plan idéologique qui s'y expriment.

Avatar du membre
Ramdams
Messages : 13178
Enregistré le : 18 mars 2013, 09:37:10

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Ramdams » 04 juin 2014, 22:45:02

Tiens, le-la Part-i-e de Gauch-e s'est défini-e-tivement convert-i-e à la-le rhétori-e-qu-e des féminist-e-s rendant impropr-e à-au la-le lectur-e ce pavé-e. Le-la Part-i-e ne s'amélior-e pas avec le-la temps. Il-Elle finira comme le-la Nouve-au-elle Part-i-e Anti-e-capitalist-e, c'est-à-dire aux oubliet-te-s.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 05 juin 2014, 13:30:03

Il est temps que le PG, qui aurait pû être une authentique alternative à gauche, de par le talent oratoire de Mélenchon, s'affranchisse du carcan idéologique vers lequel l'alliance avec le PCF, prisonnier de certaines alliances, l'entraîne !

C'est d'autant plus vrai que la politique que conduisent les sociaux démocrates ouvrent un espace idéologique conséquent entre eux et les tenants d'un collectivisme qui ne peut aboutir, pour les salariés !

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 10 juin 2014, 16:41:28

wesker » Mar 3 Juin 2014 - 20:44 a écrit :Le PG exprime souvent des analyses intéressantes, notamment sur les questions économiques, sociales mais conserve encore des difficultés, avec le monde de l'entreprise qu'il connaît mal ainsi que l'éloignement avec les salariés, précaires ou modestes qui y travaillent mais ne peuvent se reconnaître dans des positions aussi excessives que la réquisition ou le sans "papierisme"....

Pourtant, au vu des options que les sociaux démocrates mettent en oeuvre, l'autre gauche devrait être la bénéficiaire de ces exigences en matière sociale des citoyens. Alors, sur les questions migratoires, peut être faudrait il expliquer aux citoyens que lutter contre la rapacité de certaines entreprises permettrait, déjà de réduire drastiquement l'immigration, ensuite qu'une politique de co développement serait efficace pour ancrer les populations sur leur territoire. Et enfin, en matière de réciprocité commerciale et économique, le PG pourrait s'affranchir de certains dogmes révolutionnaires ou marxistes qui le rendent inaudibles auprès de populations qui n'adhèrent pas aux idées révolutionnaires et ne parviennent pas à distinguer, au sein du front de gauche les diverses composantes, sur un plan idéologique qui s'y expriment.
Le PG connait bien le monde de l'entreprise puisque ses cadres politiques sont cadres du secteur privé si tu enlèves les élu-es, le soutien à Kerviel ne relève pas du hasard ni d'une récupération médiatique. C'est pour celà que le PG est social démacrate et non anticapitaliste...

Ramdams : si un simple titre féminisé te fait peur, il faut consulter :!:
Henri Guaino : quand la droite et le FN oublient leurs grands discours sur la justice

Poursuivi pour « outrages à magistrat » pour s’être déchaîné contre le juge qui venait de mettre Nicolas Sarkozy en examen pour abus de faiblesse sur Liliane Bettencourt, Henri Guaino a rédigé une proposition de loi pour s’auto-protéger.

Grand pourfendeur du laxisme judiciaire, l’UMP n’a pourtant pas hésité un instant à inscrire ce texte à l’ordre du jour de l’assemblée dans le temps qui lui est imparti. Visiblement, garantir l’impunité de l’un des siens est plus urgent que toute autre proposition en faveur du pays.

En séance les députés UMP présents, à l’exception de 2 d’entre eux, ont non seulement voté pour cette impunité mais n’ont pas eu peur du ridicule en criant Liberté.

Une fois de plus, le FN a montré son vrai visage en refusant que Henri Guaino ait à se défendre devant la justice comme tout justiciable : Marion Maréchal Le Pen n’a pas voté, Jacques Bompard et Gilbert Collard l’ont soutenu.merci

Le Parti de Gauche considère que la seule position juste était de voter contre cette proposition de loi de suspension des poursuites.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 10 juin 2014, 20:54:08

Je crois, nico37 que tu as raison de mettre les articles qui mettent en évidence les contradictions de cette droite, qui se veut, pourtant donneuse de leçon et qui oublie, pour elle même ses propres valeurs.

Cela étant je serais curieux de connaître ta position sur l'accord de libre échange avec le Maroc, vu que j'ai cru comprendre que tu étais hostile au grand marché transatlantique ?

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 15 juin 2014, 23:06:12

Je suis anticapitaliste donc je suis contre tout traité, ce sont aux seuls travailleur/ses et retraité-es de décider, quant au PG, voir le CP que je posterais peut être plus tard...
Quand Jean-Luc Mélenchon choisit de se mettre en retrait Sophie de Ravinel 13/06

L'ancien candidat à la présidentielle a pris ses distances de la scène médiatique et politique depuis les européennes alors que les communistes appellent à la transformation du Front de gauche.

Jean-Luc Mélenchon s'est mis au vert ces derniers jours. Au bleu plus précisément, au bord de la mer. En Espagne, glisse un proche, pour des affaires familiales et quelques jours de repos. Il en avait visiblement besoin après les européennes et ses larmes au soir de la large victoire du Front national. Sur son site, la vidéo de ce moment cruel a été vue par plus de 223.000 personnes. Dans la dernière note de son blog datée du 7 juin, le leader du Front de gauche raconte combien la vue de la mer lui a fait du bien. «Regarder les vagues moutonner, c'est les faire entrer dans l'esprit et, de là, dans tout le corps. Il peut en résulter une plage aussi lisse que fraîche.» Serait-il apaisé ? Pas vraiment. Au fil de l'eau, il voit surtout les déchets. «Notre civilisation, dit-il, est celle des déchets massifs.» L'humeur est sombre.
En 2002, après la défaite de Lionel Jospin et un Front national au second tour, celui qui était alors socialiste avait plongé dans la dépression. Un rude moment, qui avait duré. Il en reparle relativement facilement aujourd'hui, comme d'une grande secousse psychique.

« Percuté par les résultats »

S'il est revenu à Paris mercredi soir, Jean-Luc Mélenchon reste volontairement en retrait des médias. En catimini, ou presque, il s'est rendu jeudi devant le Palais de justice de Paris pour soutenir des salariés et des syndicalistes de la RATP. Il communique peu, ou pas, avec ses alliés de la gauche radicale en dehors de son Parti de gauche. Et il ne se rend plus, depuis longtemps déjà, aux réunions des responsables du Front de gauche. Figure féminine du Front de gauche, Clémentine Autain, de la formation Ensemble, affirme n'avoir «aucune nouvelle» de lui. «Il est percuté par les résultats, dit-elle. Les coordonnées politiques telles qu'il les voyait ne sont pas sorties des urnes, ça remet en cause tout le mécano politique qu'il avait construit.»
Le 23 mai sur son blog, à la veille des européennes, Mélenchon affirmait: «Dimanche ça va le faire, j'en suis certain. Faites attention aux annonces de 20 heures. A la présidentielle, Le Pen était annoncée à 20 %. Le lendemain matin, elle était à 17. Comme son papa l'ami d'Ebola au mieux de sa forme. Mais pas mieux.» Pour Clémentine Autain, «Jean-Luc Mélenchon a besoin de retrouver un souffle, une stratégie.»

(...)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 16 juin 2014, 21:30:51

Mélenchon a espéré et agit pour incarner une autre gauche mais en s'alliant aux communistes, ces derniers ont conservé, à la fois leur stratégie d'alliances aux sociaux démocrates et leurs références idéologiques....ce qui a brouillé la lisibilité et la crédibilité du front de gauche que Mélenchon souhaite, je le crois, développer étant entendu que la politique que mènent les sociaux démocrates ouvrent, clairement un espace politique à gauche.

Cela étant, cet espace ne va pas jusqu'aux marxistes, collectivistes qui défendent un projet de société internationalistes, idéalistes et, jugée irréaliste, surtout dans ces temps de crises et de déficits budgétaires abyssaux qui creusent les difficultés, et démotivent les investisseurs. Notions qu'ils continuent de récuser et qui sont pourtant indispensable au fonctionnement de l'économie, au financement des entreprises et donc aux gisements d'emplois qui existent dans notre pays.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 17 juin 2014, 00:26:47

C'est précisément dans les situations de crise que les travailleur/ses ont besoin d'en terminer avec le capitalisme. Dans une période de plein emploi, une société sans classe ni Etat relève plus de l'éthique que de la nécessité...

Image

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 18 juin 2014, 01:51:47

Les cheminots qui luttent aujourd’hui le font pour l’intérêt général Martine Billard, Co-Présidente du Parti de Gauche

Dans les mois qui viennent, le Parlement européen devrait se prononcer sur le 4ème paquet ferroviaire portant sur l’obligation d’ouverture à la concurrence du transport de voyageurs de proximité. Bien évidemment, les libéraux le présentent sous de belles couleurs : « Le 4ème paquet ferroviaire vise à améliorer la qualité des services de transport ferroviaire des passagers » mais sans pouvoir cacher l’objectif : « permettre aux nouveaux opérateurs d’obtenir des contrats de services publics ». Le gouvernement de M. Valls a décidé d’anticiper, comme le reconnaît Gilles Savary, député PS rapporteur d’un projet de loi identique au système européen proposé. On apprend au détour des débats que « la part du chiffre d’affaires de la SNCF correspondant au service public ne dépasse plus 20 % ». Pas étonnant lorsqu’on découvre que la filiale publique Fret SNCF a perdu quasiment 50 % de son chiffre d’affaires pendant qu’une filiale privée est en pleine croissance ! C’est bien là tout le tour de passe passe de cette réforme : transférer le maximum d’activités rentables à des filiales privées et essayer de transférer les « charges » de service public aux régions.
Ainsi la restructuration en 3 sociétés, sous le statut d’EPIC (établissement public industriel et commercial), préfigure l’apparition aux côtés de « la SNCF, SNCF Réseau et SNCF Mobilités [qui] constituent un groupe public ferroviaire appartenant au système de transport ferroviaire national » d’autres sociétés qui seront privées. Tout est fait pour préparer cette concurrence, jusqu’au statut des salariés. Ainsi « La SNCF, SNCF Réseau et SNCF Mobilités [pourront] également employer des salariés sous le régime des conventions collectives. ». Pour les personnels qui resteront sous statut, « une convention de branche peut compléter les dispositions statutaires ou en déterminer les modalités d’application dans les limites fixées par le statut particulier. » Par ailleurs le temps de travail sera défini par décret.
C’est donc bien du démantèlement du statut des cheminots dont il est question. Cela reproduit l’évolution de la Poste où tous les recrutements se font maintenant sous contrat de droit privé avec toutes les dérives connues de l’intérim et des CDD à répétition. Voilà pourquoi aujourd’hui les cheminots sont en grève, mais aucun média ne vous a expliqué pourquoi. Le FN a lui montré son vrai visage en accusant les syndicats de complicité dans la situation dégradée de la SNCF ! Seule une entreprise publique du rail peut maintenir et développer un réseau ferroviaire permettant de répondre aux besoins d’aménagement du territoire dans le respect de l’égalité d’accès et dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Le Parti de Gauche soutient totalement la grève appelée par les syndicats pour la défense du service public contre la concurrence synonyme de service plus cher, de moindre qualité, moins respectueux de la sécurité, avec de moins bonnes conditions de travail et de moins bons salaires pour les cheminots.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59582
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nombrilist » 18 juin 2014, 07:32:26

Encore le libéralisme économique européen qui vient nous faire chier chez nous. Je ne comprends pas. Il y a des lois européennes que l'on piétine allègrement depuis plus d'une décennie (justice, par exemple), mais dès qu'il s'agit d'activité économique, même les socialistes font du zèle. Lâchez rien les gars. Surtout, ne lâchez rien.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 18 juin 2014, 22:31:23

Objectivement, chacun conviendra qu'on ne peut poursuivre avec une entreprise publique déficitaire à de tels niveaux....

Que le train ne soit pas un centre de profit, mais un service public, utile au développement, au transport etc...peut se comprendre et je crois que les citoyens y restent attachés, mais le fonctionnement de cette entreprise, ainsi que l'attitude de ces équipes peuvent dérouter. A savoir que si nous voulions que l'entreprise soit équilibrée, il faudrait doubler les tarifs, sur de nombreuses lignes et supprimer les lignes à caractère politique qui ne desservent qu'un nombre trés réduit de passagers.

Avatar du membre
Albedo
Messages : 285
Enregistré le : 02 avr. 2014, 17:10:33
Localisation : Le Retz

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Albedo » 19 juin 2014, 08:08:26

Je peux aussi comprendre la nécessité de service public en ce qui concerne le transport de passager même si je ne le défend pas.

Mais le contribuable n'a pas à assumer le coût de la branche fret de la SNCF qui est en chute libre alors que les concurrents privés progressent eux. C'est une activité purement commerciale et qui est apparemment rentable pour certains, pourquoi pas pour la SNCF Fret? Je ne pense pas qu'ils soient moins bon que les autres pourtant.
"Tandis que l'État existe, pas de liberté ; quand règnera la liberté, il n'y aura plus d'État." - Lénine
"Theoretically, planning may be good. But nobody has ever figured out the cause of government stupidity." - Richard Feynman

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré