Le parti de gauche

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59220
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nombrilist » 19 juin 2014, 08:18:49

Parce qu'on a laissé les parties juteuses au privé, très probablement. Comme d'habitude je dirais, même.

Avatar du membre
Albedo
Messages : 285
Enregistré le : 02 avr. 2014, 17:10:33
Localisation : Le Retz

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Albedo » 19 juin 2014, 09:50:49

Je ne pense pas non il n'y a pas de monopole sur certaines lignes ou certains clients. Les clients ont juste le choix avec SNCF fret ou d'autres prestataires, peu importe le trajet, et les clients chargeurs choisissent.
"Tandis que l'État existe, pas de liberté ; quand règnera la liberté, il n'y aura plus d'État." - Lénine
"Theoretically, planning may be good. But nobody has ever figured out the cause of government stupidity." - Richard Feynman

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 19 juin 2014, 21:17:01

La SNCF assure le transport des passagers et des marchandises, la question, Albedo reste la même....A t-elle vocation, en tant qu'entreprise publique à être un centre de profit, devant alors augmenter ses tarifs, supprimer des lignes de complaisance politique, déficitaire et investir sur les moyens de transport performant, moderne et répondant aux besoins majoritaires ? Alors il faut l'assumer, en faire l'explication auprès des citoyens qui doivent, aussi en mesurer les conséquences en terme de desserte et de qualité de service, ou bien on considère qu'elle appartient au service public, acceptant les déficits mais n'ayant tout de même pas vocation à accorder, au détriment des assujettis et des usagers, des avantages excessifs aux personnels ou à accumuler des dizaines de milliards d'euros de pertes....

Depuis des décennies, surtout pour des raisons historiques, culturelles, on hésite à entreprendre ce débat qui serait pourtant indispensable à la détermination d'une stratégie, d'une ligne de conduite, pour cette entreprise, tant respectée, appréciée, mais tant décriée, aussi, par certains de ses usagers.

Avatar du membre
Albedo
Messages : 285
Enregistré le : 02 avr. 2014, 17:10:33
Localisation : Le Retz

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Albedo » 20 juin 2014, 09:15:19

Je suis d'accord avec ça, soit on assume une stratégie service public pour le transport des voyageurs seulement en acceptant la dette et les résultats qu'ils soient bon ou mauvais et le fait que l'allocation du capital puisse être politisée, ne correspondent pas à la demande en maintenant des lignes sous-utilisées (les fameuses IC-7 à IC-9). Mais Comment fixer la limite de la dette dont la menace pèse du coup sur le contribuable? Comment gérer la pression des grève car il y a monopole du transport de passager? C'est le statu quo donc.
Par contre, dans cet axe là, l'activité fret doit être indépendante et privatisée car ce n'est pas, à mon avis, une mission de service public ce qui n'est pas clairement le cas aujourd'hui et ces résultats n'ont pas à peser

Ou alors, on assume un pas vers la libéralisation du transport de passager aussi. Cela peut passer par une ouverture à la concurrence progressive sur des lignes régionales, puis nationale. Rien n'empêche la SNCF d'être toujours un acteur du marché et de garder son statut public comme la DB en Allemagne avec société anonyme et actionnariat 100% public. Les conditions de travail des cheminots ont été harmonisée là-bas dans un accord de 2011 et les performances de la DB ont progressé ainsi que ces résultat. Le trafic ferroviaire fret et passager a aussi augmenté après cette ouverture à la concurrence du fret nationale et passager régionale, en déléguant largement aux länders les responsabilités.
http://www.assorail.fr/positions-de-l-a ... ail-49.htm

Ou encore, le modèle britannique avec privatisation plus ou moins complète des acteurs et libéralisation totales du domaine ferroviaire.

--

En termes de résultats, les UKs sont souvent devant (notamment en sécurité), je me base sur une enquête de la commission européenne (la seule que j'ai trouvé assez large pour inclure beaucoup de pays)
Après a quoi sont dû ces résultats, libre à chacun de juger, en tout cas il ne semble pas que ni l'ouverture à la concurrence ni la libéralisation plus complète ne nuise à la sécurité

Voici la source
http://www.era.europa.eu/Document-Regis ... -2013.aspx

Voici les principales conclusions de ce rapport de l'agence européenne du rail

Image
Le nombre d'accidents sérieux, de victimes et de blessés est en diminution dans l'UE.

Image
En terme de victimes par kilomètres de train parcouru, l'UK est en fait l'un des 2 meilleurs pays avec le Luxembourg. Si l'on regarde les 3 plus grands réseaux d'UE (FR - DE - UK) on s'aperçoit que la France fait moins bien que les UK mais mieux que l'Allemagne (DE)

Image
Le réseau européen est l'un des plus sur, devant les USA et le Canada mais derrière l'Australie. La courbe de baisse des accidents (hors suicide) suit à peu près le même taux entre les USA et l'UE. La Corée du Sud avance à un rythme beaucoup plus élevé tout en ayant un monopole 100% public.

Image
Le train reste l'un des moyens de transport les plus sur.

Image
La répartition est l'évolution des types de victimes. On constate qu'il est difficile de faire mieux pour les employés et les passagers.

Image
Image
En termes d'équipements de sécurité, le UK est très largement derrière pourtant c'est, parmi les 3 réseaux les plus importants, où il y a le moins de victimes.

Image
Pourtant, la fatalité en km-train parcouru aux passages à niveau est plus haute en France qu'au UK ou en Allemagne, les 2 autres réseaux avec le plus de passager-km ou train-km.

Image
Et enfin, le rapport entre l'indice de libéralisation du ferroviaire et le nombre de morts par train-km. On voit clairement qu'il n'y a pas de relation entre l'indice de libéralisation et le nombre de victimes. Les pays les plus libéralisés dans le ferroviaire en europe sont parmis ceux avec le moins de victime, particulièrement l'UK et l'Allemagne qui ont des volumes comparables.

Le trafic ferroviaire a assez augmenté sur les 5 dernières années d'ailleurs peut-être à cause des bouchons, des prix des voitures ou des carburants, d'un dynamisme économique particulier...peu importe, le trafic augmente
Image

Pour la satisfaction, j'avais trouvé une autre étude de la commission européenne sur la satisfaction dans les transports ferroviaires. Le lien est directement le téléchargement du PDF.

J'ai repris les figures principales (une quinzaine) et globalement les anglais semblent plutôt contents de leur railways (ou alors les français sont très râleurs). Ils sont globalement parmi les plus satisfaits, la France est toujours bien positionnées aussi mais un peu moins. Les données sont de 2013, je n'ai pas cherché les rapports d'avant pour voir l'évolution mais ça peut-être intéressant.

L'usage anglais et allemand est un usage de commutation
Image

Satisfaction globale sur le voyage
Image

Satisfaction dans les gares
Image

Propreté dans les gares
Image

Propreté
Image

Disponibilité du personnel
Image

Informations pendant le voyage
Image

Ticket unique
Image

Ponctualité et fiabilité
Image

Fréquence des trains
Image

Accessibilité aux vélos
Image

Facilité d'acheter des billets
Image

Accessibilité pour les personnes handicapées
Image
Image

En complément, la synthèse de l'audit de l'école polytechnique fédérale de lausanne (EPFL) sur le réseau RFF après le rapport 2005 (très alarmant) et celui de 2012 (plutôt encourageant). Je copie la conclusion du 2012, on peut trouver le rapport sur le site de rff (2005 et 2012) http://www.rff.fr/fr/mediatheque/textes ... /securite/ en bas de page.
Les volumes financiers consacrés au renouvellement du réseau ont connu une progression significative, signe d’une prise de conscience de l’urgence de la situation. La trajectoire en la matière est conforme aux recommandations de l’audit Rivier. Le rythme de montée en puissance de l’investissement est cependant inférieur aux préconisations de l’audit : entre 2006 et 2010 il a manqué au total 1.6 G€ (CE 2010). Cet écart n’a pas permis d’inverser la tendance au vieillissement de certaines parties du réseau ferré national.

Plus inquiétant, la conjoncture économique mondiale et nationale actuelle est susceptible de porter un frein à la croissance nécessaire des budgets de renouvellement de l’infrastructure (le suivi des recommandations de l’audit Rivier nécessiterait 450 M€/an supplémentaire au cours des prochaines années). Or il est vital de poursuivre cet effort d’investissement afin de pérenniser le patrimoine des axes structurants (voies et caténaire en particulier).

Il conviendrait, d’une part, de se poser la question du bien fondé socio-économique du maintien en exploitation des lignes dont le trafic est très faible ou alors repenser leur schéma de financement. Or, repenser l’ensemble ne peut se faire que dans le cadre d’une réflexion globale sur les transports, qui viserait à établir et à promouvoir une vision cohérente et durable de la mobilité future. Cette vision est indispensable afin de pouvoir mener efficacement et durablement des arbitrages devenant nécessaires par la force des choses. (En 2005, le réseau secondaire (UIC 7 à UIC 9de la SNCF représentait 46% du réseau, 6% de l'utilisation)

Repenser, d’autre part, le fonctionnement institutionnel de la gestion de l’infrastructure en vue de la constitution d’un gestionnaire d’infrastructure unique est inévitable et pourrait relever d’une certaine urgence. L’optimisation des processus décisionnels s’accommode mal d’un fractionnement multiple, qui peut bien conduire au cumul d’optima locaux, mais dont la somme ne conduit pas forcément à un optimum global. Or, le "système fer" a besoin de processus de décision performants, afin de dessiner le réseau de demain au plus près des besoins de l’exploitation et de créer aussi l’espace d’innovation nécessaire. Il s’agit de favoriser la création d’un tel espace.

Sur un plan plus opérationnel, il convient de rappeler, en le soulignant, que le manque de planification coordonnée de l’utilisation de la capacité entre sillons et travaux, induirait un risque substantiel de blocage dans un contexte de demandes accrues portant sur la même ressource. Or, les deux "consommateurs" de capacité verront leur demande croître: les sillons par des visions de plus en plus ambitieuses des AOT, les travaux par le besoin de rattrapage maintes fois évoqué, couplé à une usure accrue qui, à son tour, accroît encore les besoins de maintenance.
Malheureusement, je n'ai pas trouvé la suite de certaines données de 2005 dans le rapport 2012, c'est ça qui aurait été intéressant car les investissements ont a priori augmenté, ce qui est une bonne chose. Donc, voici quelques une des figures du rapport 2005.

Image
La répartition des lignes en catégorie de fréquentation. Clairement, RFF a une bonne partie de ses lignes qui ne sont pas exploitées comparé à la Suisse, l'Espagne ou l'Italie. Le tableau au dessus de la figure renseigne les % pour chaque catégorie.

Image
Renouvellement des voies en km.

Image
En 2004, on remarque tout de suite la particularité de RFF, ils font beaucoup d'entretien et quasiment pas de renouvellement par rapport aux autres pays. Au UK où le réseau au début des années 90 était délabré, les investissements en 2004 sont toujours très important. La Suisse qui a un réseau "jeune" fait pas mal de renouvellement aussi. Bref, la note peut-être salée (comme aux UK) si rien n'est fait rapidement. Apparemment, des investissements on été fait par RFF mais je n'en connais pas la répartition.

--

Bref, tout ça pour dire que les entreprises publiques ou privées n'ont pas foncièrement un niveau de sécurité ou de "satisfaction client" si différentes que ça et que l'ouverture à la concurrence où la libéralisation si elle n'ont pas clairement d'avantage en terme de sécurité ou de "services" ne semble pas non plus avoir les inconvénients qu'on leur prête souvent. Par contre, en terme financier, la DB aligne quand même les bons résultats (en progression) sans déprécier ces TGV, diminue son endettement et ne perd pas de part de marché sur le fret et vient même en manger en France.

La question de l'allocation du capital est très importante aussi, on voit que 46% des lignes (UC7 - UC9) sont très peu utilisée (6% du trafic total).
"Tandis que l'État existe, pas de liberté ; quand règnera la liberté, il n'y aura plus d'État." - Lénine
"Theoretically, planning may be good. But nobody has ever figured out the cause of government stupidity." - Richard Feynman

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26112
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Le parti de gauche

Message non lu par El Fredo » 20 juin 2014, 14:00:38

Très intéressants tous ces graphiques, merci (pas encore eu le temps de lire). Ça vaudrait le coup de reposter ton sur un sujet dédié.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Nico37
Messages : 18629
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 21 juin 2014, 01:18:03

Notre Dame des landes : L’abandon c’est maintenant ! Corinne Morel Darleux

Cette fois encore, pour la sixième année consécutive, le Parti de Gauche sera présent au grand rassemblement estival des opposants au projet d’aéroport de Notre Dame des landes près de Nantes les 5 et 6 juillet.

Des caravanes (à pieds, vélos, tracteurs, voitures…) se sont déjà mises en route de toute la France, partant de lieux emblématiques des luttes collectives contre les grands projets inutiles et imposés pour converger vers Notre Dame des Landes : http://www.bastamag.net/Des-caravanes-d-opposants-aux
Un rassemblement "convergence NDDL - autres GPII" aura notamment lieu à Mornant à 25 km de Lyon le dimanche 29 juin de 11h à 18h avec Françoise Verchère pour NDDL, Daniel Ibanez pour la LGV Lyon-Turin et Laurent Pinatel pour la ferme-usine des 1000 vaches dans la Somme.

L’année a été dense, mais les opposants ont tenu bon malgré la répression policière sur la ZAD (zone à défendre). Ils ont tenu bon également sur les recours juridiques en matière de Loi sur l’eau et d’autorisation de destruction d’espèces protégées. La Commission Européenne a même lancé une procédure d’’infraction contre la France, pour cause de fractionnement du dossier et d’insuffisance d’étude d’impact environnemental global.

Le projet est donc suspendu, retardé. Il faut maintenant arracher la victoire. Le premier ministre Ayrault envolé, le projet doit désormais être abandonné. C’est le mot d’ordre retenu par les organisateurs cette année et que soutient le PG : "L’abandon, c’est maintenant".
http://www.notredamedeslandes2014.org/o ... andes-2014

Martine Billard interviendra au meeting politique. Corinne Morel Darleux co-animera un atelier sur le traité transatlantique. Elles seront accompagnées de nombreux responsables et militants du Parti de Gauche qui participent à l’organisation et seront présents dans les différents débats : les militants du PG de Loire Atlantique bien entendu, mais aussi les membres du Bureau National Mathieu Agostini, Selin Ersoy, Laurent Levard, Jennifer Bellay, Lionel Debraye, ainsi que Dominique Dance (foncier agricole), Dimitri Robert (Fukuchinon), David Gau (lobby Vinci), David Ammar (Collectif anti gaz de schiste), François Delbrayelle (Alternatiba Lille), Alain le Vot…

freeze
Messages : 8547
Enregistré le : 19 juin 2013, 16:29:06

Re: Le parti de gauche

Message non lu par freeze » 21 juin 2014, 09:05:21

full support aux résistants ^^

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 21 juin 2014, 14:16:32

Fidèle à sa tradition de défense des services publics, au sens du collectivisme, les marxistes et autres composantes du front de gauche s'empressent de monter au créneau, mais ce n'est pas le sujet.

Il convient, préalablement de définir la place du rail, du train, dans notre pays, de définir ensuite le statut de l'entreprise, et, enfin de tracer des perspectives, pour trouver de nouveaux équilibres entre la satisfaction des besoins des usagers clients et la situation financière qui, étant publique, ne peut dépenser et creuser ses déficits, son endettement de manière irresponsable en la transférant vers la sphère privée qui devrait, au travers l'impôt et donc les efforts renflouer indéfiniment.

Nico37
Messages : 18629
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 22 juin 2014, 01:25:53

Ferroviaire : le combat n’est pas fini Laurence Pache Secrétaire nationale du Parti de Gauche

L’examen du projet de loi ferroviaire s’est achevé vendredi 20 juin. Les députés ont voté des amendements au texte notamment en faisant de la SNCF "mère" l’employeur unique pour tous les cheminots, avec un seul comité d’entreprise et un seul CHSCT à l’échelle de la future holding SNCF. C’est sans doute une garantie utile pour les cheminots.

En revanche en ce qui concerne le retour à une seule société, force est de constater que le compte n’y est pas. Le Parlement va être amené à voter sur une loi qui entérine la séparation du gestionnaire de réseau et de l’exploitant. Cette absurde gestion par activité qui n’a d’autre but que de préparer l’ouverture totale à la concurrence du rail est maintenue.

Cette réforme n’a que ce but, sinon pourquoi s’obstiner à refuser la réintégration totale de RFF et SNCF dans une société unique alors même que cette séparation a fait les preuves de sa nocivité ?

Le Parti de Gauche salue le combat d’intérêt général mené par les cheminots. Il a été mené dans des conditions difficiles à rebours d’une opinion médiatique qui a largement contribué à en rendre illisibles les enjeux. Il est un moment important de la lutte pour les services publics.

Le Parti de Gauche réaffirme son opposition à cette réforme. Nous continuerons à mener le combat pour un véritable service public et contre les logiques de libéralisation destructrices. Aucun des parlementaires de gauche qui critique la libéralisation du transport ferroviaire ne doit voter cette loi.

Nico37
Messages : 18629
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 22 juin 2014, 13:41:44

Enième recul du gouvernement, l’abolition de la prostitution attendra encore ! Delphine Beauvois, Secrétaire nationale à l'Egalité et Claire Piot, Commission féminisme du Parti de Gauche

Alors que le projet de loi portant sur l’abolition de la prostitution avait été adopté à la fin de l’année dernière à l’Assemblée Nationale, le Sénat a longtemps tardé à l’inscrire à son ordre du jour. Le conseil des ministres de mercredi a confirmé cette hésitation de la chambre haute en ne l’inscrivant pas à l’ordre du jour du mois de juillet.

Au-delà d’être une promesse de longue date, cette loi représente un progrès majeur dans la lutte contre le système prostitutionnel en reconnaissant enfin les clients pour les auteurs de violence qu’ils sont et en œuvrant à l’insertion sociale et à la protection des victimes de ce système à savoir les prostitué-es . Le modèle nordique dont s’inspire cette loi a prouvé son efficacité et le débat est engagé dans plusieurs pays. L’Union Européenne a adopté au printemps une recommandation favorable à la pénalisation du client et le Canada est en train d’étudier une loi allant dans ce sens.

Cette loi doit passer ! Ce nouveau renoncement du gouvernement est très grave, mais comment s’en étonner dans le contexte général de recul des droits ? Comment croire que ce gouvernement est progressiste ? Non seulement il ne l’est pas, mais il manœuvre pour tenter de le cacher. En n’inscrivant pas cette loi en juillet, le gouvernement laisse la charge à la prochaine mandature de trancher, prochaine mandature où la gauche risque de perdre la majorité. Mais ce ne sera plus de sa faute !

Le Parti de Gauche déplore ce choix politique et sera de toutes les luttes pour que cette loi soit un jour adoptée et qu’un grand progrès vers la dignité et l’égalité soit fait

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 22 juin 2014, 15:12:33

La lutte contre la prostitution passera d'abord par la lutte contre les proxénètes et les ventes des corps féminins.

En matière de rail, au lieu de défendre, chacun des idéologies, des corporatismes, il semble plus cohérent, légitime de défendre une conception et une utilité du train, son statut et ses financements n'en étant que la conséquence directe !

Nico37
Messages : 18629
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 24 juin 2014, 01:40:14

Michel Sapin, l’aveuglement néolibéral envers et contre tout Guillaume Etievant, Secrétaire national du Parti de Gauche à l'économie et au travail

Si le gouvernement amplifie chaque jour sa politique d’austérité malgré son inefficacité et les ravages sociaux qu’elle entraîne, ce n’est pas par incompétence mais bien par idéologie. Même si le pacte de responsabilité avait réellement un impact positif sur l’emploi (ce dont on peut douter), cet impact serait selon les calculs mêmes de l’administration française moins important que les destructions d’emplois entraînées par le plan d’économie drastique imposé par le gouvernement.

Le plan d’économies de 50 milliards d’euros proposé par le gouvernement Valls dans le projet de loi de finances rectificative va en effet entraîner la suppression de 250 000 emplois à l’horizon 2017 et coûter 0,7% de croissance, selon la rapporteure générale du Budget Valérie Rabault. Selon les résultats des modèles de prévision de Bercy, le pacte de responsabilité va quant à lui créer seulement 190 000 emplois et 0,6% de croissance.

Malgré les faits et les calculs de sa propre administration, Michel Sapin continue, envers et contre tout, à imposer sa politique d’austérité. Son objectif n’est donc pas la croissance ou l’emploi, mais bel et bien de satisfaire au plus haut point les intérêts des actionnaires et des grands patrons.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 24 juin 2014, 21:12:45

Sapin est, depuis toujours un social démocrate réformiste assumée, revendiquant l'Allemagne et le PSD d'Allemagne comme référence, à l'imagine de la droite Sarkozyenne et libérale.

Sa préoccupation et son écoute du peuple reste insuffisante pour satisfaire une aile gauche et un front de gauche qui sont, eux, si excessif notamment sur leur hostilité envers les entreprises que leur crédibilité et leurs propositions ne peuvent être prises au sérieux par un tel personnage. Objectivement, si la France ne retrouve pas urgemment le chemin de l'équilibre et reste prisonnière de l'idéologie et des dogmes des appareils politiques, les citoyens ont du souci et des actions à faire.

Nico37
Messages : 18629
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 25 juin 2014, 00:38:35

Handicap : Quand " gouvernement " rime avec " reniement " ! Vincent Assante, Responsable de la commission handicap du Parti de Gauche

Le Parti de Gauche condamne avec force le projet d’Ordonnance gouvernementale qui vient d’être rendu public en matière d’accessibilité du cadre bâti, de la voirie et des transports.

Le 11 février 2005, à juste titre, le PS alors dans l’opposition votait contre le projet de loi dit « Pour l’égalité des droits et les chances, la citoyenneté et la participation des personnes handicapées » au motif que cette loi ne répondrait pas aux besoins exprimés des personnes, notamment en matière d’accessibilité.

À présent revenu au pouvoir, loin de saisir le Parlement en vue d’améliorer le corpus législatif pour favoriser l’autonomie des personnes confrontées quotidiennement à de multiples situations de handicap, le gouvernement de François Hollande entend remettre en cause de manière autoritaire les maigres acquis de la loi du 11 février 2005 dans le domaine de la libre circulation des personnes.

Contrairement aux intentions annoncées lors des travaux dits de concertation avec le Mouvement associatif au cours de ces deux dernières années, que ce soit en termes de délais, de prise en compte des situations financières des propriétaires ou exploitants d’ERP, de modalités de contrôle, d’avis réputé favorable en cas de non-réponse dans les délais du représentant de l’État, de
suppression de sanctions prévues à l’origine, et de bien d’autres éléments plus techniques encore, le Gouvernement fait la part belle aux lobbies de l’immobilier et aux gros patrimoines contre l’intérêt
de la population en général et des personnes en rupture d’autonomie en raison de l’avancée en âge et des personnes dites handicapées en particulier.

Le Parti de Gauche soutient sans réserve le combat des personnes dites handicapées et de leurs associations pour faire valoir leur droit à la citoyenneté, rappelle les engagements contenus dans le programme du Front de Gauche et se félicite que son groupe parlementaire se soit prononcé contre le Projet de loi d’habilitation gouvernemental visant à procéder arbitrairement par ordonnance.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 25 juin 2014, 21:01:38

Le PG, qui ambitionnait d'incarner l'autre gauche, d'être cette nécessaire alternative à des sociaux démocrates qui pratiquent, peu ou prou les politiques économiques de la droite libérale, ne parvient pas à fédérer. Son alliance avec le PCF, si elle se conçoit et avait sa cohérence est, aujourd'hui, je pense l'handicape pour une formation qui avait tant de possibilité, au vu de l'espace politique que cette politique libère, sans pour autant rejoindre les thèses, d'un PCF déconsidéré aux yeux de nombre de citoyens, pourtant populaires, modestes qui ne croient plus au grand soir mais gèrent, au quotidien, au sein et avec les entreprises, les difficultés de l'économie et les réalités telles que la concurrence déloyale ou la stagnation salariale que des revendications de hausses brutales de salaires ne permettent pas de rassurer.

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré