Le parti de gauche

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 31 déc. 2011, 18:10:23

wesker a écrit :Vu le flou programmatique, l'absence de volonté de mettre en oeuvre autre chose que l'accompagnement du mondialisme et l'absence de vision claire pour sortir de la spirale de l'endettement, le Front de Gauche peut, à juste titre penser que l'alternative réelle qu'il incarne a de bonnes chances d'être devant des socialistes qui ressemblent et votent beaucoup trop de texte avec l'UMP qu'ils prétendent pourtant combattre !
Ah ça c'est comme MLP au 2è tour... De plus faudra se pencher sur le ratio inscrit/électeur potentiel...
Bref le cirque continue...
Soutien aux salariés de la Maison du Jambon

Le Parti de Gauche apporte son entier soutien aux salariés de la Maison du Jambon en lutte suite à la décision de l'actionnaire de supprimer 69 emplois, soit la quasi-totalité, du site d'Albi. Une fois de plus, les salariés sont les victimes locales des batailles capitalistes. Mme Monique Piffaut, dont la fortune est estimée à 240 millions d'euros (en augmentation pour 2011 de 20 millions d'€– pendant la même période le SMIC aura augmenté de 225 € !) est l'une des 200 premières fortunes de France. Elle est devenue propriétaire de la Maison du Jambon à la suite du rachat du groupe Madrange dans le courant de l'été. Ce rachat avait été salué par Christine Lagarde (ministre des Finances) et Bruno Le Maire (ministre de l'Agriculture) qui se félicitaient dans un communiqué commun que « tous les sites de production seraient conservés » et « qu'un ambitieux programme d'investissements » était prévu. On voit aujourd'hui ce qu'il en est des engagements de l'actionnaire comme de ceux du gouvernement.

La Maison du Jambon, représentative d'une activité traditionnelle de la filière agricole du Tarn est victime de la guerre économique que se livrent les grands groupes industriels et financiers au mépris des besoins des populations. Ce type de décision est le contraire de ce qu'entend mettre en œuvre un gouvernement du Front de Gauche qui développera en priorité, par les circuits courts, une économie locale respectueuse des équilibres écologiques pour répondre aux besoins alimentaires de qualité des populations.

Il est plus que temps que le vote Front de Gauche pour l'élection présidentielle avec Jean-Luc Mélenchon et pour les législatives, impose par la loi une véritable répartition des richesses et que tous les salariés disposent de nouveaux droits permettant de protéger l'emploi.

Vous aussi exprimez votre soutien aux salariés de la Maison du Jambon en envoyant un message à : cfdt.sga81@orange.fr

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 31 déc. 2011, 19:44:14

En attendant les nationaux obtienrent des résultats électoraux très supérieurs à ceux de LO ou autres agitateurs d'idées dans ce genre là !

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 01 janv. 2012, 19:49:21

wesker a écrit :En attendant les nationaux obtienrent des résultats électoraux très supérieurs à ceux de LO ou autres agitateurs d'idées dans ce genre là !
Pour quels résultats :?:
Le Front de gauche en campagne

Jean-Luc Mélenchon, le candidat commun à tous les partis d'extrême gauche unifiés, a dévoilé son programme dans un livre intitulé Le programme du Front de Gauche et de son candidat commun Jean-Luc Mélenchon (Librio, 2011). Parmi les thèses défendues, l'idée de partager les richesses et d'abolir l'insécurité sociale est centrale. La volonté première du front de gauche est de soutenir les classes populaires en temps de crise, et pour ce faire, Jean-Luc Mélenchon propose des actions immédiates : rétablir les 35 heures, le droit à la retraite à 60 ans et à taux plein ou encore un SMIC revalorisé à 1700 euros.
Par ailleurs, le Front de Gauche a la volonté de s'attaquer à la sphère financière, notamment en créant un pôle public financier ou encore en plaçant sous contrôle social des banques privées.

Concernant l'énergie, le Front de Gauche invente « la planification écologique » , qui permettra de préciser les orientations et les investissements publics nécessaires pour enclencher une transition écologique et promouvoir un développement humain durable. Mettre en place ce plan, faire des choix énergétiques sous contrôle citoyen, voilà en quoi consiste les principales actions à mener dès à présent pour le parti d'extrême gauche et son candidat Jean-Luc Mélenchon.
Le programme du Front de Gauche touche également la production agricole et industrielle ainsi que la redéfinition de la République française ou encore le besoin de la France de s'affranchir du traité de Lisbonne et de construire une autre Europe.

Les prochains rendez-vous du Front de Gauche

Le 7 novembre dernier, le Front de Gauche démarrait ses campagnes législative et présidentielle au Lieu Unique. La prochaine étape à franchir pour les représentants du Front de gauche local : les assemblées citoyennes. L'idée de ces assemblées est de réunir les militants ou de simples citoyens afin qu'ils puissent participer à l'élaboration des programmes locaux dans chaque circonscription. Ensuite viendra le meeting du candidat commun Jean-Luc Mélenchon à Nantes dans le courant du mois de janvier.

Prun' a rencontré Aymeric Seassau, secrétaire départemental du Parti Communiste : mp3

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 02 janv. 2012, 21:13:57

Quels résultats pour Lutte Ouvrière ?


L'essentiel est de diffuser le message, de convaincre l'opinion pour qu'enfin, les français osent s'affranchir des consignes et des peurs pour choisir une équipe, un projet et une dynamique alternative à celle qui est constamment suivie depuis 30 ans par les responsables de l'UMPS. La politique n'est, heureusement, pas une affaire de résultat uniquement, c'est une affaire d'engagement et de convictions.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 03 janv. 2012, 00:12:27

wesker a écrit :Quels résultats pour Lutte Ouvrière ?

L'essentiel est de diffuser le message, de convaincre l'opinion pour qu'enfin, les français osent s'affranchir des consignes et des peurs pour choisir une équipe, un projet et une dynamique alternative à celle qui est constamment suivie depuis 30 ans par les responsables de l'UMPS. La politique n'est, heureusement, pas une affaire de résultat uniquement, c'est une affaire d'engagement et de convictions.
Les résultats peuvent se mesurer par une foultitude de paramètres : les cortèges en manifs, les grèves défensives et offensives menées, le nombre de sections d'entreprise etc.

Pour en revenir au PG et FdG, une intéressante critique :
«L’HUMAIN D’ABORD » (FDG). OU L’IMPASSE ANTILIBÉRALE Tout est à nous ! 27 (décembre 2011)

Les dirigeants du Front de Gauche expliquent la décision du NPA de présenter Philippe Poutou comme du sectarisme, la volonté de préserver des intérêts de boutique. La réalité est évidemment autre. Plus simplement, nous ne sommes pas d’accord avec nombre d’aspects du programme du FdG, et avant tout avec sa cohérence globale. Alors que la campagne présidentielle débute, le débat doit avoir lieu. Beaucoup de travailleurs, de jeunes, distinguent mal ce qui sépare les positions de ce Front et celles du NPA. Se pencher sur le fond de L’humain d’abord, le programme du FdG, est donc indispensable.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut pointer la différence de conception qui a présidé à l’élaboration des documents programmatiques du NPA et de celui du FdG.

Pour nous, un programme consigne une série de revendications anticapitalistes et vise à alimenter le mouvement sur une orientation de rupture avec le système actuel. C’est un programme de mobilisation visant à l’établissement d’un nouveau type de pouvoir, un gouvernement des travailleurs menant une politique anticapitaliste.

La méthode du FdG est autre. Pour eux, le changement serait possible dans le cadre des institutions en place – tout juste faut-il réorienter la politique suivie actuellement en leur sein, les démocratiser. C’est le contenu de la fameuse « révolution citoyenne », censée permettre « qu’un gouvernement de gauche fasse du bon travail et ouvre une issue à la crise » en menant à une vie République qui ressemble comme deux gouttes d’eau à la ive (dont on sait combien elle fut « sociale »...).

Logiquement, jamais L’humain d’abord ne pose la perspective d’un affrontement social et politique avec la classe des capitalistes et l’État qui la sert. Les grèves, les mobilisations, les luttes de ces dernières années en sont absentes. Tout est vu en termes de lois et de mesures gouvernementales dans le cadre du système actuel. Cela aboutit à un document ni réaliste ni crédible, qui ressemble surtout à une collection de vœux pieux, en l’absence de toute réflexion sur le moyen d’arracher les revendications.

Face à la crise...

L’humain d’abord réaffirme la légitimité de toute une série de revendications ouvrières – en tout cas celles compatibles avec le maintien de bonnes relations avec les directions syndicales, en premier lieu de la FSU et de la CGT. Ainsi le programme du FdG se prononce-t-il pour l’arrêt de la RGPP, une augmentation (certes insuffisante) du Smic, etc. On notera cependant que deux revendications décisives manquent à l’appel, sans doute parce qu’elles sont dénoncées férocement par ces directions.

La première est celle de l’indexation des salaires sur les prix (échelle mobile des salaires), système qui existait en France jusqu’en 1982. Cette protection, certes imparfaite, avait le mérite d’exister. Depuis son abrogation, année après année, les salariés voient leur pouvoir d’achat grignoté par la hausse des prix. Dans la fonction publique, on estime la perte de pouvoir d’achat depuis 2000 à plus de 15 %. D’où l’importance de cette revendication.

La seconde est le mot d’ordre anticapitaliste d’interdiction des licenciements, qui a pris une forte valeur symbolique depuis plusieurs années et à laquelle la direction CGT s’oppose avec la dernière énergie. À l’opposé, le FdG préconise « un droit de veto suspensif sur les licenciements et l’obligation d’examiner les contre-propositions présentées par les syndicats », sans préciser ce qui se passerait à l’issue de ce délai d’examen.

Le format de cet article interdit de décortiquer l’humain d’abord dans tous ses détails. Signalons quand même que le programme du FdG s’étend sur la laïcité, mais « oublie » le mot d’ordre de « fonds publics à l’école publique » pour l’enseignement. Idem en ce qui concerne l’abrogation du statut de l’Alsace-Lorraine (dans ces régions, les ministres des cultes catholique, protestant et israélite sont payés sur fonds publics). Concernant les questions policières, le FdG demande une augmentation des forces de police, un plan de construction de commissariats. Bref, le Front réclame plus de flics dans les quartiers populaires…

Dette, BCE

La question de la dette publique est devenue décisive. La concernant, notre position est claire : « la dette qui résulte des cadeaux fiscaux et sociaux fait aux plus riches doit être annulée ». Ce sera un des axes de la campagne de Philippe Poutou alors que des milliards sont engloutis dans le paiement de la dette, en conséquence de la politique de cadeaux aux capitalistes menée depuis 30 ans.

Telle n’est pas la position de l’humain d’abord. On s’y limite à évoquer un « réaménagement négocié des dettes publiques »... qui fait consensus dans « la classe politique », tant il est évident que les pays d’Europe du Sud ne pourront pas rembourser.

Le FdG défend aussi « une refonte des missions et statuts de la Banque centrale européenne », issue du traité de Maastricht. Mais que vaut tout ceci, alors que la dénonciation de ce traité n’est pas revendiquée (le PCF y est opposé) ?

Europe, Union européenne

Au-delà de la BCE, en ces temps de crise de la « construction européenne », la place que lui accorde l’humain d’abord est compréhensible.

Le NPA est pour une rupture d’avec l’ensemble des traités qui fondent « l’Union européenne » et se prononce pour une Europe débarrassée du capitalisme, des États-Unis socialistes d’Europe.

Une attention particulière a été portée par le NPA à la nécessité de se distinguer des divers chauvins qui polluent ce débat. Le moins qu’on puisse dire est que ce souci n’est pas partagé par un FdG qui exalte sur tous les murs du pays « la France rebelle »...

Mais au-delà, on pourrait croire qu’un accord serait possible avec un Jean-Luc Mélenchon qui décrit fort justement l’UE comme une « une construction libérale ». Sauf que... le PCF ne partage pas ces positions qui l’opposeraient frontalement aux sociaux-libéraux. Il y a belle lurette qu’il a renoncé à mettre en cause l’UE, ses traités. Tout au plus se borne-t-il à revendiquer de « réellement réorienter cette UE » pour « ne pas tuer l’idée européenne » (celle de Delors ?).

D’où l’accent mis sur la « rupture avec le traité de Lisbonne » (pas l’UE). Qu’on se comprenne : le NPA est évidemment opposé à ce traité. Mais on ne peut lui donner la place que lui donne le FdG. C’est un maillon d’une chaîne, avec les traités de Maastricht, Amsterdam, l’Acte unique, etc.

Tout ceci pose d’ailleurs un autre problème. À l’heure actuelle, le changement d’un traité régissant le fonctionnement de l’UE (ou les missions de la BCE) nécessite l’accord de tous les États membres. Dans ces conditions, la « rupture avec Lisbonne » est une utopie (il faudrait l’accord de Merkel, Monti, etc.). Rompre réellement avec Lisbonne, c’est rompre avec l’UE, ce que le FdG ne veut pas dire.

Contrôle du système bancaire

On sait maintenant le pouvoir de nuisance des grandes institutions financières, en capacité de prendre la société entière en otage. Le temps où les banques avaient pour rôle de recycler l’épargne disponible et de la rediriger vers la production est largement derrière nous. Désormais, le cœur de métier des grandes banques, c’est tout simplement la spéculation, pudiquement intitulée « gestion d’actifs ».

Pascal Morsu

1. Dominique Plihon, Le nouveau capitalisme (La Découverte, 2004).
2. Nos réponses à la crise. Document programmatique voté par le 1er congrès du NPA.
3. Michel Husson, Le néolibéralisme, stade suprême ? (Internet)
4. Le Monde – chat du 5.10.2011.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 03 janv. 2012, 22:23:05

Assemblée citoyenne Front de Gauche "inversée"
19/01/2012 - 19/01/2012 18:30 h - 21:30 h Salle Gallian-Hurard - Martigues

LIBÉRONS-NOUS DU MUR D’ARGENT : A écouter les médias dominants, et la plupart des partis politiques, l’enjeu des présidentielles, serait d’accepter la nécessité politique absolue de rembourser la dette « dite publique ». L’austérité qu’ils nous proposent est LEUR projet de société. Il faut en sortir, et au lieu de rassurer les marchés financiers, leur reprendre le pouvoir, leur reprendre l’argent qu’ils nous volent et qui manque aux services publics, à la santé, à nos retraites, à nos salaires….

Déroulé de la conférence : Nous avertissons les participants qu’à la demande de l’animateur, il n’y aura pas d’introduction. Le conférencier ne sera que le « scribe » des questions que nous nous posons (origine de la dette ? gravité de la dette ? crise de l’euro ? et des solutions politiques alternatives possibles) et qu’il nous posera en retour pour cheminer ensemble.

Il s’agit donc bien d’une conférence inversée visant la politique autrement.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 07 janv. 2012, 02:27:49

2012 : Le FDG et la Confédération paysanne discutent des priorités pour l'agriculture

Les responsables du Front de gauche de l’agriculture ont rencontré les dirigeants de la Confédération paysanne afin d’échanger dans la perspective des prochaines échéances électorales.

Au terme de cette rencontre, les deux organisations se sont accordées sur les priorités qu’un gouvernement de gauche devra poursuivre au cours de ses premiers mois aux responsabilités :

- Garantir des prix stables et rémunérateurs aux producteurs, sur la base notamment de la proposition de loi Chassaigne déposée le 1er décembre à l’Assemblée nationale par les élus du Front de gauche,

- Mettre en place de la représentativité syndicale à la proportionnelle au sein des différentes instances de décision, avant les élections professionnelles de janvier 2013,

- Favoriser l’accès au foncier en stoppant la concentration des exploitations. Instauration d’une surface maximale d’exploitation, dans le cadre de l’objectif qui vise à re-créer 300 000 emplois agricoles,

- Mettre fin au scandale du sous-statut social au sein du monde agricole, par la revalorisation des retraites à 1 000 euros, et la suppression du statut de « cotisant solidaire ».

Au cours des prochaines semaines, le Front de gauche rencontrera les organisations professionnelles agricoles et les associations pour échanger sur ses propositions, sur la base de son Appel lancé aux personnalités et citoyens concernés par la promotion d’une agriculture paysanne, écologique et relocalisée.

Pour le Front de gauche, Parti communiste français

Paris, le 6 janvier 2012.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 08 janv. 2012, 00:25:14

Mélenchon en Franche-Comté le 24 janvier

Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche à l’Elysée, et Pierre Laurent, patron du PCF et président du comité de campagne, seront en Franche-Comté le mardi 24 janvier. Ils seront à Montbéliard et à Belfort dans la journée avant de tenir meeting à Besançon à 20h au Palais des Sports.

Le Front de Gauche estime que « pour sortir de la crise, il faut d’abord protéger les peuples. Ceci veut dire que l’intérêt général doit s’imposer aux banques, que la spéculation doit être brisée et la finance remise à sa place. Notre programme «L’Humain d’abord» avance des proposition pour sortir de la crise en partageant les richesses, en rétablissant le pouvoir des Etats face aux banques, en désobéissant aux dispositions destructrices du Traité de Lisbonne, en renversant l’oligarchie grâce à une VIe république rédigée par une Assemblée Constituante ».

Le Front de Gauche regroupe les mouvements suivants: Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Gauche Unitaire, La Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique, République et Socialisme, Convergences et Alternative, Parti Communiste Ouvrier de France.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 08 janv. 2012, 12:35:39

Mélenchon vu de droite :
Pour Mélenchon, François Bayrou est "super-libéral" ? Faites-moi rire ! Modifié le 07-01-2012 à 14h19

LE PLUS. Selon le candidat du Front de Gauche, François Bayrou est un "adversaire". Mais en le qualifiant de super-libéral qui voudrait appliquer une "super-austérité", Yves Delahaie, militant MoDem, estime que Jean-Luc Mélenchon s'avance trop vite. Par Yves Delahaie Professeur, Militant

Edité par Melissa Bounoua Auteur parrainé par Maxime Bellec

(...)

n1n3yard5
Messages : 270
Enregistré le : 07 janv. 2012, 15:21:37

Re: Le parti de gauche

Message non lu par n1n3yard5 » 08 janv. 2012, 17:39:24

Ce sujet est dédié au discussion en rapport avec le Parti de Gauche.

Présentation

Le Parti de gauche (PG) a été créé le29 novembre 2008 par Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez. Il revendique une orientation socialiste, écologiste et républicaine. Allié au Front de gauche, le PG tente d'allier toutes les forces de « l'autre gauche ». Les co-présidents du PG sont Jean-Luc Mélenchon et Martine Billard.

Le PG souhaite remettre l'économie au service de l'humain et non l'inverse comme c'est malheureusement le cas.

Pour en savoir plus, les statuts du parti sont disponibles à l'adresse suivante : http://www.lepartidegauche.fr/notre-ide ... -de-gauche
La fiche wikipedia est très complète aussi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_de_g ... 8France%29

Programme

Le programme du PG est constitué de 5 chapitres avec plus de 200 propositions. Il est disponible à l'adresse suivante : http://programme.lepartidegauche.fr/pg/ ... -programme

Chapitre 1 : Refondation républicaine des institutions et de la société
Chapitre 2 : Partager les richesses
Chapitre 3 : Planification écologique
Chapitre 4 : Sortir du traité de Lisbonne
Chapitre 5 : Faire la paix

Le PG faisant parti du Front de Gauche, beaucoup de ces propositions se retrouve dans le programme partagé qui est disponible à l'adresse suivante : http://www.placeaupeuple2012.fr/le-programme-partage/

Arguments

« Pourquoi la TVA sociale est une mauvaise idée ? » : http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/0 ... a-sociale/
« Comment mettre en place le SMIC à 1700€ brut en début et 1700€ net en fin de mandature dans TOUTES les entreprises ? » : http://largumentoire.free.fr/index.php? ... ntreprises. Un article qui montre la nécessité d'augmenter les bas salaires : http://www.forum-politique.org/post2646 ... l#p2646563

Actions

23 décembre 2011 - 10 h, Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche et Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, ont été soutenir les agents de sécurité en grève à Roissy Charles de Gaulle. Vidéo : http://dai.ly/w0QhTF
02 janvier 2012, Jean-Luc Mélenchon soutient les ouvriers du groupe Petroplus sur le site de Petite-Couronne. http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/0 ... emorragie/
04 janvier 2012, Jean-Luc Mélenchon soutient Xavier Mathieu (leader syndical des Conti). http://lci.tf1.fr/france/justice/quatre ... 15636.html

Documentaires

Docs ad Hoc : La mécanique Mélenchon : http://www.lcp.fr/emissions/docs-ad-hoc ... -melenchon
Sophie Coignard « L'oligarchie des incapables » : http://www.youtube.com/watch?v=Sp9o-Cb_Q1U (Transcript : http://reseau.dynamique-frontdegauche.f ... les-%C2%BB)

Débats

Je rappelle que lorsqu'un intervenant évoque un propos, il sera d'autant plus crédible s'il donne des sources fiables confirmant que son propos est vrai. Il ne suffit pas de dire que la terre est ronde pour qu'elle le soit, il faut le démontrer.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 09 janv. 2012, 13:17:55

Sur Bayrou, je partage l'analyse de Mélenchon. Idéologiquement et programmatiquement le projet, esquissé par le leader du modem se rapprochent beaucoup du projet mis en oeuvre par le Gouvernement à l'heure actuelle !

En revanche les postures politiciennes et autres considérations stratégiques incitent Bayrou, pragmatique, à ne pas se séparer de Hollande, juste au cas où et ce dernier aura besoin de tout les reports possibles par conséquent, il sera alors temps pour Mélenchon de montrer sa....profondeur de conviction.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 10 janv. 2012, 02:53:12

Le Front de gauche débat pour convaincre

Environ 150 sympathisants ont participé à une journée de réflexion, samedi, au Mans. En ligne de mire : la présidentielle.
Face à la salle pleine du cinéma Le Royal : deux responsables syndicaux CGT et FO de la raffinerie de Grandpuits. Ils furent un peu le symbole de la mobilisation contre la réforme des retraites d'octobre 2010, que dépeint Grandpuits & petites victoires, le film d'Olivier Azam, projeté en prélude au débat de l'après-midi.

(...)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 11 janv. 2012, 13:08:45

Je me réjouis que des syndicalistes et des salariés se soucient des méandres engendrés par une mondialisation sauvage, mais je reste toujours interrogatifs sur les raisons qui incitent des représentants du Front de Gauche, qui en mesurent tout les jours les conséquences sur le terrain, à promouvoir le village mondial et cette vision où, inéluctablement les travailleurs entrent en concurrence entre eux, au plus grand profit des patrons.

n1n3yard5
Messages : 270
Enregistré le : 07 janv. 2012, 15:21:37

Re: Le parti de gauche

Message non lu par n1n3yard5 » 11 janv. 2012, 13:42:40

wesker a écrit :Je me réjouis que des syndicalistes et des salariés se soucient des méandres engendrés par une mondialisation sauvage, mais je reste toujours interrogatifs sur les raisons qui incitent des représentants du Front de Gauche, qui en mesurent tout les jours les conséquences sur le terrain, à promouvoir le village mondial et cette vision où, inéluctablement les travailleurs entrent en concurrence entre eux, au plus grand profit des patrons.
Si le Front de Gauche défend un certain protectionnisme économique (taxe kilomètrique, droit de douane), c'est justement pour que la concurrence entre l'ouvrier français et l'ouvrier bulgare ou chinois ne soit pas faussée.

n1n3yard5
Messages : 270
Enregistré le : 07 janv. 2012, 15:21:37

Re: Le parti de gauche

Message non lu par n1n3yard5 » 11 janv. 2012, 13:43:50

Un excellent texte qui peut nous amener à réfléchir sur les politiques à mener pour sortir l'Europe de la crise.

Je ne copie que quelques extraits mais lisez le entièrement.

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=3159
« Nous sommes confrontés à une théorie économique datant d’avant la grande dépression des années 1930. Comment l’UE peut-elle à ce point mésinterpréter les leçons de l’histoire et traiter avec mépris les enseignements de John Maynard Keynes ? » constate Jeff Madrick, dans cette tribune publiée par la New York Review of Books, où il passe en revue l’échec des politiques de rigueur menées en Grande Bretagne, en Irlande et en Espagne. En ignorant l’enseignement de Keynes, en imposant l’austérité en temps de crise, « les décideurs européens ne vont pas résoudre la crise financière mais l’aggraver, et des millions de personnes auront à en souffrir inutilement, » se désole-t-il.
L’Union européenne est devenue la proie d’un cercle vicieux où l’augmentation de l’endettement conduit à des mesures d’austérité radicales, qui à leur tour affaiblissent davantage la conjoncture économique et donnent lieu à de nouvelles décisions de coupes dans les dépenses publiques - encore plus dommageables - et de relèvement des impôts. La crise de la dette européenne a commencé avec la Grèce, et l’économie du pays reste à ce jour la plus durement frappée de l’Union européenne. Mais cette crise s’est inexorablement étendue à l’Irlande, au Portugal, à l’Italie puis à l’Espagne, et elle menace même la France, et éventuellement, le Royaume-Uni. Cela n’aurait pas du être le cas. Nous aurons rarement vu un exemple aussi frappant des conséquences de la mise en œuvre de conceptions économiques aussi médiocres - et sans doute perverses.
En pratique, décider de coupes budgétaires de grande ampleur ou augmenter les impôts, comme Keynes l’a montré, a pour effet de réduire la demande de biens et services au moment même où il serait au contraire nécessaire qu’elle augmente. La chute de leurs ventes aura pour effet de saper la confiance des entreprises bien plus que l’assainissement budgétaire ne pourrait la renforcer. En ignorant cela, les décideurs européens ne vont pas résoudre la crise financière mais l’aggraver, et des millions de personnes auront à en souffrir inutilement.
Il existe pourtant une bien meilleure solution, ne nécessitant pas un éclatement de l’euro. L’Union monétaire - et peut-être l’ensemble de l’UE - devraient agir comme le ferait un pays unifié, prêts à reconnaître qu’ils doivent assumer la responsabilité des effets provoqués par des réductions importantes de dépenses sociales. Les Etats-Unis n’offrent pas un exemple marquant de politiques éclairées mais, à l’exemple de la Réserve fédérale qui garantit la dette du Trésor américain, la Banque Centrale Européenne devrait garantir les dettes des pays membres de l’Union. Elle pourrait ensuite organiser la restructuration de la dette de ces pays, les investisseurs privés devant alors assumer des pertes. Une zone euro financièrement unifiée devrait ensuite émettre des obligations pour lever les fonds permettant de rembourser les dettes, mais aussi de fournir un filet social aux populations des pays qui réduisent leurs dépenses consacrées aux programmes sociaux pour répondre à leurs autres engagements financiers. (C’est ce que font par exemple les États-Unis en octroyant à chaque État de l’Union des chèques destinés à financer la sécurité sociale et les allocations chômage.)
Les dirigeants européens doivent mettre un terme à leur obsession d’éliminer les déficits publics. Ils veulent maintenant les réduire dans chaque pays à moins de 0,5%. C’est une catastrophe. Qui se traduira par une croissance anémiée pour longtemps.

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré