Devenir riche ne tient qu'à vous.

Venez discuter et débattre de l'actualité économique
Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 14 mars 2010, 11:13:00

Nous sommes nombreux à nous poser cette question à 1 milliard: quelle est la clé du succès? Les milliardaires sont les mieux placés pour répondre à cette question. Découvrez ici leurs conseils...

(mon argent/u.s. news) – Le magazine américain Forbes a une nouvelle fois établi un classement des personnes les plus riches du monde. Pour la première fois depuis 1994, ce n'est pas un Américain qui occupe la première place du classement. Le Méxician Carlos Slim a en effet devancé le fondateur de Microsoft, Bill Gates ainsi que le gourou boursier Warren Buffett.



En 2009, la fortune de Carlos Slim Helu, le magnat mexicain des télécommunications, s'est enrichie de 18,5 milliards de dollars pour atteindre 53,5 milliards de dollars, ou 39,3 milliards d'euros. Bill Gates, le deuxième homme le plus riche du monde, a fait gonfler son patrimoine de 13 milliards de dollars pour atteindre 53 milliards de dollars (38,9 milliards d'euros). Quant au superinvestisseur Warren Buffett, il a vu augmenter sa fortune de près de 10 milliards de dollars, à 47 milliards de dollars (34,5 milliards d'euros).
Les 10 hommes les plus riches du monde
  • Carlos Slim: 39,3 milliards d'euros
  • Bill Gates: 38,9 milliards d'euros
  • Warren Buffett: 34,5 milliards d'euros
  • Mukesh Ambani: 21,3 milliards d'euros
  • Lakshmi Mittal: 21 milliards d'euros
  • Lawrence Ellison: 20,5 milliards d'euros
  • Bernard Arnault: 20,2 milliards d'euros
  • Eike Batista: 19,8 milliards d'euros
  • Amancio Ortega: 18,3 milliards d'euros
  • Karl Albrecht: 17,2 milliards d'euros[/list:u]
    La question que tout le monde se pose: quelle est la clé de leur succès? Car la plupart des milliardaires ont commencé avec des moyens limités, avant de réussir à gravir les échelons de la fortune. Le magazine américain US News leur a demandé quelques conseils...  
    1. Travailleur
    Donald Trump attribue son succès à son dur labeur, interprété comme simple chance par de nombreuses personnes. "Si vos efforts s'avèrent payants – ce qui sera sans doute le cas – les gens vous diront que vous avez eu de la chance. Et peut-être est-ce vrai, car vous aurez eu la chance d'avoir suffisamment d'intelligence pour travailler dur."
    2. Être obstiné
    Les milliardaires ont encore une chose en commun: ils vont tous à contre-courant. Par exemple, Warren Buffett amassé sa fortune grâce à des actions délaissées par d'autres investisseurs. "Si vous voulez que vos actions rapportent plus que la moyenne, vous devez agir autrement", affirme-t-il dans sa biographie. Cette philosophie n'est pas uniquement valable sur les marchés boursiers. Copier les – bonnes – idées des autres rapporte rarement. Partez plutôt à la découverte de nouvelles voies et essayez de vous distinguer.
    3. Aucune dette
    Si vous vous lancez en étant criblé de dettes, c'est clair, vous ne partez pas gagnant. Les "millionnaires en herbe" commencent au bas de l'échelle et ne peuvent faire fructifier leur argent qu'en le gérant de manière économe. "Apprenez comment vous pouvez vous en sortir avec votre budget et reportez la réalisation de vos rêves. De telles habitudes vous permettront d'amasser des millions". C'est en substance le conseil d'Adrian Cartwood, un millionnaire ayant fait fortune dans le secteur de l'industrie technologique et qui depuis diffuse ses connaissances au travers d'un blog intitulé "How to Make 7 Million in 7 Years".
    4. De la confiance
    Alan Corey a épluché de nombreuses (auto)biographies de millionnaires. Il espérait trouver ainsi LA recette à succès pour pouvoir engranger une fortune. Voici sa conclusion: "ils ont tous une chose en commun: la certitude d'avoir un succès financier." Corey joignit les actes à la parole: il investit dans l'immobilier et devint millionnaire. Par ailleurs, le titre du dernier livre de Donald Trump est également de la même trempe: "Think Like a Champion".
    5. Des objectifs clairs
    Que souhaitez-vous devenir? "Je veux être riche" est une réponse trop vague. Jen Smith, la femme qui se cache derrière le blog à succès "Millionaire Mommy Next Door" conseille de définir clairement vos objectifs: combien d'argent souhaitez-vous gagner, à quoi allez-vous consacrer cet argent, comment allez vous réinvestir les bénéfices? Ne perdez jamais de vue vos objectifs et utilisez-les comme sources de motivation.
    SV - 12:25 - 11/03/2010 Copyright © monargent.be

    Articles liés

C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 15 mars 2010, 18:25:00

6. Une certaine dose de névrose soigneusement entretenue. Il faut être complètement dingue pour dédier sa vie à amasser du fric en telles quantités. Ca porte un nom je crois.

7. Apprenez à utiliser le travail des autres à votre profit. Règle que semble bien avoir intégré le jeune milliardaire coupable d'avoir engendré Facebook, après avoir pillé sans vergogne le travail de ses petits copains d'université.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Invité

Message non lu par Invité » 18 mars 2010, 08:02:00

[table cellpadding="0" cellspacing="0" border="0" width="100%"][tr][td colspan="1" rowspan="1" width="100%"]Image Devenir riche ne tient qu'à vous.[/td][td colspan="1" rowspan="1" valign="top"]Image [/td][/tr][tr][td colspan="2" rowspan="1"]6. Une certaine dose de névrose soigneusement entretenue. Il faut être complètement dingue pour dédier sa vie à amasser du fric en telles quantités. Ca porte un nom je crois.
En fait, Racaille, aucun de ceux qui amassent des fortunes ne le font en songeant à l'argent. (sauf Oncle Picsous !). Les "workalcholics" ont plaisir à faire des montages de plus en plus compliqués, à évaluer les complémentarités, à aménager leurs entreprises comme d'autres travaillent dans leur jardin. Et comme tout travail fait avec passion, le résultat est au bout du chemin.

7. Apprenez à utiliser le travail des autres à votre profit. Règle que semble bien avoir intégré le jeune milliardaire coupable d'avoir engendré Facebook, après avoir pillé sans vergogne le travail de ses petits copains d'université.

Une règle que tu sembles ignorer, c'est qu'une idée de vaut RIEN ! C'est sa mise en oeuvre qui fait son succès. Et sa difficulté, d'ailleurs. Toute personne tant soit peu créative en a 10 par jour, mais rares sont ceux qui peuvent prendre le chemin ardu de la mise en oeuvre. Pourquoi les petites génies dont tu parles n'ont-ils rien fait eux-mêmes ?
ezel
[/td][/tr][/table]

Invité

Message non lu par Invité » 18 mars 2010, 08:03:00

Votre Excellence aura compris que l'invité, c'était moi icon_confused

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 18 mars 2010, 19:11:00

Salut MPS (c'est bien toi ?) !

Ton commentaire de mon N°6 est un point de vue intéressant. Le parallèle entre une simple activité potagère et l'exploitation du labeur d'autrui à l'échelle mondiale est saisissant. Je ne nie pas le plaisir que ces personnes peuvent dégager de leur position sociale, cela n'empêche en rien le fait certain que ce plaisir est réalisé au dépends des autres.

Quant à la mise en oeuvre pratique (et commerciale, donc) des idées, elle n'est qu'une question technique que n'importe quel cadre ayant suivi la formation adéquate peut mettre en place. Il n'y a pas besoin de génie pour exploiter quoi que ce soit.
Si les idées ne valaient rien en elles-mêmes, les transnationales ne perdraient pas leur temps et leur argent à les breveter systématiquement afin de se les accaparer ;)
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59304
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 18 mars 2010, 19:52:00

Je suis d'accord sur le fait que les milliardaires qui se sont faits eux-même sont des workaholics qui ne sont bien et ne s'épanouisse que dans le travail (c'est aussi le cas de plein de non-milliardaires, et même de gens qui touchent 1.5 à 2 SMIC). Là où je ne suis pas d'accord, c'est quand "Invité" dit que ce n'est pas pour l'argent. L'argent amassé leur permet de mesurer la réussite de leur entreprise. Plus ils en amassent (tout comme plus le jardinier récolte de tomates), plus il a réussi. Si l'ambition de ces gens était aussi "bisounours" que le décrit "Invité", alors pourquoi est-ce que la plupart sont prêts à tricher pour gagner plus de pognon aux dépens des autres (délits d'initié, corruption) ?
Non ! Le fric est l'objectif ultime. Pourquoi ça licencie à tour de bras quand une entreprise est largement bénéficiaire ? C'est bien pour amasser plus de pognon !

Avatar du membre
artragis
Messages : 7963
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 18 mars 2010, 20:00:00

Non ! Le fric est l'objectif ultime. Pourquoi ça licencie à tour de bras quand une entreprise est largement bénéficiaire ?
Ne pas confondre :
->PDG et fondateur
->décision du PDG et décision de l'AG
->travailler pour de l'argent et en faire son but ultime.
C'est là que tu te trompes d'ailleurs, il est clair que l'argent est un but clair et net, et même très haut placé, mais il l'est aussi chez les employés. Le libéralisme ne donne AUCUN but à la production. On produit pour donner un choix de conommation, pour créer plus, pour embaucher plus, et là, par contre je vais te rejoindre, pour essayer d'aller vers ce qu'ils appellent le cercle vertueux "croissez multipliez".
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59304
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 18 mars 2010, 20:14:00

Le PDG oriente les stratégies de l'entreprise (et licencie), uniquement dans l'objectif de répondre aux attentes des actionnaires. Donc, faire du fric. Et les plus gros actionnaires, ce sont les milliardaires. Ce sont eux qui tirent les manettes. Mais est-ce un secret ?
Tu sais, Microsoft là, avec Bill Gates et ses 55 milliards de dollars... Ben ils ont licencié plus de 1000 personnes, il n'y a pas si longtemps. Cadeau sympa aux mecs qui l'ont aidé à amasser son pognon, tu ne trouves pas ?

C'est normal que l'argent soit un objectif pour les employés. Ne comparons pas un salaire de 2000 avec un salaire de 1 000 000.

Avatar du membre
artragis
Messages : 7963
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 18 mars 2010, 20:23:00

et pour quelle raison ne pas comparer? Parce que toi ça te choque qu'il y ait des riches. Moi ce qui m'énerve, c'est quand les riches tentent de gruger (la fraude des riches est un manque à gagner bien plus important que la fraude des assistés hein, là on est d'accord). Aux USA, c'est pareil, tu risques la même peine pour fraude que pour assassinat, en France, tu as un petit mot doux dans ton casier judiciaire, une amende qui représente 1% même pas de ta fortune et même pas 3% de la fraude et quand tu as vraiment pas été sérieux, tu as du surcis... Ca, moi ça m'énerve.

 
 
Ce sont eux qui tirent les manettes.
Si c'était aussi simple. L'AG se comporte de beaucoup de monde et il est rare que le fondateur est, après 5 ans de bourse plus de 40% des actions de l'entreprises qui en vaut bien plus. Bill Gates, qui n'est plus à Microsoft, n'est que le plus gros actionnaire, mais si tout le monde vote contre lui, il change pas grand chose.(oui, c'est très idéal, mais ça peut, et est déjà arrivé).
Donc, faire du fric.
comme tu le dis, ce sont les actionnaires qui veulent plus de fric, mais la pluspart des entreprises sont possédés par des très petits actionnaires qui veulent avoir mieux que le livret A. Je ne sis pas pour ces licenciement, je dis juste que l'économie est plus complexe que tu ne le présentes.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 18 mars 2010, 22:05:00

[table cellpadding="0" cellspacing="0" border="0" width="100%"][tr][td colspan="1" rowspan="1" width="100%"][/td][td colspan="1" rowspan="1" valign="top"]Image [/td][/tr][tr][td colspan="2" rowspan="1"]Le PDG oriente les stratégies de l'entreprise (et licencie), uniquement dans l'objectif de répondre aux attentes des actionnaires. [/td][/tr][/table]


Très très simpliste !

Pour ce qui est de l'attente des actionnaires, différents cas de figures :

- le PDG est l'actionnaire principal et fait ce qu'il veut ;
- le PDG va devoir faire un nouvel appel de capital, et aura tendance à rendre son produit attractif par de super bénéfices ;
- le PGD est un "mercenaire" et songera plus à sa prochaine fonction qu'aux devoirs de celle qu'il occupe (assez rare eu Europe).
- etc.

Dans l'ensemble, gérer une entreprise, c'est exactement comme gérer un ménage :

- on ne garde pas de nounou quand les enfants vont à l'école ;
- on ne fait pas venir le laveur de carreaux quand il pleut à verse ;
- on engage un extra pour une soirée particulière.

Simple bon sens.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59304
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 18 mars 2010, 22:21:00

mps, si tu arrêtais de faire des comparaisons, comme si sur ce forum on avait tous 8 ans, franchement j'apprécierais. J'ai passé l'âge des comparaisons "simplistes" comme tu dis. Ceci étant dit sans agressivité. Simplement une remarque franche.

Pour ce qui est de ta réponse, tu considères donc les employés comme de simples pions ?

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 19 mars 2010, 05:33:00

Nombrilist, il est pafois important de revenir à des constats simples et basiques, plutôt que de s'envoler dans des théories fumeuses.  Un patron n'est pas plus "machiavélique" que n'importe qui. Il fait son travail, qui est de gérer au mieux son entreprise.

Ses salariés sont sa richesse, si l'ambiance est bonne, les gens actifs et raisonnables, et en nombre "utile". Mais si le patron veut perenniser son entreprise, il doit éviter, en matière de personnel comme d'équipement, de contrats d'assurances, de stocks, tout ce qui est redondant et pénalisant, exactement comme tu dois nettoyer ton PC.

Des équipes ne sont pas de simples chiffres : il faut que les gens soient complémentaires, s'entendent, tendent à un but commun ; que les gens ne croulent pas sous une masse de travail impossible, mais aussi que personne n'arrive au travail sans savoir ce qu'il aura à y faire et glande devant la machine à café.

Une entreprise est un corps vivant, en mutation constante, et qui doit s'adapter au marché, avec un prévisionnel d'autant pous long que les préavis le sont, de même que la formation de nouvelles recrues.

C'est précisément en raison du caractère indéboulonnable de la Fonction Publique que cette dernière est ingérable. J'y ai vu des gens qui n'ont pas fourni le moindre travail depuis 15 ans !

Pour ma part, j'ai si souvent changé de fonctions que tu en aurait le tournis ! Mais personne ne m'a jamais considérée comme "un pion". La vie elle-même est dynamique, avec des changements, des adaptations, des inquiétudes et des satisfactions qui en snt l'essence même.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59304
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 19 mars 2010, 10:40:00

mps, c'est facile de dire ça quand on vit en Belgique. Se faire trimballer de Namur à Bruxelles, y a pas mort d'homme, même si le mari ou la femme travaille à Liège. Parcontre, en France, les distances sont beaucoup plus importantes. Passer de Paris à Marseille (ou même à Rennes ou à Lyon), c'est autre chose ! Dès que tu changes de bassin d'emploi, tu es obligé de déménager.

"Un patron n'est pas plus "machiavélique" que n'importe qui."

Je ne sais pas ce que tu entends par ce terme. Moi, tout ce que je constate, c'est que des entreprises qui font du bénéfice, ferment pour ouvrir ailleurs. C'est donc bien d'appât du gain dont on parle. Miser moins, pour gagner autant, ça fait gagner plus. C'est ça qui se cache derrière "compétitivité".

"Ses salariés sont sa richesse, si l'ambiance est bonne, les gens actifs et raisonnables, et en nombre "utile". Mais si le patron veut perenniser son entreprise, il doit éviter, en matière de personnel comme d'équipement, de contrats d'assurances, de stocks, tout ce qui est redondant et pénalisant, exactement comme tu dois nettoyer ton PC."

Il y a une différence entre virer 2 employés qui foutent rien, et toute une charrette de 1000 personnes.

"Pour ma part, j'ai si souvent changé de fonctions que tu en aurait le tournis !"

Qu'en sais-tu ? Moi aussi je dois bouger. Et c'est autre chose que de migrer de Namur vers Bruxelles.

On peut savoir ce que tu faisais comme boulot ? Tu en parles souvent mais je ne sais toujours pas ce que c'est.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 19 mars 2010, 12:01:00

Mes migrations ont été de Aman à Abidjan, de NY à Bruxelles, pendant que mon mari était basé à Aruba, Amsterdam, Luxembourg,  Lagos-Nigeria, etc. icon_confused  Donc pas vraiment Namur-Bruxelles ...

Mais nous sortons tout à fait du sujet, qui n'est pas de juger sempiternellement "les autres" et de leur attribuer son manque de réussite, mais de la responsabilité personnelle de chacun dans son propre destin.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59304
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 19 mars 2010, 12:13:00

"la responsabilité personnelle de chacun dans son propre destin."

On ne peut qu'être d'accord avec ça. Mais il faut ajouter également que nos destins sont liés. Si l'un réussit de manière disons excessive, c'est forcément au détriment d'autres personnes, car nous disposons d'une somme finie de richesses. Alors OK, il y a des locomotives ultra-méritantes qui créent des empires et qui permettent à des dizaines ou des centaines de milliers de gens de travailler. Soit. Mais ça ne donne pas tous les droits à cette locomotive. A grands pouvoirs, grandes responsabilités.

Répondre

Retourner vers « Economie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré