Monsanto reconnaît l’inutilité de son coton OGM

Vous souhaitez parler des problèmes d'écologie, c'est ici
Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26115
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 05 avr. 2010, 17:34:00

Golgoth a écrit :Il faut surtout sortir du cliché : agriculteur bio, agriculteur du moyen âge. Une bonne agriculture bio nécessite des connaissances et des techniques très modernes.
Tout à fait. Voir cette intervention de Paul François, agriculteur "productiviste", lors de l'Université Populaire Participative du 6 juillet 2009 sur les pesticides :


Il y reconnait la haute technicité du bio.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Frédo
Messages : 57
Enregistré le : 16 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : 13 au soleil

Message non lu par Frédo » 05 avr. 2010, 21:25:00

Libéral a écrit :
Golgoth a écrit :Il faut surtout sortir du cliché : agriculteur bio, agriculteur du moyen âge. Une bonne agriculture bio nécessite des connaissances et des techniques très modernes.

AS tu déjà manupulé une pelle, une pioche, un sécateur et un pulvérisateur ?
Et toi que connais tu de l'agriculture ?
Il y a 100 ans tout le monde était en bio, pas de pesticides de synthèse, pas d'engrais chimique.......pas de travail du sol mécanique, technique et irrigation peu élaborées.

De nos jours l'agriculture conventionnelle traite chimique, nourri chimique (jaurais mis fumes mais...), arrose au besoin et effectue tout son travail du sol en mécanique, emploie des variétés plus élaborées...

Penses tu que l'agriculture bio actuelle utilise encore le cheval et récolte à la faucille ? (pour pas être trop loin du marteau...)

Là ou le conventionnel met un coup de désherbant pour nettoyer, le bio travaillera sur une rotation etouffante, là, ou le conventionnel mettra un coup d'azote chimique parce qu'il en faut, le bio si il n'a pas prévu cette demande bien à l'avance pour enrichir son sol de façon organique ou par un engrais vert perdra du rendement.

Et c'est là la réalité du problème, l'agriculture conventionnelle est plus facile et plus souple que le bio...elle est même bien plus au point.

La question qu'il faut se poser est de savoir qui l'agriculture doit nourrir, de grandes miultinationales polluant à la fois par la synthèse de pesticides et d'engrais, ou le paysan et les populations qui consomment les productions.
En occident jusqu'à présent tout le monde y a trouvé son compte, ou presque...mais le petit épisode OGM en Inde a l'air de montrer que les biotechnologies nourrissent toujours les multinationales, mais pas toujours les paysans.

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20233
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 05 avr. 2010, 21:32:00

AS tu déjà manupulé une pelle, une pioche, un sécateur et un pulvérisateur ?
Il m'arrive même de conduire le tracteur de Bayrou. icon_mrgreen
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26115
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 05 avr. 2010, 21:42:00

Frédo a écrit :
Libéral a écrit :
AS tu déjà manupulé une pelle, une pioche, un sécateur et un pulvérisateur ?
Et toi que connais tu de l'agriculture ?
Le lance pas là-dessus, malheureux, il va encore nous raconter son enfance de fils d'agriculteur dans la Creuse.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20233
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 05 avr. 2010, 21:45:00

Le bon temps où il ne mangeait pas du Mixao au curry de chien ;lau;
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 19 avr. 2010, 08:00:00

Et toi que connais tu de l'agriculture ?
Il y a 100 ans tout le monde était en bio, pas de pesticides de synthèse, pas d'engrais chimique.......pas de travail du sol mécanique, technique et irrigation peu élaborées.

De nos jours l'agriculture conventionnelle traite chimique, nourri chimique (jaurais mis fumes mais...), arrose au besoin et effectue tout son travail du sol en mécanique, emploie des variétés plus élaborées...

Penses tu que l'agriculture bio actuelle utilise encore le cheval et récolte à la faucille ? (pour pas être trop loin du marteau...)

Là ou le conventionnel met un coup de désherbant pour nettoyer, le bio travaillera sur une rotation etouffante, là, ou le conventionnel mettra un coup d'azote chimique parce qu'il en faut, le bio si il n'a pas prévu cette demande bien à l'avance pour enrichir son sol de façon organique ou par un engrais vert perdra du rendement.

Et c'est là la réalité du problème, l'agriculture conventionnelle est plus facile et plus souple que le bio...elle est même bien plus au point.

La question qu'il faut se poser est de savoir qui l'agriculture doit nourrir, de grandes miultinationales polluant à la fois par la synthèse de pesticides et d'engrais, ou le paysan et les populations qui consomment les productions.
En occident jusqu'à présent tout le monde y a trouvé son compte, ou presque...mais le petit épisode OGM en Inde a l'air de montrer que les biotechnologies nourrissent toujours les multinationales, mais pas toujours les paysans.


Frédo, ne rêve pas !  L'agriculture conventionnelle, avec travail de la terre à l'aide de chevaux, avait cet avantage sur les tracteurs lourds actuels qu'elle ne créait pas, dans les terres argileuses, de "semelle de labour", et donc laissait la terres mieux s'aérer et mieux percoler. Ce qui a tué le cheval, c'est la Sécu et le smic !
Là où 15 personnes travaillaient dans une ferme mixte de 100 Ha il y a 50 ans, il n'y a plus place que pour un fermier seul et qui s'en tire pas trop bien.

Pour ce qui est du traitement des sols, il y avait bien entendu l'engrais vert (toujours pratiqué), mais aussi l'épandage du fumier qui en améliorait la structure et la vie biologique. Désormais, toujours pour des questions de main d'oeuvre, les fermes mixtes ont quasi disparu, et les agriculteurs n'ont plus de fumier à leur disposition ... tandis que les gros élevages ne savent que faire de leur fumier ! Pareil pour l'épandage du purin, dont on a découvert qu'il polluait lesnappes phréatiques.

Il n'y a donc plus d'amendements disponibles à prix correct, pous de fumures naturelles disponibles, d'où les engrais "chimiques" dominants (en fait, on en a toujours utilisé, mais combiné avec les engrais naturels.

Pour les fongicides et les pesticides, ils ont tout de même permis d'éviter des années dramatiques : le mildiou, les hannetons, la tavelure, la rouille poouvaient anéantir des champs entiers, ruiner des fermiers, réduire la production de plus de 50 %. Pas la joie ...

Je constate qu'à présent, nous sommes en phase d'agriculture raisonnée : les grands centres de recherche agricole déterminent au gramme près les quantités d'engrais nécessaires, pour éviter toute sur-consommation. Les fermiers ménagent des bandes engazonnées et non traitées le long des cours d'eau, pour éviter des ruisselements nuisibles. Et le processus empirique et souvent exagéré de jadis est désormais bien plus mesuré, efficace, et économe.

Cessons de toujours penser qu'avant, c'était mieux ... icon_confused
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59234
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 19 avr. 2010, 10:12:00

Totalement d'accord avec mps.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 19 avr. 2010, 10:25:00

Je suis beaucoup moins optimiste. Le niveau des apports en engrais dans certaines régions est encore bien trop élevé. C'est notamment le cas dans mon coin (bretagne). De plus , les cultures ne ménagent pas suffisamment les bassins versants et nombre de petits cours d'eau sont à sec l'été pour cause de pompage intempestif.

Bref, il y a du mieux, mais c'est pas encore cela, loin s'en faut.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59234
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 19 avr. 2010, 10:41:00

Les chercheurs sont capables de déterminer en effet assez précisément ce qu'il faut comme intrant pour chaque culture (disons plutôt à 5% près plutôt qu'au gramme près). Le problème, c'est que ces quantités sont quand même extrêmement polluantes pour l'environnement. Mais si on met moins, les rendements chutent.

Lancelot, la seule solution pour la Bretagne: produire deux fois moins qu'actuellement.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 19 avr. 2010, 10:45:00

Je suis bien d'accord avec toi, et notamment produire 2 fois moins dans la filière porcine qui produit beaucoup de déchêts que nous épandons allègrement, ne sachant pas quoi en faire .....

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 19 avr. 2010, 15:21:00

Tous les engrais ne sont pas polluants, loin de là. Avec des différences en fonction du terrain : une terre sableuse laissera passer l'engrais plus vite versles nappes phréatiques ; une terre argileuse retiendra les éléments fertilisants pratiquement jusqu'à absorption par les plantes. On peut même n'engaisser qu'une fois tous les deux ou trois ans.

Pour les filières porcines, d'accord avec Lancelot ! Ces énormes élevages en batterie produisent des tonnes d'effluents dont il est interdit chez nous de les épandre. Alors quoi ?
On fait du fumier en granules de cheval, de bovins, de volailles, mais plus rarement de porc. Insuffisant pour résorber la masse.

Autre piste, plus sérieuse: le biogaz :

http://technologies-propres.blogspot.co ... -le-lisier…
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Frédo
Messages : 57
Enregistré le : 16 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : 13 au soleil

Message non lu par Frédo » 21 avr. 2010, 23:44:00

mps a écrit :Et toi que connais tu de l'agriculture ? Il y a 100 ans tout le monde était en bio, pas de pesticides de synthèse, pas d'engrais chimique.......pas de travail du sol mécanique, technique et irrigation peu élaborées.
De nos jours l'agriculture conventionnelle traite chimique, nourri chimique (jaurais mis fumes mais...), arrose au besoin et effectue tout son travail du sol en mécanique, emploie des variétés plus élaborées...

Penses tu que l'agriculture bio actuelle utilise encore le cheval et récolte à la faucille ? (pour pas être trop loin du marteau...)

Là ou le conventionnel met un coup de désherbant pour nettoyer, le bio travaillera sur une rotation etouffante, là, ou le conventionnel mettra un coup d'azote chimique parce qu'il en faut, le bio si il n'a pas prévu cette demande bien à l'avance pour enrichir son sol de façon organique ou par un engrais vert perdra du rendement.

Et c'est là la réalité du problème, l'agriculture conventionnelle est plus facile et plus souple que le bio...elle est même bien plus au point.

La question qu'il faut se poser est de savoir qui l'agriculture doit nourrir, de grandes miultinationales polluant à la fois par la synthèse de pesticides et d'engrais, ou le paysan et les populations qui consomment les productions.
En occident jusqu'à présent tout le monde y a trouvé son compte, ou presque...mais le petit épisode OGM en Inde a l'air de montrer que les biotechnologies nourrissent toujours les multinationales, mais pas toujours les paysans.



Frédo, ne rêve pas !  L'agriculture conventionnelle, avec travail de la terre à l'aide de chevaux, avait cet avantage sur les tracteurs lourds actuels qu'elle ne créait pas, dans les terres argileuses, de "semelle de labour", et donc laissait la terres mieux s'aérer et mieux percoler. Ce qui a tué le cheval, c'est la Sécu et le smic !
Là où 15 personnes travaillaient dans une ferme mixte de 100 Ha il y a 50 ans, il n'y a plus place que pour un fermier seul et qui s'en tire pas trop bien.

Pour ce qui est du traitement des sols, il y avait bien entendu l'engrais vert (toujours pratiqué), mais aussi l'épandage du fumier qui en améliorait la structure et la vie biologique. Désormais, toujours pour des questions de main d'oeuvre, les fermes mixtes ont quasi disparu, et les agriculteurs n'ont plus de fumier à leur disposition ... tandis que les gros élevages ne savent que faire de leur fumier ! Pareil pour l'épandage du purin, dont on a découvert qu'il polluait lesnappes phréatiques.

Il n'y a donc plus d'amendements disponibles à prix correct, pous de fumures naturelles disponibles, d'où les engrais "chimiques" dominants (en fait, on en a toujours utilisé, mais combiné avec les engrais naturels.

Pour les fongicides et les pesticides, ils ont tout de même permis d'éviter des années dramatiques : le mildiou, les hannetons, la tavelure, la rouille poouvaient anéantir des champs entiers, ruiner des fermiers, réduire la production de plus de 50 %. Pas la joie ...

Je constate qu'à présent, nous sommes en phase d'agriculture raisonnée : les grands centres de recherche agricole déterminent au gramme près les quantités d'engrais nécessaires, pour éviter toute sur-consommation. Les fermiers ménagent des bandes engazonnées et non traitées le long des cours d'eau, pour éviter des ruisselements nuisibles. Et le processus empirique et souvent exagéré de jadis est désormais bien plus mesuré, efficace, et économe.

Cessons de toujours penser qu'avant, c'était mieux ... icon_confused




MPS je ne rève pas et ne pense pas qu'avant c'était mieux...

Mais les sources d'azote pour le sol ne passent pas que par des intrants chimiques...

D'une part le lisier breton on le retrouve hélas dans les eaux de surfaces et sur les cotes, malgrés de réels efforts pour limiter le problème, dormant depuis quelques décennies

D'autre part une part des plantes sont capables de capter l'azote de l'air...mais il est vrai que l'europe importe ces protéïnes végétales d'outre atlantique plutôt que les produire sur place en enrichissant les sols en plus...on a appelé ça comment ? La PAC ???

Engrais chimiques et pesticides sont un des fondements de notre agriculture, cela ne veut pas dire qu'on ne peut pas s'en passer. Qu'on ne maitrise pas encore la production agricole sans cela, c'est certains. Mais la recherche de méthodes alternatives est minimes vu le peu de chiffre d'affaire que cela représente...ou plutôt la chute de chiffre d'affaire que cela représenterait pour les marchands d'engrais et de pesticides.

Sinon pour ton info on fait ce qu'on veut avec le travail du sol mécanique. La semelle de labour est précisément à relier au labour ou à certains outils...
Quand à la question des prix de revient on peut toujours se demander ce que coute la production agricole conventionelle à la communauté et qui n'est pas compris dans le prix des produits...du nettoyage des plages au traitement de la quasi totalité des eaux domestiques pour obtenir quelque chose en dessous des normes nitrates et pesticides...

Frédo
Messages : 57
Enregistré le : 16 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : 13 au soleil

Message non lu par Frédo » 21 avr. 2010, 23:50:00

mps a écrit :Tous les engrais ne sont pas polluants, loin de là. Avec des différences en fonction du terrain : une terre sableuse laissera passer l'engrais plus vite versles nappes phréatiques ; une terre argileuse retiendra les éléments fertilisants pratiquement jusqu'à absorption par les plantes. On peut même n'engaisser qu'une fois tous les deux ou trois ans. Pour les filières porcines, d'accord avec Lancelot ! Ces énormes élevages en batterie produisent des tonnes d'effluents dont il est interdit chez nous de les épandre. Alors quoi ?
On fait du fumier en granules de cheval, de bovins, de volailles, mais plus rarement de porc. Insuffisant pour résorber la masse.

Autre piste, plus sérieuse: le biogaz :

http://technologies-propres.blogspot.co ... -le-lisier…


Coco la solution c'est qu'il faut pas faire 95% de la production porcine sur 5% de la surface du pays...après tu peux faire ce que tu veux avec les bassins versants, t'y arrives pas.
Pas assez de surface d'épandage pour trop de m...


Et on peut une fois de plus se demander comment a été orienté l'agriculture française.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 22 avr. 2010, 09:37:00

Dans la pratique :

- on interdit généralement les nouvelles installations porcines dans les zones déjà saturées, et surtout dans celles de captages d'eau.
- l'épandage est férocement contingenté, du moins en Belgique.
- il faut donc trouver un usage plus raisonné à ces effluents : ce pourrait être le biogaz ...
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26115
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 22 avr. 2010, 10:18:00

Dans la pratique, la préfecture régularise les extensions sauvages d'exploitations porcines en avalisant leurs capacités.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Répondre

Retourner vers « Ecologie / Environnement / Agriculture »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré