La France

Vous avez un coup de g..... à passer sur notre société, ou tout simplement un coup de coeur venez le dire ici
Avatar du membre
artragis
Messages : 8006
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 20 mars 2010, 18:36:00

Bonjour tout le monde, je poste ce sujet pour une simple et bonne raison, j'aime la France et son système. Je l'ai déjà dit et je le réaffirme. Même si le système n'est pas parfait, loin s'en faut, il possède des avantages inégalables.
Puisque je me doute que vous n'êtes pas tous d'accord avec moi, je me contenterai, dans ce premier message de faire une présentation objective du pays, donc il y aura avantages et inconvénients. Je donnerais, bien sûr, mon avis dans les prochains postes si ce sujet venait à être populaire parmi vous.

Commençons donc par le commencement, et puisque deux crises ont secoué le pays et le monde mais que nous y avons bien résisté, il est bien sûr immédiat de vanter nos banques !
Loin d'être comme les canadiennes, les banques françaises sont restées un modèle pendant bien longtemps, équilibrée, ne prenant que peu de risque, efficace quant au crédit. cependant la rentabilité restait limitée, et quand les grandes banques françaises (BNP, Caisse d'épargne, La Poste) ont immité leurs cousines Anglaises, Américaines par exemple on a vu le résultat : un état qui doit les secourir.

La France est un tissu de PME très efficace contre la crise car chaire à canon plus facilement remplaçable que les mastodonte elles ont aussi créé la stabilité de la France. France pays stable par ses PME, pays exportateur pendant longtemps via ces mêmes PME, mais la France des PME n'est pas innovante, en effet, les PME ne grossissent pas rapidement, les crédits accordés aux PME ne lui enlèvent en moyenne que 3% de l'imposition maximale contre 15% pour les grandes entreprises (source : alternative économique). La France s'est, cependant, vu armé d'une nouvelle force entrepreneuriale avec la "réforme" de son dernier président en date appelée "auto entrepreneur". Grace à cette nouveauté (ou plutôt cette évolution) le nombre d'entreprises française a largement augmenté et proportionnellement, le nombre d'échec a baissé ! (source Bourse+).

La France est aussi un pays social avec une redistribution des ressources assez équitable qui, selon l'OCDE favorise la mobilité sociale, ce qui donne, en proportion, une France où on a plus de chance de s'élever socialement qu'en Amérique ou en Suède (source OCDE Working paper n°709).
même si cette forte proportion sociale génère des fraude et des abus (assistanat, personnes à la CMU se croyant prioritaires...) finalement la France reste équilibrée par son système sociale qui a tout de même vu l'injsutice faite à certain riche (pas les très riches, ceux qui sont au bord) par un "bouclier fiscal" très peu populaire.

La france, c'est aussi une terre d'accueil qui traditionnellement tend à "assimiler" l'immigré. Cependant, depuis l'intervention en Afghanistan sous mandat de l'ONU, et la monté de l'islamisme, on remarque que de plus en plus d'immigré refuse l'assimilation et que, parallèlement, beaucoup de gens désirent les voir se rassembler dans une communauté. Ce paradoxe, additionné d'un mal être accentué par les résultats du parti nationaliste aux différentes élection a fait se créer un "ministère de l'immigration". Si la Gauche le veut "ministère de la honte", il faut préciser qu'aucun pays n'a compris pourquoi un tel ministère avait été créé. C'est en fait la lutte entre le communautarisme et l'assimilation qui a demandé un arbitre, malheureusement, il semblerait que le communautarisme ait ses faveurs.

allez les bleus !
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 20 mars 2010, 18:55:00

C'est bien la première fois que je vois une description de la France sans que l'on parle de ses fonctionnaires. Bien plus que les PME, c'est le fonctionnariat qui a permis d'amortir largement les effets de la crise. Avec la fermeture des industries (Continental et autres), des centaines de PME sous-traitantes ont mis la clef sous le paillasson en 2008 et 2009.

Nos PME pas innovantes ? Tu es sur de ça ? Ce que je sais, c'est que quand une PME innove, elle se fait souvent racheter par une grosse boîte pour récupérer le brevet, puis la PME est fermée. Le brevet est alors exploité, ou rangé dans un tiroir.

Dire que l'autoentreprenariat est une réussite, alors que ça a à peine un an... Il faut 3 à 5 ans pour voir si une entreprise est viable... ou pas. Réponse en fin de mandat présidentiel donc.

Pour le reste, rien à redire. La France est un pays formidable mais qui le devient de moins en moins en raison de réformes engagées depuis 1995 pour laisser le champs libre au néo-libéralisme sauvage, au premiers rangs desquelles les privatisations, les dérégulations et la casse des services publiques.

Avatar du membre
artragis
Messages : 8006
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 20 mars 2010, 19:04:00

Nos PME pas innovantes ? Tu es sur de ça ?
J'essayais de faire le plus synthétique possible sans donner mon avis, cependant, j'ai cette information par alternative économique :
"l'une des raisons pour laquelle l'appareil industriel français exporte et innove peu tient à sa faible capacité à faire grandir ses petites et moyennes entreprises(PME)."
Dire que l'autoentreprenariat est une réussite, alors que ça a à peine un an... Il faut 3 à 5 ans pour voir si une entreprise est viable... ou pas. Réponse en fin de mandat présidentiel donc.
j'ai dit qu'il y avais moins eu d'échec dans les mois après leur création, les chiffres ne disent que ça...
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 20 mars 2010, 19:13:00

OK ^^.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26217
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 20 mars 2010, 22:04:00

artragis a écrit :La France s'est, cependant, vu armé d'une nouvelle force entrepreneuriale avec la "réforme" de son dernier président en date appelée "auto entrepreneur". Grace à cette nouveauté (ou plutôt cette évolution) le nombre d'entreprises française a largement augmenté et proportionnellement, le nombre d'échec a baissé ! (source Bourse+).
Je pense que ce bilan est en trompe-l'oeil. En effet les créations d'auto-entreprises masquent de nombreuses défections d'entreprises classiques, ce qui en réalité se traduit par un fort ralentissement macroéconomique et une augmentation du chômage réel. De plus par nature les auto-entreprises sont beaucoup moins sujettes à l'échec que les entreprises classiques, car elles constituent la plupart du temps une activité complémentaire ou faible avec une quasi-absence de charges fixes.

A noter qu'une épée de Damoclès est suspendue au-dessus de la tête des auto-entrepreneurs depuis la suppression de la taxe professionnelle et son remplacement par la Contribution Economique Territoriale (CET). En effet les auto-entrepreneurs sont assujettis à une contribution minimum quel que soit leur niveau d'activité, qui peut aller jusqu'à 2000 € par an. Ainsi la mère de famille qui croyait s'assurer un complément de revenu en vendant ses napperons en macramé sur son site Web pourrait in fine en être de sa poche et mettre en danger ses finances domestiques.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 20 mars 2010, 22:33:00

C'est rigoureusement exact. L'entreprise que ma femme a créée s'est avérée être un gouffre financier, alors que les charges fixes étaient en effet relativement modestes.

Avatar du membre
artragis
Messages : 8006
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 21 mars 2010, 08:48:00

C'est bien la première fois que je vois une description de la France sans que l'on parle de ses fonctionnaires.
Effectivement, j'ai oublié le fonctionnariat, pourtant, les deux principaux scandales du moment en France sont : -Le gouvernement qui lapide le fonctionnaire sans plus aucun discernement (il faisait mieux au début) -Les régions qui embauchent à tire l'arigot, de façon ruineuse, purement inutile et trompeuse (tout le monde n'est pas fonctionnaire de région, faut avoir un piston dans le moteur)
Et pourtant il faut rappeler que ce fonctionariat aide beaucoup la France. Dirigé par l'Enarque de base, le fonctionnaire français est l'exemple même du travailleur perdu dans la foule de râleurs : incroyablement efficace il est un gréviste professionnel. Nouveau paradoxe.
Cependant, pendant longtemps, c'est ce fonctionariat qui a permi l'ascension sociale pour beaucoup de monde.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26217
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 21 mars 2010, 10:26:00

Les embauches volontaires par les régions sont très surestimées (cf le "livre noir des régions socialistes" de l'UMP, à parcourir les soirs de déprime ou d'insomnie), les augmentations d'effectifs sont essentiellement dus à des transferts de compétences.

D'ailleurs voir cet article qui démonte la com' UMPiste sur l'irresponsabilité de la gauche en régions :
http://www.rue89.com/2010/03/19/regions ... as-plus-qu…
Régions : non, la gauche ne recrute pas plus que la droite

Contrairement aux affirmations de Xavier Bertrand sur l'explosion du nombre de fonctionnaires dans les régions socialistes, la proportion de « recrutements volontaires » a plus progressé en Alsace et en Corse.
Xavier Bertrand, secrétaire national de l'UMP, l'a martelé dès le soir du premier tour : la gauche, c'est plus d'impôts locaux et plus de fonctionnaires dans les régions. Le premier reproche ayant déjà été analysé, examinons le second. La gauche a-t-elle été dépensière, bureaucratique, « fonctionnarophile » ? Le thème était déjà développé dans le « Livre noir des régions socialistes », édité par l'UMP en novembre.

Pourtant, en distinguant les recrutements liés à la décentralisation, donc obligatoires partout, des recrutements « volontaires » choisis par les régions, on s'aperçoit que la droite a plus embauché que la gauche.

(...)
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 21 mars 2010, 10:42:00

Merci El Fredo ... c'est édifiant.

Avatar du membre
artragis
Messages : 8006
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 21 mars 2010, 10:51:00

Tiens, je pensais pas avoir distingué les politiques du PS et de l'UMP. J'ai lu ces articles EL Fredo, et je sais que les coûts régionaux sont plus complexes que ne l'affirme le gouvernement, mais les régions, en elle même embauchent trop, tout parti confondu. Il est à rappelé qu'aux dernières nouvelles les collectivités au plus hautes responsabilité sont les départements (15% du budget hors aides sociales) et communes et communauté de communes (20% hors aides sociales), A rappeler que RSA (anciennement RMI) a toujours été à la région, donc les augmentation de responsabilités ne sont pas non plus gigantesque.

D'ailleurs, si la masse d'embauche "volontaire" est plus forte en alsace, il faut savoir que la masse "nécessaire" a été évaluée à la baisse, preuve que, de toute façon il y a de l'abus (rappel, l'alsace a baissé, depuis 2008 sa masse fonctionariale de quelque pour cent).
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 21 mars 2010, 11:24:00

Le RSA coûte apparemment plus cher que le RMI (1.5 milliards d'euros en plus étaient indiqués comme le coût de la réforme). Si ce coût supplémentaire incombe aux régions (ou au moins en partie), on peut bien parler de responsabilités supplémentaires (car, en plus, ça touche même un chômeur qui ne bénéficiait pas du RMI, mais qui retrouve un emploi dont le salaire est inférieur à ce qu'il gagne au chômage, si j'ai bien compris).

Avatar du membre
avatabanana
Messages : 1038
Enregistré le : 06 oct. 2009, 00:00:00

Message non lu par avatabanana » 21 mars 2010, 11:37:00

Nombrilist a écrit : Le RSA coûte apparemment plus cher que le RMI (1.5 milliards d'euros en plus étaient indiqués comme le coût de la réforme). Si ce coût supplémentaire incombe aux régions (ou au moins en partie), on peut bien parler de responsabilités supplémentaires (car, en plus, ça touche même un chômeur qui ne bénéficiait pas du RMI, mais qui retrouve un emploi dont le salaire est inférieur à ce qu'il gagne au chômage, si j'ai bien compris).
Évidemment que le RSA est plus cher que le RMI puisqu'il intègre le RMI

Le RMI a raté son objectif qui constatait à aider les gens temporairement pendant qu'il recherchait du travail.

Il a été constaté qu'au contraire,  certaines personnes limitaient leurs recherches en s'installant  dans une situation ressentie comme plus enviable que d'aller travailler. En effet le montant du RMI auquel pouvait s'ajouter quelques ressources officielles ou non permettaient de relativiser l'intérêt de toucher un SMIC


C'est pour cela que le RSA  été mis au point dans l'espoir de rendre la recherche de travail plus attractive.

C'est une idée généreuse qui vient s'ajouter à une idée généreuse.

Est ce que cela va réussir ?

Avatar du membre
avatabanana
Messages : 1038
Enregistré le : 06 oct. 2009, 00:00:00

Message non lu par avatabanana » 21 mars 2010, 11:41:00

Évidement que le nombre de fonctionnaires a amorti les effets de la crise.

On ne peut pas perdre son travail quand on n'en a pas. icon_biggrin


Mais c'est un effet qui accroit l'appauvrissement des autres car, collectivement, du fait de la crise ils gagnent moins mais doivent néanmoins toujours payer la même somme aux fonctionnaires.

En ligne
Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20361
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 27 mars 2010, 21:25:00

Raisonnement simpliste. Tout d'abord parce que ceux qui gagnent moins vont payer moins d'impôt, voire plus du tout. La charge salariale est reporté en partie sur la dette. Ensuite parce que les fonctionnaires sont nombreux et pèsent sur la consommation. Or moins de consommation = moins de commande = chômage.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 27 mars 2010, 21:52:00

L'imbrication française entre le social, l'étatique, et l'économie, nous a permis de mettre naturellement en marche un levier que par exemple UK n'avait pas.

C'est un fait, mais c'est aussi une faiblesse potentielle en période de croissance. Cherchons des solutions pour qu'au moins des propositions cohérentes et réalisables voient le jour, car sa majesté NS 1er nous a plombé pour un petit bout de temps, à moins de penser que le budget n'est qu'un calcul dont on peut changer les rêgles au gré des courants.

Répondre

Retourner vers « Votre coup de "gueule" / coup de coeur »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré