Le coût du travail est plus élevé au R-U ou en Allemagne

Venez discuter et débattre de l'actualité économique
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34138
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 25 juil. 2011, 11:49:00

Bonjour,

Je reprends ce sujet d'El Frédo, vieux d'un an, mais qui est toujours d'actualité, voici les propos de Michel Meunier qui parle du coût du travail :


 
 
 
L'activité en France ralentit dangereusement. Pour Michel Meunier, président du Centre des jeunes dirigeants, si le coût du travail ne baisse pas, l'économie française est condamnée à une croissance faible et à un taux de chômage élevé.


Les indicateurs d'activité en France virent au rouge. Etes-vous inquiet?
Oui bien sûr, d'autant que le ralentissement se confirme dans tous les secteurs, de l'industrie aux services. Et les mois à venir s'annoncent tout aussi difficiles. Dans les entreprises, les négociations avec les fournisseurs mais aussi avec les clients sont de plus en plus tendues. Et la durée des contrats a été divisée par trois. Les carnets de commandes se vident et les entreprises n'ont plus aucune visibilité. Heureusement que, depuis la crise, elles se sont désendettées massivement. Reste qu'aujourd'hui, elles ont brûlé leur trésorerie, l'accès au crédit leur étant toujours aussi difficile. Et sans cash, elles devront reporter leurs projets d'équipement et d'embauches. Or à moyen terme, si les PME n'investissement pas, la France est condamnée à un taux de croissance très faible et à un taux de chômage élevé. Car il ne faut pas oublier que les petites et moyennes entreprises représentent 60% du PIB, 63% de l'emploi total et sont à l'origine aujourd'hui de 85% des créations de postes.

La France a de plus en plus de mal à créer de la croissance. Comment l'expliquez-vous?
Essentiellement parce que le coût du travail est trop lourd. La France, avec 873 milliards d'euros de prélèvements obligatoires, est numéro un en Europe et numéro cinq dans le monde. Il est urgent de diminuer la pression fiscale des entreprises pour restaurer notre compétitivité. Aujourd'hui, nous marchons sur la tête. Nous avons construit un système de prélèvements qui ponctionne en priorité le travail. La Sécurité sociale coûte 21% de notre PIB et est principalement financée par les charges sociales sur le travail. Et c'est aussi les entreprises qui financent la politique de la famille. Résultat pour bon nombre d'entreprises, la masse salariale représente 80% de leur chiffre d'affaires. Comment voulez vous investir et créer de la croissance! Au CJD nous nous battons pour que le coût du travail soit au coeur de la campagne présidentielle.

L'expansion
 
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 25 juil. 2011, 14:17:00

C'est lui qui marche sur la tête. Car si ce ne sont pas les entreprises qui financent principalement la protection sociale, ce sera les contribuables, et pour cela il faudra augmenter leurs revenus, donc les salaires versés par les entreprises. Transférer la charge financière des entreprises vers les contribuables est globalement neutre tant d'un point de vue macroéconomique que microéconomique (c.a.d au niveau de l'entreprise). De plus il raconte des bobards quand il dit que la France est n°1 des prélèvements en France, car rapporté au nombre d'habitant c'est loin d'être le cas. Bref, discours néolibéral typique : en période de crise il faut baisser les "charges" pour relancer l'activité, et en période de croissance il faut baisser les "charges" pour soutenir l'activité. Dans tous les cas, baissons les "charges" et d'ici quelques années il ne restera plus rien de notre protection sociale qui est pourtant l'un des piliers de notre compétitivité (et oui, quand l'Etat s'occupe de la santé de ses citoyens, les entreprises n'ont pas à le faire).
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 25 juil. 2011, 15:15:00

Toi, tu n'as rien compris au financement du système ! icon_biggrin
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 25 juil. 2011, 17:46:00

Ça c'est de l'argumentation de gros niveau.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

pierre30
Messages : 9273
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Message non lu par pierre30 » 25 juil. 2011, 18:26:00

Fredo, je te recommande de lire cet article que j'ai également posté sur "La mondialisation ? Non coupable".

http://perspectiveschinoises.revues.org/226

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 25 juil. 2011, 18:36:00

Frédo, moi reprendre en détail puisque grandes lignes pas te suffire.

Les finances de l'Etat sont composées de caisses fermées, et tout transfert de l'une sur l'autre est un délit comptable.

Il n'y a donc aucun vase communicant possible vers les retraites par répartition.

Sauf à voter une loi de financement spéciale, ce qui ne sera pas çà l'iordre du jour avant longtemps.

Les retraites doivent être autoportantes.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60005
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 25 juil. 2011, 19:13:00

"Les finances de l'Etat sont composées de caisses fermées, et tout transfert de l'une sur l'autre est un délit comptable."

L'une des meilleures de l'année.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 25 juil. 2011, 21:47:00

mps a écrit :Frédo, moi reprendre en détail puisque grandes lignes pas te suffire.

Les finances de l'Etat sont composées de caisses fermées, et tout transfert de l'une sur l'autre est un délit comptable.

Il n'y a donc aucun vase communicant possible vers les retraites par répartition.

Sauf à voter une loi de financement spéciale, ce qui ne sera pas çà l'iordre du jour avant longtemps.

Les retraites doivent être autoportantes.
Bordel tu comprends rien, c'est affligeant. Je te parle de macroéconomie et tu me parles du budget de l'Etat (qui n'a rien de cloisonné en France d'ailleurs). Réfléchis deux minutes (tu devrais y arriver) : si on réduit les cotisations sociales servant à financer la Sécu, on réduit son budget d'autant, et donc le service rendu. Pour compenser les français devront donc souscrire des assurances complémentaires privées. Or l'argent ne pousse pas sur les arbres, donc ce budget devra nécessairement être compensé par des augmentations de salaires si on vise la neutralité au niveau macroéconomique. Et comme les coûts de fonctionnement des assurances privées sont nettement plus élevés que ceux de la Sécu, pour obtenir un service rendu identique il faudra consacrer une part plus importante du PIB à la santé. C'est exactement ce qui se passe aux USA, qui ont un système totalement privatisé et qui sont la nation qui consacre la plus grosse part de son PIB à la santé, alors que les nations qui ont une protection sociale étatique y consacrent une part moindre. C'est ce que les néolibéraux comme toi ne comprendront jamais : la mutualisation des risques est mieux gérée quand elle se fait au niveau étatique à destination de tous les citoyens. Ils ont troqué leurs manuels d'économie contre un bréviaire de Sainte Tina.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 26 juil. 2011, 07:51:00

Tu as géré des budgets de l'Etat ? Moi bien ! Tu ne peux pas prendre un cent d'un buget pour en combler un autre, pas même acheter une gomme sur un autre budget que l'équipement.

Mais venons à la "macro-économie" comme tu dis hors de propos et pompeusement.

Evidemment que si on réduit les entrées de la SS, on diminue d'autant ses possibilités de largesses.
On passe alors à de complémentaires "privées", encore que beaucoup soient proposées par la Sécu elle-même (genre "assurances petits risques" des soins de santé ...)

Ces assurances complémentaires sont déductibles fiscalement et ne posent aucun problème, sauf sans doute en France où 50 % des gens ne paient pas l'impôt, ce qui est stupide.

Bien entendu, les assurances privées coûtent énormément moins cher que le public.  Exemple : en Belgique, les pilotes de ligne sont obligés de cotiser pour une pension spéciale complémentaire.
 La même prestation aurait coûté aux patrons et aux pilotes ... 50 % de moins pour une prestation identique, si cette complémentaire avait pu être prise auprès de 'une ou l'autre assurance privée.

L'exemple des USA est fort mal choisi : les frais médicaux y sont très élevés parce que
- chez les médecins, et vu le nombre de procès, il faut amortir des assurances professionnelles dont les primes tournent autour de 50 à 100.000 dollars par an ;
- les hopitaux sont tenus de soigner gratuitement tous les indigents, et donc de se "refaire" sur les solvables.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 26 juil. 2011, 09:59:00

mps a écrit :Tu as géré des budgets de l'Etat ? Moi bien ! Tu ne peux pas prendre un cent d'un buget pour en combler un autre, pas même acheter une gomme sur un autre budget que l'équipement.
Ah oui, ta fameuse expérience de conseillère au ministère de la justice. Cela dit, on s'en fout complètement vu que c'est hors sujet (on ne parle pas de budget de l'Etat mais de coût du travail au niveau macroéconomique).
Mais venons à la "macro-économie" comme tu dis hors de propos et pompeusement.
Pas habituée à apprendre de nouveaux mots on dirait ?
Evidemment que si on réduit les entrées de la SS, on diminue d'autant ses possibilités de largesses.
On passe alors à de complémentaires "privées", encore que beaucoup soient proposées par la Sécu elle-même (genre "assurances petits risques" des soins de santé ...)
Faux.
Ces assurances complémentaires sont déductibles fiscalement et ne posent aucun problème,
Faux.
sauf sans doute en France où 50 % des gens ne paient pas l'impôt, ce qui est stupide.
Faux.
Bien entendu, les assurances privées coûtent énormément moins cher que le public. 
Faux.

http://www.senat.fr/rap/r07-385/r07-3850.html
L'exemple des USA est fort mal choisi : les frais médicaux y sont très élevés parce que
- chez les médecins, et vu le nombre de procès, il faut amortir des assurances professionnelles dont les primes tournent autour de 50 à 100.000 dollars par an ;
- les hopitaux sont tenus de soigner gratuitement tous les indigents, et donc de se "refaire" sur les solvables.
Faux, la santé coûte chère aux étatsuniens (près de 10% de leurs revenus y passent) principalement parce qu'ils n'ont pas de couverture universelle, et que donc les coûts sont mutualisés sur un faible nombre de bénéficiaires avec des services différenciés (notamment en cas de longue maladie). Ajoutons à cela les dépenses de communication, la rémunération des actionnaires, et la mafia des labos pharmaceutiques, et au final les dépenses de santé aux USA représentent près du double de celles d'autres pays développés ayant pourtant une population moins jeune.

Si tu as d'autres trucs faux à dire, balance-les tous en vrac d'un coup, on gagnera du temps.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 27 juil. 2011, 09:46:00

Macro-économie est sans doute un nouveau mot pour toi, ce qui explique que tu es abuses et l'ut!ilises à mauvais escient icon_biggrin
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 27 juil. 2011, 11:13:00

Déjà quand tu auras perdu l'habitude de coller un tiret entre macro et économie tu auras fait un gros progrès.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60005
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 27 juil. 2011, 13:23:00

Macroéconomie = flux globaux entre diverses entités générales. On en prend une centrale (ou référentielle) pour parler de neutralité au niveau de cette entité. Ici, le salaire net des travailleurs.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34138
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Le coût du travail est plus élevé au R-U ou en Allemagne

Message non lu par politicien » 22 févr. 2012, 14:13:16

Bonjour,
Coût du travail : France et Allemagne font jeu égal dans l'industrie, pas dans les services En se penchant aujourd'hui sur le coût du travail (salaires et charges sociales) en France et en Europe, l'Insee s'invite dans la campagne électorale.
(...)

Si l'Insee se garde bien de prendre partie, ses études permettent de cadrer le débat. Premier enseignement, « dans l'industrie manufacturière comme dans les services marchands, la France fait partie des pays européens à coût élevé ». En 2008 (date de la dernière grande enquête européenne), le coût horaire de la main-d'oeuvre était de 33,16 euros dans l'industrie et de 32,08 euros dans les services. La France se situe largement au-dessus de la moyenne de la zone euro (voir graphique), quand le Portugal, la Grèce et l'Espagne sont à l'autre extrémité.
Disparités selon les secteurs

Mais par rapport à l'Allemagne, principal partenaire commercial et principal concurrent à l'exportation, la photographie est différente : dans l'industrie, le coût du travail est le même. Cette moyenne n'empêche pas de fortes disparités selon les secteurs industriels : le coût français est supérieur de 26 % dans l'industrie alimentaire mais inférieur de 29 % dans l'automobile. En revanche, l'Allemagne est près de 5 euros moins chère dans les services, ce qui fait que, tous secteurs confondus, le coût horaire du travail est plus élevé en France (32,19 euros) qu'outre-Rhin (29,36 euros).

Deuxième enseignement, le coût du travail en France n'a pas dérapé. Le coût horaire y a progressé en moyenne de 3,4 % par an entre 1996 et 2008 dans l'industrie, « dans la médiane de l'ex-Union européenne à 15 » et de 3,2 % par an dans les services « en dessous de la médiane ». Si la France a perdu son avantage compétitif vis-à-vis de l'Allemagne, c'est donc parce que notre voisin s'est, lui, singularisé en menant une politique de modération salariale, en recourant massivement aux « minijobs » et en appliquant (à petites doses) la TVA sociale.

(...)
Image Retrouvez l'intégralité de cet article sur Image
Qu'en pensez vous ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20367
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Re: Le coût du travail est plus élevé au R-U ou en Allemagne

Message non lu par Golgoth » 22 févr. 2012, 14:27:32

La finance est en crise, on le voit tout de suite sur les salaires. Les vrais fonctionnaires ce sont eux, tous ces employés bien payées grâce à nous pauvres vaches à lait :mrgreen:
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Répondre

Retourner vers « Economie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré