Le plan anti-déficit de Copé

Venez discuter et débattre de l'actualité économique
Libéral

Message non lu par Libéral » 04 avr. 2010, 03:11:00

C'est simple quand la droite est au pouvoir, elle doit assumer le coût des sottises décidées par les socialistes. Le cas de 2002 est typique avec les 35 heures et quelques autres fredaines.

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20367
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 04 avr. 2010, 08:43:00

Il me semble que sous Balladur ou Fillon les 35 h ont bon dos... Mais je vais t'expliquer pourquoi le déficit augmente avec l'UMP (ou le RPR) : quand il arrive au pouvoir, il s'empresse de faire des cadeaux fiscaux à son électorat, sans faire d'économie en contrepartie. Il pense aussi qu'en baissant les prélèvements l'argent va se retrouver dans la consommation, or toutes les études montrent que cet argent finit dans l'épargne.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Libéral

Message non lu par Libéral » 04 avr. 2010, 10:51:00

Golgoth a écrit :Il me semble que sous Balladur ou Fillon les 35 h ont bon dos... Mais je vais t'expliquer pourquoi le déficit augmente avec l'UMP (ou le RPR) : quand il arrive au pouvoir, il s'empresse de faire des cadeaux fiscaux à son électorat, sans faire d'économie en contrepartie. Il pense aussi qu'en baissant les prélèvements l'argent va se retrouver dans la consommation, or toutes les études montrent que cet argent finit dans l'épargne.
Tu dénonces là quelque chose que je dénonce aussi: la priorité doit être de diminuer les déficits et de stopper la folle croissance de la dette. Les socialistes créent de la dépense publique impossible à financer; la droite quand elle est revenue au pouvoir diminue les impôts et ne fait aucune remise en cause ni réforme structurelle.

Le résultat, c'est que la remise en cause et les réformes structurelles vont arriver un beau matin comme un coup de massue sur la tête des français. Un jour on va leur dire à la télé en 30 minutes: retraite à 67 ans, semaine de 45 heures avec 15 jours de congés payés, suppression du SMIC, suppression du RMI-RMA, moratoire sur l'embauche de fonctionnaires, etc etc ...

Le pire c'est que les français s'y attendent, et c'est pour çà que les français épargent et moi le premier. icon_frow

Avatar du membre
artragis
Messages : 8007
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 04 avr. 2010, 10:59:00

retraite à 67 ans, semaine de 45 heures avec 15 jours de congés payés
retraite à 65 maximum et faut pas rêver, avec le début de mandat de M.Sarkozy, même revenir au 39H serait ruineux pour le pays, comme je l'ai dit, la défiscalisation des heures supplémentaires permet d'enraciner durablement les 35H en les rendant moins coûteuse et leur permettant de créer de l'emploi durable même si moins d'emplois sont créés au départ.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Libéral

Message non lu par Libéral » 04 avr. 2010, 14:12:00

artragis a écrit :
retraite à 67 ans, semaine de 45 heures avec 15 jours de congés payés
retraite à 65 maximum et faut pas rêver, avec le début de mandat de M.Sarkozy, même revenir au 39H serait ruineux pour le pays, comme je l'ai dit, la défiscalisation des heures supplémentaires permet d'enraciner durablement les 35H en les rendant moins coûteuse et leur permettant de créer de l'emploi durable même si moins d'emplois sont créés au départ.
Je te précise que pour moi le passage de 35 à 39 heures se ferait sans aucune augmentation de salaire. Quand on est passé de 39 à 35, les gens n'ont pas eu de diminution de salaire , leurs salaires étant mensualisés et l'effet mécanique a été une augmentation de 11% du coût de la main d'oeuvre.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 04 avr. 2010, 18:23:00

Mais pourquoi donner un salaire ? franchement, 5 Kg de riz et 100 G de beurre devraient suffire. Les employés ont la liberté de choisir, c'est cela ou rien ... personne ne les forcerait ....

Avatar du membre
mareaction
Messages : 453
Enregistré le : 12 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : partout

Message non lu par mareaction » 04 avr. 2010, 18:23:00

Libéral a écrit :
artragis a écrit :
retraite à 67 ans, semaine de 45 heures avec 15 jours de congés payés

retraite à 65 maximum et faut pas rêver, avec le début de mandat de M.Sarkozy, même revenir au 39H serait ruineux pour le pays, comme je l'ai dit, la défiscalisation des heures supplémentaires permet d'enraciner durablement les 35H en les rendant moins coûteuse et leur permettant de créer de l'emploi durable même si moins d'emplois sont créés au départ.


Je te précise que pour moi le passage de 35 à 39 heures se ferait sans aucune augmentation de salaire. Quand on est passé de 39 à 35, les gens n'ont pas eu de diminution de salaire , leurs salaires étant mensualisés et l'effet mécanique a été une augmentation de 11% du coût de la main d'oeuvre.
Ce que beaucoup de personnes n'ont pas compris! et surtout ne veulent pas reconnaitre! comment créer des emplois ainsi?

Avatar du membre
artragis
Messages : 8007
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 04 avr. 2010, 18:39:00

Je te précise que pour moi le passage de 35 à 39 heures se ferait sans aucune augmentation de salaire. Quand on est passé de 39 à 35, les gens n'ont pas eu de diminution de salaire , leurs salaires étant mensualisés et l'effet mécanique a été une augmentation de 11% du coût de la main d'oeuvre.
je m'en doute bien, mais réflechissons deux secondes avant de revenir aux 39h (et je ne parle pas d'agitation sociale).
-dans les grandes entreprises : destructions d'emplois, et en plus, avec les heures suplémentaires défiscalisés, l'effet sera démultipliés, les emplois ne seront pas durables mais de plus en plus stressants.
-Dans les PME : fluctuation de la production car il faudrait se réhabituer au rythme, baisse donc de la productivité moyenne, et comme les gens travaillent plus ils passent moins de temps à consommer (loisirs) donc il y aura des chutes de demandes, et on se retrouvera face au système de Colluche : on fait la grève pour vider les stocks. Je rappelle pour ceux qui serait tenter de dire "mais en Allemagne ils ont 39H patati patata..." que nous, nous sommes pour l'instant dans un système stable à 35H, mettre 39H, tout comme 33 serait une déstabilisation totalement ridicule et donc ruineuse.
l'effet mécanique a été une augmentation de 11% du coût de la main d'oeuvre.
encore une fois, les choses ne sont pas aussi simples. Une récente étude de l'OCDE prouve, par exemple que les entreprises qui délocalisent créent dans les 6 mois de nouveaux emplois dans le pays de départ alors que celles qui restent ont du mal à décoller. Si on baisse le coût de la main d'oeuvre, on empêchera quelques délocalisation mais finalement l'emploi ne montera pas puisque les emplois qui sont d'habitude recréés ne le seront pas.
Enfin, il faut rappeler qu'en France, une délocalisation est toujours accompagnée d'un refinancement du bassin industriel pour ne pas le faire mourir.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
domi
Messages : 880
Enregistré le : 20 mars 2010, 00:00:00
Parti Politique : Les Républicains (LR)
Localisation : 63000

Message non lu par domi » 04 avr. 2010, 19:02:00

travailler tant qu'on est en bonne santé et efficace ...que chacun soit libre de rester ou partir ...
« La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. »
Gandhi, extrait de Tous les hommes sont frères

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 04 avr. 2010, 23:10:00

Si je peux me permettre, la dette et le déficit, on s'en fout, ce sont des questions politiques et non économiques (il faudra d'ailleurs en avertir Jean-Michel Aphatie). La seule question économique est de savoir s'ils sont faits à bon escient. L'Angleterre Victorienne était endettée à 250% de son PIB au fait de sa gloire. Les USA étaient endettés à 80% dans les années 50 en plein boom économique. On ne peut donc pas baser notre politique économique sur des mantras néolibéraux du type "réduire la dette, les déficits et le poids de l'Etat", surtout en prétendant ne pas augmenter les impôts (suprême bouffonnerie), car l'économie ne se résume pas à une poignée d'indicateurs macroéconomiques. Et on a désormais suffisamment de recul sur la politique Reaganienne, genèse de la crise actuelle, pour ne pas avoir à reproduire les mêmes erreurs ("L'Etat n'est pas la solution, mais le problème" et ce genre de foutaises).
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20367
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 05 avr. 2010, 14:55:00

Et on a désormais suffisamment de recul sur la politique Reaganienne, genèse de la crise actuelle, pour ne pas avoir à reproduire les mêmes erreurs ("L'Etat n'est pas la solution, mais le problème" et ce genre de foutaises).
Et pourtant deux choses vont faire qu'on en a encore pour un moment de ces conneries : la psychologie de l'engagement, et le fait que Wall Street fiance tous les candidats aux présidentielles US.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Libéral

Message non lu par Libéral » 05 avr. 2010, 17:13:00

Golgoth a écrit :
Et on a désormais suffisamment de recul sur la politique Reaganienne, genèse de la crise actuelle, pour ne pas avoir à reproduire les mêmes erreurs ("L'Etat n'est pas la solution, mais le problème" et ce genre de foutaises).
Et pourtant deux choses vont faire qu'on en a encore pour un moment de ces conneries : la psychologie de l'engagement, et le fait que Wall Street fiance tous les candidats aux présidentielles US.
Mais pourquoi veux tu donner des leçons aux américains, maudit français ?

Libéral

Message non lu par Libéral » 05 avr. 2010, 17:16:00

El Fredo a écrit :Si je peux me permettre, la dette et le déficit, on s'en fout, ce sont des questions politiques et non économiques (il faudra d'ailleurs en avertir Jean-Michel Aphatie). La seule question économique est de savoir s'ils sont faits à bon escient. L'Angleterre Victorienne était endettée à 250% de son PIB au fait de sa gloire. Les USA étaient endettés à 80% dans les années 50 en plein boom économique. On ne peut donc pas baser notre politique économique sur des mantras néolibéraux du type "réduire la dette, les déficits et le poids de l'Etat", surtout en prétendant ne pas augmenter les impôts (suprême bouffonnerie), car l'économie ne se résume pas à une poignée d'indicateurs macroéconomiques. Et on a désormais suffisamment de recul sur la politique Reaganienne, genèse de la crise actuelle, pour ne pas avoir à reproduire les mêmes erreurs ("L'Etat n'est pas la solution, mais le problème" et ce genre de foutaises).
Reagan a bon dos. Les responsables de la crise des "subprimes" sont Clinton (auteur d'une politique massive d'encouragement à l'investissement immobilier à crédit) puis GW Bush avec sa politique de baisse des impôts et de déficits abyssaux.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 05 avr. 2010, 17:19:00

Golgoth a écrit :Et pourtant deux choses vont faire qu'on en a encore pour un moment de ces conneries : la psychologie de l'engagement, et le fait que Wall Street fiance tous les candidats aux présidentielles US.

Tout n'est quand même pas perdu : malgré une campagne républicaine à gerber, Obama a quand même réussi à faire passer sa réforme du système de santé.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Libéral

Message non lu par Libéral » 05 avr. 2010, 17:21:00

(Queuille est dans l'art de l'aphorisme en politique, le père spirituel d'Edgar Faure.)
  • « Il n'est aucun problème assez urgent en politique qu'une absence de décision ne puisse résoudre. »[/list:u]
    Deux moutures de la même :
    • « Il n'est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout. »
    • « La politique n'est pas l'art de résoudre les problèmes, mais de faire taire ceux qui les posent. »[/list:u]
      Repris par Charles Pasqua :
      • « Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent. »[/list:u]
Désolé Astragis, mais avec ta position sur les 35 heures me rappelle tout à fait le petit père Queille.

Répondre

Retourner vers « Economie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré