Noam Chomsky sur l’état d’esprit qui règne aux États-Unis

Vous voulez rendre un hommage sur une personnalité ou un évènement, venez le dire içi.
Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 22 avr. 2010, 17:11:00

http://www.legrandsoir.info/Noam-Chomsk ... regne-aux-…
Noam Chomsky sur l’état d’esprit qui règne aux États-Unis : « je n’ai jamais rien vu de tel »

Noam Chomsky est le plus grand intellectuel des États-Unis. La quantité impressionnante de ses écrits, qui comprennent prés de 100 livres, ont depuis des décennies démonté et exposé les mensonges des élites au pouvoir et les mythes qu’elles entretiennent. Et Chomsky l’a fait malgré la censure des médias commerciaux qui l’ont mis sur une liste noire, malgré son statut de paria au sein du monde universitaire et, de son propre aveu, malgré le fait qu’il soit un orateur pédant et parfois légèrement ennuyeux. Il combine une indépendance intellectuelle avec une démarche rigoureuse, une capacité remarquable de saisir les détails et une intelligence hors du commun. Il dénonce sans détours notre système à deux partis qu’il décrit comme un mirage orchestré par un gouvernement au service des entreprises privées, et il critique sévèrement l’intelligentsia libéral (liberal : plus ou moins l’équivalent de "progressiste" aux US – NdT) qui ne sont que les courtisans du système et décrit le flot émis par les médias commerciaux comme une forme de « lavage de cerveau ». En tant que critique le plus clairvoyant du capitalisme débridé, de la globalisation et de l’empire, il aborde sa 81ème année en nous mettant en garde sur le peu de temps qui nous reste pour sauver notre démocratie anémique.

« La situation actuelle est très similaire à l’Allemagne de Weimar, » m’a dit Chomsky au téléphone depuis son bureau à Cambridge, Massachusetts. « Les similarités sont frappantes. Il y avait aussi à l’époque une énorme déception par rapport au système parlementaire. Le fait le plus frappant n’était pas que les Nazis aient réussi à détruire les sociaux-démocrates et les communistes mais que les partis traditionnels, les partis conservateurs et libéraux, étaient eux aussi hais et qu’ils ont disparu. Les Nazis ont su combler le vide avec beaucoup d’intelligence et d’habilité. »

« Les États-Unis ont beaucoup de chance de n’avoir aucune figure charismatique qui se détache du lot, » a poursuivi Chomsky. « Chaque figure charismatique est si évidemment un escroc qu’elle finit par s’autodétruire, comme McCarthy ou Nixon ou les prêcheurs évangélistes. Si quelqu’un de charismatique devait se détacher, ce pays serait dans de sales draps à cause de la frustration, de la déception et de la colère justifiée et l’absence de toute réponse cohérente. Que sont censés penser les gens quand ont leur dit « j’ai une réponse, nous avons un ennemi » ? Un jour ce sont les Juifs, un autre les immigrés clandestins ou les noirs. On nous dira que les mâles blancs constituent une minorité persécutée. On nous dira que nous devons nous défendre ainsi que l’honneur de la nation. La force militaire sera exaltée. Des gens seront tabassés. Cela pourrait se transformer en une force irrésistible. Et dans ce cas, elle sera bien plus dangereuse que l’Allemagne. Les États-Unis sont une puissance mondiale. L’Allemagne était puissante mais ses adversaires l’étaient encore plus. Je crois que nous n’en sommes pas loin. Si les sondages ne se trompent pas, ce ne sont pas les Républicains, mais l’extrême droite républicaine, les républicains cinglés, qui vont remporter les prochaines élections. »

« Je n’ai jamais rien vu de tel », a-t-il ajouté. « Je suis assez vieux pour me souvenir des années 30. Toute ma famille était sans emploi. Les conditions étaient bien plus difficiles que de nos jours. Mais il y avait de l’espoir. Les gens avaient un espoir. Le syndicat CIO s’organisait. Plus personne ne veut l’admettre de nos jours mais le Parti Communiste était le fer de lance dans l’organisation des travailleurs et des droits civiques. Y compris pour des choses simples comme envoyer ma tante au chômage à la campagne pour prendre une semaine de vacances. C’était un mode de vie. Il n’y a rien de tel aujourd’hui. L’ambiance dans le pays est effrayante. Le niveau de colère, de frustration et de haine envers les institutions n’est pas organisée d’une manière constructive. Ça part en vrille dans des fantasmes autodestructeurs. »

« J’écoute les commentateurs à la radio, » a dit Chomsky, « mais ce n’est pas pour écouter Rush Limbaugh (célèbre commentateur d’extrême droite -NdT), mais pour écouter les gens qui téléphonent. Ils sont comme (le pilote kamikaze) Joe Stack. Qu’est-ce qui m’arrive ? se demandent-ils. J’ai fait tout ce qu’on m’a dit de faire. Je suis un bon chrétien. Je travaille dur pour nourrir ma famille. Je possède une arme. Je crois aux valeurs de ce pays et pourtant ma vie s’effondre. »

Chomsky, plus que tout autre intellectuel américain, a décrit dans de nombreuses oeuvres la descente aux enfers du système politique et économique américain. Il nous rappelle que le véritable questionnement intellectuel est toujours subversif. Il défie des présomptions culturelles et politiques. Il critique les structures. Il est pratique sans cesse l’autocritique. Il fait éclater les mythes et stéréotypes complaisants dont nous nous servons pour nous flatter et ignorer notre complicité dans les actes de violence et d’oppression. Et il dérange les puissants et leurs apologistes libéraux.

Chomsky réserve ses critiques les plus acerbes pour l’élite libérale de la presse, des universités et du système politique qui servent d’écran de fumée à la cruauté du capitalisme débridé et des guerres impérialistes. Il dénonce leurs postures morales et intellectuelles comme un arnaque. C’est pour cela que Chomsky est détesté, et peut-être craint, plus par les élites libéraux que par la droite qu’il condamne aussi. Lorsque Christopher Hitchens (journaliste « réactionnaire de gauche » du magazine The Nation – NdT) a décidé de devenir la marionnette de l’administration Bush après les attaques du 11 septembre, un de ses premiers articles a été une attaque féroce contre Chomsky. Hitchens, contrairement à la plupart des gens qu’il sert, savait quel était l’intellectuel qui comptait aux États-Unis

« Ça ne m’intéresse pas d’écrire sur Fox News, » a dit Chomsky. « C’est trop facile. Ce qui m’intéresse ce sont les intellectuels libéraux, ceux qui se présentent et se prennent pour des critiques du pouvoir, courageux, qui se battent pour la vérité et la justice. Au fond, ils ne sont que les gardiens du temple. Ce sont eux qui définissent les limites à ne pas dépasser. Ce sont eux qui disent jusqu’où il est permis de s’aventurer. Ils disent « Regardez comme je suis courageux. » Mais ne vous aventurez pas un millimètre de plus. C’est vrai pour les secteurs éduqués de la population car ce sont eux les plus dangereux à cause de leur soutien au pouvoir. »

Parce qu’il échappe à toute catégorisation et rejette toutes les idéologies, Chomsky a été indispensable au débat américain depuis des décennies, depuis son travail sur la guerre au Vietnam jusqu’à ses critiques sur l’administration Bush. Il persiste à jouer l’iconoclaste, celui qui se méfie du pouvoir sous toutes ses formes.

« La plupart des intellectuels se considèrent comme la conscience de l’humanité, » dit l’universitaire spécialiste du Moyen Orient Norman Finkelstein. « Ils se divertissent et admirent quelqu’un comme Vaclav Havel. Chomsky, lui, méprise Havel. Chomsky adopte la vision du monde de Julien Benda. Il existe deux ensembles de principes. Les principes de pouvoir et de privilège et les principes de vérité et de justice. Si vous courez après le pouvoir et les privilèges, ce sera toujours au détriment de la vérité et de la justice. Benda dit que le credo de tout intellectuel doit être, comme l’a dit le Christ, « mon royaume n’est pas de ce monde. » Chomsky dénonce les prétentions de ceux qui se déclarent les détenteurs de la vérité et de la justice. Il montre que ces intellectuels sont en fait détenteurs du pouvoir et des privilèges et de tout le mal qui va avec. »

« Certains livres de Chomsky contiennent des choses comme une critique du plan Arias en Amérique centrale, et il peut lui consacrer 200 pages » a dit Finkelstein. « Mais deux ans plus tard, qui se souvient d’Oscar Arias ? C’est à se demander si Chomsky n’aurait pas mieux fait d’écrire sur des sujets plus ambitieux, des sujets plus intemporels qu’on pourrait encore lire dans 40 ou 60 ans. C’est ce qu’a fait Russel avec des livres tels que « Marriage and Morals ». Pouvez-vous encore relire ce que Chomsky a écrit sur le Vietnam ou l’Amérique centrale ? La réponse est souvent « non ». Ça en dit long sur le personnage. Il n’écrit pas pour son ego. Si c’était le cas, il aurait écrit dans un style grandiloquent qu’il aurait laissé en héritage. Il écrit parce qu’il veut influer sur le cours des choses et participer au changement politique. Il se soucie de la vie des gens et s’attache aux détails. Il essaie de réfuter les mensonges quotidiens déversés par les grands médias. Il aurait pu consacrer son temps à rédiger des essais philosophiques qui auraient duré dans le temps, comme l’ont fait Kant ou Russel. Mais il s’est investi dans les détails minuscules qui font toute la différence et font gagner une bataille politique. »

« J’essaie d’encourager les gens à penser de façon autonome, à remettre en question les idées communément admises, » a dit Chomsky lorsque je l’ai interrogé sur ses objectifs. « Ne prenez pas vos présomptions pour des faits acquis. Commencez par adopter une position critique envers tout idée « politiquement correcte ». Forcez-la à se justifier. La plupart du temps, elle n’y arrive pas. Soyez prêts à poser des questions sur tout ce qui est considéré comme un fait acquis. Essayez de penser par vous-même. Il y a beaucoup d’information en circulation. Vous devez apprendre à juger, à évaluer et à comparer les choses. Il vous faudra faire confiance à certaines choses, sinon vous ne pourriez pas survivre. Mais lorsqu’il s’agit de choses importantes, ne faites pas confiance. Dés que vous lisez quelque chose d’anonyme, il faut se méfier. Si vous lisez dans la presse que l’Iran défie la communauté internationale, demandez-vous qui est la communauté internationale ? L’Inde est opposée aux sanctions. Le Brésil est opposé aux sanctions. Le Mouvement des pays Non-Alignés est opposé aux sanctions et l’a toujours été depuis des années. Alors qui est la communauté internationale ? C’est Washington et tous ceux qui se trouvent être en accord avec lui. C’est le genre de choses que vous pouvez découvrir par vous-mêmes, mais pour ça il faut travailler. Et c’est pareil pour tous les sujets, les uns après les autres. »

Le courage de Chomsky de parler au nom de ceux, tels les Palestiniens dont la souffrance est souvent minimisée ou ignorée par les grands médias, montre qu’il est possible de mener une vie morale. Et, peut-être plus encore que sa formation, c’est son exemple d’indépendance morale et intellectuelle qui représente un appui pour tous ceux qui remettent en cause le discours hypocrite dominant et osent dire la vérité.

« Je ne saurais vous dire combien de gens, moi inclus, et ceci n’est pas une hyperbole, dont les vies ont changé grâce à lui » dit Finkelstein, qui a été exclu de plusieurs universités à cause de son courage intellectuel et son indépendance. « Sans Chomsky, il y a bien longtemps que j’aurais abandonné. J’ai pris pas mal de coups dans ma vie professionnelle. Et c’est parce que je savais qu’un des plus grands esprits de l’histoire humaine avait confiance en moi que j’ai pu supporter tous ces coups. Il y a beaucoup de gens dont l’existence n’est même pas reconnue, les petits comme on les appelle, qui reçoivent un jour un courrier de Chomsky. Ca leur insuffle une nouvelle énergie. Chomsky a fait bouger beaucoup, beaucoup de gens qui se sont découverts un potentiel qui, sans lui, aurait été perdu pour toujours. »
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
avatabanana
Messages : 1038
Enregistré le : 06 oct. 2009, 00:00:00

Message non lu par avatabanana » 22 avr. 2010, 18:56:00

Noam Chomsky est le plus grand intellectuel des États-Unis.


Cela part très mal et ne donne pas envie de lire la suite.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 22 avr. 2010, 20:20:00

avatabanana a écrit :Noam Chomsky est le plus grand intellectuel des États-Unis.


Cela part très mal et ne donne pas envie de lire la suite.
Pourquoi, tu en connais d'autres de sa stature ? C'est triste à dire mais le débat politique aux USA de nos jours est d'un niveau affligeant, surtout avec la montée de partis populistes tels le Tea Party et les cinglés du Parti Républicain.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Anselme

Message non lu par Anselme » 22 avr. 2010, 20:56:00

Henry Kissinger est toujours à la page si je puis me le permettre.

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 22 avr. 2010, 22:49:00

Anselme a écrit :Henry Kissinger est toujours à la page si je puis me le permettre.
Celui a qui les Américains doivent en grande partie la guerre du vietnam.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 22 avr. 2010, 23:34:00

Je ne pense pas qu'on puisse classer Kissinger parmi les intellectuels, c'est avant tout un politicien.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Invité

Message non lu par Invité » 23 avr. 2010, 09:22:00

Kissinger est un autre courant de pensée US, opposé à Chomsky.
Pour moi, il entre bien dans le cadre fûsse-il être plus "politicien" à ton goût que Chomsky, dans un pays où un acteur peut accéder à la Présidence.

Invité

Message non lu par Invité » 23 avr. 2010, 09:23:00

>> Anselme

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 23 avr. 2010, 09:34:00

Admettons. Mais dans ce cas, force est de constater que Chomsky est d'un niveau nettement plus élevé. Combien de travaux, de publications, d'ouvrages, de tribunes... publiés par Kissinger, comparé à Chomsky (comme je le disais, Kissinger a passé plus de temps dans le monde politique et les sphères du pouvoir que dans le milieu intellectuel) ? Partant de là, la première phrase de l'article qui apparemment fait polémique reste parfaitement valide.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 23 avr. 2010, 10:14:00

Code : Tout sélectionner

Noam Chomsky est le plus grand intellectuel des États-Unis.


Cela part très mal et ne donne pas envie de lire la suite.
 
icon_biggrin icon_biggrin icon_biggrin  Moi non plus, mais j'ai fait un effort ! icon_biggrin

Les qualités de Chomsky sont indéniables !  Il crache dans la soupe, ce qui en fait immédiatement un "intellectuel" pour certains, il a publié un tas de bouquins, tout en se donnant un vernis de "penseur maudit" (si c'était le cas, il n'aurait pas trouvé d'éditeur, ni même université à l'appointer régulièrement), bref, c'est un gros frimeur criticard qui ne propose rien.

Un petit "point Goldwin" à l'occasion, et le voila promu historien !
Des critiques à tout vat, et le voila "penseur".

C'est le Al Gore de la sociologie icon_biggrin
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 02 juin 2010, 00:41:00

Indépendamment des opinion politiques libertaires et socialistes de Chomsky, sa carrure d'intellectuel au sens noble du terme est indéniable. Ne serait-ce que son apport à la linguistique. De là à utiliser le superlatif, je préfère rester sur ma réserve car je suis loin de connaitre toutes les pointures intellectuelles américaines. Il est pourtant vrai que intellectuels et USA vont assez mal dans la même phrase. Il est assez triste pour ce pays de constater que la plupart de ses grands universitaires sont d'origine étrangère. Mais qu'importe, le savoir n'a rien à faire des nationalités, il est à caractère indubitablement internationaliste !

Kissinger ne fait pas partie du même monde, il est plutôt considéré comme une éminence grise que comme intellectuel. Ce n'est pas péjoratif et cela ne doit pas remettre en doute les capacités intellectuelle évidentes de Kissinger. Plutôt que de l'opposer à Chomsky, j'aurais plutôt pris l'exemple d'Ayn Rand qui est un des auteurs les plus vendus aux USA et qui a justement cette figure d'intellectuelle qu'elle partage avec Chomsky.


« La situation actuelle est très similaire à l’Allemagne de Weimar, » m’a dit Chomsky au téléphone depuis son bureau à Cambridge, Massachusetts. « Les similarités sont frappantes. Il y avait aussi à l’époque une énorme déception par rapport au système parlementaire. Le fait le plus frappant n’était pas que les Nazis aient réussi à détruire les sociaux-démocrates et les communistes mais que les partis traditionnels, les partis conservateurs et libéraux, étaient eux aussi hais et qu’ils ont disparu. Les Nazis ont su combler le vide avec beaucoup d’intelligence et d’habilité. »
Ca c'est tout-à-fait valable pour la France et pour l'Europe. Je suis justement en train de m'intéresser un peu à la révolution conservatrice allemande, qui prend ses sources à la fin du XIXème mais qui se revigore en réaction au parlementarisme mou de la République de Weimar. Nous aussi, actuellement, sommes en pleine Révolution conservatrice. Pour s'en persuader il suffit tout simplement de regarder un peu l'actualité nationale. Je n'irai pas parler de nazisme par contre, la plupart des grandes figures de la révolution conservatrice allemande ayant désavoué le NSDAP avant la seconde guerre mondiale. Pas de point Godwin pour moi ;)
Le niveau de colère, de frustration et de haine envers les institutions n’est pas organisée d’une manière constructive. Ça part en vrille dans des fantasmes autodestructeurs.
L'individualisme isolationniste de la société néo-libérale interdit intellectuellement toute idée de conscience de classe. L'évocation de l'auto-destruction par Chomsky peut s'expliquer par le stress engendré par l'incapacité à l'action, elle-même engendrée par l'individualisme sus-cité. C'est aussi valable pour la France et l'Europe, enfin pour toutes les nations soumises au culte néo-libéral.
« J’essaie d’encourager les gens à penser de façon autonome, à remettre en question les idées communément admises, » a dit Chomsky lorsque je l’ai interrogé sur ses objectifs.
C'est drôle de lire la critique de MPS quand on a lu ça juste avant. Eloge de l'obscurantisme peut-être ? ^^
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

bye 2
Messages : 412
Enregistré le : 18 mai 2010, 00:00:00

Message non lu par bye 2 » 02 juin 2010, 15:00:00

Je rejoins Racaille sur la dimension de penseur de Chomsky; non pas qu'il faille établir une hiérarchie ( lui-même y est opposé ), mais c'est sur la critique du monde intellectuel américain ( et plus largement ) , dans sa bassesse et sa courtisanerie, que cette caste se traîne dans la bauge.
Et c'est pour celà qu'il est détesté: lui, chercheur, se permet de critiquer les confrères. Non pas pour se différencier ( ce n'est pas la cause, mais la conséquence ), mais pour donner, prêter, aider "à penser". Il a conscience, évidemment, qu'un écrit de sa part, peut influer. Et il se protège, tout en protégeant surtout les autres: "Pensez par vous-même".
Dans le Monde Diplomatique de mai, 2 pages intéressantes sur sa venue à Paris du 28 au 31 mai, dont j'ai extrait ceci:" si l'ordre social actuel est le seul qui soit compatible avec la nature humaine, alors comment expliquons-nous qu'il n'ait pas existé pendant la quasi-totalité de l'histoire de l'humanité, et n'ait été imposé que très récemment en Angleterre et ailleurs, et encore par la contrainte et la force ?
Je pense que des gens raisonnables peuvent s'entendre sur le fait que l'inégalité des capacités à résoudre des problèmes de mathématiques, ou à écraser la tête d'autrui d'un seul coup, ne mène à aucune conclusion précise quant à la manière dont il faudrait organiser la société..Il n'y a rien dans l'histoire, dans la science ou dans la logique qui suggère que les formes particulières d'organisation sociale à un moment ou à un autre de l'histoire soient le reflet de la nature humaine fondamentale - une telle croyance pourrait s'appliquer aux insectes, mais elle est certainement complètement dépourvue de sens en ce qui concerne les êtres humains".

Avatar du membre
sarkonaute
Messages : 1388
Enregistré le : 14 mars 2010, 00:00:00

Message non lu par sarkonaute » 02 juin 2010, 16:09:00

complètement sénile.
allez hop, à l'hospice le vieux pépé.
Tous ensemble pour un nouveau rêve bleu avec Nicolas Sarkozy en 2012

Image

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2167
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 04 juin 2010, 00:37:00

Chomsky est avant tout un philosophe et un linguiste remarquable, il a évidemment raison de critiquer la pensée dominante US, heureusement qu'il y a encore quelques intellectuels de sa trempe dans ce monde médiatico-pourris.
Sur ce à bientôt.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 21 juin 2010, 11:59:00

La eule chose intéressante qu'il ait dit dans le texte ci-dessus, c'est qu'il n'y a personne de charismatique !

Ce qui m'amène à l'ultra minable Obama, prédicateur plutôt que Président, spécialisé dans l'anathème.

Il avait déjà perdu une belle occasion de se taire, en traitant "toute la Police US de raciste", suite à un incident local avec un prof d'univ noir ... dont l'enquête a prouvé que la Police n'avait strictement fait que son devoir. Très apprécié des défenseurs de l'Ordre !

Maintenant, pour la première fois, il s'est adressé à la nation ... pour déblatérer BP de manière ridicule. Un accident industriel, aussi navrant qu'il soit, peut advenir, et le Président ne se prive pas de consommer du pétrole, sans assumer les risques de son extraction !

Et lui, que fait-il durant tout ce temps ? Après des semaines de catastrophe dans le Golfe  du Mexique, il vient d'inventer d'envoyer enfin des gens, sans déterminer ce qu'ils feront ... Les amércains doivent donc se contenter de le voir, en petit costume beige clair, se baisser pour ramasser une boulette de mazout sur une belle plage bien propre. Ravis, les citoyens !

On l'attendait devant le blocus de Gaza. Schnoll ! Les Allemands ont forcé Israel à le lever, du moins partiellement, en deux bons coups de g..... !

Yes we can ? Si c'est vendre une image fallacieuse pour avoir son bed et breafast à la Maison blanche, il a en effet gagné ! 
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Répondre

Retourner vers « Hommage »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré