100% d'énergies renouvelables en 2050, c'est possible

Vous souhaitez parler des problèmes d'écologie, c'est ici
Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26152
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 12 mai 2010, 20:23:00

http://www.actu-environnement.com/ae/ne ... -2050-ener…
100% d'énergies renouvelables en 2050, c'est possible selon l'EREC

Les professionnels des EnR démontrent dans un rapport baptisé RE-thinking 2050 qu'il sera possible à cette date d'approvisionner l'Europe en énergie uniquement via des sources renouvelables. Encore faut-il réduire fortement la demande.

Selon les professionnels européens du secteur des énergies renouvelables, l'Union européenne pourrait produire 100% de son énergie que ce soit l'électricité, la chaleur ou pour le transport à partir de sources renouvelables à l'horizon 2050. Dans un rapport prospectif baptisé RE-thinking 2050, le Conseil européen pour les énergies renouvelables (EREC) explique comment le mix énergétique européen pourrait se baser uniquement sur les énergies renouvelables d'ici 40 ans et les bénéfices économiques, environnementaux et sociaux qui pourraient accompagner une telle transition.

Ainsi pour la production d'électricité, l'EREC mise sur l'éolien à hauteur de 1.552 TWh en 2050 contre 104 TWh en 2007, 448 TWh pour l'hydraulique (325 en 2007), 1.347 TWh pour le photovoltaïque (5,4 en 2007), 496 TWh grâce à la biomasse (102 en 2007), 601 TWh géothermiques (5,8 en 2007), 385 TWh grâce au solaire thermique à concentration (0,8 en 2007) et 158 TWh via l'énergie des océans (production inexistante en 2007).
Pour assurer les besoins en chaleur, l'EREC prévoit une production à partir de biomasse à hauteur de 214,5 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) contre 61,2 Mtep en 2007. Le solaire thermique pourrait produire 122 Mtep (0,88 en 2007) et la géothermie 136,1 Mtep (contre 0,9 en 2007). Côté transport, les agrocarburants pourraient représenter 102 Mtep contre 7,88 en 2007.

Condition sine qua non : une réduction des besoins en énergie


Au final, la production d'électricité renouvelable atteindrait près de 5.000 TWh auxquels il faut ajouter les 473 Mtep de chaleur et les 102 Mtep d'agrocarburants ce qui se rapproche des besoins actuels en énergie primaire : 3.400 TWh d'électricité ont été consommés en 2007 en Europe selon Eurostat, 554 Mtep de chaleur et 377 Mtep dans les transports.
Mais çe sera loin d'être suffisant d'ici 2050 si les besoins en énergie continuent de croître à leur rythme actuel. L'EREC envisage différents scénarios en fonction des prix de l'énergie et des politiques d'économies mises en place par les gouvernements. Les énergies renouvelables pourraient répondre à plus de 100% des besoins seulement si les politiques d'économies sont très agressives et si les consommations d'énergie sont inférieures de près de 40% par rapport à aujourd'hui.
Par ailleurs, le scénario du Conseil européen pour les énergies renouvelables ne vaut que si les investissements dans les sites de production sont au rendez-vous. Or d'ici 2050, ces investissements pourraient atteindre plus de 2.800 milliards d'euros selon l'étude.

Pour convaincre, l'EREC met en évidence les bénéfices économiques, sociaux et environnementaux qui résulteraient d'un mix énergétique entièrement renouvelable. ''Les avantages potentiels d'un futur basé sur les énergies renouvelables sont multiples : atténuation des changements climatiques, sécurité énergétique et création d'emplois'', précise Arthouros Zervos, président d'EREC.
Selon le rapport, d'ici 2050, l'UE pourrait réduire sa demande en énergie fossile de près de 1.000 Mtep et pourrait réduire ses émissions de CO2 d'origine énergétique de plus de 90% par rapport à 1990 soit une économie de 3,8 millions de tonnes de carbone.
En outre, une énergie 100% renouvelable aurait des conséquences sur les prestations sociales en participant à la création d'emplois : ''le secteur des énergies renouvelables emploiera au total plus de 2,7 millions de personnes en 2020 et environ 4,4 millions en 2030. D'ici 2050, l'emploi dans notre secteur introduira 6,1 millions de personnes dans le travail'', souligne Arthouros Zervos.

Convaincu que réaliser une économie alimentée en énergie renouvelable n'est pas une question de disponibilité des technologies, mais plutôt de volonté politique, l'EREC destine son étude en premier lieu aux responsables politiques. L'EREC leur conseille surtout de profiter du renouvellement des capacités productrices d'énergie pour réorienter les politiques : ''d'ici à 2020, l'Europe doit remplacer les usines vieillissantes tout en satisfaisant une future demande. Approximativement 330 GWs de nouvelle capacité de puissance doivent être construits d'ici 2020, ce qui représente 42% des capacités de l'UE'', explique l'EREC.
http://www.cleantechrepublic.com/2010/0 ... gies-renou…
Les prévisions de RE-thinking 2050

Electricité

Eolien : 1 552 TWh en 2050 contre 104 TWh en 2007
Hydraulique : 448 TWh contre 325 TWh en 2007
Photovoltaïque : 1.347 TWh contre 5,4 TWh en 2007
Biomasse : 496 TWh contre 102 TWh en 2007
Géothermie : 601 TWh géothermiques 5,8 TWh en 2007
Solaire thermique à concentration : 385 TWh contre 0,8 TWh en 2007
Energie des océans : 158 TWh contre 0 TWh en 2007

Chaleur :

Biomasse : 214,5 mMtep contre 61,2 Mtep en 2007
Solaire thermique : 122 Mtep contre 0,88 Mtep en 2007
Géothermie : 136,1 Mtep contre 0,9 Mtep en 2007

Transport

Agrocarburants : 102 Mtep contre 7,88 Mtep en 2007
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
Dantedu48
Messages : 75
Enregistré le : 09 mars 2010, 00:00:00

Message non lu par Dantedu48 » 12 mai 2010, 21:39:00

Moué.... Je suis septique lorsque je lis ce genre d article.

   Comment évaluer la production éléctrique pour les 50 prochaines années sachant qu actuellement les energies renouvellables sont intimements liées aux aides publiques et donc aux décideurs "court-termistes" politiques ? et meme si j apprécie l idée de mutualiser le moyens ("mix") entre états de l UE, comment ne pas rester dubitatif lorsque on s intérese à l actualité réçente ?
 De plus l auteur préçise que de tels objectifs ne seront possible qu avec une "réduction des besoins energétiques".... On nage en plein flou ! Dans une société à l appetit élèctrique insatiable où au nom de l écologie l on remplace des chaudière thermique par des modèles gourmands en éléctricité, où les TV sont des "sangsues" électriques, comment ne pas être interpeller devant ce genre de formule "fourre tout" ?

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 13 mai 2010, 03:04:00

Surtout que l'étude ne prend pas en compte la consommation d'énergie nécessaire à la transformation et la construction de tout ce qui est nécessaire pour mettre en place tout ce qu'ils proposent ;)

Effectivement c'est très flou.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 13 mai 2010, 08:43:00

C'est le genre d'étude complètement gaga !

Prenons les éoliennes, par exemple. Rien à cirer de la multiplication de la production individuelle par le nombre. Ce serait trop facile !

en fait, il y aura des période de vent idéal, où elles produiront beaucoup trop, dont on ne pourra rien faire, et des périodes soit de tempêtes soit de calme plat où elles ne produiront rien, et où il faudra un réseau des centrales conventionnelles tout aussi puissant que si elles n'existaient pas !

Un double équipement ruineux, là où le conventionnel suffirait à bien moindre coût.

Les éoliennes sont les mouches du coche icon_confused

Et ceux qui les prônent, soit des illuminés, soit des malhonnêtes.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26152
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 13 mai 2010, 10:21:00

logan a écrit :Surtout que l'étude ne prend pas en compte la consommation d'énergie nécessaire à la transformation et la construction de tout ce qui est nécessaire pour mettre en place tout ce qu'ils proposent ;)
L'analyse du cycle de vie des différentes solutions est parfaitement connu et intégré à l'équation économique (construction et production). D'ailleurs les coûts du renouvelable sont en constante diminution et ont même dépassé le charbon aux USA. Seul le nucléaire résiste encore un peu, mais c'est surtout grâce à des données économiques biaisées (notamment sur le démantèlement).
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26152
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 13 mai 2010, 10:26:00

mps a écrit :Prenons les éoliennes, par exemple. Rien à cirer de la multiplication de la production individuelle par le nombre. Ce serait trop facile !

en fait, il y aura des période de vent idéal, où elles produiront beaucoup trop, dont on ne pourra rien faire, et des périodes soit de tempêtes soit de calme plat où elles ne produiront rien, et où il faudra un réseau des centrales conventionnelles tout aussi puissant que si elles n'existaient pas !
Avec ce paragraphe tu prouves encore une fois que tu n'y connais et n'y comprends absolument rien.

De plus la solution se trouve dans la diversification des sources. Il est hors de question de vouloir assurer toute la production à partir d'éolien, à cause des variations (qui ne sont pas un problème à l'échelle d'un continent). Au contraire il faut combiner éolien, solaire, biomasse, etc., le tout distribué par un réseau "intelligent" qui permet d'adapter la consommation et la répartition de la charge en fonction de la production.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 13 mai 2010, 10:29:00

Tu ne réponds pas sur l'essentiel : les 60% du temps où les éoliennes ne produisent rien du tout. L'obligation d'avoir de toute manière un réseau conventionnel complet.
Le surcoût de consommation de ce réseau conventionnel, contraint de s'adapter de manière imprévisible aux caprices du vent et de ces éloliennes.

t'affole pas : dans 10 ou 15 ans, on ne parlera plus de ces cornichonneries : on en gardera juste quelques unes, à visiter comme les moulins à vent en Hollande ...

Pendant ce temps, de moins tapés développement dessytèmes autrement intelligents : les petites centrales géothermiques à distribution de proximité. Indifférentes aux c onditions météorologiques, elles produisent l'électricité la moins chère du monde tous frais compris. Elles se répandent dans différents pays (Australie e.a) mas ne font paspartie de l'éco-business où tu puises tes convictions icon_biggrin
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26152
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 13 mai 2010, 10:49:00

mps a écrit :Tu ne réponds pas sur l'essentiel : les 60% du temps où les éoliennes ne produisent rien du tout.
Si une éolienne prise individuellement ne produit effectivement pas tout le temps, ce n'est pas le cas d'un parc réparti sur une surface étendue, qui a une production beaucoup plus stable. De plus la production est parfaitement prévisible à quelques heures voire quelques jours près, ce qui permet de s'adapter en amont (=> réseaux intelligents).
L'obligation d'avoir de toute manière un réseau conventionnel complet.
Le surcoût de consommation de ce réseau conventionnel, contraint de s'adapter de manière imprévisible aux caprices du vent et de ces éloliennes.
Les méthodes de stockage temporaire d'énergie ne manquent pas : réservoirs d'eau, chambres froides, air comprimé, hydrogène, batteries des véhicules électriques en charge... Donc si la capacité de production est suffisante on peut parfaitement lisser celle-ci pour l'adapter aux besoins. Et tu oublies que les modes de production actuels nécessitent déjà des centrales de production de pointe, il est donc malhonnête d'attribuer ce besoin aux éoliennes, car la raison tient au réseau et non au mode de production.
Pendant ce temps, de moins tapés développement dessytèmes autrement intelligents : les petites centrales géothermiques à distribution de proximité. Indifférentes aux c onditions météorologiques, elles produisent l'électricité la moins chère du monde tous frais compris. Elles se répandent dans différents pays (Australie e.a) mas ne font paspartie de l'éco-business où tu puises tes convictions icon_biggrin
Le passage de l'article sur la géothermie a dû t'échapper. De plus les capacités géothermiques européennes sont insuffisantes pour assurer les besoins européens. Il faut donc diversifier, comme je me tue à le répéter. D'ailleurs pourquoi toujours se focaliser sur l'éolien, l'article évoque d'autres modes de production.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
artragis
Messages : 7983
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 13 mai 2010, 10:58:00

Tu ne réponds pas sur l'essentiel : les 60% du temps où les éoliennes ne produisent rien du tout. L'obligation d'avoir de toute manière un réseau conventionnel complet.
les sources pour ton "60%".
L'éolien est une source complémentaire du solaire et surtout, contrairement à ce que tu dis entre dans une logique de développement durable bien plus sûre que le nucléaire. Pourquoi cela?
Une éolienne, ça produit de l'électricité. Pour quelques éléments en plus, ça produit de l'eau pure (irrigation, consommation dans les pays pauvres... Ca ne produit pas de CO2 et la quantité de carbone rejetée pour le béton est en nette diminution (40% depuis 2000, source Le centralien).
Ensuite, il y a biensûr le coût du Wh. Une éolienne doit être mis dans un couloir venteux, contrairement à ce qui pouvait se faire jusqu'à présent (on peut reprocher des choses au Grenelle 2 mais pas d'être illogique). de même, alors que les subventions baissent en étant divisées par 3, c'est par deux qu'a été divisé le coût du Wh éolien par habitant desservi, du fait, notamment de la maîtrise de son acheminement et de l'optimisation de la production.
Enfin, l'éolien, c'est 100% de recyclage, le photovoltaïque 90%, le fuel, le gaz 75%, le nucléaire, les chiffres sont tus pourtant ça commence à faire débat.
Donc, non MPS l'essentiel n'est pas évité, c'est toi, en te focalisant sur un chiffre (sur lequel tu n'arrive même pas à te fixer, on passe de 75% à 50% puis 60% d'un topic à un autre sans savoir pourquoi) qui oublie tout le reste. C'est comme Arthus Bertrand qui hurle au scandale devant chaque barrage dont certains sont très productifs, assez respectueux de l'environnement et ne risque pas d'avaries majeures. C'est tellement plus facile de se focaliser sur un défaut incertain que de voir l'ensemble du problème et de la solution imaginée.

D'ailleurs en parlant de solution imaginée, je rappelle que des recherches sont en train de porter leur fruit quant au stockage de l'énergie lors des périodes creuses pour la redistribuer plus tard, flexibilité nous voila !
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 13 mai 2010, 11:08:00

Comme il a été dit plus tot, si les énergies propres et alternatives avaient bénéficié des mêmes investissements RD que le nucléaire, on ne serait plus a se poser la question de savoir quoi choisir.

Enfin, pour le nucléaire, quand on voit le cout de démantèlement de brennilis, ou 482 millions d'euros ont déjà été dépensés, et ou il faudra sans doute encore en  ajouter 200 ou 250, on imagine aisément la bombe a retardement économique qui nous attend quand il faudra démanteler les 58 réacteurs existants ....

Par ailleurs, ces couts n'entrent évidemment pas dans le calcul du prix du Kw, ce qui distord la comparaison par rapport a une énergie propre.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59567
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 13 mai 2010, 12:39:00

L'objectif de cet article est évidemment purement mathématique. Les auteurs souhaitent démontrer que si on veut, on peut. C'est intéressant, car ça rassure. Néanmoins, question faisabilité, la première chose qui me fait tiquer, c'est que ça fonctionne à la condition que nous diminuions notre consommation d'énergie de moitié. C'est complètement farfelu ^^. Cela ne risque pas d'arriver.

Les éoliennes: il faut multiplier la surface du parc par 15. Où les met-on ?
Géothermie: OK
Hydraulique: OK
Océans: OK
Photovoltaïque:à mon avis, très très surestimé (ils prennent un facteur x150 par rapport à l'actuel). Rappelons que le photo nécessite des matières premières particulières et un process coûteux.

Biomasse: Dangereux ! Il vaut mieux utiliser les végétaux pour l'alimentation humaine. De plus, le gain d'énergie par rapport à celle utilisée pour produire est très très faible.

Conclusions: on pourrait satisfaire environ 40% des besoins réels en bourrant l'Europe de renouvelable (j'enlève la biomasse du calcul et je réduis légèrement l'optimisme du photo).

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26152
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 13 mai 2010, 13:14:00

Au sujet de la biomasse et des agrocarburants, les pistes actuelles se concentrent sur la valorisation des déchets et des sous-produits, et n'entrent donc pas en concurrence avec l'alimentation (=> éthanol cellulosique). Ajoutons également la production de biogaz à partir des déchets ménagers.

Quant au PV, il est en progrès constants et les nouvelles technologies utilisent des procédés existants et des matières premières abondantes ou faciles à produire.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59567
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 13 mai 2010, 19:08:00

L'éthanol cellulosique est fait à partir de bois, c'est bien ça ? Ne crains-tu pas que nous dévastions les forêts pour atteindre les objectifs énergétiques annoncés ?

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26152
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 13 mai 2010, 20:14:00

Nombrilist a écrit :L'éthanol cellulosique est fait à partir de bois, c'est bien ça ? Ne crains-tu pas que nous dévastions les forêts pour atteindre les objectifs énergétiques annoncés ?
La cellulose est présente dans toutes les plantes et notamment les tiges, elle est de plus parfaitement indigeste. On pourrait valoriser les tiges et les feuilles des cultures, et notamment des céréales, qui pour l'instant finissent en déchets verts, et ainsi rentabiliser leur production à 100% sans mettre en danger la filière alimentaire. Ça ferait de plus une source de revenus non négligeable pour nos agriculteurs. Quant au bois, il est plus efficace de le brûler directement que de fabriquer de l'éthanol avec.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 13 mai 2010, 20:21:00

Tu me rassures, parce que les filières agro qui alimentent un marché de bio carburant, plus cher, et qui affame la planète, c'était pas très malin comme idée.

Alors recommencer avec le bois ... merci.

Personnellement, cela fait 12 ans que je me chauffe au bois, et je m'en félicite, c'est une chaleur très agréable (foyer ouvert, malgré tout) et très saine (renouvellement de l'air garanti).

Répondre

Retourner vers « Ecologie / Environnement / Agriculture »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré