100% d'énergies renouvelables en 2050, c'est possible

Vous souhaitez parler des problèmes d'écologie, c'est ici
Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 15 mai 2010, 09:37:00

d'où le fait qu'il propose la "jachère"...
Non, Artargis, pour la bonne et excellente raison qu'on ne traite pas les jachères avec du désherbant, bien entendu ! Au contraire, on garde ce qui a poussé pour l'enfouir ensuite, et en faire de l'engrais vert.

Or, fredo parle bien d'une alternative aux désherbants.

Sa récupération de mauvaises herbes vise donc bien les cultures.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

En ligne
Avatar du membre
artragis
Messages : 8005
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 15 mai 2010, 09:42:00

Or, fredo parle bien d'une alternative aux désherbants.
Sa récupération de mauvaises herbes vise donc bien les cultures.
pas le moins du monde, faudrait vraiment lire :
il dit qu'on peut faire de l'énergie avec de la cellulose. Les végétaux, même envahissant, contenant de grandes quantité de cellulose, il dit que la jachère serait plus utile qu'elle ne l'est maintenant (souvent faite à cause des quotas européens, elle empêche certains agriculteurs de s'en sortir). Une nouvelle fois MPS, il faudrait lire, lorsqu'un message dit "ne plus utiliser de désherbant", il y a souvent un contexte qu'il est important de connaître : ici le contexte disait que la jachère pouvait enfin être plus utile qu'elle ne l'est dans certains endroits.
puisqu'un champ en friche produira autant de cellulose qu'un sol cultivé.
et pour "l'échardonnage", il ne servirait pas car, une fois la récolte faite, il reste toujours des détritus (tige, mauvaises herbes...) dans le champs, récupérer ces détritus permettrai la création d'agrocarburant. Et donc la réduction de l'utilisation des pesticides puisque seul le début de culture serait traité, un peu comme le bio.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 15 mai 2010, 11:30:00

"ici le contexte disait que la jachère pouvait enfin être plus utile qu'elle ne l'est dans certains endroits."

Surtout que l'Europe (enfin ses technocrates qui n'ont jamais vu un brin d'herbe) veut supprimer la jachère. Elle retrouverait donc ici une utilité et serait à nouveau encouragée.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26215
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 15 mai 2010, 11:56:00

Pour ajouter au remarque ci-dessus, une petite réflexion sur l'agriculture bio : celle-ci n'utilise pas d'herbicides, n'est-ce pas ? Et pourtant on arrive à avoir des rendements corrects, malgré la présence de mauvaises herbes. Ce qui veut dire que les agriculteurs bio arrivent parfaitement à faire le tri entre leur production et les déchets. Autrement dit, si l'agriculture conventionnelle utilise moins d'herbicides, ou si l'efficacité de ceux-ci diminue (ce qu'on constate actuellement), cela se traduira tout simplement par l'augmentation de la quantité de déchets. Donc si on arrive à valoriser ceux-ci, les revenus des agriculteurs ne souffriront plus de ces moindres rendements.

Ajoutons également qu'une moindre utilisation d'herbicides, en tolérant un certain niveau de présence des mauvaises herbes, éliminerait le risque d'apparition de souches hyper-résistantes. En effet celles-ci sont dues à l'avantage sélectif que leur procure leur résistance, et à la sélection naturelle qui fait que les souches survivantes deviennent majoritaire dans la génération suivante. Au contraire de la pratique actuelle qui vise à l'éradication totale avec les conséquences que l'on sait. Autrement dit il n'est pas trop tard pour éviter une catastrophe alimentaire, il suffit de favoriser à nouveau la prolifération contrôlée de souches "classiques" de mauvaises herbes pour diminuer la proportion de souches hyper-résistantes, dont le patrimoine génétique finira par être noyé dans la masse grâce à la disparition de son avantage sélectif.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 20 mai 2010, 12:30:00

Pour en revenir au sujet, la réduction de la consommation d'énergie étant assuré au mieux à 50% par le renouvelable, comment génère-t-on les 50% restants ?

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 20 mai 2010, 12:33:00

"Et pourtant on arrive à avoir des rendements corrects, malgré la présence de mauvaises herbes."

Les rendements en bio sont de 40% par rapport au conventionnel. Si tout le monde faisait du bio, ce serait la famine dans le monde entier.

"Autrement dit il n'est pas trop tard pour éviter une catastrophe alimentaire, il suffit de favoriser à nouveau la prolifération contrôlée de souches "classiques" de mauvaises herbes pour diminuer la proportion de souches hyper-résistantes, dont le patrimoine génétique finira par être noyé dans la masse grâce à la disparition de son avantage sélectif."

C'est aussi l'un des intérêts de la jachère.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 20 mai 2010, 18:55:00

Nombrilist, tu m'otes les mots de la bouche ...

En outre, la jachère n'est pas juste un terrain abandonné, dont on puisse récupérer les vertus. Une jachère, c'est une terre qui se repose, avant que tout ce qui y a spontannément poussé ne soit retourné, et vienne s'incorporer à la couche arable sous forme d'engrais vert. C'est le principe, vieux omme le monde, de l'assolement triennal.

Il est donc erroné de parler d'une terre dont on va récolter la production de "jachère" : il faut alors parler de champ de culture spontannée, à moissonner. Cela n'a rien à voir.
Si on récolte les pousses de l'année pour en faire de la cellulose ou tout ce qu'on veut, la terre n'a pas été nourrie, et ce n'est donc pas un système de jachère.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26215
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 20 mai 2010, 22:29:00

La végétation qui pousse sur une jachère finit en général par sécher, laissant des tiges constituées essentiellement de cellulose, qu'il faut bien débroussailler si on veut replanter (le reste retourne effectivement à la terre). Ce sont ces déchets qui sont valorisables. Il est hors de question (et contre-productif) de cultiver des parcelles uniquement pour la cellulose, pour la simple et bonne raison que c'est la molécule organique la plus abondante sur terre (la moitié de la biomasse en est constitué). Donc j'insiste, ce sont bien les déchets qui sont valorisés, pas la production principale, et ça inclut ceux qu'on récolte sur les jachères.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 20 mai 2010, 22:41:00

OK El Fredo !

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26215
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 20 mai 2010, 22:58:00

Nombrilist a écrit :Pour en revenir au sujet, la réduction de la consommation d'énergie étant assuré au mieux à 50% par le renouvelable, comment génère-t-on les 50% restants ?
Il y a pas mal de pistes d'économies d'énergie. La plus évidente : l'éclairage, qui représente une part très importante de la consommation énergétique. Ensuite la conversion des véhicules à la motorisation électrique, au rendement au moins deux fois meilleur (un moteur de voiture a un rendement d'environ 25%, pour les moteurs électriques c'est 90% mais il faut déduire la production et le stockage d'électricité, on arrive sans problème à dépasser les 50% de bout en bout). On peut aussi espérer des gains d'environ 30% sur le transport maritime grâce à l'utilisation de voiles de type cerfs-volants (chiffre obtenu lors d'une expérience grandeur nature récente). Enfin, la généralisation de la cogénération pour le chauffage, et tout autre type de synergies entre producteur et consommateur. Par exemple, le projet suivant vise à implanter des datacenters à la campagne à proximité d'élevages de bétail :

http://ecogeek.org/weird-stuff/3168-for ... others-may…

En gros les datacenters utiliseraient l'énergie générée par les excréments du bétail, grâce à la production de biogaz alimentant des génératrices. De plus la production de biogaz pourrait utiliser la chaleur dégagée par les machines pour réduire sa consommation énergétique. Au final on obtient des économies d'énergie extrêmement importantes, dans le cadre d'une relation gagnant-gagnant entre éleveurs et exploitants des datacenters : sources de revenus supplémentaires pour les premiers, coûts réduits (notamment immobiliers) pour les seconds.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 21 mai 2010, 15:39:00

Est-ce que nous avons aujourd'hui la technologie pour stocker et transporter de l'énergie en dehors de l'atmosphère et inversement ?

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26215
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 21 mai 2010, 15:56:00

logan a écrit :Est-ce que nous avons aujourd'hui la technologie pour stocker et transporter de l'énergie en dehors de l'atmosphère et inversement ?
Huh ?
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

En ligne
Avatar du membre
artragis
Messages : 8005
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 25 mai 2010, 08:24:00

Je relance ce sujet en apportant une réponse à MPS et aussi une petite nouveauté :

En outre, la jachère n'est pas juste un terrain abandonné, dont on puisse récupérer les vertus. Une jachère, c'est une terre qui se repose, avant que tout ce qui y a spontannément poussé ne soit retourné, et vienne s'incorporer à la couche arable sous forme d'engrais vert. C'est le principe, vieux omme le monde, de l'assolement triennal.
Attention à ne pas confondre jachère et assolement triennal, aujourd'hui assolement triennal se fait sur trois cultures différentes et s'il y a besoin de repos, on sème du fourrager. La jachère est une terre non cultivée pendant au moins cinq ans reconductibles souvent pour deux raisons :
-->Pas assez de rendements (une parcelle trop argileuse, trop proche de grands arbres qui pompent...)
-->"Protection de l'environnement", les écolos ont fait passer une loi qui oblige un certain pourcentage de jachère qui ne doit être fauché qu'une fois l'an à partir du 14 juillet, pas avant.
Donc si tu fais une culture de repos en assolement triennal, tu peux bel et bien récupérer les herbes pour faire de la cellulose et donc je pas utiliser pendant un an d'herbicide, éliminant les souches résistantes qui perdent leur avantage sélectif.

Nouveauté pour le nucléaire, AREVA a annoncé à un journal anglais qu'ils étaient sur un prototype prometteur de réacteur à fission nucléaire qui ne produit pas de déchets, voici une citation de l'article :
> Anne Lauvergeon, Présidente d'AREVA, lors d'un récent entretien au TIMES, a fait cette étonnante révélation passée plutôt inaperçue en France. Son Groupe développerait un nouveau type de réacteur qui permettrait d'éliminer ses déchets radioactifs ! Si ce projet venait à se concrétiser, plus qu'une révolution technologique, c'est un verrou psychologique majeur qui sauterait !
>
> La planète tant politique qu'économique se heurte depuis des années aux anti-nucléaires, principalement des mouvements écologistes, qui s'opposent souvent à juste titre au développement de cette technologie. Les principaux arguments portent d'une part sur la sécurité des installations, et d'autre part, sur la gestion à long terme des déchets nucléaires produits par les centrales.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 25 mai 2010, 11:58:00

Artragis, tu as quelque chose de plus détaillé concernant le réacteur en question ? Une telle nouvelle aurait du avoir l'effet d'une bombe. Comme ce n'est pas le cas, à mon avis, son équipe travaille surtout à répondre à une lettre au père Noël. Un peu comme si elle disait que ses équipes travaillent sur la fusion.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26215
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 25 mai 2010, 12:06:00

Intéressant, mais j'espère que ça sera autre chose que les promesses jamais tenues de feu Superphénix. Ça ne résout pas non plus le problème de la limitation des ressources en combustible.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Répondre

Retourner vers « Ecologie / Environnement / Agriculture »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré