Poutine aura-t-il un opposant à la présidentielle ?

Venez parler ici de l'actualité étrangère et européenne
Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5641
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Poutine aura-t-il un opposant à la présidentielle ?

Message non lu par Yakiv » 12 juil. 2018, 00:27:32

wesker a écrit :
12 juil. 2018, 00:23:51
Et bien, au risque de te surprendre, Yakiv, il n'est pas nécessaire de réagir, avec précipitation aux moindres déclarations du'n Président qui essaye, dans le cadre de ses engagements de campagne, de ne faire valoir que les intérêts de son pays...Lui qui fut accusé d'être aidé et soutenu par le Kremlin
Je pense que c'est ce que beaucoup n'ont pas compris chez Trump.
Il est totalement imprévisible d'une part et il ne défend que les intérêts essentiellement financiers de son pays d'autre part.
Mais depuis son élection, et je ne parle pas là de la campagne électorale, rien n'indique une modification de la politique étrangère américaine vis-à-vis de la Russie comme tu n'as cessé de l'affirmer (ou de l'espérer).

Avatar du membre
wesker
Messages : 30309
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Poutine aura-t-il un opposant à la présidentielle ?

Message non lu par wesker » 12 juil. 2018, 00:40:54

Je n'espère rien, Yakiv

Je dis, simplement que maintenir un climat de guerre froide alorsz que l'ère soviétique est révolu depuis 30 ans est contre productif. C'est mon opinion, tu ne la partage pas, je ne vois pas l'intérêt de s'égarer dans des invectives inutiles et des accusations sournoises, Yakiv.

Depuis des années, on pratique une politique similaire à l'égard de la Russie et elle apporte les mêmes résultats...et bien, je considère qu'à la suite du renouveau de la Russie nous pourrions développer et approfondir de nouvelles relations avec ce pays afin de modifier les résultats et d'être, enfin, en situation de surmonter les défis internationaux auxquels nous sommes tous confrontés et pour lesquels des pays tels que les Etats Unis ou la Russie ont un rôle que je crois prépondérant à jouer (sécurité, environnementaux, lutte contre les organisations criminelles etc...

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5641
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Poutine aura-t-il un opposant à la présidentielle ?

Message non lu par Yakiv » 17 juil. 2018, 21:56:06

Et pendant la coupe du monde, un prisonnier politique, auteur de cinéma, se meurt toujours dans les geôles russes.
Après le triomphe des Bleus, les auteurs français réclament toujours la libération d'Oleg Sentsov

16 juil. 2018, 14:38:30

Le réalisateur ukrainien, en grève de la faim depuis 64 jours suite à sa condamnation à 20 ans de camp sibérien, risque de mourir à tout moment. Pendant le Mondial de football, de nombreux auteurs français ont interpellé le président Emmanuel Macron pour demander sa libération. Après le triomphe des Bleus, ils poursuivent le combat.

Image
Emmanuel Carrère, Leïla Slimani et Pierre Lemaitre figurent parmi les auteurs français à parler pour défendre l'Ukrainien Oleg Sentsov. DPA/ABACA / Sébastien Soriano/Le Figaro/Domine-Wyters/ABACA

Le réalisateur ukrainien, en grève de la faim depuis 64 jours suite à sa condamnation à 20 ans de camp sibérien, risque de mourir à tout moment. Pendant le Mondial de football, de nombreux auteurs français ont interpellé le président Emmanuel Macron pour demander sa libération. Après le triomphe des Bleus, ils poursuivent le combat.

«Comment se taire sans donner l'impression que l'on consent à l'inacceptable?» À l'instar de treize autres écrivains d'expression française, Philippe Forest a pris la plume sur le site de l'association Les nouveaux dissidents pour demander la libération d'Oleg Sentsov, emprisonné en Russie depuis 2015.

«Une piqûre de moustique sur le cuir d'éléphant de l'État russe»

Le cinéaste originaire de Crimée a été condamné à 20 ans de camp sibérien pour «terrorisme» et «trafic d'armes». Lors d'un procès qu'Amnesty International a qualifié de «stalinien», on a notamment reproché à Oleg Sentsov d'avoir ourdi l'explosion d'une statue de Lénine érigée dans sa ville natale de Simferopol. Le 14 mai, il a entamé une grève de la faim. Le réalisateur de Gamer (2013), qui a eu 42 ans le 13 juillet, exige la libération de tous les «prisonniers politiques» ukrainiens détenus en Russie. Ils seraient entre soixante et soixante-dix.

Si de nombreux réalisateurs français se sont mobilisés pour leur confrère, notamment à travers une pétition, les auteurs de l'Hexagone ne sont pas en reste. Emmanuel Carrère, Pierre Lemaitre, Delphine de Vigan, Leïla Slimani ne sont que quelques-uns des hommes et femmes de lettres à avoir rédigé des tribunes émues ou rageuses pour enjoindre le président russe Vladimir Poutine à mettre fin au calvaire d'Oleg Sentsov.

Image
Des passants devant une affiche à l'effigie d'Oleg Sentsov à Kiev (Ukraine). SERGEI SUPINSKY/AFP

«Nous le savons bien, que notre mobilisation croissante à mesure que Sentsov s'approche de la mort, c'est moins qu'une piqûre de moustique sur le cuir d'éléphant de l'État russe. Nous le savons bien, qu'il est naïf d'espérer que la liesse sportive puisse profiter à un prisonnier politique dans un pays où on emprisonne arbitrairement et extorque sous la torture témoignages et aveux», déplore Emmanuel Carrère. Par leurs mots, les écrivains espéraient attirer l'attention du président Emmanuel Macron sur ce sujet éminemment politique, à la veille de la finale de la Coupe du monde de football.

«Ne resterait-il nulle part, ni chez nous ni ailleurs, dix, ou six, ou deux, ou un, juste un puissant qui puisse parler au puissant? La fête du football devient obscène, ses vertus englouties sous le sang qui ralentit sa course dans le corps et le cerveau d'Oleg Sentsov», dénonce l'ancienne Garde des Sceaux Christiane Taubira. Selon l'AFP qui cite l'Élysée, le cas du réalisateur ukrainien aurait été évoqué dimanche quand Emmanuel Macron a été reçu au Kremlin par le chef de l'État russe. Le porte-parole du gouvernement français a estimé mardi que «les droits élémentaires» de la défense du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov emprisonné en Russie n'avaient «pas été respectés».

«Un corps squelettique en guise de trophée mondial»

Chaque jour, le cinéaste boit 3,5 litres d'eau et se fait injecter du glucose, des amino-acides et des vitamines via un goutte-à-goutte, selon son avocat, Dmitri Dinzé. Il a perdu quinze kilos depuis le début de sa grève de la faim, affirme sa cousine qui lui a rendu visite la semaine dernière. Sur Twitter, l'écrivain Pierre Lemaitre (Au revoir là-haut ) et l'essayiste Raphaël Glucksmann postaient des messages très amers samedi soir.
Espérons que Macron reviendra à Paris avec... la libération de Oleg Sentsov, cinéaste ukrainien incarcéré " dans une colonie à régime sévère dans le nord du pays, et en train de mourir après 61 jours de grève de la faim " (LeMonde)

— Pierre Lemaitre (@PLemaitreAuteur) 15 juillet 2018

62 jours de grève de la faim.Prisonnier purement politique, le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov se meurt dans un camp de Sibérie alors que le monde a les yeux rivés sur Moscou.
Pensons au grand moment de foot que nous allons vivre, mais n'oublions pas d'exiger sa libération! pic.twitter.com/7p9NA171dS

— Raphael Glucksmann (@rglucks1) 15 juillet 2018


«Nous serons nous-même des lâches si nous ne faisons pas tout, aujourd'hui, pour que cet artiste, cet activiste, ce défenseur infatigable des libertés, ne meure pas de la grève de la faim qu'il a entamée depuis maintenant plus d'un mois», veut croire Leïla Slimani, prix Goncourt 2016 pour Chanson douce (éd. Gallimard). Plus crue, Marie Darrieussecq expose une réalité insoutenable: «Pendant qu'on scrute les performances de Messi, Sentsov a consommé tous les lipides disponibles dans son corps et se nourrit désormais de ses propres protéines, d'abord de ses muscles, puis de ses organes vitaux.» L'auteur de Truismes attribue au ballon rond une insouciance qu'elle juge déplacée. «Cette fichue compétition de foot, opium du peuple et jeux du cirque, est en train de gagner un corps squelettique en guise de trophée mondial. Et il y aura une tache sanglante en guise de drapeau russe, si Poutine ne libère pas Sentsov.»

Oleg Sentsov est en grand danger. Le seuil létal pour une grève de la faim se situe après les quarante premiers jours. Le nationaliste irlandais Bobby Sands, qui avait protesté contre la politique de Margaret Thatcher en 1981, était mort au bout de soixante-six jours de privation. «Le chrono tourne. Il s'affole. Il est urgent de libérer Oleg Sentsov», conclut Maylis de Kerangal.

Article complet sur http://www.lefigaro.fr/culture/2018/07/ ... entsov.php

Avatar du membre
wesker
Messages : 30309
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Poutine aura-t-il un opposant à la présidentielle ?

Message non lu par wesker » 18 juil. 2018, 21:13:01

Il est inacceptable, pour des démocraties de cautionner ni d'approuver les arrestations politiques...De la même manière qu'il est tout aussi nécessaire de se montrer prudent quand on sait qu'une partie des indépendantistes Corses affirment que la France ferait des prisonniers politiques, alors que nous savons que c'est faux puisqu'il y a, dans ce cas précis, un crime de sang, ce qui ne peut être compatible avec l'idée d'une arrestation pour motif d'idées politiques. Mais bon cela se passe au Nicaragua, au Soudan et dans la plupart des pays du monde, nous devons naturellement le déplorer et essayer d'agir pour le réduire mais se focaliser sur l'un pour oublier tout les autres relève davantage d'une stratégie qui, jusque là se limite à rester dans l'invective, l'accusation etc....

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5641
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Poutine aura-t-il un opposant à la présidentielle ?

Message non lu par Yakiv » 18 juil. 2018, 22:33:13

wesker a écrit :
18 juil. 2018, 21:13:01
De la même manière qu'il est tout aussi nécessaire de se montrer prudent quand on sait qu'une partie des indépendantistes Corses affirment que la France ferait des prisonniers politiques, alors que nous savons que c'est faux puisqu'il y a, dans ce cas précis, un crime de sang, ce qui ne peut être compatible avec l'idée d'une arrestation pour motif d'idées politiques.
De ?
Qui c'est qui a commis un crime de sang ?

Avatar du membre
wesker
Messages : 30309
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Poutine aura-t-il un opposant à la présidentielle ?

Message non lu par wesker » 19 juil. 2018, 08:07:18

Ben les prisonniers corses, pour certains le sont pour terrorisme ou assassinats dans certains cas, il ne semble pas que ce soit le cas du réalisateur russe

Mais ce que je voulais dire par là est qu'il faut se montrer prudent lorsqu'on utilise la terminologie d'arrestation politique.

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5641
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Poutine aura-t-il un opposant à la présidentielle ?

Message non lu par Yakiv » 19 juil. 2018, 20:09:32

wesker a écrit :
19 juil. 2018, 08:07:18
Ben les prisonniers corses, pour certains le sont pour terrorisme ou assassinats dans certains cas, il ne semble pas que ce soit le cas du réalisateur russe

Mais ce que je voulais dire par là est qu'il faut se montrer prudent lorsqu'on utilise la terminologie d'arrestation politique.
Mais comme ce n'est pas le cas ici et que tu le reconnais toi-même, quelle utilité de cette remarque ?

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5641
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Poutine aura-t-il un opposant à la présidentielle ?

Message non lu par Yakiv » 19 juil. 2018, 20:12:05

Anna_Politkovskaja.jpg
Anna_Politkovskaja.jpg (27.69 Kio) Vu 109 fois
Meurtre d'Anna Politkovskaïa: la Russie condamnée par la CEDH

17 juil. 2018, 08:27:18

La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a condamné aujourd'hui la Russie pour ne pas avoir "mis en oeuvre les mesures d'enquête appropriées pour identifier le ou les commanditaires du meurtre" de la journaliste russe Anna Politkovskaïa en 2006, connue pour ses enquêtes sur les violations des droits de l’Homme en Tchétchénie et ses critiques contre Vladimir Poutine.

» LIRE AUSSI - Russie : «Depuis l'assassinat d'Anna Politkovskaïa, la situation a empiré»

"L'État (russe) a manqué aux obligations relatives à l'effectivité et à la durée de l'enquête qui lui incombaient en vertu de la Convention" européenne des droits de l'Homme, a souligné la CEDH dans un communiqué. Six personnes ayant participé à l’exécution ont été condamnées à de lourdes peines de prison par la justice russe, sans que les commanditaires ne soient jamais identifiés. "Dans un homicide de ce type, on ne peut toutefois pas considérer que l’enquête a été appropriée si aucun effort n’a été fait pour identifier le commanditaire du meurtre", affirme la juridiction du Conseil de l’Europe.

» LIRE AUSSI - Russie: le meurtre de Nemtsov reste impuni

Les juges de Strasbourg soulignent que les autorités russes ont élaboré une "théorie principale" impliquant un homme d’affaires résidant à Londres et aujourd’hui décédé sans qu’aucune pièce n’ait jamais été présentée pour étayer cette hypothèse. "L’Etat aurait dû examiner les allégations des requérants (la famille de la victime-NDLR) selon lesquelles des agents du FSB (les services secrets russes-NDLR) ou des représentants de l’administration tchétchène avaient été impliqués dans l’organisation du meurtre », ajoutent-ils.

Les autorités russes devront verser 20.000 euros à la mère, à la soeur et aux enfants de la journaliste assassinée au titre du préjudice moral. L’arrêt, rendue à la majorité de cinq juges contre deux, est susceptible d’appel. La journaliste, âgée de 48 ans, avait été abattue par balles, le 7 octobre 2006, dans le hall de son immeuble à Moscou.

Article complet sur http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/ ... e-cedh.php

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5641
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Poutine aura-t-il un opposant à la présidentielle ?

Message non lu par Yakiv » 24 août 2018, 15:59:59

Etiquetés «agents de l’étranger», harcelés par les autorités, les écologistes russes sont menacés et agressés · Global Voices en Français

09 août 2018, 08:44:17

Loin de considérer les écologistes russes comme des patriotes défendant la nature, le gouvernement les dit "agents de l'étranger" et leur réserve pressions et poursuites.

Image
En service dans les montagnes : Andreï Roudomakha, coordinateur de l'ONG «Veille écologique du Caucase du Nord». Photo: vk.com/rudomakha

Sauf mention, les liens de l'article renvoient vers des pages en russe.

Basé sur un article publié sur BlueLink [angl.], cet article est reproduit ici dans le cadre d'un partenariat avec Global Voices. La version originale a été écrite en bulgare par Ksenia Vakhroucheva [angl.].

Dans la soirée du 28 décembre 2017, sur la côte russe de la mer Noire, un groupe de défenseurs de l'environnement a été attaqué par trois inconnus masqués.

Les militants avaient lancé une étude publique sur un chantier de construction situé dans la région. Ils sont alors entrés en conflit avec les agent de la sécurité, qui ont exigé qu'ils effacent leurs photos du site – ce qu'ils ont refusé de faire.

Peu après cette altercation, ils sont tombés sur trois individus masqués. Les inconnus ont agressé deux membres du groupe, neutralisant le troisième à coups de spray au poivre. Au final, les agresseurs ont dérobé du matériel, appareils photo, ordinateurs et documents, avant de s'enfuir en laissant l'un des activistes, Andreï Roudomakha, avec le nez cassé et un traumatisme crânien.

Quelques jours plus tard, le 9 janvier 2018, Roudomakha et son collègue Dmitri Chevtchenko ont reçu un mail anonyme exigeant qu'ils quittent le pays. Expéditeur: un compte mail baptisé «Mort à Roudomakh».

Depuis fin juin 2018, il n'y a eu aucune avancée dans l'enquête de police officielle concernant cette agression. Alors que les indices ne manquent pas en ce qui concerne l'identité des agresseurs.

Image
Sur la photo, les menaces anonymes adressées à Dmitri Chevtchenko, coordinateur adjoint de la «Veille écologique du Caucase du Nord». Traduction : «Dehors, les petits copains de Roudomakha. Vous feriez mieux de quitter le pays, Dmitri…

Cette «Veille écologique du Caucase du Nord» (Environmental Watch of the North Caucasus, EWNC) [angl.] dont sont membres ces défenseurs de la nature est une organisation non gouvernementale qui documente les effets sur l'environnement des chantiers industriels et de construction dans la région. Bien que les autorités n'aient fait aucune déclaration concernant les motifs de cette agression, Roudomakha et ses collègues de l'EWNC sont convaincus qu'elle a été planifiée en représailles après leurs investigations sur la construction illégale d'un chai privé.

L'avocat de Roudomakha, Alexeï Avanessian, soupçonne également que cette agression avait pour but d'empêcher la publication des résultats de leurs travaux. Les autres photos leur ont été dérobées, mais les militants ont pu sauvegarder des images des sites en construction et d'une chapelle.

Au cours d'une expédition écologique dans une forêt domaniale (territoire public), les militants ont découvert un chai en cours de construction, ainsi qu'un bâtiment ressemblant à une chapelle orthodoxe, entouré d'une solide clôture. Dans les environs, ils ont aussi trouvé des coupes de bois illégales et un second chantier. La forêt où sont localisés ces chantiers jouxte deux gros vignobles.

Les investigations de l'EWNC ont montré que deux de ces parcelles forestières étaient en réalité louées par diverses sociétés. Le premier site est loué par la société Perspective OOO, soi-disant dans le but d'y pratiquer la chasse. Or selon la loi en vigueur, une licence de chasse n'autorise pas à construire sur un terrain. Le propriétaire de «Perspective OOO», un certain Pavel Ezoubov, est un partenaire commercial de longue date de l'oligarque russe Oleg Deripaksa. C'est aussi le fils du député du kraï [région administrative] de Krasnodar.

Image
Chapelle forestière érigée illégalement dans le kraï de Krasnodar, Russie. Photo: Viktor Tchirkov, «Veille écologique du Caucase du Nord» (2017).

La seconde parcelle est un terrain de 20 hectares, où a été construite la chapelle mentionnée plus haut. Le locataire, Axis Investissements SA, est justement le propriétaire des vignobles voisins. Le cadastre mentionne son fondateur et directeur exécutif, l'avocat Alexeï Tot.

D'après plusieurs articles de la “Novaïa Gazeta“, Tot est un partenaire d'affaires d'un camarade de classe de Poutine, le juriste pétersbourgeois Nikolaï Egorov. Au total, ces deux chantiers ont l'apparence d'une future cave privée que l'on peut imaginer destinée à des personnalités haut placées.

Juste après l'agression, une pétition a été mise en ligne sur le site Change.org pour exiger une enquête sérieuse sur ces violences. Fin avril 2018, la pétition avait recueilli plus de 120.000 signatures. Les organisations écologiques et de défense de l'environnement de toute l'Europe ont adressé une lettre officielle contenant les mêmes requêtes au ministère de l'Intérieur russe, au parquet et au FSB.

A une question posée sur le forum citoyen UE-Russie, le Département d'enquête du kraï de Kasnodar a répondu que «cette enquête fait l'objet d'une attention spéciale».

Un long combat pour la liste blanche

Pendant des années, ses investigations sur les violations de la législation écologique ont valu à l'EWNC des pressions constantes de la part d'hommes d'affaires et de fonctionnaires. Au moment de l'agression, l'ONG était engagée dans un combat pour sortir du registre russe des associations qualifiées d'«agents de l'étranger».

L'EWNC est basée en Russie, elle a pour collaborateurs uniquement des ressortissants russes. Depuis l'année 2014, juste après le vote de la loi russe sur les «agents de l'étranger», l'organisation a cessé de recevoir des financements de sources étrangères, et ses fonds viennent désormais exclusivement de Russie. Ce qui ne l'a pas empêchée d'être mise sur liste noire et, soupçonnée d'être toujours sponsorisée par des fonds étrangers, d'atterrir en 2016 sur le fameux registre.

L'étiquette «agent de l'étranger» suffit à elle seule à faire d'une association la cible d'un harcèlement de la part des autorités, des médias officiels et des organisations sociales pro-gouvernementales. Toutes les ONG enregistrées comme «agents de l'étranger» sont obligées de présenter leurs comptes tous les trois mois au ministère de la Justice, au lieu d'un rapport annuel. Elles vivent en permanence sous une épée de Damoclès : menace de nouvelles amendes, obligation de faire tous les ans un coûteux audit, et aussi de faire figurer sur toutes leurs publications, papier et web, la mention «agent de l'étranger». Ce qui ne peut que les stigmatiser, car la société russe est encline à considérer ces «agents de l'étranger» comme des espions.

L'association EWNC a fait appel de cette décision en justice, mais elle a perdu et s'est tournée vers l'instance supérieure. Le groupe réclamait aussi l'annulation des amendes reçues par l'ONG et son directeur pour ne pas s'être inscrits d'eux-mêmes à ce registre.

En septembre 2017, les collaborateurs de l'EWNC ont adressé au ministère de la Justice une requête officielle pour faire retirer l'ONG de la liste des «agents de l'étranger». La date limite fixée pour la réponse a expiré le 9 janvier 2018 sans que les fonctionnaires aient réagi.

Peu de temps après pourtant, après vérifications détaillées de l'activité du groupe, le ministère de la Justice a retiré l'EWNC de la liste des «agents de l'étranger».

La procédure de retrait a été effectuée dans le plus grand secret : les membres de l’association n'ont reçu ni lettre, ni avis officiel, ni aucun commentaire de la part de l'administration. Le nom du groupe a simplement disparu du registre en ligne. La confirmation officielle n'est venue que le 18 janvier 2018.

La notification soulignait que les résultats de la première inspection du ministère de la Justice, en 2016 (après laquelle l'EWNC s'est retrouvée «agent de l’étranger») étaient erronés : l'organisation ne recevait alors pas de financement de l'étranger et il n'y avait aucune raison qu'elle figure dans le registre.

Bien que le ministère de la Justice n'ait pas trouvé trace de fonds étrangers, l'administration a classé comme «activité politique» plusieurs projets de l'association. Les bureaucrates se référaient en particulier à une intervention de Chevtchenko pendant la manifestation anticorruption du 12 juin 2017.

La manifestation faisait partie des actions de protestation organisées par les partisans du leader de l'opposition Alexeï Navalny dans plusieurs villes russes. «J'ai répété trois fois au cours de mon intervention que je ne prenais pas la parole au nom de l'EWNC, et je dispose d'un enregistrement vidéo de ces paroles, mais le ministère a tout de même considéré qu'il s'agissait d'une activité politique de l'EWNC», raconte Chevtchenko. L'EWNC envisage de porter plainte dans ce dossier précis, car à l'avenir cela peut causer le retour de l'association sur la liste noire.

Selon Dmitri Chevtchenko, en fin de compte toutes les amendes ont été annulées, sauf une : celle frappant personnellement Andreï Roudomkha à hauteur de 100.000 roubles [env. 1.350 euros].

Malgré ces nombreuses réserves, le groupe considère ce jugement comme une victoire. «Ce n'est bien sûr pas la dernière campagne contre nous. Je suis sûr qu'il y aura d’autres tentatives pour nous faire taire, mais dans cette guerre particulière qui s'est déchaînée contre nous, c'est nous qui avons gagné», — a déclaré Roudomakha à un média local.

Des raisons d'être inquiets

La «guerre» contre l'EWNC durait depuis l'année 2014, et les leaders du groupe s'attendent à ce qu'elle se prolonge, malgré son récent retrait de la liste noire.

Le vice-président de l'association pense qu'il s'agit d'une «simple formalité». A son avis, le ministère de la Justice laisserait volontiers l'EWNC en liste noire s'il trouvait le moindre prétexte pour le faire. «Nous avons été retirés du registre parce qu'à l'automne, nous avons déposé une plainte en ayant de bonnes raisons pour cela», explique Dmitri. A l'époque où l'EWNC était sur liste noire, l'association n'avait perçu aucun financement étranger pendant toute la durée de l'enquête.

Ce ne sont que quelques-uns des problèmes auxquels «la Veille» se heurte depuis ces dernières années.

L'association a pour la première fois attiré l'attention des autorités quand elle a découvert une série de graves violations pendant les travaux de construction pour les Jeux olympiques de Sotchi, en 2014. Les pouvoirs locaux avaient alors essayé [bulg.] de faire fermer l'EWNC, ce qui avait provoqué un tollé de la part du milieu écologiste, aussi bien russe qu'international. Les «Verts» européens, les organisations de défense de l'environnement et des droits de l'homme de divers pays avaient multiplié les déclarations officielles pour exiger que les autorités russes cessent leurs pressions sur les écologistes indépendants. BlueLink Foundation [réseau d'ONG bulgares] s'était jointe à cette campagne.

Evgueni Vitichko, membre du conseil de l'EWNC, a passé deux ans en prison [angl.], empêtré dans les accusations que lui ont valu son activisme lors des Jeux olympiques de Sotchi et des «propos obscènes» tenus dans un lieu public (à un arrêt d'autobus).

Le même genre d'accusation a obligé Suren Gazarian, l'un des membres les plus éminents de l'EWNC, à quitter la Russie et à demander l’asile politique en Estonie.

En avril 2017, lors d'une inspection surprise au bureau de l'organisation, d'importants documents se sont volatilisés. En septembre 2016, des inconnus masqués ont violemment attaqué des pompiers volontaires de l'EWNC et de Greenpeace-Russia à Krasnodar, blessant sérieusement deux d'entre eux.

A l'heure actuelle, la police n'a pas mené d'investigations approfondies sur les faits relatés plus hauts. Aucun des agresseurs n'a été retrouvé, interpellé ou jugé.

BlueLink
Article complet sur https://fr.globalvoices.org/2018/08/09/227673/

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5641
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Un des streakers du match France-Croatie empoisonné

Message non lu par Yakiv » 17 sept. 2018, 18:38:59

Vous souvenez vous de lui ?
Pussy Riot.jpg
Pussy Riot.jpg (92.46 Kio) Vu 46 fois
Un Pussy Riot s'introduisant sur le terrain de foot moscovite lors de la finale de la coupe du monde France-Croatie.

Il s'appelle Piotr Verzilov.

Vous ne devinerez jamais ce qui lui est arrivé (ou si).
Comparaissant au procès de son groupe, il a été empoisonné et se retrouve dans un état de santé gravissime à l'institut Sklifossovsky spécialisé en toxicologie.
https://www.youtube.com/watch?v=kQpKeQL8q5U

Répondre

Retourner vers « Actualité étrangère et européenne »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré