Retraites : Woerth confirme un report de l'âge légal.

Venez discuter de l'actualité politique.
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59287
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 29 juil. 2010, 17:01:00

Mareaction, tu pourrais au moins faire l'effort de te logger avant de poster !

Et réfléchir à ta réponse aussi. En ce qui me concerne, ta réponse à mon commentaire est totalement à côté de la plaque.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 29 juil. 2010, 18:17:00

Assouplir le droit du travail .... ça m'a toujours fait rigoler.

La réalité c'est la précarisation de l'emploi que veulent les employeurs, à l'anglo saxonne, ainsi il est possible de mettre une pression totale sur les salariés puisqu'ils peuvent être virés sans motifs et sur le champ.

respecter les règles, voila le pb des employeurs, ils considèrent qu'étant patron, ils font ce qu'ils veulent.

Petit rappel de ce que le code du travail, si contraignant pour ces esclavagistes employeurs, permet :

- Changement d'horaire (y compris nuit et dimanche)
- baisse de salaire
- mutation
- obligation de faire des heures sup (pas toujours payées, bien sur)
- etc ... etc ....
(il serait trop long de faire l'inventaire)

Invité

Message non lu par Invité » 29 juil. 2010, 21:56:00

Nombrilist a écrit :Mareaction, tu pourrais au moins faire l'effort de te logger avant de poster !
Et réfléchir à ta réponse aussi. En ce qui me concerne, ta réponse à mon commentaire est totalement à côté de la plaque.
Puisque vous savez qui je suis, pas utile de prendre la peine de m'identifier! vous avez votre opinion j'ai le mien

Invité

Message non lu par Invité » 29 juil. 2010, 21:59:00

Nombrilist a écrit :Et les bons à rien, selon madame, il faut en faire quoi ? Les tuer ? Comme sous Hitler ou Staline ?
Au chômage, les années de retraite sont validées, mais le revenu de base pour le calcul de la pension est de... zéro !!!!
Les former tout simplement!

Invité

Message non lu par Invité » 29 juil. 2010, 22:09:00

lancelot a écrit :Assouplir le droit du travail .... ça m'a toujours fait rigoler.
La réalité c'est la précarisation de l'emploi que veulent les employeurs, à l'anglo saxonne, ainsi il est possible de mettre une pression totale sur les salariés puisqu'ils peuvent être virés sans motifs et sur le champ.

respecter les règles, voila le pb des employeurs, ils considèrent qu'étant patron, ils font ce qu'ils veulent.

Petit rappel de ce que le code du travail, si contraignant pour ces esclavagistes employeurs, permet :

- Changement d'horaire (y compris nuit et dimanche)
- baisse de salaire
- mutation
- obligation de faire des heures sup (pas toujours payées, bien sur)
- etc ... etc ....
(il serait trop long de faire l'inventaire)
Regardez également les Pays qui ont moins de contraintes du code du travail, les gens sont plus facilement licenciés, mais également trouvent plus facilement du travail, les entreprises hésitant moins! et tant que nous n'aurons pas compris ceci, nous aurons des taux de chomage élevé, et des intérimaires ayant moins de contraintes, nous avons du travail, nous prenons des salariés, le travail n'est plus là, nous pouvons les licencier avec préavis naturellement!
Vous êtes très amusant lorsque vous prétendez qu'un employeur peut faire ce qu'il veut, venez travailler un peu dans une PME et vous verrez les contraintes, un gus qui a travaillé 6 mois, ensuite est en maladie ., ne prévient pas des prolongations, et finalement reprends au bout de quelques semaines ou quelques mois parfois, et que faites vous du travail entre temps? vous prenez un CDD ou un intérimaire,  qui en finale fait du meilleurs boulot que le précédent, que vous êtes légalement obligé de garder, mais qui reprend et manque pour un oui ou un non un jour, deux jour, toujours sans avertir; en gros un gus sur lequel l'entreprise ne peut compter, elle finit par le licencier, mais entre sa date d'entrée et sa date de sortie absences comprises naturellement, il y a les préavis, les indemnités, et les PME elles font comment? certains postes demandant automatiquement de la formation, et de l'accompagnement pendant une quinzaine vous voyez la panique, chez les clients
Quant aux contrats de travail, il y a des règles à respecter, le travail de nuit ou du dimanche doit être spécifié, et si le salarié l'accepte, il doit s'y contraindre
baisse de salaire, je n'ai jamais vu ceci, sauf si le salarié passe à temps partiel
les heures sup, sont toujours payées, ou récupérées,
maintenant, si vous travaillez chez un patron malhonnête vous avec l'inspection du travail et les prud'hom, aucune obligation de continuer dans ces conditions; mais vous avez également les salariés malhonnêtes malheureusement,

Invité

Message non lu par Invité » 29 juil. 2010, 22:11:00

Nombrilist a écrit :Et les bons à rien, selon madame, il faut en faire quoi ? Les tuer ? Comme sous Hitler ou Staline ?
Au chômage, les années de retraite sont validées, mais le revenu de base pour le calcul de la pension est de... zéro !!!!
Non faire comme la Suisse entre autre, qu'ils soient à disposition du jour au lendemain pour un essai, et si refus deux fois, plus d'indemnisation

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26122
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 29 juil. 2010, 22:23:00

mps a écrit :Pour le système suédois communiqué par Gis, il est si compliqué qu'on comprend le taux de suicides élevés  dans ce pays icon_confused
Comme d'habitude, tu enfiles les idées reçues comme les perles. Le taux de suicide en Suède (200 par million) est inférieur à celui en France (304) ou en Belgique (230). Et je vais m'arrêter là car je manque de temps pour toutes les relever, vu que je pars en congés demain matin.

Sinon, cher invité anonyme, une anecdote individuelle n'a jamais fait une généralité. Cherchez un peu sur ce forum certains sujets dont les miens, vous trouverez des données objectives qui montrent que le coût du travail en France est parfaitement compétitif avec les pays équivalents. Il n'y a bien entendu aucun sens à le comparer avec celui des pays à bas coût, puisque les structures socioéconomiques sont totalement différentes (ce qu'on appelle l'avantage compétitif). Quant aux "charges" sociales dont vous souhaitez la baisse pour augmenter les salaires (mais dans ce cas comment prétendre que le coût du travail baisserait ?), quel est leur intérêt si elles se traduisent par une augmentation des dépenses de santé ? Savez-vous que les Etats-uniens consacrent plus de 10% de leurs revenus en dépenses de santé, et je ne parle même pas des études ? Alors comparons ce qui est comparable s'il vous le voulez bien et cessons de prétendre que le coût du travail en France est prohibitif, à moins d'avoir pour objectif de devenir un pays à bas coût avec tout ce que cela implique.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 30 juil. 2010, 08:45:00

Je ne pense pas que l'invité ait directement mis en cause le cout du travail (excessif  d'un point de vue compétitivité dans tous nos pays) mais le cadre ultra reglementé dans lequel il s'exerce, et qui a littéralement anéanti ce qui en faisait la "base  humaine" : le consensualisme des parties.

Un genre de militantisme totalement extérieur à l'entreprise, et qui impose le maintien de situations que plus personne ne souhaite, au grand dam des parties.

Le salarié peu souhaité mais imposé a de moins en moins de plaisir à son travail, le patron fait des boutons. C'est grotesque !

Exemple (je sais que Logan abomine les exemples, qui anihilent ses  théories par un retour à la pratique, mais  tant pis) :

Une administration où je travaillais. Une huissière infecte, grossière, négligente, absente,  saboteuse, sous régime temporaire. Je demande qu'on la  vire.

Le comité s'affole : oui, elle est imbuvable, mais elle a trois enfants ...

J'ai fait une grosse colère ! Combien y avait-il à Bruxelles de mères de trois enfants qui rêvaient de ce job ? En quoi étaient-elles moins importantes que celle qui nous affligeait de sa présence ?

Quelques jours plus tard, nous étions débarassée de ce fleau, et elle était remplacée ... par une mère de trois enfants, adorable, intelligente, efficace, et qui est toujours en place après des années ! 

Personne ne devrait être contraint de garder un collaboateur de mauvaise volonté. C'est une question de justice sociale.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59287
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 30 juil. 2010, 09:24:00

Et les trois enfants de l'autre sont devenus des délinquants notoires dès lors que leur mère ne pouvait plus joindre les deux bouts.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 30 juil. 2010, 10:09:00

S'ils sont devenus délinquants, c'est parce que leur mère avait une mentalité pourrie icon_biggrin
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59287
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 30 juil. 2010, 10:11:00

Donc, tu t'en laves les mains. Belle mentalité.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 30 juil. 2010, 10:11:00

 
Regardez également les Pays qui ont moins de contraintes du code du travail, les gens sont plus facilement licenciés, mais également trouvent plus facilement du travail, les entreprises hésitant moins! et tant que nous n'aurons pas compris ceci, nous aurons des taux de chomage élevé, et des intérimaires ayant moins de contraintes, nous avons du travail, nous prenons des salariés, le travail n'est plus là, nous pouvons les licencier avec préavis naturellement!
Faux, les pays a haute flexibilité ne créent que des sous emplois et ont subi la crise davantage que nous.


 

Vous êtes très amusant lorsque vous prétendez qu'un employeur peut faire ce qu'il veut, venez travailler un peu dans une PME et vous verrez les contraintes, un gus qui a travaillé 6 mois, ensuite est en maladie ., ne prévient pas des prolongations, et finalement reprends au bout de quelques semaines ou quelques mois parfois, et que faites vous du travail entre temps? vous prenez un CDD ou un intérimaire,  qui en finale fait du meilleurs boulot que le précédent, que vous êtes légalement obligé de garder, mais qui reprend et manque pour un oui ou un non un jour, deux jour, toujours sans avertir; en gros un gus sur lequel l'entreprise ne peut compter, elle finit par le licencier, mais entre sa date d'entrée et sa date de sortie absences comprises naturellement, il y a les préavis, les indemnités, et les PME elles font comment? certains postes demandant automatiquement de la formation, et de l'accompagnement pendant une quinzaine vous voyez la panique, chez les clients
Faux, quand un salarié, peu importe la raison, ne respecte pas la législation : justifier de son absence, il s'expose a un licenciement pour faute grave, privatif d'indemnité légale et de préavis. Cout = 0.

Si il est malade, durablement (quelques semaines) il est possible de le licencier en invoquant la nécessité impérieuse de remplacement.



 
Quant aux contrats de travail, il y a des règles à respecter, le travail de nuit ou du dimanche doit être spécifié, et si le salarié l'accepte, il doit s'y contraindre
baisse de salaire, je n'ai jamais vu ceci, sauf si le salarié passe à temps partiel
les heures sup, sont toujours payées, ou récupérées,
maintenant, si vous travaillez chez un patron malhonnête vous avec l'inspection du travail et les prud'hom, aucune obligation de continuer dans ces conditions; mais vous avez également les salariés malhonnêtes malheureusement.
Le respect des clauses d'un contrat sont bien évidemment une obligation, dès lors que les 2 parties l'ont signé. Cela étant , la proposition d'un avenant comportant une baisse de salaire est parfaitement licite. Si le salarié ne l'accepte pas, il est licenciable, mais a droit a l'indemnité légale et au préavis.
Même si le cas le plus fréquent est la baisse des horaires, la baisse du taux horaire est également envisageable et licite.

Pour les heures sup, les tribunaux sont submergés de demandes de régularisation de celles ci.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 30 juil. 2010, 13:51:00

MPS, tu nous decrit une situation sociale en Belgique exemplaire.

En France le travail au noir est un fleau et ce n'est pas en raison du manque de main d'oeuvre mais au contrazire d'une abondance de main d'oeuvre qui permets aux employeurs d'abuser de la situation.

Quant aux difficultés de trouver des travailleurs pour assumer certains postes, c'est peut être du côté de la formation et du niveau des salaires qu'il faut expolorer.

Lorsque la demande est supérieure à l'offre, les salaires augmentes, c'est la règle dans une économie de marché, dogme auquel tu sembles attachés, sauf en matière sociale ou tu préfères utiliser l'immigration

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 30 juil. 2010, 14:52:00

il ne faut pas croire MPS, entre les mensonges, les pures inventions, et les vérités déformées, pas possible de faire le tri, ce qu'elle nous raconte sur la belgique n'est d'aucune crédibilité à mes yeux

Invité

Message non lu par Invité » 30 juil. 2010, 15:21:00

lancelot a écrit : 
Regardez également les Pays qui ont moins de contraintes du code du travail, les gens sont plus facilement licenciés, mais également trouvent plus facilement du travail, les entreprises hésitant moins! et tant que nous n'aurons pas compris ceci, nous aurons des taux de chomage élevé, et des intérimaires ayant moins de contraintes, nous avons du travail, nous prenons des salariés, le travail n'est plus là, nous pouvons les licencier avec préavis naturellement!


Faux, les pays a haute flexibilité ne créent que des sous emplois et ont subi la crise davantage que nous.


Vous êtes très amusant lorsque vous prétendez qu'un employeur peut faire ce qu'il veut, venez travailler un peu dans une PME et vous verrez les contraintes, un gus qui a travaillé 6 mois, ensuite est en maladie ., ne prévient pas des prolongations, et finalement reprends au bout de quelques semaines ou quelques mois parfois, et que faites vous du travail entre temps? vous prenez un CDD ou un intérimaire,  qui en finale fait du meilleurs boulot que le précédent, que vous êtes légalement obligé de garder, mais qui reprend et manque pour un oui ou un non un jour, deux jour, toujours sans avertir; en gros un gus sur lequel l'entreprise ne peut compter, elle finit par le licencier, mais entre sa date d'entrée et sa date de sortie absences comprises naturellement, il y a les préavis, les indemnités, et les PME elles font comment? certains postes demandant automatiquement de la formation, et de l'accompagnement pendant une quinzaine vous voyez la panique, chez les clients


Faux, quand un salarié, peu importe la raison, ne respecte pas la législation : justifier de son absence, il s'expose a un licenciement pour faute grave, privatif d'indemnité légale et de préavis. Cout = 0.
Si il est malade, durablement (quelques semaines) il est possible de le licencier en invoquant la nécessité impérieuse de remplacement.

Par le passé nous avions "l'abandon de poste", si de 48h nous n'avions aucune information, nous pouvions le convoquer en vu de licenciement, de même qu'avant c'était la date d'envoi du R.A.R qui était prise en compte, actuellemlent c'est un temps raisonnable, ce qui ne veut absolument rien dire! bref continuons ainsi, on peut toujours licencier mais à quel prix? alors que dans certains cas l'entreprise est plus une victime qu'une fautive! un conducteur qui casse un moteur faute d'huile, ce n'est même plus une faute grave!  LA FAUTE GRAVE EST PRATIQUEMENT INNAPLICABLE, même pas pour vol! vous vous retrouvez automatiquement au prud'hom!


Quant aux contrats de travail, il y a des règles à respecter, le travail de nuit ou du dimanche doit être spécifié, et si le salarié l'accepte, il doit s'y contraindre
baisse de salaire, je n'ai jamais vu ceci, sauf si le salarié passe à temps partiel
les heures sup, sont toujours payées, ou récupérées,
maintenant, si vous travaillez chez un patron malhonnête vous avec l'inspection du travail et les prud'hom, aucune obligation de continuer dans ces conditions; mais vous avez également les salariés malhonnêtes malheureusement.


Le respect des clauses d'un contrat sont bien évidemment une obligation, dès lors que les 2 parties l'ont signé. Cela étant , la proposition d'un avenant comportant une baisse de salaire est parfaitement licite. Si le salarié ne l'accepte pas, il est licenciable, mais a droit a l'indemnité légale et au préavis.Même si le cas le plus fréquent est la baisse des horaires, la baisse du taux horaire est également envisageable et licite.

Heureusement, vous ne pensez pas? le travail parfois malheureusement change, nous ne sommes pas dans des administrations, et les patrons dépendent avant tout des clients, ne jamais l'oublier
Je n'ai jamais eu à faire à une baisse du taux horaire, par contre certaines primes parfois, mais elles ne sont jamais prévues dans les contrats, quant à la baisse des horraires,c'est toujours fonction des commandes, ne pas oublier que depuis des années, nous travaillons en flux tendu, avec toutes les contraintes que celà peut poser, aussi bien aux salariés, qu'à l'entreprise qui parfois est obligée de prendre des intérimaires afin d'assurer les délais, et d'autres fois, ont le personnel payé pour ne rien faire, est-ce qu'il ne faut pas mieux temporairement faire moins d'heures, que de licencier ?


Pour les heures sup, les tribunaux sont submergés de demandes de régularisation de celles ci.

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Yakiv