Et si on repassait au septennat

Venez discuter de l'actualité politique.
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34096
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 03 juin 2010, 21:13:00

Bonjour,  Juin 2010. Nicolas Sarkozy vient d'entrer à l'Elysée. Il a l'intention de faire voter avec sa majorité une loi sur l'interdiction du voile intégral. La droite applaudit à cette mesure qui sent bon les fondamentaux mais une partie de la gauche est également satisfaite, s'étant laissée convaincre d'imposer « une République à visage découvert. » Il faut dire que l'Elysée a laissé le débat parlementaire se dérouler sérieusement et en longueur, et la presse a joué tout son rôle d'éclairage de l'opinion. Les Français ont choisi ensemble et sans trop d'éclat une République sans voile intégral, sous les yeux admiratifs de la presse européenne.

Le nouveau chef de l'Etat a également décidé de s'attaquer dès son élection au pensum des retraites, un sujet éludé par tous les gouvernements depuis vingt ans. En rupture avec ses prédécesseurs, Nicolas Sarkozy a choisi d'accoucher d'une réforme structurelle, durable et acceptée par le plus grand nombre. En grand réformateur, il a souhaité prendre le temps du débat, deux ou trois ans. Voile intégral, reforme des retraites... Telles sont les premières promesses de campagne appliquées par un Nicolas Sarkozy nouvellement élu. Un président qui prend son temps, avec le calme du capitaine au long cours. 2010-2017, un septennat s'ouvre devant lui et il entend bien dérouler méticuleusement son programme.

La fiction s'arrête là. Un tout autre agenda s'impose à lui, s'impose à nous. L'interdiction du voile intégral sera votée à la hussarde, après une longue hésitation élyséenne qu'un revers électoral a subrepticement fait disparaître. Quant aux retraites, une concertation-express de deux mois permettra le vote d'une réforme à minima après l'été sans que le dossier des régimes spéciaux et de la pénibilité ait été sérieusement abordé.

Voilà trois ans que Nicolas Sarkozy s'est installé à l'Elysée, seulement, ou plutôt déjà tant le temps médiatique s'est accéléré. Trois années vibrionnantes, trois années de tournis pour les politiques comme pour les salles de rédaction. "Avec la généralisation de l'info de flux et la montée des médias d'info continue - télé, radio, Internet, Twitter... -, la durée de vie de l'actualité est de plus en plus courte, quelques heures plutôt que quelques jours. C'est le règne de l'"instantanéiste". Nous n'avons plus pour principal horizon que le temps réel', expliquait avec justesse le sociologue Denis Muzet dans Le Monde. Et l'hyperprésidence sarkozyste a servi de carburant à ce moteur à réactions de l'info. Résultat, entre autres, de ce tournis généralisé, une abstention record de l'électorat de droite aux dernières régionales. Faute de résultats gouvernementaux ou déçus par le style de gouvernance, l'électeur UMP ne s'est pas déplacé, ne sachant plus vraiment pour quel projet il avait voté en 2007.

Alors le chef de l'Etat a décidé de changer. Un nouveau Sarkozy est en fabrication, sous nos yeux, ou plutôt derrière les murs du Château. Avec l'aide de quelques conseillers, il trie mieux ses interventions médiatiques tout en poursuivant ses déplacements de terrain. Faire plus président mais surtout, agir en candidat. Car Nicolas Sarkozy le sait bien, un quinquennat c'est gouverner trois ans et faire campagne deux ans. Particulièrement en France, monarchie républicaine qui n'a de passions que pour son roi, ou sa reine, au mépris de l'équilibre des pouvoirs. Alors à droite, toute décision sera désormais jugée par les commentateurs comme préélectorale.

Ailleurs, le tournez-manège présidentiable alimentera le feuilleton. Aubry, Hollande, Royal, DSK, Valls, Collomb, Hamon, Mélenchon, Duflot, Joly, Besancenot, Bayrou, Morin, Borloo, Villepin, Juppé, Marine Le Pen et les autres sont dans les startings-blocks. Lister les petits, moyens et grands postulants donne déjà le mal de 2012. Daniel Cohn-Bendit ne saurait mieux dire : « Il y a cette particularité française : l'élection présidentielle rend la classe politique folle ».  Et ses commentateurs avec...

Confrontées à ce rapetissement du temps médiatique, quelques voix s'interrogent donc sur les bienfaits du quinquennat. Et la première à regretter publiquement le septennat fut celle d'une présidentiable première catégorie, Martine Aubry. « Je pense qu'il est bien difficile de changer une société en étant élu pour cinq ans", observait la Première secrétaire du PS à Médiapart. "Du coup, on est obligé de faire les choses rapidement et brutalement, car la visée électorale est plus importante que la visée politique". Contacté par TF1 News, son entourage expliqua alors qu'elle ne réfléchissait pas pour autant à un retour du septennat. « L'idéal, c'est de faire deux quinquennats », ajoutait-on en forme de pirouette.

Quelques jours plus tard, un proche de Nicolas Sarkozy qui l'observe gouverner au jour le jour, Alain Minc, reprenait à son compte cette critique  sur France Inter : « Dans une société de plus en plus médiatique (...), le temps est devenu trop rude, cinq ans c'est trop court ». Jugé en continu, et c'est tant mieux, par des supports médiatiques et techniques de plus en plus nombreux (mais donc de plus en plus diffus), tout locataire de l'Elysée risque de voir son efficacité politique affaiblie par l'attentisme décisionnel ou l'opportunisme électoral. Les prochains arbitrages à l'Elysée seront, à ce titre, suivis de près.

Le quinquennat fut adopté par référendum en 2000 au nom de la modernité et du besoin de juger les gouvernants à intervalles rapprochés. Mais dans une hyper-mondialisation dont tout un chacun pressent bien qu'elle rend l'action politique très complexe, disposer de temps pour expliquer puis agir avec l'espoir de quelques résultats est-il un luxe ? Lors du débat référendaire, des personnalités comme Jacques Delors ou Raymond Barre connues pour leur allergie à la frénésie médiatique avaient refusé l'abandon du septennat, perçu peut-être comme un dernier rempart à la médiacratie court-termiste.

Autre argument des partisans du mandat court, la nécessité d'en finir avec les cohabitations. Mais sur ce point, le quinquennat n'offre aucune garantie : Nicolas Sarkozy réélu en 2012 pourrait très bien devoir faire avec une Assemblée de gauche, hypothèse qui n'est plus écartée à l'UMP, compte tenu du nombre prévisible de triangulaires avec le FN.

Alors, faut-il ôter à notre vieille République ce si moderne quinquennat ? Personne, ou presque, n'avait embrayé sur la réflexion de Martine Aubry et les politiques interrogés depuis par l'AFP ont fait bloc. "C'est une mesure de démocratie" instaurée "par Lionel Jospin" et ce "serait un retour en arrière de revenir au septennat", avait estimé Jack Lang. Pour le patron PS de la Commission des Finances Jérôme Cahuzac, cette modification de la Constitution aurait dû "être complétée par d'autres réformes" mais elle a eu le mérite "d'aligner le rythme politique de notre pays" sur celui des autres grandes démocraties. Même son de cloche chez Jean-François Copé : "Je pense que le quinquennat c'est mieux que le septennat (...) en cinq ans, on peut faire beaucoup de choses". Autant de réactions qui révèlent une réalité d'ordre politique : revenir au septennat semble impossible, vue comme une régression du pouvoir de jugement conquis par l'électeur. Et puis n'est-ce pas finalement rater sa cible en modifiant la durée de la pièce sans penser au jeu des acteurs

Puisque le quinquennat est notre cadre durable, son rythme plus rapide va obliger tout locataire de l'Elysée à s'astreindre à des règles non écrites, à des coutumes politiques comme on dit chez les Britanniques. Parmi celles-ci, le choix de deux ou trois priorités majeures en lieu et place d'une boulimie d'actions tous azimuts qui déstructurent le débat public. Le respect d'un style de gouvernance présidentiel qui évitera au pays des polémiques futiles et chronophages. Nicolas Sarkozy semble d'ailleurs en avoir pris le chemin.   

Pour les formations politiques, le renouvellement balisé d'un leadership sur chaque camp va s'avérer par ailleurs nécessaire pour dégonfler les batailles d'égos qui phagocytent l'espace médiatique. A ce titre l'absence de leader d'opposition depuis dix ans fut funeste à la vie démocratique.

La République est bien ancrée en France. Pour autant une atmosphère continue de pré-campagne présidentielle pourrait raviver un populisme facilement nourri par les« passions françaises » sur lesquelles s'était penché l'historien Theodore Zeldin. Le quinquennat ne devrait pas transformer notre médiacratie en médiocratie mais au contraire faire mûrir la culture politique de tout un chacun. Et en premier lieu de ceux qui aspirent aux plus hautes fonctions.   Qu'en pensez vous ? A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59304
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 03 juin 2010, 21:20:00

"Autre argument des partisans du mandat court, la nécessité d'en finir avec les cohabitations. Mais sur ce point, le quinquennat n'offre aucune garantie : Nicolas Sarkozy réélu en 2012 pourrait très bien devoir faire avec une Assemblée de gauche, hypothèse qui n'est plus écartée à l'UMP, compte tenu du nombre prévisible de triangulaires avec le FN."

On pourrait aussi garder les 5 ans de mandat et faire élire le président de la république par les députés. Ainsi, on n'aurait pas de problèmes de cohabitation.

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 03 juin 2010, 23:45:00

T'es obligé politicien de faire la propagande l'UMP sans arrêt on aimerait ton avis des fois

On a envie de vomir dès la 3ème paragraphe tellement la propagande est difficile à ingurgiter entre les ""Sarkozy grand réformateur" ou "la presse européenne béate d'admiration devant la maîtrise de Sarkozy" ya quand même des limites dans la décense

C'est pas de l'information ça, je refuse d'y répondre

Avatar du membre
sarkonaute
Messages : 1388
Enregistré le : 14 mars 2010, 00:00:00

Message non lu par sarkonaute » 04 juin 2010, 00:06:00

Tous ensemble pour un nouveau rêve bleu avec Nicolas Sarkozy en 2012

Image

Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 04 juin 2010, 00:20:00

Je ne trouve pas pour ma part que politicien fasse de la propagande pour l'ump ou pour une autre formation politique d'ailleurs.. .. il essaie de lancer toute sorte de thèmes en utilisant des textes de sources différentes et puis concernant ce sujet tu as vu c'est une fiction  "Sarkozy grand réformateur", d'après le texte, la réalité est tout autre.. 
 

 

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 04 juin 2010, 00:53:00

ben ça serait mieux qu'il trouve dans ce cas des articles qui se contentent de donner des informations, pas des articles qui font la révérence à nabot 1er et qui suintent la propagande

Avatar du membre
sarkonaute
Messages : 1388
Enregistré le : 14 mars 2010, 00:00:00

Message non lu par sarkonaute » 04 juin 2010, 01:06:00

attention au racisme anti-nabot, vous me rappelez les heures les plus sombres de notre histoire.
Tous ensemble pour un nouveau rêve bleu avec Nicolas Sarkozy en 2012

Image

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 04 juin 2010, 01:16:00

les nains sont mes amis, j'insulte seulement sarkozy qui fait un complexe de sa taille

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34096
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 04 juin 2010, 09:18:00

Bonjour,

Tout d'abord logan j'aimerais que tu me donnes mes articles où je fais de la "propagande ump", je serais curieux de savoir lesquels. Ensuite je n'ai jamais dit pour qui je votais, et je suis toujours neutre, donc ta remarque comme quoi je fais de la propagande est déplacée.
Et si je donnais mon avis, tu dirais la même chose. Mais j'attends les articles où je fais de la propagande.

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26125
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 04 juin 2010, 09:48:00

logan a écrit :ben ça serait mieux qu'il trouve dans ce cas des articles qui se contentent de donner des informations, pas des articles qui font la révérence à nabot 1er et qui suintent la propagande
C'est un site de débat politique ici, pas une agence de presse.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 04 juin 2010, 12:02:00

sarkonaute a écrit :attention au racisme anti-nabot, vous me rappelez les heures les plus sombres de notre histoire.
icon_cheesygrin icon_cheesygrin icon_cheesygrin
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 04 juin 2010, 22:14:00

politicien a écrit :Bonjour,

Tout d'abord logan j'aimerais que tu me donnes mes articles où je fais de la "propagande ump", je serais curieux de savoir lesquels. Ensuite je n'ai jamais dit pour qui je votais, et je suis toujours neutre, donc ta remarque comme quoi je fais de la propagande est déplacée.
Et si je donnais mon avis, tu dirais la même chose. Mais j'attends les articles où je fais de la propagande.

A plus tard,
Bonjour,

Perso je préférerais toujours parler à quelqu'un dont je connais les pensées. Au moins je sais à qui j'ai affaire.

Est-ce que tu te rends compte que cet article fait la révérence à Sarkozy ?

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59304
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 04 juin 2010, 22:37:00

"Est-ce que tu te rends compte que cet article fait la révérence à Sarkozy ?"

Ce forum est un forum neutre politiquement. Par conséquent, tout peut y être publié, aussi bien le pour que le contre. La question est "qu'en pensez-vous ?".

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34096
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 04 juin 2010, 23:16:00

Bonjour,

L'article est tiré du site de Tf1, mais je l'ai pas prit parce que ça parlait de sarkozy, mais du septennat, c'est bien le fond du sujet, et j'ai pas vu ton avis logan sur le fond de ce sujet.

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 05 juin 2010, 01:58:00

salut
j'vais pas mettre en doute ta parole, si tu me dis que ta motivation était juste de parler du septennat, très bien, ok

mais est-ce que tu te rends compte que c'est un article qui fait la révérence à Sarkozy ? j'veux juste une réponse à ça stp et après promis j't'embête plus ;)

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : hérisson