Réformes de l'Europe : seront-elles acceptées par les autres Etats ?

Avatar du membre
Francis_15
Messages : 3593
Enregistré le : 04 oct. 2016, 12:29:58

Re: Réformes de l'Europe : seront-elles acceptées par les autres Etats ?

Message non lu par Francis_15 » 19 avr. 2017, 16:40:52

Moi je pense qu'il faut bosser avec des pays compatibles Italie, Espagne, Belgique et si ça passe par une sortie de l'UE actuelle qu'on le fasse et qu'on refasse une autre union plus réduite avec des pays compatibles, au moins ça aura un sens.

Avatar du membre
Jean
Messages : 4485
Enregistré le : 10 mai 2012, 08:35:09

Re: Réformes de l'Europe : seront-elles acceptées par les autres Etats ?

Message non lu par Jean » 19 avr. 2017, 18:44:52

Incognito a écrit :
18 avr. 2017, 12:42:14


Donc on a 4 grands thèmes:
- Réforme de l'Euro
- Harmonisation sociale
- Harmonisation fiscale
- Forme de "protectionnisme" européen
Pour moi l'harmonisation fiscale et l'harmonisation sociale vont de paire. Puisque la politique sociale est la dépense des recettes de la politique fiscale.

En gros il y a deux groupes de pays

Les paradis fiscaux avec un système de redistribution moins généreux.
Les enfers fiscaux avec un système de redistribution plus généreux.

La pression sociale et donc électorale conduit naturellement à une dérive de la première situation vers la seconde. Et ce jusqu'au point de rupture (dépenses plus importantes que les recettes tolérées)

Là deux cas sont possibles soit un homme/femme courageux sacrifie généralement sa carrière politique en remettant le curseur au centre soit cet homme/femme ne se trouve pas et on file plus ou moins lentement vers une situation d'endettement chronique qui conduit à des situations de type Grèce ou Argentine.

La réforme de l'euro, je ne vois comment elle pourrait avoir lieu, soit il y a une monnaie commune soit il n'y en a pas. Cette monnaie serait viable si la politique financière était unique. Mais cela nous renvoie au thème précédent.

Le protectionnisme européen serait possible dès lors que l'on accepterait de modifier profodémment nos habitudes. Aujourd’hui plus de 70% des produits que l'on consomme viennent de l'étranger, la mise en place de droit de douane les rendraient donc plus chers... Certes à terme cela relancerait peut-être une production européenne mais d'une part ça prendra du temps et surtout nous ne sommes pas certains d'en profiter à la maille nationale (conurrence intern) et de toute façon les prix seraient plus élevés.
Par ailleurs notre production est en grande partie exportée et il est fort à parier que des mesures de rétorsion seraient prises par les pays auxquels on opposerait des droits d'entrée... (Nos fromages et notre foie gras servent souvent d'armes de chantage). Airbus aurait beaucoup à pâtir de cette politique qui ferait le jeu de Boeing par exemple...

Avatar du membre
wesker
Messages : 29992
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Réformes de l'Europe : seront-elles acceptées par les autres Etats ?

Message non lu par wesker » 19 avr. 2017, 19:37:08

Francis_15

Effectivement, si nous voulons être efficace et influent nous devons bosser avec des pays qui ont des intérêts, des similitudes avec nous plutôt que de vouloir nous aligner sur des pays qui sont, sur bien des sujets aux antipodes de nos priorités et de nos besoins.

Avatar du membre
Jean
Messages : 4485
Enregistré le : 10 mai 2012, 08:35:09

Re: Réformes de l'Europe : seront-elles acceptées par les autres Etats ?

Message non lu par Jean » 21 avr. 2017, 19:25:18

wesker a écrit :
18 avr. 2017, 19:08:03
Johanono, l'Allemagne fera prévaloir ses intérêts, c'est légitime, nous devons nous y préparer et faire entendre aussi les arguments en faveur d'alternatives !
C'est tout le problème de cette Europe.

Formé d'états très divers, elle devient incapable de prendre des options nécessairement consensuelles dès lors que chaque état tire à hue et dia pour entraîner une décision qui lui soit favorable. (Voir la vidéo d'Asselineau dans un autre sujet qui explique cette aspect des choses)

Ce qui avait été un succès de 1957 à 1973 lorsque la CEE était constitué de six états assez proches et ayant des d’attentes proches (avec des concessions pourtant difficiles voir la PAC) est devenu impossible dans une entité qui regroupe 28 pays dont des pays solides et des pays faibles, des pays fourmi et des pays cigale, des pays riches (ou anciennement riches) et des pays limite en voie de développement, sans compter les pays qui n'ont comme attente que les subventions...

L'euro en supprimant les dévaluations a durci le phénomène. L'erreur ayant été d'accepter des pays qui avait atteint une seule fois les critères. L’Allemagne centrée sur sa réunification a laissé faire. C'était la porte ouverte à des magouilles comptables permettant d'intégrer la zone alors que la solidité du pays ne le permettait pas. La Grèce bien sûr mais sans aller si loin , rappelons-nous que la France a eu beaucoup de mal pour atteindre ces objectifs... Chirac a même dissous l'assemblée pour y parvenir, ce qui a réussi d’ailleurs via Jospin.

Je crois que si on veut relancer l'UE il faut la recentrer sur des objectifs ambitieux avec une gouvernance solide en abandonnant les pays qui se refusent à y adhérer. Peut-être qu'en effet le départ de la France et d'une bonne quinzaine d'autres pays serait une bonne chose pour elle.

Avatar du membre
wesker
Messages : 29992
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Réformes de l'Europe : seront-elles acceptées par les autres Etats ?

Message non lu par wesker » 22 avr. 2017, 09:38:51

Effectivement, la rigidité monétaire est la cause de l'ajustement par les salaires où par le chômage, qui se concrétise en Europe,, l'austérité étant la variable d'ajustement que la monnaie ne peut plus être.

Et il est vrai que les rigidités dans le fonctionnement de cette Europe sont assez bien expliqué par les engagements juridiques que Asselineau souhaite dénoncer. Cependant, il est vrai aussi que la France a une influence en Europe en raison du niveau élevé de sa contribution et de ses engagements, ce qui lui permets, tout de même de proposer une alternative. Soit nous parviendrons à modifier des règles et orientations qui ne paraissent pas satisfaire à certains pays européens, soit, alors, nous serons en mesure de pratiquer une négociation plus dure, étant entendu qu'en l'absence de la France, je ne crois pas qu'il puisse y avoir d'Union Européenne ni de monnaie européenne d'ailleurs.

Au moment où les Etats Unis modifient leur diplomatie et leurs exigences auprès des forces et des membres de la coalition de l'OTAN, n'est il pas le moment de réfléchir et sensibiliser nos partenaires sur l'importance et le rôle de la France, qui à travers son armée et ses capacités d'intervention dispose d'un levier d'influence dans ce domaine ?

Répondre

Retourner vers « Qu'en pensez vous ? »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré