Bruno Gollnisch/Marine Le Pen : la competition, le choix

Venez discuter de l'actualité politique.
Conscience

Message non lu par Conscience » 22 juil. 2010, 09:31:00

.
Oui FIFE c est MA REFERENCE,le fait est qu il n y a que ceux qui n y ont pas participé qui peuvent le

 dénigrer,serait ce par jalousie [url=http://javascript:emoticonp%28%27:lol:%27%29]Image[/url]

Il n est jamais trop tard pour bien faire,on accueille tous les gens de bonne volonté qui ont un projet

et qui veulent se faire entendre et aprés tout,vous tous, pourriez participer à une  meilleure 

 cohérence de vie dans la cité car des bonnes idées il y en a dans tous les partis,du FN à l extème

 gauche,faisons chacun de ces groupuscules un projet de loi,soumettons le à nos élus,qu est ce que

l on risque ?

Bienvenue [url=http://javascript:emoticonp%28%27:cheers:%27%29]Image[/url]

Avatar du membre
FIFE
Messages : 3242
Enregistré le : 11 mars 2009, 00:00:00
Parti Politique : Front National (FN)
Localisation : Paris

Message non lu par FIFE » 22 juil. 2010, 09:35:00

Excuse moi, mais je n'arrive pas à prendre ce "parti" au sérieux !  Image

Conscience

Message non lu par Conscience » 22 juil. 2010, 09:59:00

.
FIFE,

ce n est pas grave,d une part ce n était pas un parti politique,d autre part le DARD structure est mort.

Pas les idées,maintenant si tu préfères suivre les décisions de ton chouchou politique,je ne peux pas

t en vouloir.

Nous les ex DARD on a envie de se faire entendre et de voler  Imagede nos propres ailes.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 22 juil. 2010, 13:19:00

Denigrer les nationaux donnent peut être des ailes mais n'en constituent pas, pour autant un contenu programmatique....C'est facile de jter le discredit sur des idées nationales en les amalgamants à des idées d'un autre âge.

Conscience

Message non lu par Conscience » 22 juil. 2010, 13:32:00

wesker a écrit :Denigrer les nationaux donnent peut être des ailes mais n'en constituent pas, pour autant un contenu programmatique....C'est facile de jter le discredit sur des idées nationales en les amalgamants à des idées d'un autre âge.

.

Bouh  aie ....pas sur la tête

Disons que pour constituer des ailes,j ai besoin aussi de vous...

Mais je vais me rhabiller car pour l instant je n ai pas soulever l enthousiasme  [url=http://javascript:emoticonp%28%27:bounce:%27%29]Image[/url] ou alors c est branlant ?

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

des différences entre Gollnisch et Marine ?

Message non lu par wesker » 27 août 2010, 14:01:00

Wesker a posé la question sur "des différences entre Gollnisch et Marine ?" Avec son accord, je l'ai fusionné avec ce sujet (compétition et choix)..
------------

Il veut y voir « une chausse-trape ». Sous-entendu : une de plus. Même si les organisateurs ont ensuite assuré qu'il était le bienvenu, Bruno Gollnisch s'est plaint haut et fort de ne pas avoir été invité à l'université d'été du Front national de la jeunesse, qui s'est ouverte jeudi à Cormont, près de Boulogne-sur-Mer - et sera clôturé dimanche par Jean-Marie Le Pen. « Une première depuis vingt ans », fustige Bruno Gollnisch, alors que la présence de Marine Le Pen est annoncée, au titre de présidente du groupe FN au Conseil régional du Nord - Pas-de-Calais. « Il se pose en victime. Mais Marine n'a jamais été invitée par la fédération du Rhône, le département de Bruno. Jamais ! », réplique Louis Aliot, ancien secrétaire général du parti, proche de la fille de Jean-Marie Le Pen.
Le ton monte

Officiellement, le coup d'envoi de la course à la succession du fondateur du FN ne sera donné que mercredi prochain. Dans les faits, les deux candidats sont déjà sortis des starting-blocks. Et le ton monte. Sur Internet notamment, où ils disposent depuis quelque mois d'une publication lancée par leurs proches (« Nations Presse Magazine » pour elle, « Droite Ligne » pour lui).
« Très combatif », convaincu que « la partie n'est pas jouée », Bruno Gollnisch a constitué une équipe de campagne d'« une dizaine de personnes » (autour des conseillers régionaux Bruno Subtil et Jacques Colombier), prévoit d'intensifier ses déplacements sur le terrain et même de lancer une application sur iPhone. Manière pour lui de démontrer que le fait d'être plus âgé que sa rivale ne l'empêche pas d'être moderne.

Mais sa tâche paraît très difficile face à une Marine Le Pen qui dispose du patronyme du chef - un vrai plus dans une formation qui reste très légitimiste -, contrôle l'appareil du parti et truste les plateaux de télévision. Et qui, surfant sur des sondages favorables, fait surtout valoir qu'elle est la mieux placée pour porter les couleurs du FN à la présidentielle de 2012.
L'adoubement du père

« Cette campagne interne, c'est une pré-campagne présidentielle. Il est évident que, quand on choisit le dirigeant du parti, on choisit un candidat », insiste la vice-présidente du Front national, évoquant déjà la possibilité d'un « 21 avril à l'envers » : « Marine contre Martine ». Pour conforter cette perspective auprès des adhérents, un think tank a été constitué afin de travailler au programme pour 2012. Baptisé « Idées-Nation », il a été confié à Louis Aliot. Désireuse de frapper fort d'emblée, Marine Le Pen s'apprête aussi à publier la liste nourrie -promet-elle -de son comité de soutien, emmené par Alain Jamet, l'un des membres historiques du Front national.
Mais le coup de pouce le plus important, Marine Le Pen l'a reçu à la veille de l'été : l'adoubement de son père. « Marine a les qualités physiques, mentales, psychologiques, intellectuelles, affectives, caractérielles nécessaires pour (…) la présidence du Front national et une candidature à l'Elysée », a égrené Jean-Marie Le Pen, reléguant Bruno Gollnisch (son ancien dauphin) au rang de futur « très bon ministre des Affaires étrangères ». Pour Carl Lang, l'ancien secrétaire général du Front écarté en 2008 sur fond de rivalité avec Marine Le Pen, « les dés sont pipés » : « Bruno Gollnisch fait une course à gros handicap. S'il a une chance, elle est marginale. Pour Le Pen, il est exclu qu'un autre que sa fille prenne sa succession. »
Pierre-Alain Furbury

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 29 août 2010, 02:00:00

Il n'y a de différences que cosmétiques entre ces deux-là. L'une comme l'autre défendent la même programmatique, à la virgule près. On peut éventuellement constater que Gollnish dispose de réseaux plus vastes et plus ancrés, mais cela ne fait pas une différence idéologique pour autant.

Il s'agit avant tout d'une tempête dans un verre d'eau n'existant que pour alimenter la machine à buzz. Le FN est un parti dynastique, la fille de son père prendra la relève et il n'y a pas vriament besoin d'en discuter des heures durant :)
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 29 août 2010, 13:39:00

Au contraire, les différences tant stratégiques que doctrinales sont mises en avant par les partisans respectifs de l'un et l'autre.

Quant au résultat, j'éviterais de me prononcer tant l'incertitude règne entre l'appareil et les militants. En revanche, je crois que les nationaux doivent songer à leur avenir et s'interroger sur la conduite à tenir, le programme à mettre en avant s'ils veulent enfin réussir l'accession et la crédibilisation des valeurs nationales auprès d'une opinion toujours sceptiques quant à ces valeurs

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 29 août 2010, 22:59:00

Entre deux choses identiques rien ne nous empêche de choisir quand même et de vanter les mérites d'une différence plus ressentie que réelle. Comme je le disais, les deux candidats défendent le même programme politique, déjà rédigé depuis longtemps et accessible sur le site web du FN. Qu'il existe chez eux des différences de réseaux, de stratégie ou de coiffure, ne change rien à cet état de fait.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 30 août 2010, 13:44:00

Il est normal qu'une formation s'interroge sur sa ligne stratégique, axes programmatiques à mettre en avant....Mais effectivement, nous tentons de preserver une cohérence contrairement à d'autres formations où se retrouvent, sur d'autres valeurs que les convictions, des personnes aux idées très différentes ou opposées sur des sujets très sérieux.

Or, si l'on gouverne le pays avec des sensibilités diverses, on se doit de pouvoir appliqué de manière coherente un projet de Gouvernement crédible .

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

A ceux qui espèrent l'explosion du camps national

Message non lu par wesker » 13 oct. 2010, 17:02:00

Voici la réponse de Gollnisch à l'endroit de ceux, partisan mariniste ou gollnischiens ou plus simplement detracteurs du FN, en vue de confirmer les convergences qui existent entre les responsables nationaux.


Au fur et à mesure que la campagne interne pour la succession  de Jean-Marie Le Pen avance dans le temps, il est somme toute dans l’ordre des choses que celle-ci gagne en « intensité » avec le ralliement affiché par les uns et les autres à la candidature de Bruno ou de Marine. En position « d’outsider », jusqu’alors crédité dans les medias de chances assez minces d’être élu à la tête du FN en janvier prochain, l’accueil chaleureux rencontré par Bruno lors de sa tournée  dans les fédérations, mais aussi son  énergie, sa détermination, son  calme  et sa confiance ont conduit un certain nombre d’observateurs à en conclure que, finalement, « l’affaire n’était pas pliée « …
  Hier, le passage de Bruno Gollnisch  à Orléans, dans une fédération plutôt réputée « mariniste » et sur les terres du président du groupe FN de la région Centre, Philippe Loiseau, a prouvé s’il en était besoin que ceux qui parient sur un éclatement du FN  vont un peu vite en besogne.
 Si Philippe Loiseau  fut au nombre des quatre ou cinq membres du comité de soutien de Marine qui s’étaient émus des propos de Bruno Gollnisch vendredi sur LCI –voir le communiqué de Bruno et notre article « Les Lignes bougent ! » publiés sur notre site vendredi- le climat apaisé et chaleureux  qui a régné au cours de  la conférence de presse et de la réunion militante qui a suivi en a rassuré plus d’un. Bruno et Philippe ont donné l’image de l’unité d’un  Front National  qui saura résister aux quelques bisbilles  de la campagne interne !
 Comme souvent, c’est du dialogue que jaillit la lumière et Bruno a réexpliqué que son vœu constant, de réconciliation autour du FN  des frères séparés de l’opposition nationale, n’étaient en  rien antinomique avec l’unité du Mouvement. Le message est passé cinq sur cinq, étayé d’ailleurs  par  le soutien officiel  apporté le même jour  à Bruno, par le membre fondateur et premier vice-président du FN Roger Holeindre.  

 Comme l’explique  l’article paru à cette occasion par La Nouvelle République du Centre, qui rapporte les propos du candidat à la présidence du   FN,  « je ne fais pas campagne sur le retour de tel ou tel, j’ai seulement dit sur LCI, vendredi, que je suis, sur le principe, favorable à la réconciliation, pas forcément le retour, avec ceux qui nous ont quittés ».
 « Je n’ai jamais fait grief à Marine d’avoir réintégré dans son équipe l’ex délégué général du MNR de Bruno Mégret, qui avait pourtant eu des propos très durs à son égard. Et j’ai accepté, en 2007, à la demande de Jean-Marie, que Bruno Mégret monte à la tribune lors d’un meeting à Lyon. Et je n’ai pas hésité, lors des régionales, à venir soutenir Philippe Loiseau en Eure-et-Loir contre mon ami Jean Verdon, parti avec Carl Lang ».
 Enfin, Bruno Gollnisch a rappelé avec force tout ce que le FN et lui-même doivent à Jean-Marie Le Pen,  a invité nos amis à se focaliser non pas sur l’accessoire mais sur l’essentiel, rappelant qu’il entendait au cours de cette campagne, «  faire connaître (son)  programme », «  faire valoir (ses) quelques qualités, expériences et compétences pour le diriger. »
 Ne nous cachons pas pour autant derrière notre petit doigt, les déclarations très critiques envers Bruno qui ont émané cette fin de semaine de l’entourage de Marine et de la candidate elle-même,  ont énormément inquiété les adhérents et les sympathisants du FN. Que nos amis soient  plutôt  « pro-Marine »   ou « pro-Bruno », ils  craignent que cette compétition enclenche de nouveau « la machine à perdre ».
 Les commentaires inquiets  des internautes  sur les sites de la mouvance nationale traitant des dernières péripéties de la campagne, nos discussions avec les militants, les courriers et courriels que nous recevons en sont une autre   preuve.  Ainsi,  de nombreux frontistes nous confient leur tristesse devant les propos de Jean-Marie Le Pen, qu’ils estiment  injustes et non fondés  envers Bruno.
 Signe de ce mauvais climat, certains se saisissent même de cette compétition interne pour régler leur compte  en public, comme en témoigne les attaques portées sur le site de  Jean-François Touzé (mediadroite.fr) contre un soutien de Marine,   Christian Bouchet, demandant à celle-ci de l’éliminer de son entourage, à l’instar des autres « radicaux anti-atlantistes », au nom d’une future alliance avec l’UMP !
 Bien  sûr, M.  Bouchet a vertement répondu sur son site voxnr  à M.  Touzé, menaçant l’ex responsable du pôle « idées-image-communication »  de la campagne Le Pen en 2007, supervisé alors  par Marine, de ressortir ses archives compromettantes…  
Question toute simple : est-ce ce genre de déballage que les adhérents attendent, pour le plus grand plaisir de nos adversaires du microcosme politico-médiatique,  ou l’exposition sans fards  par les équipes des deux candidats à la succession  du devenir du FN ?
 Sujet de satisfaction tout de même, beaucoup de témoignages de soutien, émanant de   frontistes indécis,  nous ont été envoyés ces derniers jours, adhérents (ou futurs adhérents) qui se sont félicités du  ton mesuré de Bruno Gollnisch depuis le début de cette campagne, de sa volonté d’apaiser les tensions, de son  attitude responsable et cohérente, de son attachement sans faille à  l’unité du FN. Au moins et chacun le reconnaît, Bruno Gollnisch est le tenant d’une ligne claire : avec lui, les cartes sont sur la table !

Avatar du membre
GIBET
Messages : 3256
Enregistré le : 02 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Finistère

Message non lu par GIBET » 16 oct. 2010, 00:35:00

En attendant dans le contexte de crise actuelle ce grand débat existentialiste du Front se déroule dans la plus parfaite indifférence générale.
L'opinion publique en colère à d'autres chats à fouetter et autant dire qu'entre ces deux candidats c'est "bonnets blancs et ...suspensoir"
GIBET
Le silence est un ami qui ne trahit jamais

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 17 oct. 2010, 11:19:00

heureusement que l'opinion a d'autres sujets, plus interessants que les débats internes du FN qui n'interessent que les nationaux.

D'ailleurs, au delà de la compétition interne et de la manière dont le parti fonctionnera selon qui remportera le Congrès, le FN continue de s'interesser, d'émettre des analyses et des propositions, sur la situation du pays et les difficultés que rencontrent nos travailleurs !

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

L'espoir des nationaux

Message non lu par wesker » 17 oct. 2010, 15:02:00

Depuis des semaines, le FN est entré dans une compétition visant à designer le prochain Président du parti national.

Bruno Gollnisch et Marine Le Pen se sont tous deux portés candidats pour occuper cette responsabilité.

Depuis de nombreuses semaines, j'écoute les idées et conception du fonctionnement du parti qu'émettent Bruno et Marine.

Depuis de nombreuses semaines, je me suis tenu en reserve estimant que l'essentiel était dans les valeurs et le projet de renouveau que les nationaux devront defendre à l'occasion des prochaines présidentielles.

Après avoir longtemps hésité, compte tenu des qualités indéniables et complémentaires de Bruno et MArine, j'ai décidé, aujourd'hui de voter pour Marine Le Pen lors du Conrès de janvier.

D'une part, au cours des dernières semaines, j'ai pu constaté que Marine développait une vision plus coherente pour l'unité du parti, en refusant par exemple la réintégration de responsables qui concevaient la politique comme un métier et les mandats comme un dû.
D'autres part, la volonté de Bruno Gollnisch de les réintégrer ainsi que l'attitude ses partisans me paraissent incompatibles avec la cohesion qu'une équipe de campagne doit faire preuve, .

Enfin, la fibre sociale, les axes économiques et sociaux, la popularité ainsi que la credibilisation de nos idées que Marine Le Pen incarne auprès de l'opinion me paraissent être plus efficace pour élargir notre audience que des considerations plus philosophiques (que Marine ne renie pas).

Les qualités évidentes de Gollnisch en matière intellectuelle, doctrinale et politique ne suffisent pas à en faire un chef d'Etat. Il l'a d'ailleurs implicitement reconnu au travers sa proposition de "ticket" à l'encontre de Marine.

Une fois ce Congrès passé, il conviendra de poursuivre, tous ensemble (je diffuserais à cette fin les prises de position de nos deux responsables) le travail en vue de parvenir enfin, en developpant une attitude constructive, aux responsabilités. Notre pays en a, plus que jamais besoin.

Avatar du membre
johanono
Messages : 32070
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 18 oct. 2010, 22:57:00

J'ignore les détails des programmes de ces deux candidats. Ce qui est certain, c'est que pour conduire un parti à des succès électoraux, notamment à la présidentielle, il faut bénéficier d'une certaine notoriété et d'un certain charisme. Autant d'atouts que Marine Le Pen possède et que Bruno Gollnisch ne possède pas, malgré des qualités intellectuelles incontestables. 

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : artragis