Ingrid Betancourt veut plus d'argent.

Venez parler ici de l'actualité étrangère et européenne
Avatar du membre
FIFE
Messages : 3242
Enregistré le : 11 mars 2009, 00:00:00
Parti Politique : Front National (FN)
Localisation : Paris

Message non lu par FIFE » 10 juil. 2010, 08:01:00

 
BOGOTA - La Franco-Colombienne Ingrid Betancourt va demander une indemnisation à l'Etat colombien, pour les dommages économiques et moraux subis durant ses six années de captivité aux mains de la guérilla des Farc, a indiqué vendredi à l'AFP une source gouvernementale.

L'ancienne sénatrice, qui vit hors de Colombie depuis sa libération lors d'une opération de l'armée colombienne le 2 juillet 2008, a l'intention de réclamer une compensation de 12,5 milliards de pesos (un peu plus de 5 millions d'euros), selon les médias colombiens.

Ingrid Betancourt est revenue la semaine dernière dans son pays d'origine pendant quelques heures pour participer à une cérémonie à Bogota marquant les deux ans de sa libération aux côtés de 14 autres otages.

A cette occasion, l'ex-otage des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, guérilla marxiste) a déclaré à l'AFP qu'elle voulait mener une «vie de famille» et cherchait à se «reconstruire», avec l'aide d'un psychologue et de l'écriture.

L'ancienne candidate à la présidentielle colombienne, enlevée en pleine campagne, en février 2002, a prévu de raconter sa vérité sur sa captivité dans un ouvrage à paraître en septembre.
http://fr.canoe.ca/infos/international/ ... 14024.html

Le samedi 23 février 2002, le président Pastrana part en hélicoptère vers San Vicente del Caguán (Colombie) dans le but de rendre officielle la présence des forces armées dans la commune. Les autorités refusent à Íngrid Betancourt la possibilité de voyager par voie aérienne avec les journalistes qui accompagnent le chef de l’État[14]. Ce refus vaut pour l'ensemble des candidats à l'élection présidentielle, comme s'en est expliqué depuis Andrés Pastrana:

« [Les divers candidats] voulaient se rendre à San Vicente. Le ministre de la Défense, Gustavo Bell, avec qui j'abordai cette question, m'informa alors de l'absence de conditions suffisantes de sécurité pour la visite des candidats. Nous étions effectivement en train de lancer les opérations militaires de reconquête [de la ex-zone démilitarisée], et il était donc prématuré de vouloir y réaliser le moindre prosélytisme, même une manifestation de solidarité. Tous les candidats comprirent ces justifications de prudence sauf Ingrid Betancourt, qui insista pour s'y rendre

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 10 juil. 2010, 09:58:00

Puante, cette bonne femme  ! icon_biggrin http://ressources.ciheam.org/om/pdf/c57/01600243.pdf
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20268
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 10 juil. 2010, 22:21:00

Betancourt ou Bettancourt, laquelle est la plus pitoyable ?
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59582
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 10 juil. 2010, 22:23:00

C'est probablement Bettencourt ^^.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 11 juil. 2010, 11:20:00

L'une enrichit la France.

L'autre essaie de raquetter son pays.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59582
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 11 juil. 2010, 11:43:00

Elle est joueuse de tennis ? ^^

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 11 juil. 2010, 12:10:00

icon_biggrin  Bon, de "racktetter" icon_biggrin
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 11 juil. 2010, 23:28:00

mps a écrit :L'une enrichit la France.
J'ai toujours apprécié ton humour MPS^^
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 12 juil. 2010, 09:15:00

IG, c'est l'Oréal :

Principaux faits et chiffres du Groupe L'Oréal pour l'année 2009 :


[*]100 ans d’expérience en cosmétique


[*]5 métiers phares : Soin du cheveu, Coloration, Soin de la Peau, Maquillage, Parfum


[*]23 marques internationales*


[*]Produits distribués dans 130 pays


[*]Chiffre d'affaires consolidé : 17,5 milliards d'euros en 2009


[*]609 millions d’euros investi en R&D


[*]674 brevets déposés en 2009


[*]64 600 emplpyés


http://www.loreal.fr/_fr/_fr/html/carri ... clefs.aspx

et tous les rendements directs et indirects que cela implique pour la France;

C'est aussi environ 340 millions de revenus fiscaux d'IG à titre personnel.

Alors, si ce n'est pas elle  qui enrichit la France ....

 
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 12 juil. 2010, 09:26:00

Parce qu'elle le vaut bien ..... (la france)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26162
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 12 juil. 2010, 09:45:00

Ce n'est pas Lilianne Bettencourt qui fait tourner l'Oréal, elle n'en est que l'héritière. Ce n'est pas non plus Paris Hilton qui fait tourner la chaîne d'hôtels du même nom. Ceux qui font tourner l'Oréal ce sont ses dizaines de milliers de collaborateurs.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 12 juil. 2010, 14:52:00

Oui, mais si l'oréal reste basé en France, c'est elle  qui en décide.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
FIFE
Messages : 3242
Enregistré le : 11 mars 2009, 00:00:00
Parti Politique : Front National (FN)
Localisation : Paris

Message non lu par FIFE » 12 juil. 2010, 15:00:00

Après avoir demandé une réparation financière de 6 millions de dollars à l'Etat colombien, l'ex-otage des Farc a assuré en pleurs dimanche soir qu'elle n'irait pas au-delà de la demande de conciliation. Image
En larmes, l'ex-otage des Farc Ingrid Betancourt a assuré dimanche soir qu'elle regrettait la demande d'indemnisation de 6,9 millions de dollars présentée à l'Etat colombien pour son enlèvement. Dès le départ, «dans mon cas nous avons décidé (avec ses avocats, ndlr) que nous ne porterions pas plainte contre l'Etat colombien», a-t-elle expliqué à la télévision colombienne Caracol, ajoutant que si la conciliation extrajudiciaire en cours ne fonctionnait pas, elle n'irait pas au-delà.
Cet entretien, enregistré à New York, était très attendu depuis l'annonce, vendredi, de la requête présentée à l'Etat colombien dans laquelle Ingrid Betencourt estimait que celui-ci devrait lui verser, ainsi qu'à sa famille, une indemnisation pour les dommages moraux et financiers entraînés par ses six ans de captivité aux mains des Farc. Une requête qui a déclenché une vague d'indignation en Colombie, alors que l'otage a été libérée lors d'une opération militaire risquée, le 2 juillet 2008. Le ministère de la Défense a ainsi fait part de sa «surprise» et de son «chagrin», soulignant l'effort déployé pour la planification et l'exécution de l'opération «Jaque», «durant laquelle des femmes et des hommes ont risqué leur vie afin de sauver les otages», une opération qu'Ingrid Betancourt elle-même avait jugée «parfaite».

Un «coup de poignard»
De son côté, le vice-président Francisco Santos a évoqué un «coup de poignard», tandis que le sénateur Gustavo Petro, ex-candidat à la présidentielle, jugeait qu'elle était «injuste» car les Farc étaient les véritables responsables de l'enlèvement.
«Jamais, jamais nous n'avons pensé à attaquer ceux qui m'ont libéré», s'est défendue l'ex-otage dimanche soir, tout en réprimant un sanglot après un long entretien où le journaliste, Dario Arizmendi, une star de la télévision colombienne et un ami très proche de l'ancienne otage, s'est montré très dur. Alors que ce dernier lui demandait si elle regrettait son geste, Ingrid Betancourt a répondu par l'affirmative, assurant qu'elle adorait sa «patrie».
«Je ne vais pas poursuivre l'Etat. Je veux uniquement raconter les faits et que ce qui m'est arrivé ne se reproduise pas, a-t-elle assuré. Et Ingrid Betancourt de préciser qu'elle avait ainsi espéré «ouvrir un chemin» pour l'indemnisation d'autres otages qui, selon elle, auraient également présenté des requêtes semblables. «Mes compagnons (de captivité) m'ont appelée en m'indiquant que la date» limite pour déposer cette requête allait être dépassée.
Au cours de cet entretien télévisé, l'ex-candidate à la présidentielle colombienne de 2002 a également expliqué pourquoi elle estimait que les forces de l'ordre avaient négligé sa sécurité. «On m'a enlevé mes gardes du corps. Si l'Etat considérait que c'était si dangereux ils auraient du me les laisser (...) et s'ils considéraient que c'était vraiment dangereux, on aurait dû me bloquer au poste de contrôle et ne pas me laisser y aller», a-t-elle déclaré, faisant référence à la route du département de Caqueta (sud-est de la Colombie) où la guérilla l'attendait.

Eteindre la polémique
Interrogée sur un document qu'elle aurait signé ce jour-là et sur lequel elle indiquait qu'elle s'engageait sur ce chemin à ses risques et périls, elle a d'abord expliqué ne pas s'en souvenir, avant d'assurer qu'elle avait seulement signé un texte en rapport avec l'assurance de la voiture qui la transportait et qui appartenait à l'Etat.
Samedi, l'avocat de l'ex-otage des Farc, Me Gabriel Devis, avait déjà tenté d'éteindre la polémique provoquée par sa cliente. S'il avait ainsi confirmé la demande d'indemnisation d'Ingrid Betancourt à l'Etat colombien, il avait également précisé qu'à ce stade personne n'était poursuivi, ni le gouvernement, ni les forces armées, ni aucune des personnes ayant participé à la libération de l'ex-otage de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).
Selon Radio Caracol, qui a pu se procurer la requête de 55 pages, Ingrid Betancourt considère que les membres des forces de l'ordre en charge de sa sécurité dans le département de Caqueta, où elle a été enlevée, sont responsables de son enlèvement. Selon elle, plusieurs militaires en charge de sa sécurité lui avaient garanti, le 23 février, jour de son enlèvement, qu'elle ne courait pas de risque sur la route empruntée. L'ex-sénatrice franco-colombienne de 48 ans réclame de ce fait une indemnisation couvrant les dommages psychologiques entraînés par ses six ans de captivité, mais aussi le tort causé à son père, mort pendant celle-ci ou encore le manque à gagner lié à l'absence de salaire pendant son enlèvement.
Durement critiquée dans plusieurs ouvrages d'anciens compagnons de captivité, puis dans un livre écrit par son ex-mari Juan Carlos Lecompte, Ingrid Betancourt publiera en septembre chez Gallimard un livre sur son enlèvement, Même le silence a une fin.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 12 juil. 2010, 18:12:00

Elle ne manque pas d'air, la pleureuse !

Si ses gardes lui ont été retirés, c'est précisément parce qu'elle se trouvait à l'entrée d'une zone où la Colombie ne pouvait pous assurer sa sécurité, et lui interdisait d'aller plus loin.

Son escorte a donc tenté de l'empêcher d'aller plus loin, larmes, trépignements, appel que QG pour savoir ce qu'il fallait en faire.

Finalement, ce n'est qu'après avori signé une décharge écrite que la  dame a poursuivi son chemin.

On lui a donné beaucoup trop d'importance et, depuis sa libération, elle fait du fric avec tout.

Quand on voit la dignité, par exemple, de Florence Aubenas, il n'y a pas photo !
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 12 juil. 2010, 20:57:00

 
Quand on voit la dignité, par exemple, de Florence Aubenas, il n'y a pas photo !
Toutafé.

Répondre

Retourner vers « Actualité étrangère et européenne »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré