La Révolution française

Vous souhaitez discuter d'Histoire, des institutions, des concepts, des faits historiques marquants et des hommes politiques de notre pays c'est ici
logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 14 juil. 2010, 21:02:00

 
c'est un des paradoxe de la démocratie, elle s'est partout installée dans la violence, cependant Robespierre, une fois au pouvoir (tout comme Napoléon) ne fut plus démocrate : culte de la personnalité, culte de l'être suprême, terreur (même parmi les montagnards, ce qui prouve d'ailleurs qui ne s'agissait pas d'un massacre pro-démocratique, Desmolin a été guillotiné alors qu'il était du bord de robespierre), non respect des principes de la démocratie (cette même démocratie qui a donné naissance au nazisme, à une plus ou moins grande échelle (je ne suis pas spécialiste de l'époque moderne hein), Hitler fut élu démocratiquement) etc.
pures inventions

culte de la personnalité ? n'importe quoi j'ai jamais entendu une connerie pareil
culte de l'être suprême ? je t'invite à te renseigner sur ce que c'était
c'était de l'anti cléricalisme
il s'agissait de porter en honneur la liberté d'expression, de pensée, la philosophie, la raison
il ne s'agissait absolument pas d'une religion, c'était une parodie de religion pour se moquer et désacraliser la religion justement
tu crois que Robespierre se prennait pour l'être suprême ? mdr
mais jusqu'où va ton endoctrinement anti-révolutionnaire et anti-républicain ?
la terreur n'avait rien de démocratique en effet, mais c'était la guerre civile et face à l'utilisation de la force ils n'avaient pas d'autre choix que d'utiliser la force, sinon c'était eux qui se faisaient massacrer, c'est d'ailleurs bien ce qu'il s'est passé dès que le coup d'état des thermidoriens a réussit
ils auraient du faire quoi ? laisser les monarchistes comploter et renverser le pouvoir ?
laisser les vendéens envahir le pays et remettre le roi sur le trone ?
laisser les monarchies étrangères envahir le pays et se partager entre eux la france ?
c'est absurde
parce que tous ces gens utilisaient la force et n'avaient rien de démocrates, ils n'avaient pas d'autre choix que d'utiliser la force eux aussi
les juger comme dictateurs alors qu'ils luttaient contre la dictature, c'est tout simplement lamentable

franchement vous vous ètes vraiment fait lavé le cerveau ça fait franchement peur

Robespierre était un républicain et un démocrate, il a défendu la république jusqu'au bout, et il a toujours agit ainsi, il n'y a pas la moindre trace d'acte dictatorial dans ses actes.
Les dictateurs ce sont tous les contre révolutionnaires, tous les traitres, tous les monarchistes et les aristocrates, ainsi que les bourgeois qui auraient trahit leur pays pour s'enrichir.

En ligne
Avatar du membre
artragis
Messages : 7962
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 14 juil. 2010, 21:19:00

culte de l'être suprême ? je t'invite à te renseigner sur ce que c'était
c'était de l'anti cléricalisme
au départ, mais en fait, ça se basait plus ou moins sur les mêmes dogme, c'était une religion.
culte de la personnalité ? n'importe quoi j'ai jamais entendu une connerie pareil
j'ai pas dit que c'était élevé au niveau stalinien non plus.
il s'agissait de porter en honneur la liberté d'expression, de pensée, la philosophie, la raison
il ne s'agissait absolument pas d'une religion, c'était une parodie de religion pour se moquer et désacraliser la religion justement
crois moi, c'est assez faux, je t'invite à regarder le film "revolution" (si tu as 5 heures devant toi)
tu crois que Robespierre se prennait pour l'être suprême ? mdr
non, pourquoi cette question?
mais jusqu'où va ton endoctrinement anti-révolutionnaire et anti-républicain ?
des conneries... je suis républicain, et je connais la révolution, mais je sais que tout n'était pas bisounours (c'était pas non plus aussi noir que ce que dit mps)
face à l'utilisation de la force ils n'avaient pas d'autre choix que d'utiliser la force
la révolution était parisienne, la plus grande partie des guillotinés étaient présents à paris ou aux alentours, l'usage de la force, ce sont surtout les chouans par exemple..
Robespierre était un républicain et un démocrate, il a défendu la république jusqu'au bout, et il a toujours agit ainsi, il n'y a pas la moindre trace d'acte dictatorial dans ses actes.
si, il y en a eu, tuer les girondins, puis desmoulin par exemple.
tous les monarchistes et les aristocrates
va dire ça aux USA quand tu leur parlera de Lafayette...
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26122
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 14 juil. 2010, 21:50:00

Histoire d'apaiser un peu la discussion, je pense que ce que logan désignait au début du sujet comme des traitres concernait essentiellement ceux qu'on a appelé les émigrés. Et qui étaient effectivement des traitres et des ennemis du peuple, au point de lever une armée contre leur propre patrie ce qui leur vaudra le mépris du reste de l'aristocratie européenne et causera leur expulsion de nombreux endroits. Mais n'oublions pas non plus les nombreuses lois de nature dictatoriale prises contre leurs relatifs, telle la "Loi des otages" qui permettait l'arrestation comme otage des parents et ascendants des émigrés et les rendaient civilement responsables. Pour résumer, c'était une époque troublée de guerre civile, et il est vain d'en attribuer la responsabilité à l'une des parties en exonérant l'autre (de même qu'il est stupide d'attribuer aux seuls bolchéviks la responsabilité de tous les morts de la Révolution d'octobre).
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 14 juil. 2010, 21:51:00

 
si, il y en a eu, tuer les girondins, puis desmoulin par exemple.
ce n'est pas lui qui les a tué, ce sont les tribunaux révolutionnaires et robespierre n'a strictement rien avoir là-dedans

les girondins ont tenté un coup d'état et voulaient utiliser la force pour prendre le pouvoir, cela n'a pas réussit, ils ont été jugés par les tribunaux révolutionnaires pour leur action anti-révolutionnaire, en quoi Robespierre est-il responsable de ça ?

encore une fois tu inverses les rôles
ce sont les girondins les dictateurs
tout comme l'était le roi qui a lui aussi été exécuté, et là pour le coup Robespierre a plaidé effectivement pour son exécution

En ligne
Avatar du membre
artragis
Messages : 7962
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 15 juil. 2010, 08:17:00

c'était une époque troublée de guerre civile, et il est vain d'en attribuer la responsabilité à l'une des parties en exonérant l'autre
oui, c'est ce que je disais
ce sont les girondins les dictateurs
non, les jacobins faisaient des erreurs, montagnards et girondins ont décidé de mettre la terreur en place. Puis, les girondins ont voulu apaisé les choses, les montagnards (surnommés les "enragés") voulaient continuer, les girondins, étaient majoritaires, mais la violence des montagnards les a forcé à prendre une décision forte, du même type que celle prise lors de l'instauration de la terreur pour empêcher les forces antidémocratique.

ce n'est pas lui qui les a tué, ce sont les tribunaux révolutionnaires et robespierre n'a strictement rien avoir là-dedans
les tribunaux révolutionnaires étaient très expéditifs, et robespierre les dirigeaient, c'est lui qui disait qui arrêter.
tout comme l'était le roi qui a lui aussi été exécuté, et là pour le coup Robespierre a plaidé effectivement pour son exécution
le roi, était un dictateur jusque 89, puis il y a eu la monarchie constitutionnelle (appuyée par Lafayette), puis la fuite à verdun et donc l'arrestation du roi, guerre contre les autrichiens, libération de paris par les marseillais, exécution du roi, plaidée par Robespierre (mais on ne lui tient pas rigueur de ça, son plaidoyer est mémorable et de grande qualité).
Il y a bel et bien eu une guerre civile, mais elle n'avait pas lieu à Paris qui était la patrie des sans culotte. La terreur et le culte de l'être suprême on tué beaucoup de parisiens cependant, on ne peut donc pas crier à la démocratie.
Certains aristocrates sont partis, d'autres non, c'est aussi très important pour la suite de l'Histoire.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 30 juil. 2010, 16:38:00

Tous les montagnards n'étaient pas des Enragés. Les Enragés n'étaient qu'une petite partie de la Montagne, la plus radicale, incarnée particulièrement par Jacques Roux le prêtre athée. Leur plus gros fait d'arme a été de courte durée, la tentative de déchristianisation de la France à laquelle Robespierre s'est empressé de mettre un terme. Le comité de Salut Public - lui aussi issu de la Montagne - leur a fait leur fête dès qu'il en a eu l'occasion. Chez les montagnards il y avait aussi la fameuse section des piques (à laquelle aurait appartenu Sade), les hébertistes assoiffés de sang et ne cessant de réclamer des têtes, etc. Vaste conglomérat aussi hétéroclite que le seront les pionniers du socialisme au XIXème siècle.
Au sujet du radicalisme révolutionnaire, il faut lire l'incontournable (je l'ai justement bien trop contourné jusqu'ici) "Bourgeois et bras nus" de Daniel Guérin : http://www.alternativelibertaire.org/sp ... rticle1500
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Conscience

Message non lu par Conscience » 03 août 2010, 19:24:00

El Fredo a écrit : telle la "Loi des otages" qui permettait l'arrestation comme otage des parents et ascendants des émigrés et les rendaient civilement responsables. ,

.
Rien ne se perd,rien ne se crée tout se transforme...
Trés interressant tous ça,même sur des faits historiques il y a des débats contradictoires.....

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 03 août 2010, 23:56:00

A noter une loi intéressante qui illustre bien le triomphe des idées libérales lors de la Révolution française : la loi Le chapelier interdisant les syndicats et corporations de travailleurs : http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Le_Chapelier
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

En ligne
Avatar du membre
artragis
Messages : 7962
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 04 août 2010, 13:43:00

loi qui resta active pendant très longtemps. La grève a toujours été un problème liberté aux travailleurs ou aux patrons?
on a jugé, et heureusement, que la grève était une liberté directe du travailleur alors qu'elle n'avait qu'un effet indirect sur celui des employeurs.
En plus ça évite de remplir les prisons.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 05 août 2010, 16:54:00

La loi Le chapelier n'avait pas tant pour objectif d'interdire les grèves que d'empêcher les travailleurs de s'auto-organiser et d'atteindre éventuellement une conscience collective de classe.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Répondre

Retourner vers « Histoire »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré