La démocratie directe étes vous pour ou contre ?

Venez discuter de l'actualité politique.
Répondre
Conscience

Message non lu par Conscience » 18 juil. 2010, 08:19:00

Pourrait on imaginer qu un de nos politiques mette en place une démocratie directe ?






Pour mettre l homme au centre des priorités nous souhaitons une autre gouvernance dite " démocratie directe " appliquée en Suisse et dans bien d autre pays , l allemagne entre autre etc....ou elle a fait ses preuves.

Ci dessous le lien pour voir de quoi il retourne,qu en pensez vous ?

[url:ed088a387e=http://www.democratiedirecte.fr/]www.democratiedirecte.fr[/url:ed088a387e]

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59504
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 18 juil. 2010, 09:20:00

Pour. Il est étonnant que cette proposition émane de gens de droite.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 18 juil. 2010, 10:02:00

C’est la démocratie représentative pure
Commençons par cette  phrase rigolotte : une démocratie "représentative" est celle qui s'xerce par des représentants, et n'est donc automatiquement pas directe. icon_biggrin


Revenons à ce qui semble le sujet : les referendums et les initiatives populaires en  matière législative.

Les exemples cités parlent d'eux-mêmes :

Sauf de très rares referendums généraux, comme celui des minarets en Suisse, ces démocraties directes s'exercent généralement à l'échelon local, et sur de petits sujets bien déterminés.

L'avis du citoyen a toute sa valeur quand il  s'agit de  questions simples : "pour ou contre l'éclairage de lafontaine sur la place du village".
C'est affaire de goût (à condition de ne pas transgresser les avis des Monuments et sites).
Notons que ce genre de démocratie directe s'exerce à peu près partout, soit de manière formelle (referendum), soit pas réunions d'information, débats publics au conseil Communal, questionnaire dans la revue de la Commune à renvoyer, etc.  Aucune unicipalité n'a intérêt à prendre des décisions locales contre sa population.

Pour les referendum des lands allemands, par exemple, ces referendums n'excèdent pas la compétence de ceux qui les organisent, c'est à dire portent encore, quoique plus largement, sur le  quotidien.

Le  droit d'initiative existe également partout. Quel député renoncerait à déposer une proposition de loi, quand 3.000 de ses électeurs le lui demandent ? A moins que la demande ne soit totalement farfelue, auquel cas il invitera sans doute les signataires à le rejoindre pour une séance d'information.

D'une manière générale, le  système démocratique est évidemment fondé sur les attentes exprimées par les électeurs, puisque c'est la clé de la ré-élection.

Par contre, je suis très opposée aux grands referendums sur des sujets complexes.

Demander par exemple à toute une population si elle est pour ou contre le Traité européen, c'est se moquer !

Les citoyens paient des parlementaires pour étudier, au sein de leurs partis, en commission, puis en séance pléniaire, des dossiers si complexes et si touffus qu'eux-mêmes ont bien du mal à s'y retrouver.

Et soudain, l'électeur de base, entre retour du boulot et bain des enfants, tel Paul  sur le  chemin de Damas, trouverait l'illumination dans l'escalier ?


L'avis d'un nombre considérable de gens se prononçant sur une phrase qui l'a impressionné, dans le délire d'"information" dont il est l'objet, c'est à dire sur un sentiments totalement subjectif, prendrait-il valeur de "bonne décision" ?

C'est aussi dérisoire que de laisser le poulpe Paul décider des vainqueurs de la Coupe du Monde, plutôt que de faire jouer le match icon_biggrin

Le referendum sur les "grands sujets", c'est le déni des parlementaires cependant appointés pour faire ce travail, un genre de flagornerie de l'électeur en se foutant pas mal des conséquences qu'il devra ultérieurement subir, bref, c'est le summum du grand n'importe quoi.

Toute décision doit être prise à son niveau de compétence optimale.

Le garagiste (ou du moins plusieurs garagistes) savent mieux qu'un conducteur si sa courroie de distribution doit être changée ou non ; le chirurgien du cerveau (ou plusieurs) peut mieux déterminer l'utilité d'une trépanation que le patient, même soutenu par sa famille et ses amis de Face Book, etc.

En résumé : oui à l'avis des gens quand ils ont compétence pour le donner, et à condition qu'ils soient bien informés. Même pour l'élciarage de la fontaine du village, il faudra préalablement expliquer ce que cela va coûter en installation, en frais de fonctionnement, en désagrément pour les gens qui dorment en face, etc.

Je prendrai comme  dernière incitation à la méfiance quantà la "volonté populaire",  ces comités de quartier qui pétitionnennent pour que la Comune installe un casse-vitesse et qui, quelques mois pous tard, re-pétitionnent pour qu'on le supprime, en raison du bruit épouvantable que cela  engendre ...
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59504
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 18 juil. 2010, 10:05:00

Revenir en arrière sur des choses qui coûtent des millions d'euros, ça n'est pas l'apanage de la volonté populaire.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 18 juil. 2010, 11:28:00

Evidemment, la legitimité provenant du peuple, il est certain qu'en tant que partisan de la nation, je suis favorable à la democratie directe....Je note d'ailleurs que les élites, plus particulièrement l'UMP actuelle redoute la democratie directe et évite de consulter le peuple, contrairement aux autres Président que la France a connu qui reconnurent au peuple sa fonction souveraine.

Et je me dois de rappeler, qu'outre le FN qui préconise de ratifier les grandes reformes par référendum, le Président de la République s'engageait sur ce terrain en s'empressant de l'oublier une fois élus.

Conscience

Message non lu par Conscience » 18 juil. 2010, 13:42:00

[table cellpadding="0" cellspacing="0" border="0" width="100%"][tr][td colspan="1" rowspan="1" width="100%"]Image La démocratie directe étes vous pour ou contre ?[/td][td colspan="1" rowspan="1" valign="top"]Image Image Image Image[/td][/tr][tr][td colspan="2" rowspan="1"]Je viens de m intêresser au sujet de la démocratie directe appliquée en Suisse en Allemagne et dans bien d autre pays sous des formes différentes et qui agréaient aux politiques qui la propose bien sur elle n est jamais totalement directe je vous livrerai au fur et à mesure tous les liens qui permettent de s en faire une idée précise et la façon dont elle est appliquée dans tous les différents pays ,j aime assez l idée de cette gouvernance ou il y a une participation à la vie politique des citoyens,je n admets plus l oligarchie : le pouvoir par une poignée d homme,nous ne sommes plus maitre de notre destin,mais dirigé par nos politiques et encore . Alors qu ils sont sensés nous représenter,ils prennent des décisions souvent soumit par tous les lobbies , dirigent ils d ailleurs ?

Vaste question,pour ma part je crois que non ! Tant les lobbies sont puissants et que nos politiques sont mains et poings liés face à eux,le pouvoir c est eux !

Aujourd hui la seule possibilité et qui serait le seul contre pouvoir réel ce sont les citoyens  , contre nous  les lobbies ne peuvent rien !


UN EXEMPLE DE LOBBIE LES BANQUES


un exemple pour régler la dette



On ne nous parle que de la dette et on les croit on nous impose la rigueur vous ne trouvez pas que celà fait des années que l on vit sous l austérité et sous la rigueur,c est un alibi pour nous contraindre et c est évidemment les pauvres et les classes moyennes qui vont en faire les frais,savez vous le montant de la dette et l intêret d emprunt ? c est un cercle infernal dont il parait difficile de sortir tel que l on nous le propose.

Voilà une réalité



Par Ivan du Roy (25 mai 2010)



Taxer les transactions financières à hauteur de 0,05%. C’est la proposition d’une coalition internationale d’associations et de syndicats. Une telle taxe pourrait rapporter entre 500 et 1000 milliards par an ! De quoi commencer à régler les problèmes du monde, qu’ils soient alimentaires, sanitaires, sociaux ou climatiques. Angela Merkel est partante. Cette perspective intéressera-t-elle les autres gouvernements du G20 ? Réponse fin juin, à Toronto.

Entre 500 et 1000 milliards de dollars par an : c’est le magot que les Robins des bois de la finance proposent de récupérer sur les marchés financiers mondiaux pour les redistribuer. Qui sont ces nouveaux détrousseurs de spéculateurs ? C’est une coalition d’associations et de syndicats emmenés en France par Attac, en Allemagne, au Canada et au Royaume-Uni par les « Robin Hood Tax » (« Robin Hood Steuer » en Allemagne) ou la « zero zero cinque » en Italie. Nombre d’ONG et de syndicats en font partie, du Secours catholique à la CGT (Frère Tuck et Petit Jean en somme, les célèbres compagnons de Robin des Bois). Les sociaux-démocrates allemands du SPD ont également rejoint ce rassemblement hétéroclite. On attend des nouvelles de la gauche hexagonale.

Comment comptent-ils s’y prendre pour délier les bourses des shérifs de Goldman Sachs et forcer les coffres-forts des princes de la Société Générale ? Par une simple et minuscule taxe de 0,05% sur chaque opération financière transnationale. Un trader de Wall Street spécule sur l’euro… 0,05%. Un fonds de pension revend des actions…. 0,05% Un actionnaire touche des dividendes sur ses participations à l’autre bout du monde… 0,05%. Un joueur de foot transfère son confortable pécule dans une banque de Zurich… 0,05%. Environ 6.000 milliards de dollars transitent chaque jour par les virtuels circuits financiers mondiaux. 0,05% chaque jour, cela fait 3 milliards par 24h. L’Institut autrichien de recherche économique estime qu’une telle taxe pourrait rapporter entre 447 et 1022 milliards par an, même si les flux financiers baissaient considérablement. La taxe Tobin laisse la place à la taxe Robin.

Réduire les inégalités en une année

Un tel impôt pourrait permettre de réaliser les « objectifs du millénaire pour le développement » fixés par l’Onu, que tout le monde a oublié depuis le passage à l’an 2000 : réduire l’extrême pauvreté et la faim, réduire la mortalité infantile, combattre le Sida ou le paludisme, assurer l’éducation primaire pour tous… Et cela pour un coût de 170 milliards de dollars. Il resterait encore assez de liasses de billets verts pour financer l’adaptation des pays pauvres au changement climatique et leur transition énergétique pour une dépense de 150 milliards. Le solde pourrait même servir aux États endettés par la crise financière et le sauvetage des banques à préserver leurs systèmes de protection sociale. Et tout cela en une année.

Techniquement, c’est faisable sans grande difficulté, même si les inventeurs des « Credit Default Swap » ou des « Leverage Buyout » nous expliqueront le contraire lorsqu’il s’agit de mécanique financière qui ne leur profite pas. « Cet argent peut être facilement collecté via les chambres de compensation et de règlement qui sont déjà utilisées pour tout échange important et par lesquelles transite chaque transaction financière, y compris celles qui se font de gré à gré. Toute transaction importante est réalisée en trois étapes : le transfert, la compensation et le règlement. Un simple marquage électronique peut automatiquement transférer le montant de la taxe vers les services fiscaux appropriés », expliquent les Robins des Bois. Quand, sur les marchés financiers, on est capable de revendre au prix fort des produits financiers que l’on n’a pas acheté et dont le prix a baissé (vous suivez ?), on peut bien s’acquitter d’un petit 0,05%.

Angela Merkel en Richard Cœur de Lion ?

Reste à franchir un obstacle non négligeable : l’opposition de l’administration US, d’une partie du gouvernement britannique, de plusieurs États européens comme la Suède et, bien évidemment, de la City de Londres et de Wall Street à New York. Le Parlement européen, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique et la France ont déclaré y être favorables. « Je ne pense pas que cela ruinerait les marchés si nous introduisions une taxe internationale, et je vais faire campagne pour cela », a même lancé, le 20 mai, la chancelière allemande. Ralliera-t-elle d’autres seigneurs sous sa bannière pour venir en aide aux brigands altermondialistes ?
Cette taxe sur les transactions financières sera proposée par les organisations de la société civile lors du prochain G20, à Toronto les 26 et 27 juin. Les gouvernements des vingt plus grandes puissances mondiales refuseront-ils de se servir d’un tel outil fiscal pour réduire les inégalités ? Certes, la taxe ne remettra pas fondamentalement cause la folle oppression de la finance. Mais c’est une première volée de flèches contre la forteresse des spéculateurs.

Ivan du Roy


Espérons que cet accord va se faire voilà à mon sens sur quoi il faut agir et peser[/td][/tr][/table]

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 18 juil. 2010, 14:54:00

J'ai vu Nombrilist parler d'argent.

Vous savez ce que coûte un referendum ?
Combien de fois par an le  peuple français devrait-il se prononcer, quand on prend environ 200 décisionsimportantes par jour ?

Allez, les gars, je comprends que vous aimiez lespetites expériences foireuses pour vous distraire.

Moi, je pars quelques jours.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Conscience

Message non lu par Conscience » 18 juil. 2010, 15:16:00

icon_question icon_mrgreen Bonne vacance mps peut être à ton retour on en reparlera icon_question

Conscience

Message non lu par Conscience » 18 juil. 2010, 15:18:00

Et nos politiques ils nous coutent combien ? tu as vu le prix du dernier avion de Sarkosy avec ça on pourrait en faire des référendum ! sourire

Conscience

QUAND NOS DROITS NE SONT PLUS RESPECTES

Message non lu par Conscience » 18 juil. 2010, 15:23:00

  
ET LA CONSTITUTION NON PLUS !




Voiçi un copié collé de l association agir pour la démocratie directe en France !

ce n est pas le seul sujet allez voir si vous le souhaitez




Le montant du seul minimum vieillesse n'est pas constitutionnel.

01/04/2010 | 0 commentaire
ImageA) CE QUE LA CONSTITUTION FRANCAISE DEVRAIT ASSURER AUX ANCIENS TRAVAILLEURS

«La Nation assure à l'individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement. Elle garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence. »

Source : Préambule de la constitution du 27 octobre 1946 sur Le site du conseil constitutionnel


B) OU SE SITUE LE SEUL DE PAUVRETE EN FRANCE ?

«2. Indicateurs de prauvreté [...]
Seuil (euros/mois)
en 2005 : 876 €/mois
en 2006 : 890 €/mois
en 2007 : 908 €/mois »

Source : Inégalités de niveaux de vie et pauvreté - Insee - Édition 2010 sur L'Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques


C) LA DURE REALITE DES CHIFFRES.

«Minimum vieillesse : Seuil de revenus garantis aux personnes âgées de plus de 65 ans (ou 60 ans en cas d’inaptitude au travail) sans contrepartie de cotisation.
Au 1er janvier 2007, le minimum vieillesse s’élève à 621 euros par mois pour une personne seule et 1 115 euros par mois pour un couple. »

Source : Les revenus et le patrimoine des ménages - Insee - Édition 2010 sur L'Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques


D) LES TEXTES DE LOI N'EN TIENNENT PAS COMPTE

Article D815-1
«Le montant maximum servi au titre de l'allocation de solidarité aux personnes âgées est fixé : a) Pour les personnes seules, ou lorsque seul un des conjoints, concubins ou partenaires liés par un pacte civil de solidarité en bénéficie, à :
8 125, 59 € par an à compter du 1er avril 2009 ;
8 507, 49 € par an à compter du 1er avril 2010 ;
8 907, 34 € par an à compter du 1er avril 2011 ;
9 325, 98 € par an à compter du 1er avril 2012.

b) Lorsque les deux conjoints, concubins ou partenaires liés par un pacte civil de solidarité en bénéficient, à 13 765, 73 euros par an à compter du 1er avril 2009. Dans ce cas, le montant est servi par moitié à chacun des deux allocataires concernés. »

Source : Décret n° 2009-473 du 28 avril 2009 sur Le service public de la diffusion du droit

Pour pouvoir comparer facilement :
8 125, 59 € par an représentent 677,13 €/mois à compter du 1er avril 2009 ;
8 507, 49 € par an représentent 708,96 €/mois à compter du 1er avril 2010 ;
8 907, 34 € par an représentent 742,28 €/mois à compter du 1er avril 2011 ;
9 325, 98 € par an représentent 777,17 €/mois à compter du 1er avril 2012.

On est loin du compte !!! Minimum vieillesse, INSEE, seuil de pauvreté

Conscience

Message non lu par Conscience » 18 juil. 2010, 15:25:00

Avec un peu de chance on sera toujours vieux un jour !

Conscience

Message non lu par Conscience » 18 juil. 2010, 18:49:00

Pour les inquiets il faut savoir qu il y a des gardes fous !

Les citoyens suisses peuvent aussi bien proposer une loi de leur propre initiative que s'opposer à une loi déjà approuvée par le Parlement.

Si le Parlement décide que la motion proposée est anticonstitutionnelle ou qu'elle est contraire au droit international, il peut outrepasser ce droit. Une telle mesure n'est cependant possible que dans ce cas.


Politique suisse

[url:f18a173644=http://www.swissworld.org/]www.swissworld.org[/url:f18a173644] Connaître son système politique, ses relations avec l'Europe.
Mots-clés suisses - Thèmes choisis - Dossiers suisses - La Suisse en images

Conscience

Message non lu par Conscience » 18 juil. 2010, 18:52:00

Les Suisses pas si bête il savent ou sont les priorités , il n y a qu à voir leur constitution et comme ils font respecter les droits de l hommes, vous avez dit droit de l homme ? ça existe encore en France ? vous vous le demandez pas ? moi si !

RS 101 Constitution fédérale de la Confédération suisseTexte de la Constitution du 18 avril 1999 avec les révisions en

Conscience

Message non lu par Conscience » 18 juil. 2010, 18:54:00

On ne peut quand même pas adhérer à cette idée sans en connaitre les tenants et aboutissants , je vais m efforcer de vous mettre tous les renseignements que je connais.


Complément d information




Le vote suisse sur les minarets a attiré l’attention de l’opinion sur l’intérêt de la démocratie directe : un moyen pour les peuples de reprendre un pouvoir accaparé par les oligarchies. Yvan Blot dresse ici le tableau de la situation : suivons le dans ce court voyage en Suisse, en Italie, en Allemagne et dans les états fédérés des Etats-Unis d’Amérique.


Extension géographique


La démocratie directe qui permet au peuple, et pas seulement à ses représentants élus, d’abroger ou d’adopter des lois, est encore très minoritaire dans le monde. C’est la démocratie représentative pure, où seuls les représentants élus du peuple adoptent formellement les lois, qui demeure encore la règle de droit commun.



La démocratie directe fonctionne depuis le début du siècle en Suisse (au niveau fédéral, cantonal et local) et aux Etats-Unis (au niveau de 26 Etats fédérés sur 50 et au niveau local). Le petit Liechtenstein la pratique aussi. Depuis la loi du 25 mai 1970, le référendum d’initiative populaire pour abroger une loi existe en Italie. Depuis la réunification allemande du 3 octobre 1990, la démocratie directe a été progressivement introduite dans tous les Länder allemands et souvent aussi au niveau communal. Peu à peu, la démocratie directe gagne en extension

Conscience

Message non lu par Conscience » 18 juil. 2010, 18:55:00

Complément d information






Outils de la démocratie directeIl y a deux outils essentiels, le référendum veto et l’initiative populaire, un frein et un moteur.


Le référendum veto consiste à permettre au peuple d’annuler une loi votée par le parlement. Il faut une pétition de citoyens, (50 000 en Suisse, 500 000 en Italie) qui demande l’annulation de la loi. Si le nombre minimum de signatures est atteint, un débat est lancé et le référendum populaire a lieu environ six mois plus tard. Si le « non » l’emporte, la loi est annulée. Si le « oui » l’emporte, la loi est confirmée. C’est un frein pour s’assurer que les élus ne votent pas une loi que la majorité des citoyens réprouve, ce qui peut arriver compte tenu des puissants lobbies qui font aujourd’hui pression sur le gouvernement ou le parlement. C’est un moyen de redonner la parole aux citoyens non organisés en lobbies, en groupes de pressions.


L’initiative populaire est une pétition pour soumettre au référendum un projet de loi voulu par les citoyens signataires sur un sujet que le gouvernement ou le parlement ignorent ou ont peur d’aborder. En Suisse, le chiffre pour qu’une pétition soit valable a été relevé à 100 000 signatures. Aux Etats-Unis, le chiffre à atteindre est un pourcentage des électeurs, et il varie selon les Etats. Si le nombre de signatures est atteint, un débat est organisé sur les medias et le parlement donne son avis sur le projet en question. Il peut aussi rédiger un contre-projet qui sera soumis le même jour au référendum. Ainsi, le parlement n’est nullement mis à l’écart. La démocratie directe organise plutôt une saine concurrence entre les citoyens et les élus pour faire les lois : personne ne doit être exclu alors que la démocratie représentative pure exclut les citoyens de la fonction législative.

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré