La rigueur: différence entre Fillon et Sarkozy?le courage ?

Venez discuter de l'actualité politique.
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59504
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 12 août 2010, 22:52:00

"Le problème, c'est que la France est surendettée en valeur absolue."

On est à 78% du PIB, à peu près comme les autres pays industrialisés je crois.

"Mais le chômage et la croissance molle sont là. Que proposes-tu pour y remédier ?"


Déjà, si il faut faire des économies, il ne faut pas le faire en supprimant des emplois. ça sert à rien de virer des fonctionnaires si c'est pour payer des chômeurs à la place. De même qu'il ne sert à rien d'allonger la durée du travail si c'est pour payer des chômeurs à la place. A la limite, au contraire, il faudrait que l'état créé des emplois (pas forcément de fonctionnaires) dans divers domaines, de manière à utiliser la main d'oeuvre disponible (4 millions de personnes), plutôt que de les payer à ne rien faire (allocations chômage).

On a vu ces dernières années que subventionner les grosses entreprises privées a ses limites. Autant que l'état créé directement les emplois. Bon évidemment, le tout est de trouver dans quels domaines. Mais pour ça, on a tout un bataillon de haut-fonctionnaires et de ministres pour y réfléchir. Y a beaucoup de choses à faire en France ^^.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 13 août 2010, 13:55:00

C'est évident que pour faire face au coût de la dette, la France doit lancer une série d'économies mais ces dernières ne doivent pas reposer sur les seuls travailleurs qui, eux, ne sont pas responsables de la crise.

Au contraire, l'emploi finance la protection sociale à laquelle les français restent attachés mais des economies en matière européenne, fiscale, environnementale ou même structurelle peuvent être lancés.

PatJol
Messages : 1832
Enregistré le : 03 juin 2009, 00:00:00
Contact :

Message non lu par PatJol » 13 août 2010, 21:15:00

Nombrilist a écrit : "Le problème, c'est que la France est surendettée en valeur absolue."

On est à 78% du PIB, à peu près comme les autres pays industrialisés je crois.

"Mais le chômage et la croissance molle sont là. Que proposes-tu pour y remédier ?"


Déjà, si il faut faire des économies, il ne faut pas le faire en supprimant des emplois. ça sert à rien de virer des fonctionnaires si c'est pour payer des chômeurs à la place. De même qu'il ne sert à rien d'allonger la durée du travail si c'est pour payer des chômeurs à la place. A la limite, au contraire, il faudrait que l'état créé des emplois (pas forcément de fonctionnaires) dans divers domaines, de manière à utiliser la main d'oeuvre disponible (4 millions de personnes), plutôt que de les payer à ne rien faire (allocations chômage).

On a vu ces dernières années que subventionner les grosses entreprises privées a ses limites. Autant que l'état créé directement les emplois. Bon évidemment, le tout est de trouver dans quels domaines. Mais pour ça, on a tout un bataillon de haut-fonctionnaires et de ministres pour y réfléchir. Y a beaucoup de choses à faire en France ^^.
On était à 78% en 2009, donc plus de 80 % aujourd'hui. En forte augmentation.

Tu parles de faire des économies, mais tu ne proposes aucune idée pour ça.
Tu vas même jusqu'à suggérer que l'Etat emploie des fonctionnaires, ce qui ne peut qu'alourdir le budget.
Supprimer des postes de fonctionnaires s'ils ne sont pas indispensables, c'est évidemment une économie pour l'Etat. Ca diminue l'emploi public, mais c'est le secteur privé qui fait la croissance et la richesse de la France. Pas l'emploi public, on a tendance à l'oublier.
Dans une discussion, le difficile, ce n'est pas de défendre son opinion, c'est de la connaître.
André Maurois

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59504
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 13 août 2010, 21:32:00

Tu es nouveau sur le forum, donc je vais réexpliquer mes idées sur la question des économies en deux phrases. Evidemment, ça va te faire bondir. C'est simple: on re-nationalise tout ce qui a été privatisé depuis Balladur (FT, GDF, EDF, autoroutes). ça fait rentrer dans les caisses des milliards de bénéfices, et tout rentre dans l'ordre. De fait pour le coup, l'emploi public rapporterait ^^.

Tu trouveras mes idées mieux détaillés dans mon face à face avec Artragis: http://actu-politique.xooit.com/t2158-f ... rilist.htm

Que les gens soient chômeurs ou fonctionnaires, qu'est ce que ça change pour l'Etat en terme de coût ?

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 13 août 2010, 22:22:00

C'était le quart d'heure de l'art naïf ... icon_confused

Rien qu'une société comme GDF-Power, c'est déjà plus que le budget de l'Etat ! icon_biggrin
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59504
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 13 août 2010, 22:30:00

C'était le quart d'heure fou-rire, signé par la star des trolling trolls.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26149
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 13 août 2010, 22:46:00

PatJol, le secteur public est aussi essentiel au PIB que le secteur privé, la consommation ou la balance commerciale. Quand on diminue les dépenses publiques, il faut être sûr que cette diminution sera compensée par une augmentation sur les autres points, sinon le PIB diminue. C'est d'ailleurs ce qui va se passer pour la Grèce, et dans tous les pays qui appliqueront à mauvais escient des plans de rigueur au mauvais moment.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20258
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 14 août 2010, 08:55:00

Un enseignant du public ne crée aucune richesse, contrairement au même prof embauché par Acadomia pour donner des cours privés à des morveux. Porté par un projet d'entreprise novateur et moderne, le fonctionnaire inutile et parasite devient un redoutable collaborateur qui apporte une forte contribution à notre croissance économique. Normal qu'alors l'état s'endette en payant la moitié de son salaire à la place d'Acadomia.

C'est pourtant simple : public = pompe à fric inutile, privé = moteur de l'économie ultra efficace grâce aux terribles et inéluctables lois du marché.

Privatiser les profits, socialiser les pertes icon_mrgreen
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

PatJol
Messages : 1832
Enregistré le : 03 juin 2009, 00:00:00
Contact :

Message non lu par PatJol » 14 août 2010, 09:19:00

Nombrilist a écrit : Tu es nouveau sur le forum, donc je vais réexpliquer mes idées sur la question des économies en deux phrases. Evidemment, ça va te faire bondir. C'est simple: on re-nationalise tout ce qui a été privatisé depuis Balladur (FT, GDF, EDF, autoroutes). ça fait rentrer dans les caisses des milliards de bénéfices, et tout rentre dans l'ordre. De fait pour le coup, l'emploi public rapporterait ^^.

Tu trouveras mes idées mieux détaillés dans mon face à face avec Artragis: http://actu-politique.xooit.com/t2158-f ... rilist.htm

Que les gens soient chômeurs ou fonctionnaires, qu'est ce que ça change pour l'Etat en terme de coût ?
Les nationalisations, faut bien les payer. Des centaines de milliards pour des entreprises qui ne resteraient pas forcément aussi rentables une fois publiques...
Comment est-ce que tu finances ces acquisitions ?
Dans une discussion, le difficile, ce n'est pas de défendre son opinion, c'est de la connaître.
André Maurois

PatJol
Messages : 1832
Enregistré le : 03 juin 2009, 00:00:00
Contact :

Message non lu par PatJol » 14 août 2010, 09:25:00

El Fredo a écrit : PatJol, le secteur public est aussi essentiel au PIB que le secteur privé, la consommation ou la balance commerciale. Quand on diminue les dépenses publiques, il faut être sûr que cette diminution sera compensée par une augmentation sur les autres points, sinon le PIB diminue. C'est d'ailleurs ce qui va se passer pour la Grèce, et dans tous les pays qui appliqueront à mauvais escient des plans de rigueur au mauvais moment.
Le secteur public, les administrations, ne produisent pas de richesses. Leur activité ne peut pas influer sur le PIB.
Seul le secteur privé produit de la richesse. C'est d'ailleurs son but.
Les deux sont indispensables, entendons-nous bien. Mais ils n'ont pas la même utilité.


Mais il reste le secteur public commercial, c'est vrai (EDF par exemple). Lui produit de la richesse.
Dans une discussion, le difficile, ce n'est pas de défendre son opinion, c'est de la connaître.
André Maurois

Avatar du membre
artragis
Messages : 7980
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 14 août 2010, 09:31:00

Le secteur public, les administrations, ne produisent pas de richesses. Leur activité ne peut pas influer sur le PIB.
Il ne faut pas confondre "produire des richesses" et "faire augmenter le PIB". Je l'ai déjà dit, effectivement l'emploi d'un professeur dans le public Ne fera pas augmenter le PIB car il ne sera compris dans aucun CA, ni achat de matériel. Cependant sa consommation sera quand même importante puisque productrice de TVA et donc de PIB.
Un professeur produit cependant de la richesse sous la forme d'un service, de la même manière qu'un consultant agricole ou industriel qui ne fait que conseiller.
Leur activité influe sur le PIB par la consommation uniquement si c'est le public, mais on ajoute leur travail s'ils sont dans le privé.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20258
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 14 août 2010, 09:39:00

@Patjol : Mais c'est que tu insistes. Donc le secteur des services à la personne par exemple ne crée aucune richesse ? Parce que beaucoup d métier de se secteur ont des équivalents public.
Autres exemples : un policier intervient et empêche qu'on te vole ta voiture : aucune richesse créée. Un agent de sécurité payé par la société du parking que tu loues empêche qu'on te vole ta voiture : création de richesse.
Le type de la SECU traite ton dossier de remboursement, pas de richesse, le type de ta mutuelle privée fait pareil, création de richesse. Bref...

Ou alors tu confonds bien matériel et richesse. Mais figure toi que les services compte aussi dans le PIB. Et la tendance actuelle est que l'état se facture à lui même les services entre institutions. Exemple : l'ONF entretient un bois et facture à la commune.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 14 août 2010, 09:41:00

En fait, le secteur public, c'est tout simplement la gérance de l'i!mmeuble.

C'est nécessaire, mais ça coûte.

Pour l'entretien du batiment, on n'engage généralement pas de corps de métiers salariés : on fait appel à des sociétés extérieures performantes.
Par idéologie ? Evidemment non.
Simplement parce qu'on évite un personnel inactif  quand il n'y a rien à faire, peu spécialisé, la nécessité d'avoir un matériel ne servant que rarement, mais nécessitant vérifications et entretien,  etc etc.

Exercice pratique de transposition : l'éducation nationale.

Imaginons qu'on divise le coût de ce service parle nombre d'élèves qui en bénéficient (batiments, professeurs, chauffage, entretien, cantines, etc etc.) : on obtient un coût par élève ou par catégories d'élèves.

On supprime tout l'enseignement public, et on remet à chaque enfant un chèque équivalent à ce qu'il coûtait dans l'ancien système.

Cet élève remet alors son chèque à l'école privée de son choix, et l'Etat n'a plus qu'à définir les matières, et à entretenir un bataillon d'inspecteurs.

Immédiatement, des milliers d'écoles privées se créent, dans toute la gamme imaginable : de petites unités sympathiques, de grosses usines à cerveaux, des belles, des moches, des gentilles, des féroces ... mais qui auront comme point commun qu'elles doivent être attractives et bien gérées ou disparaître.

L'Etat est allégé, le niveau scolaire s'améliore, tout le monde se sent plus libre.

Où serait l'inconvénient, si ce n'est dans la tête de certains  ?
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20258
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 14 août 2010, 09:50:00

Les inconvénients seraient multiples. Au final une partie non négligeable de cet argent irait dans de la publicité et des dépenses qui n'ont rien à voir avec l'éducation. C'est ce qui se passe dans le secteur de la santé aux USA par exemple. Au final pour le même résultat on paiera plus cher. Les élèves les plus pauvres seraient défavorisés puisqu'ils n'auraient que le chèque, contrairement aux autres. De toute façon ce que tu proposes existe, ça s'appelle le crédit d'impôt de 50 % donné pour les cours à domicile. 0n voit le résultat...

Mais certains on le cerveau ben gangréné par l'antifonctionnarisme. Voir un prof payé pour 18 h de cours en faire seulement 12 leur paraît insupportable, par contre payer des commerciaux et des agences de com qui n'apportent rien au service de départ, génial !
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
KALIKO
Messages : 498
Enregistré le : 20 juil. 2010, 00:00:00
Localisation : 69100
Contact :

Message non lu par KALIKO » 14 août 2010, 10:30:00

Moi je trouve qu'un enseignant du public crée de la richesse en "éduquant"... plutôt que laisser un morpion ,"de famille sans les moyens", à sa condition de bestiole bipède, il est bon d'en faire un scientifique en bon état de marche...
PAS MORT ?... PLUS FORT !

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré