La réforme des retraites

Venez discuter de l'actualité politique.
Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 07 oct. 2010, 13:49:00

mps, tu as réponses à tout...'est toi qui est marrante et navrante de naïveté au point de croire les délires du Président de la République qui vient, encore une fois, sur la question des retarites de démontrer le pru de profondeur et de confiance qu'il a, envers son équipe.
Modifié en dernier par wesker le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 07 oct. 2010, 16:00:00

Crois-tu que le président a inventé la réforme des retraites dans son  bain à bulles, avant une partie de belote ?

Des milliers de gens ont étudié les projections du système actuel, mesure le goufre, examiné ce qui se faisait ailleurs, monté des groupes de travail pluralistes  qui y travaillent depuis deux ans au moins, recalculé indéfiniment les incidences de chaque mesure et fait des propositions précises.

A partir de là, il y a eu une révision politique, dimiuant sans doute les mesures pour les rendre plus digestes à la population.

Le tout a fait l'objet probablement d'un "rapport de synthèse au Président", lui démontrant la nécessité de la réforme et les modes les plus adéquats.

Cesse de croire comme un bébé que le Président en a écrit une ligne. Il a dû se contenter de soupirer, de dire qu'il fallat passer par là, et de souhaiter bonne chance à son gouvernement.

Tu n'as visiblement aucune expérience de la manière dont se gère un  Etat. 
Modifié en dernier par mps le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26112
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 07 oct. 2010, 16:05:00

Aucun doute, tu ne vis pas en France et tu ne la connais pas.
Modifié en dernier par El Fredo le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 07 oct. 2010, 17:14:00

icon_biggrin icon_biggrin icon_biggrin  En quoi la France serait-elle différente ?

Tu vis peut-petre sur le territoire, mais tu n'as aucune expérience d'un gouvernement, et tu ne suis visiblement pas les débats  parlementaires, qui faisaient état du travail des commissions ad hoc sur les retraites depuis au moins deux ans.

Vous croyez en un président-dieu unique, qui suce tout de son pouce icon_biggrin icon_biggrin icon_biggrin
Modifié en dernier par mps le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26112
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 07 oct. 2010, 17:35:00

mps a écrit :icon_biggrin icon_biggrin icon_biggrin  En quoi la France serait-elle différente ?
Par la "qualité" de son dialogue social, par exemple, surtout depuis 2002. En l'occurrence dans ce dossier le gouvernement n'a absolument pas préparé sa réforme de façon paritaire ou pluraliste, mais ce sont les conseillers élyséens (Raymond Soubie pour ne pas le nommer) qui ont préparé le projet, que le parlement-croupion n'a plus qu'à valider en fermant sa g..... (et en écrasant celle de l'opposition au passage, vu que ses amendements sont systématiquement rejetés). Le travail des commissions, comme tu dis, a purement et simplement été fichu à la poubelle. Mais tu devrais le savoir si comme tu le prétends tu passes tout ton temps libre à suivre les travaux parlementaires français alors que tu vis en Belgique.

Ah, et quelle est la dernière mode made in UMP maintenant ? D'annoncer des amendements de dernière minute par dépêche AFP en provenance directe de l'Elysée, sans passer par la voie parlementaire. C'est arrivé hier durant le "débat" sur la énième réforme de l'immigration, et c'est tellement grossier que même les députés UMP s'en sont offusqués.
Modifié en dernier par El Fredo le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 07 oct. 2010, 18:21:00

Quel cafouillage.

Le projet de loi de réforme des retraites est évidemment apssé en comission.

Par contre,  un amendement peut toujours être introduit en séance.
Modifié en dernier par mps le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 07 oct. 2010, 19:27:00

Bien évidemment qu'une commission a eu lieu, on te dit (el fredo) que son boulot est passé à la trappe .... c'est pas la même chose.

Bien sur qu'un amendement peut être déposé en séance, personne n'a dit le contraire ....

 
Modifié en dernier par lancelot le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26112
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 07 oct. 2010, 21:20:00

C'est normal que mps réagisse comme tel, elle croit encore naïvement que la démocratie française fonctionne correctement. Elle ignore les subtilités de notre vie politique icon_mrgreen
Modifié en dernier par El Fredo le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 07 oct. 2010, 21:24:00

Bonjour,

Alors que le débat sur la réforme des retraites entre dans son troisième jour au Sénat, jeudi 7 octobre, Nicolas Sarkozy a demandé au gouvernement de déposer des amendements en faveur de parents aux carrières interrompues et de ceux ayant des enfants handicapés. Une décision prise lors d'une réunion de travail à l'Elysée et "en plein accord avec la majorité sénatoriale".

3,4 milliards d'euros
Un des amendements concerne les parents nés entre 1951 et 1955 "qui se sont arrêtés au moins un an dans les trois ans suivant la naissance d'un de leurs enfants", qui pourront bénéficier d'une retraite sans décote maintenue à l'âge de 65 ans "pendant une période transitoire de cinq ans". L'autre touchera les parents d'enfants handicapés, qui "conserveront le bénéfice de l'annulation de la décote à 65 ans, quelle que soit leur durée d'assurance et de manière pérenne".
Ces mesures représentent un coût de 3,4 milliards d'euros jusqu'en 2022, dont l'Elysée a annoncé qu'il serait compensé par de nouvelles recettes "hors bouclier fiscal" à hauteur de 340 millions par an: une majoration du prélèvement social sur le capital à hauteur de 0,2 point et l'alignement du taux du prélèvement sur les plus-values de cessions immobilières hors résidence principale sur le taux applicable aux plus-values de cessions mobilières, soit un passage de 17% à 19%. Le secrétaire d'Etat à la Fonction publique Georges Tron a estimé que ces mesures "correspondaient assez à ce que l'opposition souhaitait", avec une contribution des ménages les plus aisés.
Le secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez, a par ailleurs annoncé que les salariés ayant assez cotisé pour une retraite à taux plein mais qui ne peuvent pas la liquider faute d'avoir 60 ans auront une "prolongation" de l'allocation équivalent retraite (AER) "pour aller jusqu'à 62 ans sans être pénalisés".

"Ministre de la réclame"
Le dépôt des amendements demandés par l'Elysée a été immédiatement annoncé dans l'hémicycle par le ministre du Travail Eric Woerth, qui a suscité de vives réactions sur les bancs de la gauche. Christiane Demontès (PS) a affirmé que de ne sont "pas des avancées mais le maintien de dispositions qui existent déjà", tandis que le président du groupe socialiste Jean-Pierre Bel a reproché au ministre de "théâtraliser les débats" et le Vert Jean Desessard d'être le "ministre de la réclame". En revanche le président du groupe Union Centriste, Nicolas About, a déclaré qu'il était "très heureux que le gouvernement annonce retenir les propositions" de son groupe.
Les réactions des syndicats ont elles été globalement négatives. Le chef de file de la CGT, Bernard Thibault, a expliqué que ces amendements n'étaient "pas de nature à modifier la critique" d'une réforme qui reste "très mauvaise", tandis que Solidaires n'évoquait que des aménagements "à la marge" et que la CFTC se plaignait que le gouvernement "se foute de [sa] g.....".
Le responsable du dossier à la CFDT, Jean-Louis Malys, a lui parlé de "pas en avant" mais qui "ne modifie pas l'équilibre global de la réforme, qui reste très insatisfaisant". Le son de cloche était similaire, l'Unsa voyant dans ces mesures "un geste significatif" mais réclamant des modifications plus "substantielles". La FSU a elle estimé que ce premier recul restait "limité".
Du côté des associations, la présidente du Planning familial, Marie-Pierre Martinet, a affirmé que le gouvernement abordait le sujet de la retraite des femmes "par le petit bout de la lorgnette", tandis que Karim Felissi, de la Fnath, importante association de personnes handicapées, aurait préféré faire bénéficier les parents de trimestres supplémentaires de cotisation ou permettre financièrement aux familles de se faire aider et ainsi de continuer à travailler.

"Jusqu'au bout"
Jeudi, la discussion devait être consacrée en priorité, à la demande de la commission des Affaires sociales du Sénat, à l'examen des articles sur les reports des âges légaux de départ de 62 et 67 ans, à partie de 21h30. L'objectif de l'exécutif est ainsi d'adopter ces dispositions majeures avant la journée d'action du 12 octobre.
Mercredi soir, les débats parlementaires avaient déjà été animés, avec notamment une demande par la gauche de vérification du quorum, qui n'avait pas été atteint, écourtant la discussion. Par ce tour de procédure, l'opposition voulait protester contre les conclusions de la conférence des présidents, qui a décidé que le Sénat pourrait "éventuellement" siéger samedi. Les sénateurs de gauche entendaient savoir immédiatement la réponse, mais la décision ne sera pas confirmée avant vendredi.
Le président du Sénat, Gérard Larcher (UMP), avait promis que le débat irait "jusqu'au bout", soulignant être "très réticent" à tout recours à la procédure, comme le vote bloqué, pour l'accélérer. Près de 1.200 amendements ont été déposés sur le texte, dont plus de 1.000 par l'opposition, ainsi que trois motions de procédures (renvoi en commission, motion préalable, irrecevabilité), rejetées mardi. La motion référendaire déposée par la gauche et qui visait à soumettre le texte à référendum a elle été rejetée mercredi.

A plus tard,
Modifié en dernier par politicien le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 07 oct. 2010, 22:45:00

I l vaudrait mieux signaler, si cela se produit un jour, quand l'opposition fera preuve de fair-play icon_biggrin
Modifié en dernier par mps le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
johanono
Messages : 32030
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 07 oct. 2010, 23:00:00

Retraites: des lycéens et étudiants se mobilisent un peu partout en France

Les jeunes seront-ils dans la rue mardi ? A quelques jours de la prochaine journée d'action contre la réforme des retraites, le combat commence à prendre dans les lycées et les facs, de façon sporadique. Plusieurs actions de blocages et manifestations ont eu lieu, ce jeudi.

A Paris, des assemblées générales se sont tenues dans plusieurs universités le matin. L'après-midi, petit rassemblement à Beaubourg à l'appel du collectif «la retraite, une affaire de jeunes» (Unef, UNL, MJS, Jeunes Verts...). Tracts, chants et accrochage de banderole «Les jeunes pour la retraite à 60 ans» pour motiver les troupes.


«Les lycéens étaient peu présent dans les premières manifs parce que c'est difficile de se mobiliser en pleine rentrée, mais là, ça s'organise. Les jeunes comprennent que c'est maintenant qu'il faut se bouger. A court terme, pour avoir un emploi avant 30 ans, et à long terme pour avoir une retraite décente», plaide Juliane Charton, trésorière de l'Union nationale lycéenne (UNL).

116 lycées perturbés

Un peu partout en France, une cinquantaine de lycées de sont mobilisés, selon l'UNL. D'après le ministère, 116 établissements ont été perturbés. Soit «moins de 3%» du total, minimise le ministère. Six ont été bloqués. Tour d'horizon dans la presse en ligne régionale.

Dans le midi, environ 1500 lycéens ont défilé dans le centre-ville de Rodez, tandis qu'à Toulouse, plus de 200 élèves ont bloqué leur établissement et déployé une banderole proclamant: «La retraite à 67 ans. Pourquoi pas à 69 tant qu'à se faire baiser». A lire sur LibéToulouse.

En PACA, blocages et manifestations se sont déroulées dans quatre villes au moins, notamment Carpentras, relate La Provence.

Ça commence à chauffer aussi en Basse-Normandie. Ils étaient 500 à Cherbourg, entre 300 et 400 à Lisieux, où un barrage filtrant a été mis en place devant le lycée. A Caen, deux lycées ont été bloqués, selon Ouest-France, et des élèves sont descendus dans la rue. De petites manifs sont également en cours à Dives-sur-Mer, Vire ou Falaise.

Petite manif également à Sarre-Union, en Alsace, où 200 lycéens défilent dans les rues sur le slogan «On est jeunes et c..., mais on a nos opinions», rapportent les Dernières nouvelles d'Alsace. Leur lycée est bloqué. Des jeunes de Guebwiller et Moslheim, 20.000 habitants à elles deux, sont également mobilisés.
Les CRS à Saint-Quentin

Quelques mouvements de colère également dans la Somme, relate le Courrier Picard. Dans le département voisin de l'Aisne, on a même envoyé les CRS pour déloger les 200 à 300 jeunes qui bloquaient leur lycée, à Saint-Quentin. Plusieurs interpellations ont eu lieu, selon le quotidien régional.

A Montluçon, ils étaient quelque 150, selon La Montagne; une centaine à Angoulême.

A Périgueux, autour de 500 élèves, venus de plusieurs établissements, se sont rassemblés. Non pas à l'appel d'organisations lycéennes, mais à la suite «d'inquiétudes personnelles», comme ils l'ont déclaré à un correspondant de l'AFP, inquiétudes relayéees avec l'appui de Facebook, notamment.

Toujours en Dordogne, à Ribérac -à peine 5000 âmes-, une centaine de jeunes ont refusé d'entrer dans leur lycée, sans en bloquer l'accès.

On peut encore citer les 1000 lycéens d'Auch, dans le Gers. «Ce vaste rassemblement est né de la motivation d'une poignée de lycéens du Garros. Ce matin, à 6h45, après avoir envoyé plusieurs messages à des élèves des autres lycées de la cité, ils ont organisé le blocus de leur établissement, installant poubelles et voitures devant l'entrée et appelant leurs camarades à sortir dans la rue», raconte Sud Ouest.

«L'objectif: être là le 12, et après si besoin»

Quentin Delourme, l'un des secrétaires nationaux de l'UNL, indique que certains de ces mouvements sont à l'initiative de son organisation. «Pour d'autres, c'est plus spontané», dit-il.

Le jeune militant ne se dit pas surpris pour autant: «Depuis le 7 septembre, nous essayons d'amplifier la mobilisation, en appelant à tracter, à organiser des assemblées générales. Il semble qu'ont ait gagné la bataille de la mobilisation», analyse-t-il. Il rappelle également que, la semaine dernière, quelques manifestations avaient déjà eu lieu.

La journée d'aujourd'hui reste la plus forte. «C'est la première fois que les lycéens sortent, sur la revendication des retraites, sans qu'il y ait d'appel au niveau des salariés», souligne Quentin Delourme, qui espère que la journée «permettra aux lycéens de prendre conscience qu'il se passe quelque chose, pour venir grossir les cortèges le 12 octobre».

D'ici là, le syndicat lycéen annonce des tractages lundi dans les lycées et appelle à des assemblées générales mardi, qui pourraient déboucher localement sur des blocages des lycées. «L'objectif, affirme Quentin Delourme, c'est d'être là le 12, et après si besoin».

Reste que, malgré les appels du collectif «La retraite: une affaire de jeunes» la mobilisation des jeunes n'a jusqu'ici pas été massive. Samedi 2 octobre encore, ils n'étaient pas plus de quelques centaines dans le cortège parisien.
http://www.liberation.fr/societe/010122 ... es-lyceens

Si les jeunes entrent dans la danse, alors ça va sentir mauvais pour le gouvernement... icon_cry
Modifié en dernier par johanono le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 07 oct. 2010, 23:07:00

Ils ne l'auront pas volé.
Modifié en dernier par lancelot le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 08 oct. 2010, 08:07:00

Plus facile d'instrumenter des potaches pour les envoyer déconner dans les rues que de leur faire faire des dictées ... icon_biggrin
Modifié en dernier par mps le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 08 oct. 2010, 13:58:00

mps a écrit :Crois-tu que le président a inventé la réforme des retraites dans son  bain à bulles, avant une partie de belote ?
Des milliers de gens ont étudié les projections du système actuel, mesure le goufre, examiné ce qui se faisait ailleurs, monté des groupes de travail pluralistes  qui y travaillent depuis deux ans au moins, recalculé indéfiniment les incidences de chaque mesure et fait des propositions précises.

A partir de là, il y a eu une révision politique, dimiuant sans doute les mesures pour les rendre plus digestes à la population.

Le tout a fait l'objet probablement d'un "rapport de synthèse au Président", lui démontrant la nécessité de la réforme et les modes les plus adéquats.

Cesse de croire comme un bébé que le Président en a écrit une ligne. Il a dû se contenter de soupirer, de dire qu'il fallat passer par là, et de souhaiter bonne chance à son gouvernement.

Tu n'as visiblement aucune expérience de la manière dont se gère un  Etat. 

C'est sûr qu'il n'a pas étudié la question des retraites, lui qui affirmait voilà à peine un an qu'il ne modifierait pas l'âge legal de depart à l retraite car il n'avait pas reçu de mandat pour cela et que cela comptait pour lui.
Effectivement, les réalités de sa politique depensière qui, en dépit des taxes qu'il a crée depuis son arrivée à l'Elysée s'imposent à lui et pénalisent les travailleurs qui se voient toujours plus ponctionnés.
Modifié en dernier par wesker le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 08 oct. 2010, 21:12:00

Bonjour,

Le report de 60 à 62 ans de l'âge légal de départ à la retraite a été définitivement adopté vendredi 8 octobre par le vote au Sénat de cette mesure phare de la réforme des retraites.

http://actu-politique.xooit.com/images/wysiwyg.html?5#
Par 186 voix contre 153, le Sénat a voté l'article 5 du projet de réforme des retraites, sans le modifier par rapport à la version adoptée par l'Assemblée nationale en septembre, rendant ce vote définitif.
Dénonçant la fin de la retraite à 60 ans instituée en 1982 par François Mitterrand, les sénateurs de gauche ont appelé à une forte mobilisation mardi 12 octobre lors de la journée d'action. Les organisations syndicales ont, de leur côté, appelé ce vendredi à une nouvelle mobilisation pour le 16 octobre.
"Lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, nous avons tout de suite proposé la retraite à 60 ans. Cela a été un immense espoir. De toutes les revendications ouvrières, cela a été la plus importante. Cela restera dans l'histoire sociale de la France", avait plaidé pendant le débat le sénateur PS Pierre Mauroy, Premier ministre de François Mitterrand en 1982.
"Monsieur le Premier ministre, vous défendez le texte de l'époque. Vous dites vous-même que les choses ont évolué. Le devoir, c'est bien de faire évoluer le système de retraite. Nous voulons qu'il soit pérenne", a répondu le ministre du Travail, Eric Woerth.

A plus tard,
Modifié en dernier par politicien le 08 sept. 2010, 21:03:00, modifié 1 fois.
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré