«Il n'y a pas d'avenir pour les délinquants dans notre pays»

Vous avez un coup de g..... à passer sur notre société, ou tout simplement un coup de coeur venez le dire ici
lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 22 juil. 2010, 18:13:00

En clair, c'est a la fois rassurer les habitants (par la présence policière), recueillir des informations, rencontrer les jeunes, qui ne sont pas tous délinquants.

En quelque sorte prendre la température de la population, faire du renseignement, et agir a chaud quand c'est nécessaire, mais pas en aveugle, voila ce que faisait la police de proximité.

Maintenant c'est l'amalgame perpétuel et l'abandon de la population aux délinquants en tous genre qui du coup ont sévèrement reprise du poil de la bête, sans être forcément plus nombreux, mais comme ils sont seuls à être présents tout le temps, il est certain que c'est leur régime d'omerta et d'intimidation qui s'est imposée.

Il faut vraiment être de droite pour ne pas comprendre cela ?

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 22 juil. 2010, 18:13:00

Comme j'ai dit, FIFE nous démontre à chacun de ses messages que l'essentiel de sa vision des choses relève de ce qu'elle voit à TF1 ou lit dans le FIGARO et donc effectivement de la com' sarkozyste ;)
Le coup des islamistes qui prient dans les rues, mais comme FIFE croit que ce que montre TF1 c'est partout pareil dans toute la France, le fait divers se transforme en fait général, c'est l'invasion ! tous aux abris !

Avatar du membre
FIFE
Messages : 3242
Enregistré le : 11 mars 2009, 00:00:00
Parti Politique : Front National (FN)
Localisation : Paris

Message non lu par FIFE » 22 juil. 2010, 18:20:00

Même s'il n'y avait qu'une seule rue bloquée par la prière des islamistes, ce serait trop!

mais il y en a beaucoup, à Paris, Marseille.....

Et comme Sarkozyste, trouve mieux que moi ! icon_cheesygrin

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 22 juil. 2010, 18:30:00

Ce n'est pas suffisant pour constituer une invasion ;) On a juste affaire à une bande de c..., et à plusieurs disaines de moutons.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 22 juil. 2010, 23:28:00

Maintenant c'est l'amalgame perpétuel et l'abandon de la population aux délinquants en tous genre qui du coup ont sévèrement reprise du poil de la bête, sans être forcément plus nombreux, mais comme ils sont seuls à être présents tout le temps, il est certain que c'est leur régime d'omerta et d'intimidation qui s'est imposée.

Il faut vraiment être de droite pour ne pas comprendre cela ?
Tape "postes de police de quartier", et tu verras que plusieurs municipalités ont réouvert des hôtels de Police, combinés avec de la vidéo surveillance, etc.

Tu remarqueras que la Police de proximité est une compétence municipale.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26110
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 23 juil. 2010, 00:02:00

logan a écrit :je crois que tu te trompes de casting

le profile type de la BAC c'est "aime les gros flingues, aime l'autorité et en abuser contre les plus faibles", et "être à un gros c...... raciste" est un plus non négligeable
D'un, bonjour le manichéisme et les clichés.

De deux, renseigne-toi sur la sociologie des flics des BAC de banlieue et tu verras que j'ai raison.

Sinon, 100% d'accord avec le reste du message. Mais tout est lié.

FIFE a écrit :Tu me fais rire avec ta police de proximité, qui houait au foot avec les rares "jeunes" qu'ils trouvaient la journée.... mais qui étaient absents la nuit quand tout se passe .
N'importe quoi cette histoire de match de foot. Je suis sûr que dans 20 ans on nous cassera encore les noix avec ça. N'empêche que les habitants étaient contents d'avoir des flics proches d'eux et à qui parler, surtout dans certains quartiers qui sont de vrais déserts en matière de services publics. Exemple : Vandoeuvre (54), 2e ville du département après Nancy (33.000 habitants), 1 seul commissariat.

Quant à la nuit, c'est le boulot de la BAC, pas de la police de proximité.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
KALIKO
Messages : 498
Enregistré le : 20 juil. 2010, 00:00:00
Localisation : 69100
Contact :

Message non lu par KALIKO » 23 juil. 2010, 06:45:00

Baroin et hortefeux viennent de signer un accord de coopération...
Je ne connais pas un traitre mot de cet accord mais il semblerait qu'ils veuillent taper au porte feuilles des dealo-racailles de banlieues...
Capone est tombé pour des histoires de fisc... je suis curieux de voir si ça peut fonctionner ici ???
J'aimerais assez.
PAS MORT ?... PLUS FORT !

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 23 juil. 2010, 08:18:00

El Fredo a écrit :
logan a écrit :je crois que tu te trompes de casting

le profile type de la BAC c'est "aime les gros flingues, aime l'autorité et en abuser contre les plus faibles", et "être à un gros c...... raciste" est un plus non négligeable
D'un, bonjour le manichéisme et les clichés.

De deux, renseigne-toi sur la sociologie des flics des BAC de banlieue et tu verras que j'ai raison.

Sinon, 100% d'accord avec le reste du message. Mais tout est lié.

FIFE a écrit : Tu me fais rire avec ta police de proximité, qui houait au foot avec les rares "jeunes" qu'ils trouvaient la journée.... mais qui étaient absents la nuit quand tout se passe .
N'importe quoi cette histoire de match de foot. Je suis sûr que dans 20 ans on nous cassera encore les noix avec ça. N'empêche que les habitants étaient contents d'avoir des flics proches d'eux et à qui parler, surtout dans certains quartiers qui sont de vrais déserts en matière de services publics. Exemple : Vandoeuvre (54), 2e ville du département après Nancy (33.000 habitants), 1 seul commissariat.

Quant à la nuit, c'est le boulot de la BAC, pas de la police de proximité.
D'où tiens-tu tes informations sur la sociologie et la mentalité des flics de la BAC ?

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 23 juil. 2010, 09:03:00

Baroin et hortefeux viennent de signer un accord de coopération...
Je ne connais pas un traitre mot de cet accord mais il semblerait qu'ils veuillent taper au porte feuilles des dealo-racailles de banlieues...
Capone est tombé pour des histoires de fisc... je suis curieux de voir si ça peut fonctionner ici ???
J'aimerais assez.
Explication : un type qui vit dans  une HLM, touche l'aide sociale, et roule en Mercédès flambant neuve  ou en Ferrari, ça peut amuser le fisc ...

La mafia des banlieues, c'est un chiffre d'affaires de plusieurs milliards par an: ça laisse des traces icon_biggrin  
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 23 juil. 2010, 10:01:00

MPS est copine avec les comptables de toute la mafia des banlieues, c'est pour cela qu'elle connait le montant de leurs chiffres d'affaire par an

Ne sous estimez pas MPS, elle a tout vu, elle a tout connu, une vrai James Bond Girl.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26110
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 23 juil. 2010, 10:26:00

logan a écrit :D'où tiens-tu tes informations sur la sociologie et la mentalité des flics de la BAC ?
http://www.humanite.fr/2005-11-12_Socie ... ogue-est-r…
Jeunes et flics : le dialogue est rompu

Enquête. Dans certains quartiers, la police aurait pu être « de proximité » et participer au tissu social, au lieu d'être uniquement orientée sur le maintien de l'ordre. Désormais elle fait peur, d'abord et avant tout. Pour quelles raisons ?

Mais que fait la police ? Voilà quelques années encore, on raillait gentiment les inerties de la maison poulaga. Et les déboires de Pinot simple flic faisaient glousser dans les chaumières. Aujourd'hui, dans les cités sensibles, les policiers ne font plus rire. Ils font peur. Quand ils n'inspirent pas la haine ou le mépris. Ici, au pied des barres HLM, la plupart des jeunes n'éprouvent que peu de sympathie à l'égard des forces de l'ordre. C'est un euphémisme. « Pour beaucoup, résume Youssef, un ancien éducateur reconverti dans le rap, c'est comme une bande rivale devant laquelle il ne faut pas perdre la face et avec qui on ne peut jamais parler. » C'est dire ! Au fond, rien d'étonnant à ce que les violences de ces dernières semaines aient démarré à la suite d'une énième escarmouche entre jeunes et policiers. Dans les cités, que ce soit à Clichy-sous-Bois ou ailleurs, elles sont quotidiennes. Et prouvent qu'entre les deux partis le dialogue - s'il a un jour existé - est bel et bien rompu.

Évidemment, l'orientation ultrarépressive prônée depuis trois ans par Nicolas Sarkozy n'est pas étrangère à ce divorce. De l'avis de beaucoup, elle l'a grandement précipité. En abandonnant brutalement la politique de proximité et de prévention, qui avait commencé à se mettre en place sous l'ère Jospin, au profit de la seule répression, le ministre de l'Intérieur et sa « rhétorique guerrière » ont enfermé l'action policière dans une logique d'affrontement. Avec lui, c'est camp contre camp. OEil pour oeil, dent pour dent. « Racailles » contre « condés ». Le tout sur fond de rendement imposé. « Les rapports avec la population ne sont effectivement plus la priorité, constate un officier. Sarkozy impose un productivisme absurde : il faut du résultat, donc plus d'interpellations, plus de gardes à vue. Cette pression constante ne peut que favoriser les abus. »

Sur le terrain, cela s'est traduit par une réaffectation des effectifs de police vers des missions de contrôle et d'intervention. Dans la tête du ministre, un policier ne doit pas inspirer la confiance mais avant tout la crainte. Et pour cela, on n'hésite pas à l'équiper de Flash-Ball et autres Taser, un pistolet paralysant. Des armes, certes non létales, mais dont les gros bras de la brigade anti-criminalité (BAC) usent et abusent. Un indicateur traduit cette dégradation des relations entre jeunes et policiers : le nombre croissant de faits « d'outrage » et de « rébellion ». À eux seuls, ils représentent 20 % de l'ensemble des infractions reprochées aux mineurs de Seine-Saint-Denis.

Aujourd'hui, le constat est amer. La présence policière dans les cités n'incarne plus le respect de l'ordre. Mais, paradoxalement, est ressentie comme un facteur supplémentaire de violence et de discrimination. Pas un hall d'immeuble qui ne bruisse d'histoires de contrôles au faciès musclés, de fonctionnaires proférant des propos racistes ou balançant quelques claques gratuites. « Prenez mon dernier contrôle, raconte Oualid, un jeune homme de Clichy-sous-Bois. J'étais en voiture avec un ami, arrêté à un feu. Les flics arrivent, gros coup de frein, ils nous crient : " Mains sur le volant ! " À chaque question, la réponse est : " Ferme ta g..... ! " Ils ont fouillé de fond en comble la voiture, jusqu'aux mégots de cigarettes dans le cendrier. Ils n'ont rien trouvé. Ils sont repartis sans une excuse ou une explication. »

Ces dérapages - tout comme l'escalade répressive - ne datent pas de Nicolas Sarkozy. Sont-ils la majorité du genre ? « Comme dans tout métier, il y a les quelques abrutis dont les conneries salissent l'ensemble de la profession », veulent croire certains policiers. Quelques abrutis ? L'expérience montre que ces pratiques sont largement répandues dans les cités sensibles. Et renvoient, selon certains, à un problème plus structurel de la police. Les départements comme la Seine-Saint-Denis sont synonymes de punition. Les effectifs y sont majoritairement composés de jeunes de province, peu encadrés et mal préparés à répondre aux besoins d'une population pauvre dont ils sont devenus, après des années de désengagement de l'État, le dernier interlocuteur.

« Même s'ils arrivent avec les meilleures intentions, note Hélène Franco, vice-présidente du Syndicat de la magistrature et juge des enfants au tribunal de Bobigny, beaucoup de policiers finissent par adopter, en miroir, les comportements de certains jeunes des cités : logique de territoire, harcèlement. Sans s'en rendre compte, ils brouillent ainsi leur position d'autorité. » De leur côté, les habitants - jeunes et moins jeunes - ont intégré ce mode de fonctionnement. « Dans de nombreuses cités, on considère que les claques ou insultes font partis de la règle du jeu, on a depuis longtemps renoncé à les dénoncer, déplore Marc Brunstein, membre du Comité pour les droits, la justice et les libertés, une association de Saint-Denis qui épaule les victimes de violences policières. Cette tolérance face aux petites humiliations pèse réellement sur la vie sociale des quartiers. »

Il y a donc urgence à réinstaurer une confiance. « La police doit réfléchir à son recrutement, à la formation des plus jeunes, adopter d'autres modes comportementaux dans les cités », note Serge Rabineau, du syndicat SUD Intérieur. L'idée de revenir à une police de proximité, pas uniquement orientée sur le maintien de l'ordre, commence à faire son bonhomme de chemin. « C'est indispensable », estime Jean-Pierre Raynaud, secrétaire général du Syndicat national des officiers de police. Même le très sarkozien syndicat Alliance assure n'avoir jamais été opposé, sur le principe, à la « police de prox ». En revanche, chacun en convient, cela ne suffira pas. L'accès à l'emploi reste le vrai nerf de la guerre. Comme le souligne le sociologue Francis Bailleau, « l'ordre public restera toujours ingérable tant qu'il ne sera pas en phase avec l'ordre social ».
L'article date de 2005, rien n'a changé depuis. Ne pas oublier que les flics aussi sont victimes de la politique de Sarkozy.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 23 juil. 2010, 10:42:00

Mais la politique de Sarkozy consiste aussi à promouvoir les personnes qui correspondent au moule sarkozyste. Il ne peut pas demander à des gens respectant profondément leur métier de policier de harceler les sans papiers et les petits délinquants pour faire du chiffre, il a besoin de policiers qui idéologiquement correspondent à ces tâches.

Ici c'est un ex officier de police, encore de SUD, qui en parle :
http://regardeavue.com/sans-casque-ni-b ... officier-d…

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 23 juil. 2010, 11:33:00

mps a écrit :
Maintenant c'est l'amalgame perpétuel et l'abandon de la population aux délinquants en tous genre qui du coup ont sévèrement reprise du poil de la bête, sans être forcément plus nombreux, mais comme ils sont seuls à être présents tout le temps, il est certain que c'est leur régime d'omerta et d'intimidation qui s'est imposée.

Il faut vraiment être de droite pour ne pas comprendre cela ?
Tape "postes de police de quartier", et tu verras que plusieurs municipalités ont réouvert des hôtels de Police, combinés avec de la vidéo surveillance, etc.

Tu remarqueras que la Police de proximité est une compétence municipale.
C'est une incompétence municipale depuis sarko, qui fidèle a ses habitudes se défausse sur les autres. La PM n'a pas vocation à faire cela seule, elle peut juste donner un coup de main. Pourquoi pas transmettre cette charge aux gardes champètres pendant que l'on y est .

Pourquoi avoir changé un système qui marchait ? par pur manifestation de l'égo du petit, inversement proportionnel à ses compétences.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 23 juil. 2010, 12:03:00

C'est une incompétence municipale depuis sarko, qui fidèle a ses habitudes se défausse sur les autres. La PM n'a pas vocation à faire cela seule, elle peut juste donner un coup de main. Pourquoi pas transmettre cette charge aux gardes champètres pendant que l'on y est .

Pourquoi avoir changé un système qui marchait ? par pur manifestation de l'égo du petit, inversement proportionnel à ses compétences.
Le Maire est responsable de l'ordre.

Pour ce faire, il a une Police Municipale, ou même un garde champêtre, qui jouent  le rôle de proximité.

Si ces forces locales sont débordées,  il peu à tout moment user de son pouvoir de rquisition, tant en faisant appel à la Police Nationale ou à laGendarmerie qu'à l'Armée.


Pour le reste, sois cohérent. Si, comme tu leprétend, les français ont voté Sarozy pour qu'il rétablisse l'ordre, c'est bien la preuve que l'ancien système ne fonctionnait pas, non ?
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 23 juil. 2010, 15:21:00

Pour le reste, sois cohérent. Si, comme tu leprétend, les français ont voté Sarozy pour qu'il rétablisse l'ordre, c'est bien la preuve que l'ancien système ne fonctionnait pas, non ?

Mais sur ce coup là comme sur bien d'autres, les Français ce sont fait avoir jusqu'au trognon.

Répondre

Retourner vers « Votre coup de "gueule" / coup de coeur »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré