Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Venez parler ici de l'actualité étrangère et européenne
Incognito
Messages : 2587
Enregistré le : 13 oct. 2010, 00:00:00

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Incognito » 10 juil. 2018, 19:54:22

Une illustration bien concrète de la catastrophe potentielle du Brexit pour une PME anglaise:
http://the.48andbeyond.co.uk/2018/02/wh ... te-uk.html
Dieu est mort. Marx est mort. Et moi-même je ne me sens pas très bien ... (Woody Allen)

En ligne
Avatar du membre
wesker
Messages : 29843
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par wesker » 10 juil. 2018, 21:03:17

Oui la catastrophe a été annoncé, à plusieurs reprises. Les tyrans promettent toujours le déluge de feu sur ceux qui osent envisager et obtenir l'indépendance.

Incognito
Messages : 2587
Enregistré le : 13 oct. 2010, 00:00:00

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Incognito » 10 juil. 2018, 22:12:13

wesker a écrit :
10 juil. 2018, 21:03:17
Oui la catastrophe a été annoncé, à plusieurs reprises. Les tyrans promettent toujours le déluge de feu sur ceux qui osent envisager et obtenir l'indépendance.
C’est bien beau de faire de grandes phrases (au contenu totalement ridicule par ailleurs), mais ce n’est pas cela qui permettra au petit entrepreneur qui a rédigé cet article de poursuivre son activité de marchandises sportives.
Dieu est mort. Marx est mort. Et moi-même je ne me sens pas très bien ... (Woody Allen)

Avatar du membre
Hector
Messages : 6222
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Hector » 10 juil. 2018, 23:16:55

El Fredo a écrit :
09 juil. 2018, 17:33:57
La lâcheté jusqu'au bout. Après avoir refusé le poste de premier ministre, le brexiteur en chef fuit un combat perdu d'avance pour cause d'incompétence. Il préfère jouer son avenir personnel chez les Tories contre celui de son pays. Et je ne parle même pas de ses potes vendus au Kremlin.
L'Europe entière est vendue au Kremlin. Les partis comme le FN/RN, DLR, UPR voire LR sont vendus aux russes et LFI aussi, les italiens de La Ligne et M5S , les indépendantistes catalans, Orban , Babbis le tchèque, les Brexiteurs, tous vendus, tous des traîtres.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

En ligne
Avatar du membre
wesker
Messages : 29843
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par wesker » 10 juil. 2018, 23:37:23

En quoi ces partis seraient ils vendus ? Aux Russes, aux américains ? Traîtres à quoi exactement Hector ?

en dehors de l'indépendance qui se mérite, qui exige du courage, il n'y a que la vassalisation et honnêtement, au vu de nos interventions militairres je n'ai pas le sentiment que nous soyons vendus aux Russes, peut être faudrait il arrêter le chichon hahaha !

Avatar du membre
albert
Messages : 9646
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par albert » 11 juil. 2018, 10:02:21

No deal sur le Brexit : vers une nouvelle crise existentielle pour l'Union européenne ?

mar. 10 juil. 2018, 09:17:44

FIGAROVOX/ANALYSE - Steve Ohana analyse les conséquences des démissions de Boris Johnson et David Davis. Il voit pointer la perspective du «No deal» pour le Royaume-Uni et questionne la responsabilité de l'Union européenne.

Image


Steve Ohana est professeur de finance à l'ESCP Europe.


Les démissions de David Davis (ministre chargé du Brexit) et de Boris Johnson (ministre des Affaires Étrangères), deux grandes figures pro-Brexit du gouvernement de Theresa May, pourraient priver le Premier ministre britannique d'une majorité parlementaire pour son plan de sortie de l'Union européenne. Rappelons que l'objectif de ce plan est de maintenir le Royaume-Uni en tant que membre de l'union douanière européenne seulement pour l'industrie et l'agriculture, tout en récupérant un contrôle des mouvements migratoires intra-européens. Ce plan semble résoudre un certain nombre de contradictions inhérentes au Brexit à première vue. Il protège l'intégrité des supply chains des deux côtés de la Manche. Il résout en grande partie le problème épineux de la frontière entre l'Irlande du Nord (membre du Royaume-Uni) et la République d'Irlande (membre de l'UE). Il donne au Royaume-Uni une certaine autonomie commerciale et législative en ce qui concerne au moins les services, secteur qui constitue 80% de son PIB, qui est le seul à assurer au Royaume-Uni des excédents commerciaux et à connaître une croissance positive depuis la crise de 2008. Enfin, il répond à la demande d'une grande partie de l'électorat britannique pro-Brexit de contrôler les flux migratoires en provenance du reste de l'Europe.


Cependant, ce plan est lui-même porteur de frustrations et de contradictions, aussi bien pour les «Leavers» que pour les «Remainers». Et sa plus grande faille est que l'Union a d'ores et déjà annoncé, par la voix des fonctionnaires européens chargés de la négociation avec le Royaume-Uni, qu'elle le considérait comme inacceptable. La raison en est simple: le Marché Unique repose sur le principe des quatre libertés indissociables (produits, services, capital, personnes). Il ne peut y avoir «d'Europe à la carte» permettant aux participants du marché unique de «picorer» dans le menu de ces quatre libertés. Cette prétendue inflexibilité sur les principes cache en réalité un choix stratégique et politique. L'Union européenne s'est déjà en effet révélée capable de transiger sur le principe des quatre libertés, dans le cadre par exemple de son partenariat avec la Suisse, qui offre à ce pays un accès au Marché Unique européen en même temps qu'un certain contrôle des flux migratoires intra-européens.


Mais, la question du divorce avec le Royaume-Uni est autrement plus brûlante politiquement que ne le fut la question helvète - qui au passage a mis de très nombreuses années à être négociée…

En effet, au contraire de la Suisse qui n'a jamais fait partie de l'UE, le Royaume-Uni en est membre depuis 1973. Or, toute concession accordée à un pays quittant l'UE sur le principe des quatre libertés serait, pour reprendre les mots de notre Président de la République, une «victoire concédée au populisme», dans la lutte existentielle que Macron entend mener contre le retour des démons «nationalistes» en Europe. Macron est rejoint dans cette position inflexible par Angela Merkel, ainsi que par tout l'establishment bruxellois. Cette stratégie a pour objectif d'amener le Royaume-Uni à se déterminer entre l'une des deux options suivantes: d'un côté l'option «canadienne», où le Royaume-Uni ne serait plus membre du Marché Unique, mais lié à l'UE par un accord de libre-échange sur le modèle du CETA ; de l'autre, l'option «norvégienne», où le Royaume-Uni, sans être membre à part entière de l'UE, continuerait à faire partie intégrante du Marché Unique (via une intégration à l'Espace économique européen où à l'Association européenne de libre-échange), et serait soumis non seulement au principe des quatre libertés, mais également à l'ensemble des régulations européennes sur le marché unique, sans pouvoir participer à leur élaboration.


Or, aucune de ces deux options ne saurait obtenir de majorité au sein de l'opinion britannique, ni même à Westminster.

(...)

Article complet sur http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2018/0 ... peenne.php
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 23898
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par El Fredo » 11 juil. 2018, 11:14:53

Ok donc si le Brexit foire ça sera la faute à l'intransigeance de l'UE.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

En ligne
Avatar du membre
wesker
Messages : 29843
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par wesker » 11 juil. 2018, 23:59:21

Non, ce sera parce que certains préfèrent préserver leurs certitudes que de respecter la sagesse et l'expression démocratique

Avatar du membre
albert
Messages : 9646
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par albert » 13 juil. 2018, 07:27:30

En visite au Royaume-Uni, Donald Trump torpille le projet de Brexit de Theresa May

Le président américain Donald Trump doit s'entretenir vendredi avec Theresa May, après avoir torpillé dans la nuit le projet de la dirigeante britannique de relation commerciale avec l'Union européenne après le Brexit.

Image



"S'ils font un tel accord, nous traiterions avec l'Union européenne au lieu de traiter avec le Royaume-Uni", a dit M. Trump au tabloïd The Sun alors que Mme May comptait profiter de sa visite officielle au Royaume-Uni pour faire avancer les discussions sur la conclusion d'un accord de libre-échange avec Washington, une fois que son pays aura quitté l'UE fin mars 2019. "Cela tuera probablement l'accord" avec les Etats-Unis, a ajouté M. Trump, arrivé au Royaume-Uni jeudi après-midi de Bruxelles où il a sommé ses partenaires de l'Otan de mettre davantage la main à la poche en matière de dépense de défense.

(...)


Article complet sur https://www.challenges.fr/monde/europe/ ... may_600945
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

En ligne
Avatar du membre
wesker
Messages : 29843
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par wesker » 13 juil. 2018, 13:07:29

L'ère de la vassalisation des partenaires de l'OTAN est elle venue ?

Yakiv, estimes tu que les Etats Unis, à travers cette prise de position qui, pour ma part a parfaitement sa cohérence, fait preuve d'une considération à l'égard de partenaires qui doivent, d'ores et déjà effectués de considérables efforts budgétaires, (subis par les citoyens qui bossent le plus dur) afin d'assainir leurs comptes publics ?

Avatar du membre
Jean
Messages : 4413
Enregistré le : 10 mai 2012, 08:35:09

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Jean » 13 juil. 2018, 17:08:21

On parle beaucoup des conséquences du Brexit alors qu'il n'a toujours pas eu lieu.

Dans un an on commencera seulement à identifier les premières évolutions...

Attendons et réagissons en fonction de cela.

Si le RU se porte mieux il faudra alors se demander pourquoi et si nous sommes dans une situation quasi identique, quitter l'UE.

Si au contraire le RU se ramasse ou bien s'en sort grâce à des spécificités qui lui sont propres (Commonwealth ou rapport privilégiés avec les USA) alors on saura qu'on a intérêt à réfléchir avant de suivre son exemple.

Mais il est vrai que le fait que ce soit le RU qui parte est un plus pour ceux qui souhaitent le retrait de l'UE car le RU est le pays le plus à même de négocier un accord qui lui soit favorable car il a d'autres cartes dans son jeu. Sa taille, son histoire et l'efficacité de sa diplomatie le met en situation de négocier un accord intéressant pour lui qui pourrait servir de modèle à ceux qui souhaitent quitter l'UE.

Un échec du RU par contre devrait conduire les autres à resserrer les rangs...

Avatar du membre
albert
Messages : 9646
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par albert » 13 juil. 2018, 17:41:09

Jean a écrit :
13 juil. 2018, 17:08:21
Mais il est vrai que le fait que ce soit le RU qui parte est un plus pour ceux qui souhaitent le retrait de l'UE car le RU est le pays le plus à même de négocier un accord qui lui soit favorable car il a d'autres cartes dans son jeu.
Le RU a un handicap que la France n'aurait pas si elle quittait l'UE : c'est sa frontière irlandaise. C'est un gros problème.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 23898
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par El Fredo » 13 juil. 2018, 21:18:35

Son insularité aussi est un gros handicap puisqu'il augmente fortement les coûts de transport, et c'est un important frein à l'exportation surtout si on rétablit les frontières avec l'UE (plus d'avantage à passer par les grands ports continentaux via le tunnel sous la Manche).
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Incognito
Messages : 2587
Enregistré le : 13 oct. 2010, 00:00:00

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par Incognito » 13 juil. 2018, 23:10:33

Jean a écrit :
13 juil. 2018, 17:08:21
On parle beaucoup des conséquences du Brexit alors qu'il n'a toujours pas eu lieu.

Dans un an on commencera seulement à identifier les premières évolutions...
Les économistes estiment que le RU a déjà perdu 2% de PIB à cause de la perspective du Brexit. Principalement parce que les entreprises investissent moins au RU, en particulier celles qui veulent desservir l’ensemble du marché de l’UE à partir d’un site spécifique.

Mais il est vrai que le fait que ce soit le RU qui parte est un plus pour ceux qui souhaitent le retrait de l'UE car le RU est le pays le plus à même de négocier un accord qui lui soit favorable car il a d'autres cartes dans son jeu. Sa taille, son histoire et l'efficacité de sa diplomatie le met en situation de négocier un accord intéressant pour lui qui pourrait servir de modèle à ceux qui souhaitent quitter l'UE.
A part sa taille, je ne vois pas beaucoup de cartes dans son jeu. L’efficacité de sa diplomatie? Looooool:
Before British voters went to the polls in June 2016, the institutions of the European Union (EU) were dismissed as ‘sclerotic, over-centralised and undemocratic’. Those same EU institutions are now portrayed as running rings around British negotiators. Here we find another – amongst many – of Brexit’s ironies.
http://blogs.lse.ac.uk/brexit/2018/07/1 ... ed-the-uk/
Dieu est mort. Marx est mort. Et moi-même je ne me sens pas très bien ... (Woody Allen)

En ligne
Avatar du membre
wesker
Messages : 29843
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Grande-Bretagne : Theresa May parvient à imposer le « soft Brexit »

Message non lu par wesker » 14 juil. 2018, 00:10:22

Les conséquences dont parlent certains analystes ne reflètent que les anticipations et les peurs de quelques uns, mais cela ne repose pas sur des éléments concrets, et empiriques en ce sens que la teneur, l'aboutissement et la manière dont les acteurs économiques réagiront, une fois aboutis restent encore inconnues.

Répondre

Retourner vers « Actualité étrangère et européenne »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré