Stévia, aspartame, miel... Que valent réellement ces alternatives au sucre ?

Vous souhaitez parler des problèmes liés à la santé (Sécurité Sociale, maladie...) dans notre pays, venez en parler içi
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32126
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Stévia, aspartame, miel... Que valent réellement ces alternatives au sucre ?

Message non lu par politicien » 10 août 2018, 22:21:21

Stévia, aspartame, miel... Que valent réellement ces alternatives au sucre ?

09 août 2018, 14:00:01

Sirop d’agave, stévia, aspartame, miel… On peut aujourd’hui varier les plaisirs quand il s’agit de sucrer. Mais que cachent vraiment toutes ces alternatives au sucre ? Sont-elles meilleures ?…

Image




Trop calorique, trop raffiné, mauvais pour la santé. Chasser le sucre est devenu une priorité pour tous ceux qui font attention à leur santé. Et pour cela, il existe de multiples façons de sucrer les gâteaux, les yaourts, le café... Des alternatives qui seraient plus naturelles, moins caloriques et plus saines. Qu'en est-il en réalité ? Passage en revue des principaux édulcorants.

La stévia


Appelée «herbe sucrée» par les indiens d’Amazonie, la plante de stévia (stevia rebaudiana) contient du stévioside, un composant au pouvoir sucrant 200 fois supérieur à celui du sucre, et n'apporte aucune calorie. Son goût de réglisse ajoute une saveur particulière qui la rend parfois difficile à doser, notamment dans les préparations culinaires.


S'il est vanté comme étant un produit 100% naturel, «on trouve seulement 1% de stévia dans les sticks ou morceaux vendus dans le commerce. Le reste est composé de produits chimiques comme la maltodextrine que l'on retrouve dans les boissons énergisantes, ainsi que d'autres additifs», rapporte Sarah José, diététicienne nutritionniste. À consommer avec modération, mais rien ne s’oppose à la culture privée de cette plante. D’autant qu’une feuille fraîche suffit à agrémenter une tasse de thé !

En vidéo, la bande-annonce du documentaire "Sugarland"

Le miel


Dans sa tasse de thé, en tartine, dans le yaourt nature, ou dans un gâteau, le miel est une excellente alternative au sucre raffiné. «Il a un indice glycémique plus bas, il est antioxydant, anti-inflammatoire, et certains miels comme celui de tilleul améliorent même le sommeil», liste la diététicienne. Néanmoins, ce nectar n’en reste pas moins du sucre. Selon la professionnelle «sa teneur calorique est sensiblement identique à celle du sucre de cristal. De plus, le miel est également riche en fructose, une molécule de sucre qui se loge dans le foie si elle est consommée en grande quantité».


Attention à ne pas en abuser car malgré ses propriétés essentielles, le miel peut «causer les mêmes problèmes que le sucre, à savoir de la résistance à l’insuline, une accumulation de la masse graisseuse, un taux élevé de triglycérides (molécules de gras présentes dans le sang, NDLR)…», prévient la diététicienne nutritionniste.


À lire aussi » Choix, dégustation, conservation... Petit précis du miel

Le sirop d’érable


Indissociable des pancakes et des petit déjeuners nord-américains, le sirop d'érable peut également remplacer le sucre dans les préparations culinaires. En plus d'afficher un index glycémique moins élevé que les autres produits sucrés, il contient des antioxydants et des minéraux en grande quantité. «En diminuant l’inflammation des vaisseaux sanguins, il peut avoir un effet bénéfique sur le diabète», souligne Sarah José. Seul bémol, son goût un peu prononcé qui peut en rebuter certains.

Le sirop d’agave


Surnommé «eau de miel» par les Aztèques, le sirop d'agave est obtenu en pressant le cœur d’un cactus d’Amérique du Sud. Deux cuillères à soupe de ce produit 100 % naturel équivalent à 100 g de sucre cristal. Et si la différence calorique entre les deux n’est pas flagrante (350 kcal pour 100 grammes contre 400 kcal pour le sucre blanc, roux, etc.), l’indice glycémique du sirop d’agave est beaucoup plus faible. «Il est à 15 contre 60 pour le sucre blanc. La sécrétion d’insuline qui favorise le stockage des graisses est donc moindre, et la glycémie augmente peu», relate la professionnelle. Riche en fructose, le sirop d’agave peut entraîner une prise de poids s'il est consommé en grande quantité.

L’aspartame

(...)




Article complet sur http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/ste ... 818-150026
Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50660
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Stévia, aspartame, miel... Que valent réellement ces alternatives au sucre ?

Message non lu par Nombrilist » 11 août 2018, 10:03:37

Ceux qui mettent en avant la Stévia sont les mêmes qui vilipendent l'aspartame. ça me fait bien rire, sachant que dans la Stévia il y a des dizaines de molécules différentes dont on ne connaît pas les effets du tout.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Répondre

Retourner vers « Santé »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré