Macron : un grand oral pour convaincre

Venez discuter de l'actualité politique.
En ligne
Avatar du membre
Yakiv
Messages : 13021
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par Yakiv » 27 avr. 2019, 22:21:03

asterix a écrit :
27 avr. 2019, 21:55:50
Oui, les travaux pénibles doivent permettre un temps de cotisation plus court. La dessus on est absolument d'accord. Par contre, le système actuel d'évaluation de la pénibilité est une farce ubuesque, qui est d'ailleurs en train de faire flop. Avec cette loi et ce système gazeux pondus par Valls et Hollande, j'ai mis en place des fiches mensuelles que mes salariés devaient remplir au jour le jour, pour noter la pénibilité à laquelle ils pensaient avoir été soumis, de manière conforme à des critères définis. Ben ça n'a pas fait long feu. Mon chef d'atelier m'a dit "c'est quoi ces conneries encore" Au bout de 6 mois, les fiches étaient totalement brouillonnes et remplies à l'arrache, au bout d'un ans elle étaient totalement vierge. Alors toi qui adore beaucoup de fonctionnaires qui pondent des système compliqués et fumeux par horreur du simplisme, voilà ton plat de résistance.

Met donc au placard ces fonctionnaires alambiqués. La seule méthode véritable et véridique pour juger d'une pénibilité, c'est la médecine, à un instant T de la vie d'un travailleur. Parce que déjà, dans une même activité et profession, l'un supportera mal, l'autre sera en pleine forme et en redemandera, pour des raisons de constitution corporelle, pour des raisons d'hygiène de vie privée… Donc, arrêtons ce système totalement ahurissant, gourmand en administration privée (secrétariat des entreprises), et gourmand en administration publique, qui ne détermine rien de scientifiquement correct, bien au contraire, en terme de pénibilité. C'est digne d'un prix Nobel de l'imbécilité maladive: aimer la complexité pour la complexité, de manière à ce qu'elle s'autojustifie. Et c'est aussi un bon truc pour dire aux petites gens qui ne comprennent rien, vous n'avez pas fait assez d'étude pour comprendre: prise d'ascendant intellectuel manifeste aggravé de condescendance!! Vieux truc de policard foireux.

Tout simplement, si un conseil de médecins (c'était l'excellente voie prise par Sarko) juge un patient très fatigué et diminué, pour des raisons qu'ils octroient objectivement à la profession, décide qu'il y a clairement un effet de la pénibilité professionnelle, alors là seulement, des droits privilégiés seront obtenu pour une fin de carrière plus prompte, et éventuellement, si possible, à un reclassement pour éviter une aggravation, puis une retraite anticipée mais complète. La pénibilité doit se gérer ainsi et pas autrement: c'est un gage d'équité, avec une évaluation claire, scientifique. Et non pas une évaluation à la sauvette, en fonction de l'humeur du jour, par des gens juges et parties.

Yakiv, cette soit disant complexité nécessaire, est surtout utile au pouvoir pour l'assoir. Pour que les petites gens se disent "Oh la la, qu'est ce qu'ils sont intelligents là haut, moi j'comprends rien à tout ça." Arrêtes avec ça par pitié. C'est ce qui a fabriqué les GJ, GJ à qui je donne au moins raison sur un point: on les a pris pour des c... en leur affirmant une fausse complexité du monde économique et social. En réalité c'est d'une simplicité compréhensible par un niveau de seconde générale.
Impossible.

Ton système est aberrant, pour 2 raisons :
1- si le médecin est apte à déceler des maux et des maladies, il n'est pas forcément apte à déceler de façon scientifique les liens entre une maladie et un travail qui remonte souvent assez loin en arrière. Le médecin, il va te dire "je ne sais pas" et on peut le comprendre.
2 - le médecin est déjà accusé aujourd'hui de fournir des arrêts maladie de complaisance. Alors croire qu'il pourra gérer ce genre de dossier avec l'impact énorme que ça aura, je crois que c'est très naïf.

Donc oui, même si ça le fait chier ton chef d'atelier (en même temps, qu'est-ce qu'il ne le fait pas chier en dehors de la "production" ? car je pratique moi aussi ce type de secteur), il va bien falloir en passer par l'analyse des expositions aux risques. Toute autre méthode souffrira de subjectivité et d'imprécision.

La santé, c'est très compliqué. Voilà pourquoi on ne voit pas le bout de certaines maladies.
On peut la vulgariser pour apprendre et tirer vers le haut, ça je suis pour, mais la transformer pour faire simple, c'est le meilleur moyen d'aboutir à des catastrophes.

Avatar du membre
asterix
Messages : 1763
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par asterix » 27 avr. 2019, 22:23:52

Nombrilist a écrit :
27 avr. 2019, 21:59:31
@asterix , la politique actuelle est de diminuer la fréquence à laquelle un salarié voit un médecin du travail. Il me semble qu'avant c'était un an (jamais appliqué dans les faits). Maintenant c'est deux ou trois ans. Donc, le médecin ne pourra rien suivre du tout.
Eh ben pardi, y a qu'a faire en sorte qu'ils suivent! C'est tout de même simple. La politique actuelle est nulle: elle devrait déjà envoyer une volée de bois vert à la médecine du travail qui n'est qu'un ramassis de médecin ratés la plus part du temps, qui ne pensent qu'à tuer le temps paisiblement.
De mon côté, c'est effectivement tous les ans pour mes salariés, juste pour s'entendre dire qu'il faut "surtout utiliser les protection contre le bruit". Coût de la facture de l'AHI: 550€ par salarié par ans. Elle n'est pas belle la vie? Pour ce prix là, j'envoie mes gars chez un généraliste libéral 2 fois par mois!!!
La médecine du travail est sans doute le sommet de la gabegie et de l'incompétence. C'est un véritable sabotage, d'argent, mais surtout de santé publique. C'est sans doute cela qui engage le politique à reculer en la matière.
Parce que tu as raison quand tu dis "jamais appliqué dans les faits". Mais quand tu vois qu'un organisme te demande 550 € pour ne pas venir: qui peut se permettre ça aujourd'hui? Même les profs n'ont pas encore osé à ce point. :mur:
Du coup, dans le débat "l'état peut il déléguer des services publics à des privés", la réponse est oui. C'est déjà vrai pour la médecine des permis de conduire. Pourquoi pas une médecine du travail privée sous mandat d'état, ayant en charge du même coup ces évaluations de pénibilité subie, et non pas supposée par avance. Mieux encore, il se peut que le médecin traitant et référent puisse assurer l'aspect médecine du travail en même temps que son rôle de médecin généraliste.
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
asterix
Messages : 1763
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par asterix » 27 avr. 2019, 22:25:03

Yakiv a écrit :
27 avr. 2019, 22:21:03
asterix a écrit :
27 avr. 2019, 21:55:50
Oui, les travaux pénibles doivent permettre un temps de cotisation plus court. La dessus on est absolument d'accord. Par contre, le système actuel d'évaluation de la pénibilité est une farce ubuesque, qui est d'ailleurs en train de faire flop. Avec cette loi et ce système gazeux pondus par Valls et Hollande, j'ai mis en place des fiches mensuelles que mes salariés devaient remplir au jour le jour, pour noter la pénibilité à laquelle ils pensaient avoir été soumis, de manière conforme à des critères définis. Ben ça n'a pas fait long feu. Mon chef d'atelier m'a dit "c'est quoi ces conneries encore" Au bout de 6 mois, les fiches étaient totalement brouillonnes et remplies à l'arrache, au bout d'un ans elle étaient totalement vierge. Alors toi qui adore beaucoup de fonctionnaires qui pondent des système compliqués et fumeux par horreur du simplisme, voilà ton plat de résistance.

Met donc au placard ces fonctionnaires alambiqués. La seule méthode véritable et véridique pour juger d'une pénibilité, c'est la médecine, à un instant T de la vie d'un travailleur. Parce que déjà, dans une même activité et profession, l'un supportera mal, l'autre sera en pleine forme et en redemandera, pour des raisons de constitution corporelle, pour des raisons d'hygiène de vie privée… Donc, arrêtons ce système totalement ahurissant, gourmand en administration privée (secrétariat des entreprises), et gourmand en administration publique, qui ne détermine rien de scientifiquement correct, bien au contraire, en terme de pénibilité. C'est digne d'un prix Nobel de l'imbécilité maladive: aimer la complexité pour la complexité, de manière à ce qu'elle s'autojustifie. Et c'est aussi un bon truc pour dire aux petites gens qui ne comprennent rien, vous n'avez pas fait assez d'étude pour comprendre: prise d'ascendant intellectuel manifeste aggravé de condescendance!! Vieux truc de policard foireux.

Tout simplement, si un conseil de médecins (c'était l'excellente voie prise par Sarko) juge un patient très fatigué et diminué, pour des raisons qu'ils octroient objectivement à la profession, décide qu'il y a clairement un effet de la pénibilité professionnelle, alors là seulement, des droits privilégiés seront obtenu pour une fin de carrière plus prompte, et éventuellement, si possible, à un reclassement pour éviter une aggravation, puis une retraite anticipée mais complète. La pénibilité doit se gérer ainsi et pas autrement: c'est un gage d'équité, avec une évaluation claire, scientifique. Et non pas une évaluation à la sauvette, en fonction de l'humeur du jour, par des gens juges et parties.

Yakiv, cette soit disant complexité nécessaire, est surtout utile au pouvoir pour l'assoir. Pour que les petites gens se disent "Oh la la, qu'est ce qu'ils sont intelligents là haut, moi j'comprends rien à tout ça." Arrêtes avec ça par pitié. C'est ce qui a fabriqué les GJ, GJ à qui je donne au moins raison sur un point: on les a pris pour des c... en leur affirmant une fausse complexité du monde économique et social. En réalité c'est d'une simplicité compréhensible par un niveau de seconde générale.
Impossible.

Ton système est aberrant, pour 2 raisons :
1- si le médecin est apte à déceler des maux et des maladies, il n'est pas forcément apte à déceler de façon scientifique les liens entre une maladie et un travail qui remonte souvent assez loin en arrière. Le médecin, il va te dire "je ne sais pas" et on peut le comprendre.
2 - le médecin est déjà accusé aujourd'hui de fournir des arrêts maladie de complaisance. Alors croire qu'il pourra gérer ce genre de dossier avec l'impact énorme que ça aura, je crois que c'est très naïf.

Donc oui, même si ça le fait chier ton chef d'atelier (en même temps, qu'est-ce qu'il ne le fait pas chier en dehors de la "production" ? car je pratique moi aussi ce type de secteur), il va bien falloir en passer par l'analyse des expositions aux risques. Toute autre méthode souffrira de subjectivité et d'imprécision.

La santé, c'est très compliqué. Voilà pourquoi on ne voit pas le bout de certaines maladies.
On peut la vulgariser pour apprendre et tirer vers le haut, ça je suis pour, mais la transformer pour faire simple, c'est le meilleur moyen d'aboutir à des catastrophes.
Posture

Si le médecins ne sont pas capables, riches de statistiques sans cesse mise à jour, riche de leur formation, alors ce n'est pas un fonctionnaire du ministère qui le sera à leur place. Non, tu sais très bien que les médecins d'aujourd'hui te reçoivent le nez sur leur écran d'ordi, entrain de chercher toutes les infos disponible sur ton cas. Tu sous estime le médecin. Je pourrais t'en raconter une là dessus mais c'est trop long et hors sujet.
C'est quand même fort de café. Si je suis menuisier bois par exemple, et tu es en train de me dire que c'est normal que les gens aillent voir un forgeron pour savoir si une fenêtre est fichue!! et que je ne suis pas foutu, en tant que pro, de diagnostiquer de quel mal souffre le bois, alors que j'ai à disposition en permanence sur internet, des résultats d'études scientifiques et techniques sur le bois, mis à jour en permanence, de manière à pouvoir déterminer si c'est une question d'exposition, une question sanitaire des support, ou une provenance de bois impropre… tu sous estime tout le monde..
Je vais même te dire que la pénibilité est aussi en relation avec l'éducation: a ton appris à aimer le travail, ou a t on appris à le détester? Pour quelqu'un qui déteste travailler, quoi qu'il fasse, ce sera mauvais pour sa santé!
Ce n'est pas le médecin qu'il faut accuser de complaisance. Il faut accuser le patient de prétendre à la dépression pour faire plier le médecin. M'enfin! qui ne la connait pas celle là? Le médecin ne fait que se dédouaner, et se mettre d'abord à l'abris d'un mauvais coup juridique, ou tout simplement d'une branlée à la débauche, nez cassé et mâchoire décrochée au milieu de la rue. C'est arrivé 2 fois dans mon bled. Tu m'étonnes qu'il soit complaisant! et pas un mot dans la feuille de choux locale!! Elle aussi elle n'a pas envie de se faire casser la g......
Quand à mon chef d'atelier, voilà ce qu'il pense: "si je pensais mon métier pénible, je ne serais pas en train de le pratiquer". C'est une idée légitime, peut être pas très approfondie, mais absolument rassurante. De toute façon, c'est tuant de vivre, mais on sait comment durer.Mais s'il est heureux dans ses efforts et sa besogne, alors c'est déjà 50 % e pénibilité en moins que pour celui qui fait un métier moins pénible, mais perçu comme pénible par lui même. C'est donc tout sauf compliqué. Il faut faire confiance au gens, et cesser de les prendre pour des gamins.
Et puis tout le monde se fiche de la santé des gens. C'est juste une question de fric: les imprudents coûtent cher, et ça devient gênant pour une partie de l'opinion, exactement comme trop d'inondations finit par irriter les assureurs. il n'y a pas plus de philanthropie là dedans que dans le reste. et comme le business de la santé est juteux, on se dit qu'il faut basculer les coûts du soin sur les coût du préventif, car là c'est encore plus facile d'embrouiller le pèlerin, avec des arguments loin d'être faux, mais qui vont bien au delà de leur vérité, si tant est que cette vérité soit commune à tous. Si tant est que la notion de santé soit la même pour tous.

Au passage: Pasteur a trouvé le vaccin avec une méthode même pas aussi élaborée que le doigt mouillé. :D
Modifié en dernier par asterix le 27 avr. 2019, 23:09:37, modifié 2 fois.
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

En ligne
Avatar du membre
Yakiv
Messages : 13021
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par Yakiv » 27 avr. 2019, 22:26:42

Nombrilist a écrit :
27 avr. 2019, 21:59:31
@asterix , la politique actuelle est de diminuer la fréquence à laquelle un salarié voit un médecin du travail. Il me semble qu'avant c'était un an (jamais appliqué dans les faits). Maintenant c'est deux ou trois ans. Donc, le médecin ne pourra rien suivre du tout.
Les travailleurs de nuit sont passés depuis 2018 je crois d'une visite tous les 6 mois à une visite tous les 3 ans (x6...).
Les travailleurs à risque, d'une visite tous les ans à une visite tous les 3 ans (entrecoupées d'entretiens assurés par des infirmiers).
Les travailleurs sans risque spécifique d'une visite tous les 2 ans à une visite tous les 5 ans.
Et en plus de ça, la liste des "risques spécifiques" a été réduite.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34168
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par politicien » 27 avr. 2019, 22:27:03

On va peut être recentrer sur E. Macron et les grandes lignes de ces propositions non ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

En ligne
Avatar du membre
Yakiv
Messages : 13021
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par Yakiv » 27 avr. 2019, 22:27:37

asterix a écrit :
27 avr. 2019, 22:25:03
Yakiv a écrit :
27 avr. 2019, 22:21:03
asterix a écrit :
27 avr. 2019, 21:55:50
Oui, les travaux pénibles doivent permettre un temps de cotisation plus court. La dessus on est absolument d'accord. Par contre, le système actuel d'évaluation de la pénibilité est une farce ubuesque, qui est d'ailleurs en train de faire flop. Avec cette loi et ce système gazeux pondus par Valls et Hollande, j'ai mis en place des fiches mensuelles que mes salariés devaient remplir au jour le jour, pour noter la pénibilité à laquelle ils pensaient avoir été soumis, de manière conforme à des critères définis. Ben ça n'a pas fait long feu. Mon chef d'atelier m'a dit "c'est quoi ces conneries encore" Au bout de 6 mois, les fiches étaient totalement brouillonnes et remplies à l'arrache, au bout d'un ans elle étaient totalement vierge. Alors toi qui adore beaucoup de fonctionnaires qui pondent des système compliqués et fumeux par horreur du simplisme, voilà ton plat de résistance.

Met donc au placard ces fonctionnaires alambiqués. La seule méthode véritable et véridique pour juger d'une pénibilité, c'est la médecine, à un instant T de la vie d'un travailleur. Parce que déjà, dans une même activité et profession, l'un supportera mal, l'autre sera en pleine forme et en redemandera, pour des raisons de constitution corporelle, pour des raisons d'hygiène de vie privée… Donc, arrêtons ce système totalement ahurissant, gourmand en administration privée (secrétariat des entreprises), et gourmand en administration publique, qui ne détermine rien de scientifiquement correct, bien au contraire, en terme de pénibilité. C'est digne d'un prix Nobel de l'imbécilité maladive: aimer la complexité pour la complexité, de manière à ce qu'elle s'autojustifie. Et c'est aussi un bon truc pour dire aux petites gens qui ne comprennent rien, vous n'avez pas fait assez d'étude pour comprendre: prise d'ascendant intellectuel manifeste aggravé de condescendance!! Vieux truc de policard foireux.

Tout simplement, si un conseil de médecins (c'était l'excellente voie prise par Sarko) juge un patient très fatigué et diminué, pour des raisons qu'ils octroient objectivement à la profession, décide qu'il y a clairement un effet de la pénibilité professionnelle, alors là seulement, des droits privilégiés seront obtenu pour une fin de carrière plus prompte, et éventuellement, si possible, à un reclassement pour éviter une aggravation, puis une retraite anticipée mais complète. La pénibilité doit se gérer ainsi et pas autrement: c'est un gage d'équité, avec une évaluation claire, scientifique. Et non pas une évaluation à la sauvette, en fonction de l'humeur du jour, par des gens juges et parties.

Yakiv, cette soit disant complexité nécessaire, est surtout utile au pouvoir pour l'assoir. Pour que les petites gens se disent "Oh la la, qu'est ce qu'ils sont intelligents là haut, moi j'comprends rien à tout ça." Arrêtes avec ça par pitié. C'est ce qui a fabriqué les GJ, GJ à qui je donne au moins raison sur un point: on les a pris pour des c... en leur affirmant une fausse complexité du monde économique et social. En réalité c'est d'une simplicité compréhensible par un niveau de seconde générale.
Impossible.

Ton système est aberrant, pour 2 raisons :
1- si le médecin est apte à déceler des maux et des maladies, il n'est pas forcément apte à déceler de façon scientifique les liens entre une maladie et un travail qui remonte souvent assez loin en arrière. Le médecin, il va te dire "je ne sais pas" et on peut le comprendre.
2 - le médecin est déjà accusé aujourd'hui de fournir des arrêts maladie de complaisance. Alors croire qu'il pourra gérer ce genre de dossier avec l'impact énorme que ça aura, je crois que c'est très naïf.

Donc oui, même si ça le fait chier ton chef d'atelier (en même temps, qu'est-ce qu'il ne le fait pas chier en dehors de la "production" ? car je pratique moi aussi ce type de secteur), il va bien falloir en passer par l'analyse des expositions aux risques. Toute autre méthode souffrira de subjectivité et d'imprécision.

La santé, c'est très compliqué. Voilà pourquoi on ne voit pas le bout de certaines maladies.
On peut la vulgariser pour apprendre et tirer vers le haut, ça je suis pour, mais la transformer pour faire simple, c'est le meilleur moyen d'aboutir à des catastrophes.
Posture
Scientifique.

Mais sinon, il y a effectivement la méthode du doigt mouillé.

Désolé de préférer la première quand même.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34168
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par politicien » 27 avr. 2019, 22:30:40

Trois questions sur le financement des mesures annoncées par Emmanuel Macron
Baisse de l’impôt sur le revenu, indexation des retraites sur l’inflation, créations de maisons de services publics pour chaque canton... les mesures annoncées par Emmanuel Macron, jeudi 25 avril, lors de sa première conférence de presse à l’Elysée, vont porter un coup non négligeable aux finances publiques. Combien ces mesures vont-elles coûter ? Comment seront-elles financées ? Quelles difficultés représentent ces pistes ? Autant de questions sur lesquelles franceinfo s'est penchées.

A quelles dépenses faut-il s'attendre ?
Difficile d'évaluer précisément le coût global des mesures annoncées par Emmanuel Macron. Une chose est certaine, la réduction de l’impôt sur le revenu pour les classes moyennes est la mesure la plus coûteuse : le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a évoqué une baisse de cinq milliards d’euros pour les contribuables. La réindexation des petites retraites (moins de 2 000 euros) prévue pour 2020 devrait, elle, coûter 1,4 milliard d’euros à l'Etat. La reconduction de la défiscalisation de la prime exceptionnelle de fin d'année, versée par les entreprises, devrait de son côté coûter un milliard d'euros, selon LCI.

L'objectif avancé par le chef de l'Etat de réduire les effectifs à 24 élèves maximum dans les classes de grande section, CP et CE1 dès la rentrée prochaine ne devraient rien coûter selon Le Point. Il s'agit, selon l'hebdomadaire, d'améliorer la gestion des ressources humaines, le nombre d'élèves par enseignant étant actuellement de 17 dans le primaire public. Mais si le gouvernement ne parvient pas à modifier ce défaut de gestion, l'embauche de 10 000 ETP (équivalent temps plein) devrait coûter 315 millions d'euros par an.

Emmanuel Macron est en revanche resté très flou sur le financement des autres mesures : mise en place de maisons de services publics, création d'un Conseil de défense écologique, création d'un Conseil de la participation citoyenne... autant de nouvelles structures dont on ne connaît pas les détails en termes de financement.

"Le coût total de ces annonces semble inférieur mais comparable à celui des mesures de décembre 2018, pour répondre au mouvement des "gilets jaunes", estimé à 10,3 milliards d’euros", estime Xavier Ragot, président de l'OFCE, l'Office français des conjonctures économiques, dans une tribune publiée dans Le Monde.

Quelles sont les pistes envisagées pour les financer ?
La première option évoquée par le président pour remplir les caisses serait la suppression de certaines niches fiscales dont bénéficient les entreprises. "Il y en a une multitude et on se demande parfois quel est leur effet économique", pointe la députée LREM de la Meuse, Emilie Cariou auprès de nos confrères de Libération.

Deuxième piste envisagée, l’allongement du temps de travail. "On doit travailler plus longtemps car on vit plus longtemps", a argumenté le chef de l'Etat. Emmanuel Macron a cependant écarté des pistes qui étaient envisagées, comme la suppression d'un jour férié ou encore le recul de l'âge de la retraite. Il a, en revanche, évoqué un allongement de la durée de cotisation. "Ce sur quoi peut travailler le gouvernement avec le Parlement, c'est de regarder si on peut allonger la période de référence sans bouger l'âge légal pour avoir un système de décote qui incite à travailler davantage, mais sans forcer tout le monde", a-t-il déclaré.

(...)

A Bercy, Gérald Darmanin et Bruno Le Maire ont maintenant jusqu’à septembre, et la présentation du projet de loi de finances pour l'an prochain, pour proposer un dispositif qui respecterait les annonces du chef de l'Etat. Concernant la baisse de l'impôt sur le revenu, le ministre du Budget a assuré sur RTL qu'elle serait bien effective "dès janvier 2020".

Or, l'une des mesures qui servira de ressources à cette baisse fiscale pour les ménages, à savoir l’allongement du temps de travail, ne devrait pas être mise en place d'ici 2020. La réforme des retraites, en cours d'élaboration, est en effet prévue pour une mise en application à l'horizon 2025. Une promesse qu'Emmanuel Macron a réitérée jeudi lors de sa conférence de presse, en donnant plus de détails sur le calendrier.

(...)

https://www.francetvinfo.fr/economie/tr ... 17765.html
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
asterix
Messages : 1763
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par asterix » 27 avr. 2019, 23:12:44

Question travailler plus longtemps pas de problème: les jeunes au boulot au plus tard à 20 ans, au mieux à 16 ans. Pour commencer dans le bon ordre. on gagnerait déjà 8 à 10 ans de cotisation et d'impôt.
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
asterix
Messages : 1763
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par asterix » 27 avr. 2019, 23:14:36

Nombrilist a écrit :
27 avr. 2019, 21:34:07
Si mal manger conduisait à une usure excessive des tendons, ça se saurait car 90% des français seraient concernés.
S'agit pas d'usure mais de déshydratation et carence d'Oligo éléments.
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60676
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par Nombrilist » 27 avr. 2019, 23:20:30

asterix a écrit :
27 avr. 2019, 23:12:44
Question travailler plus longtemps pas de problème: les jeunes au boulot au plus tard à 20 ans, au mieux à 16 ans. Pour commencer dans le bon ordre. on gagnerait déjà 8 à 10 ans de cotisation et d'impôt.
Sauf que ça va à l'inverse de ce qu'il paraît qu'il manque en France: des L3-pro et des ingénieurs. Donc ton truc, ça ne marche pas. On ne va pas faire de la R&D avec des CAP chaudronnerie.

Avatar du membre
Hector
Messages : 11988
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par Hector » 28 avr. 2019, 06:56:50

Aujourd'hui, il manque du CAP de chaudronnerie à l'ingénieur-docteur sur le marché.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Avatar du membre
asterix
Messages : 1763
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par asterix » 28 avr. 2019, 14:29:11

Nombrilist a écrit :
27 avr. 2019, 23:20:30
asterix a écrit :
27 avr. 2019, 23:12:44
Question travailler plus longtemps pas de problème: les jeunes au boulot au plus tard à 20 ans, au mieux à 16 ans. Pour commencer dans le bon ordre. on gagnerait déjà 8 à 10 ans de cotisation et d'impôt.
Sauf que ça va à l'inverse de ce qu'il paraît qu'il manque en France: des L3-pro et des ingénieurs. Donc ton truc, ça ne marche pas. On ne va pas faire de la R&D avec des CAP chaudronnerie.
J'ai maintes fois expliqué que des L3-pro et ingénieurs sont formés dans d'autres pays en touchant un salaire et en cotisant. C'est curieux ce verrouillage de l'imagination en France, alors que ça a été notre méthode autrefois, avec un ascenseur social bien meilleur.
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
asterix
Messages : 1763
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par asterix » 28 avr. 2019, 14:33:15

Hector a écrit :
28 avr. 2019, 06:56:50
Aujourd'hui, il manque du CAP de chaudronnerie à l'ingénieur-docteur sur le marché.
Oui, il manque de tout.
Et au sujet des ingénieurs, quelle pompeuse appellation pour des gens qui finalement font un boulot à la hauteur des OHQ ou contremaîtres d'autrefois. Dans ma sphère professionnelle, on disait autrefois qu'on avait surtout besoin d'ingénieux. et on réservait l'ingénieur à de plus hautes tâches. Vu le nombre qu'ils sont maintenant dans les entreprises, comment est il possible de reconnaitre leur vrai valeur. Par leur nombre, automatiquement il subissent un déclassement. Mon beau frère était ingénieur informaticien et aussi agronome au milieu des années 70: il avait une autre position sociale que ceux d'aujourd'hui, était autrement payé, des responsabilités bien plus lourdes, et un niveau d'obligation de résultat énorme, puisqu'il était seul dans son service. Aujourd'hui, on joue la dilution. Et je suis persuadé que les ingénieurs d'aujourd'hui sont sous employés parce qu'en trop grand nombre, et qu'ils pourraient aisément souvent être remplacés par des DUT ou BTS après 10 ans d'expérience et de formation en entreprise. L'entreprise doit retrouver cette culture de former elle même ses ingénieurs. Et c'est une idée qui germe, de plus en plus vite: les entreprises construisent leurs propres centres de formation. Elle seront ainsi mieux servie.
Pour preuve, des boites comme EDF, recrutent sur diplôme Bac +2,mais remettent les embauchés en formation pendant parfois 2 à 3 ans, parce que les diplômes sonnent creux, et ne permettent pas d'être instantanément dans le bain. Donc, pourquoi EDF ne prend pas les gens tout de suite après le Bac, pour leur offrir un DUT ou BTS absolument compatible à ses besoins?? On gagne des années! Des années de cotisation!
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
johanono
Messages : 33138
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par johanono » 28 avr. 2019, 15:22:10

"Le coût total de ces annonces semble inférieur mais comparable à celui des mesures de décembre 2018, pour répondre au mouvement des "gilets jaunes", estimé à 10,3 milliards d’euros", estime Xavier Ragot, président de l'OFCE, l'Office français des conjonctures économiques, dans une tribune publiée dans Le Monde.
Donc si on comprend bien, Macron a lâché 10 milliards début décembre, et il a encore lâché 10 milliards cette semaine. L'objectif de réduction des déficits publics est clairement abandonné, pour calmer la colère populaire. C'est bien la preuve d'un changement de politique économique.

Avatar du membre
Spartiate
Messages : 2829
Enregistré le : 09 avr. 2018, 07:22:16

Re: Macron : un grand oral pour convaincre

Message non lu par Spartiate » 28 avr. 2019, 16:35:58

C'est surtout qu'il a lâché des milliards pour rien car il répond à côté de la plaque.

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré