Des salles de shoot, Fillon dit non

venez parler des sujets de société qui vous concerne ( drogue, alcool, avortement...)
Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 16 août 2010, 20:21:00

sarkonaute a écrit :j'imagine que tous ceux qui sont pour sont prêts à accueillir un centre de shoot dans leur rue?
Pourquoi pas. Ca ou un commissariat de police c'est kif kif :)
pwalagratter a écrit :La gauche aussi s'est couchée sur la dépénalisation du cannabis voire sa légalisation ce qui aurait évité l'installation de  réseaux de distribution de drogues plus dure comme la cocaine ou l'héroine
Ils sont malheureusement à ce niveau tous des imbéciles icon_biggrin
Et oui ! En France il n'y a pas de notion de la séparation des drogues comme c'est le cas aux Pays-Bas par exemple. Vu que tout ou presque est illégal et placé dans le même tableau idiot des "stupéfiants", le deal de rue est roi et un même dealer peut très bien proposer à sa clientèle du cannabis, de la coke, des amphétamines, de l'héro et que sais-je encore.

A noter quand même qu'à deux reprises, dernièrement, Daniel Vaillant à remis la question du cannabis sur la place publique. Il s'est fait "gifler" par le gouvernement et le débat n'a hélas pas eu lieu. Et puis de toute façon, un débat pour quoi faire ? Vu le niveau de désinformation des français sur cette question il faudrait passer des années à faire un peu d'éducation avant de pouvoir aborder un tel débat de manière sereine, sans populisme...
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 16 août 2010, 20:28:00

La france peut s'enorgueillir de la législation la plus dure (pas toujours appliquée, faute de place) et ce n'est pas reluisant. Même Mps a compris l'intérêt de la légalisation ou mise sous contrôle du cannabis , que ce soit en résine ou en plante ....

Le populisme, comme tu dis .... est bien récupéré par tous les camps, même si la droite détient sans conteste la palme. Il est pourtant simple de comprendre que si les prix sont à la (forte) baisse, il deviendra plus lucratif pour les trafiquants de proposer des Pampers d'occase. Mais nos politiques sont tous (à de rares exceptions près) d'accord pour mouliner un disours réac.

franchement : Les hollandais sont ils plus bête que nous ?

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 17 août 2010, 10:08:00

A ta dernière question, il ne faut pas croire que les drogues soient légalisées en Hollande, loin de là !

En fait, il y a une tolérance de 5 grs/jour pour le  cannabis, et c'est tout.

En Hollande, la vente et la consommation de cannabis et de haschich sont tolérées dans les coffee shops depuis 1970. Les drogues douces ne sont pas pour autant légalisées aux Pays-Bas, mais la police et la justice ferment un œil sur les petites quantités.

Cette tolérance a cependant une limite, fixée à un quota journalier de 5 grammes par client et par transaction. Et puis les détaillants ne sont pas autorisés à conserver plus d'un demi kilo de substance psychotrope dans leurs rayons.

En cas d'infraction, la police – qui opère de fréquentes descentes – peut ordonner la fermeture d'une échoppe pour une période plus ou moins longue.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Invité

Message non lu par Invité » 17 août 2010, 12:10:00

C'est ça ! On va faire un référendum pour savoir si il faut réintégrer les footeux du Mondial en équipe de France, pour savoir si ma tante en a deux... etc... etc...
Trés drôle !

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 17 août 2010, 16:50:00

icon_biggrin icon_biggrin icon_biggrin
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 18 août 2010, 23:38:00

mps a écrit :A ta dernière question, il ne faut pas croire que les drogues soient légalisées en Hollande, loin de là !

En fait, il y a une tolérance de 5 grs/jour pour le  cannabis, et c'est tout.

En Hollande, la vente et la consommation de cannabis et de haschich sont tolérées dans les coffee shops depuis 1970. Les drogues douces ne sont pas pour autant légalisées aux Pays-Bas, mais la police et la justice ferment un œil sur les petites quantités.

Cette tolérance a cependant une limite, fixée à un quota journalier de 5 grammes par client et par transaction. Et puis les détaillants ne sont pas autorisés à conserver plus d'un demi kilo de substance psychotrope dans leurs rayons.

En cas d'infraction, la police – qui opère de fréquentes descentes – peut ordonner la fermeture d'une échoppe pour une période plus ou moins longue.
C'est amplement suffisant ! Perso ça me conviendrait parfaitement. Déjà, consommer 5g par jour de bon matos pas coupé, c'est pas donné à tout le monde :)
A noter aussi que si un patron de coffee shop se fait chopper à vendre autre chose que du cannabis, il risque gros. C'est un commerce très réglementé mais qui a fait ses preuves depuis sa création.

Ce qui serait bien en France surtout, c'est de pouvoir auto-produire. Le but ne serait pas de permettre à n'importe qui de devenir Tony Montana mais d'assurer soi-même sa propre consommation, plus en termes de qualité que de quantité.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 19 août 2010, 08:34:00

Ue bonne lampe dans ta cave, quelques arrosages, qu'attends-tu ?

Mais pourquoi donc as-tu besoin de ce genre de bonheur synthétique ?
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 19 août 2010, 22:40:00

L'auto-production est passible de pas mal d'années d'emprisonnement, nettement plus que la simple consommation car elle est assimilée à un trafic. C'est un truc qu'on ne peut pas se permettre compte tenu du contexte (entre autre, les caves de mon immeuble sont loin d'être une planque idéale :))

Je n'ai pas besoin de cannabis, pas plus que ceux qui aiment le chocolat n'en ont besoin.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
pwalagratter
Messages : 1901
Enregistré le : 06 avr. 2010, 00:00:00

Message non lu par pwalagratter » 19 août 2010, 23:09:00

  ;alco; + 1 bon pour un pétard

Avatar du membre
keserasera
Messages : 1582
Enregistré le : 11 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : Carpentras
Contact :

Message non lu par keserasera » 20 août 2010, 09:33:00

Le problème auquel personne ne songe c'est que si demain on légalise l'usage de certaines drogues faisant aujourd'hui l'objet d'un trafic lucratif, croyez vous que les traficants cesseront leur commerce ?
Ils sortiront sur le "marché" de nouveaux produits, ou un "relookage" de leurs saloperies pour vendre encore et toujours...
Et ils auront toujours une clientèle rendue dépendante de leurs "nouveautés".
Donc une légalisation du cannabis ou de l'héroïne (ou de ce qui existe aujourd'hui) ne servira qu'à repousser le problème et à tuer encore plus de gosses.
"je me suis souvent demandé et me le demande souvent encore, ce qui peut bien différencier une mauvaise bronchite d'une bonne" Pierre Dac

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26112
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 20 août 2010, 10:44:00

Certes il y a un risque. C'est pourquoi je suis pour la simple dépénalisation de l'usage du cannabis, et opposé à sa légalisation. Afin que les usagers récréatifs puissent consommer en toute tranquillité, tout en luttant contre les trafics, n'instaurons des poursuites qu'au-delà d'une certaine quantité possédée ou produite, ainsi qu'un taux légal dans l'organisme comme pour l'alcool, et interdisons la vente. Sachant que la production artisanale à des fins commerciales est très simple à repérer grâce aux factures d'électricité (les plants nécessitent des lampes à UV très coûteuses et très gourmandes en électricité), et grâce à la chute des cours induite par l'autoproduction, ceci devrait assurer la fin des trafics de cannabis aujourd'hui très lucratifs, piliers de l'économie souterraine dans certains quartiers.

De même, les vraies drogues comme l'héroïne sont des fléaux qu'il faut combattre, cependant il est inutile et injuste de jeter les simples usagers en prison (sauf infraction routière et autres comportements irresponsables), les drogués et leurs familles sont avant tout des victimes et des malades qu'il faut soigner, et les jeter en prison ne fait qu'empirer la situation ; seul le trafic doit être sévèrement réprimé.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
pwalagratter
Messages : 1901
Enregistré le : 06 avr. 2010, 00:00:00

Message non lu par pwalagratter » 20 août 2010, 11:00:00

Pourquoi se priver de cette manne financière ? L'alcool est imposé, le tabac et les médicaments également. Les USA pourtant fer de lance depuis 1937 de cette "guerre" ruineuse et qui s'est révélée être un échec commencent à bouger dans ce sens.
Les californiens vont être appelés à se prononcer en novembre 2010 sur une proposition de loi visant à légaliser la vente du cannabis. Ce qui devrait lui rapporter près d'un milliard $ par an.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 20 août 2010, 21:07:00

Bonjour,

Mitigés. C'est ce qui ressort de l'état d'esprit des Français face à l'ouverture des "salles de shoot", ces lieux où des toxicomanes peuvent venir librement avec leur drogue pour la consommer sous contrôle médical et sanitaire. Selon un sondage Ifop réalisé du 17 au 19 août auprès d'un échantillon représentatif de 1.007 personnes, 53% d'entre eux est pour l'ouverture de salles de consommation de drogue médicalisées dans l'Hexagone.
 
Mais le débat n'est pas encore clos. Jeudi, des collaborateurs du Premier ministre ont reçu un collectif d'associations regoupant notamment Act Up, Asud (Association des usagers de drogue), Anitea (Intervenants en toxicomanie et addictologie ou encore SOS Hépatites, qui réclament tous l'ouverture de tels lieux. La semaine dernière, Matignon avait opposé une fin de non-recevoir à ce débat en déclarant que la priorité du gouvernement était "de réduire la consommation des drogues en France, non de l'accompagner voire de l'organiser". Une réaction mal comprise alors que Roselyne Bachelot, avait précisément proposé le mois dernier une concertation sur l'ouverture en France de telles structures, à l'image de ce qui existe déjà dans plusieurs pays comme la Suisse.
 
Si un groupe de 14 députés UMP s'est déjà élevé contre le projet, deux municipalités dirigées par le parti présidentiel, Marseille et Epinal, s'étaient portées candidates à une expérimentation de tels établissements. De son côté, le président du Sénat, Gérard Larcher, a proposé la création d'une mission parlementaire sur la question, estimant que "c'[était] un débat qui mérit[ait] sans doute d'être poursuivi sous une autre forme". Jeudi, le maire UMP de Nancy, André Rossinot, a proposé la création d'un groupe de réflexion sur ce sujet qu'il considère aujourd'hui comme un véritable "problème de société". "Les Français sont en train de découvrir ce problème, d'apprendre qu'une huitaine de pays européns et que près de 50 grandes villes en Europe ont déjà ce système (...) Donc on voit bien qu'on est dans un débat de société et tous les débats de société prennent du temps", a-t-il dit sur France Info. "Je crois qu'il faut prendre du recul et de la hauteur (...) Il ne faut pas s'énerver et il faut prendre le temps de la réflexion", a-t-il ajouté, précisant qu'il fallait "avoir au moins le courage d'ouvrir le débat".  A plus tard, 
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
sarkonaute
Messages : 1388
Enregistré le : 14 mars 2010, 00:00:00

Message non lu par sarkonaute » 21 août 2010, 00:10:00

politicien a écrit : Bonjour,

Mitigés. C'est ce qui ressort de l'état d'esprit des Français face à l'ouverture des "salles de shoot", ces lieux où des toxicomanes peuvent venir librement avec leur drogue pour la consommer sous contrôle médical et sanitaire. Selon un sondage Ifop réalisé du 17 au 19 août auprès d'un échantillon représentatif de 1.007 personnes, 53% d'entre eux est pour l'ouverture de salles de consommation de drogue médicalisées dans l'Hexagone.
 
Mais le débat n'est pas encore clos. Jeudi, des collaborateurs du Premier ministre ont reçu un collectif d'associations regoupant notamment Act Up, Asud (Association des usagers de drogue), Anitea (Intervenants en toxicomanie et addictologie ou encore SOS Hépatites, qui réclament tous l'ouverture de tels lieux. La semaine dernière, Matignon avait opposé une fin de non-recevoir à ce débat en déclarant que la priorité du gouvernement était "de réduire la consommation des drogues en France, non de l'accompagner voire de l'organiser". Une réaction mal comprise alors que Roselyne Bachelot, avait précisément proposé le mois dernier une concertation sur l'ouverture en France de telles structures, à l'image de ce qui existe déjà dans plusieurs pays comme la Suisse.
 
Si un groupe de 14 députés UMP s'est déjà élevé contre le projet, deux municipalités dirigées par le parti présidentiel, Marseille et Epinal, s'étaient portées candidates à une expérimentation de tels établissements. De son côté, le président du Sénat, Gérard Larcher, a proposé la création d'une mission parlementaire sur la question, estimant que "c'[était] un débat qui mérit[ait] sans doute d'être poursuivi sous une autre forme". Jeudi, le maire UMP de Nancy, André Rossinot, a proposé la création d'un groupe de réflexion sur ce sujet qu'il considère aujourd'hui comme un véritable "problème de société". "Les Français sont en train de découvrir ce problème, d'apprendre qu'une huitaine de pays européns et que près de 50 grandes villes en Europe ont déjà ce système (...) Donc on voit bien qu'on est dans un débat de société et tous les débats de société prennent du temps", a-t-il dit sur France Info. "Je crois qu'il faut prendre du recul et de la hauteur (...) Il ne faut pas s'énerver et il faut prendre le temps de la réflexion", a-t-il ajouté, précisant qu'il fallait "avoir au moins le courage d'ouvrir le débat".    A plus tard,  
ah oui j'ai vu le sondage c'est de la bonne propagande.
après avoir rappelé au sondé que ça se fait dans quelques pays européens, on lui demande s'il pense utile que ce soit fait en France.
face à ces arguments d'autorité et une réponse peu engageante, les sondés répondent en majorité oui ou éventuellement.
maintenant, posez-leur la même question, mais dans leur rue... icon_mrgreen
Tous ensemble pour un nouveau rêve bleu avec Nicolas Sarkozy en 2012

Image

Avatar du membre
keserasera
Messages : 1582
Enregistré le : 11 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : Carpentras
Contact :

Message non lu par keserasera » 21 août 2010, 09:16:00

Trés juste ! Mon avis sur les sondages n'a pas changé. Les sondés, manipulés au départ pourraient répondre en majorité "oui mais". Mais comme cette réponse n'existe pas,  ils répondent "oui" en se disant que cette réponse ne va pas leur porter tort.
Il y a les sondés qui n'en ont rien à foutre, n'étant pas directement touchés par les problèmes de drogue et les "bobos" qui répondent "oui" pour se faire bien voir du sondeur en qui ils devinent un junky potentiel...
Lorsqu'on voit les associations qui revendiquent le droit à se droguer légalement, m'étonnerait qu'elles ne soient pas... politisées. Suivez mon regard...
"je me suis souvent demandé et me le demande souvent encore, ce qui peut bien différencier une mauvaise bronchite d'une bonne" Pierre Dac

Répondre

Retourner vers « Société »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré