Des salles de shoot, Fillon dit non

venez parler des sujets de société qui vous concerne ( drogue, alcool, avortement...)
Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26108
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 21 août 2010, 10:21:00

Tiens on ne vous entend pas parler de sondages manipulés quand il s'agit d'affirmer que les français "plébiscitent la politique sécuritaire du gouvernement". icon_cheesygrin

Cela dit, les déclarations de certains responsables UMP (dont Rossinot, que j'ai entendu en direct) sont tout de même assez significative. La réaction de Fillon est quant à elle désolante quand il réaffirme aux associations que cette proposition est inutile : en effet c'est une mesure expérimentale, la seule façon de juger de son utilité est de l'expérimenter, non ?

Sinon, j'ai trouvé ça, c'est un peu extrême mais les résultats sont spectaculaires (surtout pour ceux dont la principale opposition se fonde sur la tranquillité des riverains) :
http://www.rnw.nl/afrique/article/la-di ... ine-est-be…
La distribution gratuite d'héroïne est bénéfique à ceux qui en sont dépendants depuis longtemps.

Les protestations engendrées par la mise en place du projet controversé de distribution gratuite d’héroïne il y a dix ans à Utrecht, aux Pays-Bas, ont pratiquement cessé. Les nuisances ont fortement diminué et la communauté ne fait plus les frais des vols perpétrés par les toxicomanes en manque.


Par Thijs Westerbeek van Eerten

Les toxicomanes et le personnel soignant y sont particulièrement favorables. Les "patients" ne sont plus obligés de voler pour acheter leur dose quotidienne, et certains d’entre eux se sont même remis à travailler.

Le succès de cette méthode est même parvenu aux oreilles de la sphère politique de La Haye. Le parlement a voté une loi l’année dernière autorisant la distribution d'héroïne sous surveillance médicale, aux toxicomanes pour qui d’autres traitements se sont révélés inefficaces.

Depuis, les nuisances causées à Utrecht par les drogués à l’héroïne – mais aussi dans les autres grandes villes des Pays-Bas - ont pratiquement cessé et l'on recense peu de nouveaux cas de dépendance.

Maison de retraite
Il existe maintenant 17 cliniques qui distribuent gratuitement de l’héroïne aux Pays-Bas. Rotterdam compte même un établissement spécialement dédié aux toxicomanes âgés. La critique, initialement virulente et accompagnée de nombreuses protestations dans le quartier, s’y est finalement tue.

La dispensation gratuite d’héroïne à la clinique d’Utrecht est fermement réglementée et les patients sont sous surveillance constante. Ils sont tenus à l’œil par des caméras et des miroirs pendant l’administration de la substance.

"Bien entendu. Il n’est pas question qu’ils fassent passer la marchandise à l’extérieur", explique Tinka Hille, la coordinatrice. "Les patients peuvent fumer une dose exacte et strictement répertoriée, sur place, trois fois par jour".

Chimique
L’héroïne est pure, elle est fabriquée en laboratoire par l’industrie pharmaceutique. Ainsi le personnel soignant est assuré qu’elle ne contient pas de substances toxiques inconnues, ce qui peut être le cas de l’héroïne naturelle. Et cela permet également de contrôler précisément sa concentration, la variante chimique étant beaucoup plus forte que le produit illicite.

Le risque que les toxicomanes essaient d’entrer dans le programme pour obtenir de l’héroïne gratuitement et à vie – un des points les plus sévèrement critiqués - est minime, affirme Tinka Hille : "Il faut être vraiment en piteux état et avoir déjà fait plusieurs tentatives de désintoxication pour être candidat. Une situation dans laquelle même un toxicomane ne veux pas se retrouver."

Rentable
Il reste la question du coût de la dispensation de l’héroïne. Est-il en rapport avec les bénéfices apportés ?

Tinka Hille : "La distribution gratuite coûte 17.000 euros par personne par an. Cela paraît énorme, mais les économies effectuées sur les frais liés à l’hospitalisation, la détention, le soutien juridique et les frais engendrés par la criminalité sont bien plus élevés. Si l’on fait les comptes, le traitement à l’héroïne rapporte près de 13.000 euros par patient chaque année."

Une commission chargée de mener l’enquête à ce sujet a également conclu que le traitement était rentable.

Calme
Aucun des toxicomanes participant au programme à la clinique d’Utrecht n’a eu affaire à la justice depuis le début du projet. Le fait qu’ils puissent compter sur leur dose quotidienne d’héroïne à heure fixe les rassure. Il ne sont plus obligés de voler et peuvent même penser à leur avenir. Avant, ils passaient la journée à se demander comment obtenir leur dose.

Trois des patients de Tinka Hills ont retrouvé un emploi. "Betty en fait partie". Elle ne veut pas être interviewée – "ça lui fait peur" - mais elle travaille comme femme de ménage dans la clinique où elle suit le traitement. Elle continue à nettoyer frénétiquement tout en parlant, puis elle prend le temps de parler un peu avec le portier et de fumer une cigarette.

"Voilà" explique Tinka, "c’est exactement ce que cela apporte. Un peu de calme pour le toxicomane et son entourage."
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
sarkonaute
Messages : 1388
Enregistré le : 14 mars 2010, 00:00:00

Message non lu par sarkonaute » 21 août 2010, 11:12:00

fais une pétition avec tes voisins pour accueillir un tel centre.
Tous ensemble pour un nouveau rêve bleu avec Nicolas Sarkozy en 2012

Image

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26108
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 21 août 2010, 11:48:00

C'est idiot, puisque ces centres pour être efficaces doivent s'installer dans des lieux déjà fréquentés par des toxicomanes.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
sarkonaute
Messages : 1388
Enregistré le : 14 mars 2010, 00:00:00

Message non lu par sarkonaute » 21 août 2010, 11:52:00

ahah j'en étais sur, nimby hein icon_mrgreen
Tous ensemble pour un nouveau rêve bleu avec Nicolas Sarkozy en 2012

Image

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26108
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 21 août 2010, 14:50:00

S'il y avait déjà des toxicos dans mon quartier je ne dirais certainement pas non, mais je ne vais quand même pas demander à ce qu'on en importe, surtout dans un quartier résidentiel. Qu'on commence par en ouvrir à Stalingrad ou Barbès, c'est quand même plus logique.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
sarkonaute
Messages : 1388
Enregistré le : 14 mars 2010, 00:00:00

Message non lu par sarkonaute » 21 août 2010, 15:21:00

nimby, quoi.
Tous ensemble pour un nouveau rêve bleu avec Nicolas Sarkozy en 2012

Image

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26108
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 21 août 2010, 15:55:00

Visiblement les profs gauchistes que tu as subi à l'Education Nationale n'ont pas réussi à t'enseigner la lecture et la compréhension d'un texte simple. Virons donc toutes ces feignasses syndiquées.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20233
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 21 août 2010, 16:04:00

après avoir rappelé au sondé que ça se fait dans quelques pays européens, on lui demande s'il pense utile que ce soit fait en France.
Un peu comme quand on veut nous fourguer le départ à 62 ans donc.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 19 oct. 2010, 16:10:00

Paris se prononce pour l'ouverture d'une salle de consommation de drogue

LEMONDE pour Le Monde.fr | 19.10.10 | 13h25 • Mis à jour le 19.10.10 | 14h30

Le conseil de Paris a voté, mardi 19 octobre, en faveur de l'ouverture d'au moins un centre de consommation à moindre risque pour usagers de drogues. "Cette initiative devra s'entendre comme une expérimentation validée par l'Etat et construite en collaboration étroite avec l'Agence régionale de santé, la préfecture de Police, les associations, les riverains et les élus concernés", précise le texte proposé au vote.

Ces salles, qui font l'objet d'un vif débat depuis l'été en France, ont pour but d'assurer aux drogués des conditions de consommation plus hygiéniques, et aussi d'atteindre les toxicomanes les plus précaires qui échappent jusque-là à tout suivi médical et social, et de les inciter à se soigner. Elles s'inscrivent dans le cadre de la politique de réduction des risques, qui comporte déjà l'échange de seringues ou la délivrance de produits de substitution.

Paris est la première ville à organiser un vote sur ce sujet ultra-sensible. Sa décision fait suite à la participation d'élus parisiens de tous bords à un séminaire mené par l'association Elus, santé publique et territoires, qui a rendu des recommandations en faveur de l'expérimentation fin septembre. Et à un constat local : les dispositifs de suivi des toxicomanes déjà mis en place "ne règlent hélas pas tous les problèmes", selon le texte, qui relève l'émergence dans certains quartiers du nord-est de scènes ouvertes fréquentées par des usagers désocialisés et en grande précarité, et le fort taux de contamination par l'hépatite C.

Des sujets jugés problématiques aussi bien pour les toxicomanes eux-mêmes que pour les riverains. Le Parti communiste s'est prononcé pour une ouverture, rappelant que les expériences étrangères avait fait la preuve de l'amélioration de l'état de santé des toxicomanes, et "qu'aucun pays n'a fait marche arrière". "Certains décident de fermer les yeux, nous nous choisissons d'agir", a déclaré Alain Lhostis, conseiller de Paris (PCF), et ancien président délégué du conseil d'administration de l'AP-HP.

"UN PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE"

Les Verts ont également voté pour, qui estiment nécessaire la création non pas d'une mais de deux ou trois salles pour éviter d'avoir à gérer l'afflux. Rappelant que les écologistes plaident depuis 2004 pour ces structures, Véronique Dubarry s'est montrée ravie de "l'évolution des mentalités".

Le Nouveau Centre s'est abstenu, mais Catherine Bruno a expliqué l'intérêt qu'elle porte, sur le fond, à ces structures : "il ne saurait y avoir de laissés pour compte de la santé publique", a-t-elle plaidé, décrivant "un problème de société qui impose de reléguer au second plan tout électoralisme".

Comme prévu, seule l'UMP s'est vivement opposée à la proposition de l'exécutif. Ainsi Philippe Goujon, maire du 15e, a rappelé la position du premier ministre, qui a jugé en août la mise en place de telles salles ni utile, ni souhaitable. L'élu a dénoncé des risques "de hausse de consommation et de banalisation de la drogue", ainsi que d'affaiblissement de la politique de lutte contre la drogue du gouvernement.

Si le maire de Paris, Bertrand Delanoë (PS), qui avait appelé "à innover et adopter de nouvelles méthodes", s'était félicité à plusieurs reprises de la qualité et de la sérénité des débats, son constat n'a pas tenu jusqu'à la fin. Avec l'intervention de Daniel Vaillant (PS), mairie du 18e, le ton est monté d'un cran : "l'irresponsabilité, donc le laxisme, est du côté de ceux qui prônent le statu quo", a-t-il lancé à Philippe Goujon.

Jean-Marie Le Guen, adjoint à la santé et porteur du projet, a enfoncé le clou. "Ce qui nous différencie de vous, c'est que nous pensons que les problèmes de toxicomanie relèvent de la santé publique, et pas de la morale", a-t-il estimé, sous les huées de l'opposition.

Sur un tel sujet, une discussion paisible aurait été une grande surprise.
Laetitia Clavreul
http://www.lemonde.fr/societe/article/2 ... e-pour-l-o…
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
sarkonaute
Messages : 1388
Enregistré le : 14 mars 2010, 00:00:00

Message non lu par sarkonaute » 19 oct. 2010, 16:13:00

NIMBY.
Tous ensemble pour un nouveau rêve bleu avec Nicolas Sarkozy en 2012

Image

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 19 oct. 2010, 18:29:00

La question n'est pas de savoir où, mais pour qui ?

La drogue, ça se prend souvent entre amis, dans des partouses, un cadre qui inspire, sous le coup de l'émotion, en non-stop pour certains.

Et on va proposer des  gens de dortoirs hopitaliers , un cadre médicalisé, des infirmières sévères ?

Ce serait comme de réduire la sexualité à une salle de masturbation ! icon_biggrin icon_biggrin icon_biggrin
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 19 oct. 2010, 18:50:00

C'est l'approche clinique du problème, c'est ce que dit en tout cas JM Le Guen. Ca a au moins le mérite d'être une approche neutre et amorale.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Répondre

Retourner vers « Société »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré