35 000 emplois créés au 2ème trimestre

Venez discuter des problèmes du travail dans notre pays, mais aussi des problèmes sociaux ( retraites, chomage...)
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34168
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 13 août 2010, 13:11:00

Bonjour,  Christine Lagarde, messagère des bonnes nouvelles. Vendredi, la ministre de l'économie a annoncé «un magnifique +0,6%» de croissance de l'économie française et la création nette de 35 000 emplois au deuxième trimestre, sur Europe 1.    «C’est trois fois mieux qu'au premier trimestre puisque l'Insee a légèrement révisé la croissance du premier trimestre» à 0,2%, s'est réjouie la ministre. «Je crois qu’on est en train d‘entrer dans un cercle vertueux avec une consommation soutenue, une reprise des investissements et la création d’emplois». Cet enthousiasme est toutefois à tempérer par la comparaison avec l'Allemagne : au deuxième trimestre, le produit intérieur brut (PIB) allemand a crû de 2,2% par rapport au premier. Il s'agit de la plus forte croissance depuis la Réunification. Pas de révision de croissance pour le moment Christine Lagarde n'a pas l'intention de revoir les prévisions de croissance pour 2011, fixées à 2,5% et jugées trop optimistes. Ce n'est «pas l'actualité du jour», a expliqué Christine Lagarde. Une révision éventuelle pourrait toutefois se faire dans le cadre du budget 2011. Christine Lagarde a également annoncé 35 000 créations nettes d’emplois au deuxième trimestre. «Nos créations d’emploi sont essentiellement dans le secteur tertiaire, on note aussi une reprise de l’intérim». Mais «on a toujours un peu de destruction d'emploi industriel», a-t-elle ajouté.  Qu'en pensez vous ?   A plus tard, 
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
artragis
Messages : 8060
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 13 août 2010, 13:20:00

on a toujours un peu de destruction d'emploi industriel
voila ce que j'en pense... tant que l'industrie n'est pas stabilisée à la hausse le tertiaire sera fragile voire poussif.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60678
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 13 août 2010, 13:25:00

"Mais «on a toujours un peu de destruction d'emploi industriel», a-t-elle ajouté."

C'est ça qui fait mal. La croissance ne repartira pas bien longtemps si on ne produit plus rien.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34168
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 13 août 2010, 14:00:00

C'est toujours un peu le même problème depuis quelques années, l'industrie française disparait peu à peu, la fabrication se fait dans d'autre pays.
alors quelle serait la ou les solution(s) pour faire revenir l'industrie, et donc l'emploi industriel ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60678
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 13 août 2010, 14:03:00

Une industrie d'Etat, comme avant. La seule qui soit non-délocalisable. Seule solution, je n'en vois pas d'autre. Ah si, l'autre solution, c'est la rigueur jusqu'à ce que la France n'ait plus rien du tout.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26316
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 13 août 2010, 14:31:00

C'est bien sûr une bonne chose mais rien ne dit que cette "performance" se renouvellera sur la durée. L'économie mondiale est ainsi faite que les différentes zones géographiques sont en déphasage les unes par rapport aux autres. Et comme elles sont toutes dépendantes les unes des autres, on peut parfaitement assister à un jeu de "chaise musicale" pour ce qui concerne la croissance du PIB. Il y a certains signes inquiétants à droite et à gauche qui montrent que la crise est loin d'être terminée. D'ailleurs en règle général on ne pourra annoncer sa fin que lorsque le taux de chômage aura retrouvé son niveau d'avant la crise, ce qui pourrait prendre plusieurs années, voire rester indéfiniment élevé si les économies développées s'obstinent à mettre en place des plans de rigueur. Rappelons que ceux-ci n'ont pas encore donné leurs effets, ce qui tend à relativiser ces chiffres. Témoin, la Grèce a enregistré une contraction de plus de 2% de son PIB sur la même période, qu'on peut principalement attribuer à son plan d'économie (les dépenses publiques sont un pilier majeur de la croissance).
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 13 août 2010, 16:06:00

un peu partout, les paramètres semblent bons. reprise de la consommation, épargne incroyable, (on vient de calculer que chaque ménage belge dispose en moyenne de pous de 23.000 euros en disponible), reprise nette ds échanges bancaires, des investissements hypothécaires, etc etc ...

Certes, le convalescent  reste fragile, et il faut lui éviter les courants d'air ...

Mais prendre la résorption du chômage comme critère de fin de crise me semble une erreur. Même si tout le monde souhaite voir ce résrober ce chômage si dramatique pour les gens et si pondéreux dans nos finances publiques, il faut être conscient que le chômage était déjà très important avant la crise, et a donc  d'autres raisons multiples.

Aptitude et compétence de certains à travailler, besoins réels en main d'oeuvre, coûts salariaux dissuasifs dans d'autres cas, c'est un mix qui, à 80 % au moins, n'a rien à voir avec la crise.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26316
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 13 août 2010, 16:11:00

mps a écrit :un peu partout, les paramètres semblent bons. reprise de la consommation, épargne incroyable, (on vient de calculer que chaque ménage belge dispose en moyenne de pous de 23.000 euros en disponible), reprise nette ds échanges bancaires, des investissements hypothécaires, etc etc ...
Le taux d'épargne est un indicateur inversement proportionnel à la confiance des épargnants dans l'économie...

Or quel est le facteur qui pèse le plus sur cette confiance ? Le taux de chômage, pas la croissance du PIB. Le premier peut être observé de façon concrète par les individus, pas le second. Sachant que ce niveau de confiance a une influence cruciale sur la consommation, qui est l'un des piliers de la croissance (par exclusion mutuelle avec l'épargne).
Mais prendre la résorption du chômage comme critère de fin de crise me semble une erreur. Même si tout le monde souhaite voir ce résrober ce chômage si dramatique pour les gens et si pondéreux dans nos finances publiques, il faut être conscient que le chômage était déjà très important avant la crise, et a donc  d'autres raisons multiples.
J'ai dit "retour au niveau d'avant la crise", pas "réalisation du plein emploi".
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
artragis
Messages : 8060
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 13 août 2010, 16:30:00

la croissance du PIB
la croissance du PIB n'est pas non plus synonyme de plus de bien être, c'est pour ça qu'on ne le voit pas. En effet en théorie (et en pratique), une nation qui doit essuyer Xinthia verra son PIB augmenter plus vite du fait des réparations qu'une nation qui assure la santé de ses personnes âgées. En effet si l'état dépense de l'argent dans la reconstruction, il s'en suivra des investissements etc. qui feront augmenter les indices de productions (TVA, CA...) alors que si l'état subvantionne des maisons de retraites déjà construite juste pour s'acheter quelques nouvelles couvertures, le PIB augmentera peu alors que finalement nourrir, héberger et s'occuper des personnes âgées aura coûté aussi cher. La question : le bien être est il plus palpable dans le premier ou le second cas?

La croissance du PIB est un chiffre macroéconomique pur, c'est à dire qui ne concerne que l'économie, pas les humains. Le chômage, le patrimoine, la consommation, ça c'est humain, même si ça entre en compte dans les variations économiques.
Résultat, si on veut parler de la fin de la crise économique la reprise des exportations, de la croissance du PIB, le maintient de la consommation sont des indicateurs. Pour la fin de la crise sociale, là c'est différent. De quelle crise parlez vous alors?
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 13 août 2010, 16:57:00

 
la croissance du PIB n'est pas non plus synonyme de plus de bien être, c'est pour ça qu'on ne le voit pas. En effet en théorie (et en pratique), une nation qui doit essuyer Xinthia verra son PIB augmenter plus vite du fait des réparations qu'une nation qui assure la santé de ses personnes âgées. En effet si l'état dépense de l'argent dans la reconstruction, il s'en suivra des investissements etc. qui feront augmenter les indices de productions (TVA, CA...) alors que si l'état subvantionne des maisons de retraites déjà construite juste pour s'acheter quelques nouvelles couvertures, le PIB augmentera peu alors que finalement nourrir, héberger et s'occuper des personnes âgées aura coûté aussi cher. La question : le bien être est il plus palpable dans le premier ou le second cas?
C'est d'ailleurs le même constat qui pousse à dire qu'en cas de guerre, il vaut mieux la perdre et avoir des dégats considérables à réparer plutot que de la gagner et ne pas arriver à sortir d'une économie de guerre. Dans le premier cas, c'est profitable au PIB, alors que ce ne l'est pas pour la population.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 13 août 2010, 18:24:00

Le taux d'épargne est un indicateur inversement proportionnel à la confiance des épargnants dans l'économie...
Cela indique surtout une forme d'expectative avant d'envisager de grosses dépenses, mais c'est aussi, dans le cs belge, une véritable culture de l'écureuil. Le belge aime avoir "de l'argent devant lui", pour se préumnir des coups durs, quels qu'ils soient, et quelle que soit laconjoncture. 


Or quel est le facteur qui pèse le plus sur cette confiance ? Le taux de chômage, pas la croissance du PIB.
Ni l'un ni l'autre. Le taux de chômage n'a guère bougé avec la crise, en Belgique, et le PIB, la plupart des gens pensent que c'est une marque de bière ou de chaussures icon_biggrin  

Non, dans un pays de propriétaires, où malgré une fiscalité accablante le niveau de vie des gens n'a jamais été aussi élevé, le belge - vicéralement raisonnable - dispose de plus d'argent qu'il ne souhaite en dépenser. Il thésaurise donc pour un grand projet "plus tard" : l'année sabbatique autour du monde, la caravanne délirante, la maison passive, ou l'établissement des enfants. Ou simplement pour transmettre un patrimoine aux enfants.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
artragis
Messages : 8060
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 13 août 2010, 18:29:00

Cela indique surtout une forme d'expectative avant d'envisager de grosses dépenses
pas sûr. Beaucoup de français ont la culture de l'épargne, certains c'est "pour être sûr", d'autre pour préparer (en tant que jeune, c'est plutôt cet enseigne, j'épargne à mort car je sais que mes études sont relativement chères), d'autres parce que leur consommation est assez saccadée et qu'ils se reposent un coup. L'épargne est un placement peu rémunérateur. Un placement d'expectative, de rendement... c'est plutôt la bourse et les valeurs de père de famille.
Le taux de chômage n'a guère bougé avec la crise
z'avez de la chance alors. nous il a bien augmenté.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60678
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 13 août 2010, 18:31:00

L'Etat français vient de réacquérir 10% de Péchiney (privatisé sous Balladur). Comme quoi, c'est bien ce que je disais. Pour que l'industrie se relance en France, il faut que l'Etat y remette directement ses billes.

Et pour le chômage belge qui n'aurait pas bougé pendant la crise, mps raconte n'importe quoi.

Avatar du membre
artragis
Messages : 8060
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 13 août 2010, 18:32:00

il faut que l'Etat y remette directement ses billes
tu n'as qu'à regarder ce qu'à fait Royal dans sa région pour le voir.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60678
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 13 août 2010, 19:25:00

Ah, c'est ce qu'elle fait aussi ?

Répondre

Retourner vers « Travail »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré