"Le FN est-il anti-républicain"

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 30 août 2010, 04:09:00

johanono a écrit : Sauf que la liberté, l'égalité et la fraternité dont tu parles sont des concepts très subjectifs. Tout le monde, en France, n'en a pas la même définition. Idem pour la laïcité, d'ailleurs. 

Certes, mais ça fixe quand même un cadre suffisament restreint pour ne pas permettre de dire tout et n'importe quoi, en l'occurence on voit bien que ces valeurs ne sont pas transmises par les parents mais censées être transmises par l'ensemble de la société comme je le disais, qu'elles ne sont pas évolutives, elles resteront ainsi à moins de changer de république, et ensuite il y a quand même des références historiques qui permettent de démontrer quand quelqu'un use un peu trop de subjectivité au point d'en modifier totalement le sens.

Vous voyez bien que vous ètes obligés d'utiliser des circonvolutions pas possible pour essayer de faire croire que l'inégalité de droits pour laquelle vous militez serait en fait conforme à la valeur d'égalité des droits de la république ;)

Comme le dit Georges, tout serait si simple si les racistes assumaient d'être des racistes, si ceux qui pronent les inégalités des droits assumaient d'être contre la république de l'égalité des droits voulue par Jaurès, et donc d'être anti-républicains.

La différence entre Sarkozy et le FN. C'est que le FN est ouvertement anti-républicain dans ses propositions, bien que niant son anti-républicanisme. Tandis que Sarkozy lui est au pouvoir, il n'est pas ouvertement anti-républicain dans ses propositions, mais ca ne l'empeche pas de détruire et de démenteler la république depuis maintenant 3 ans ...
Là il s'attaque à l'égalité des droits, mais que dire de la fraternité mise à mal par ses incessantes tentatives pour diviser les populations, les monter les unes contre les autres et pour remplacer la fraternité par de l'individualisme ?
Ou encore que dire de la liberté alors qu'il mène les politiques les plus sécuritaires et les plus restrictives pour les libertés collectives et individuelles qu'on ait connu jusqu'à présent dans la Vème république.
Il détruit les services publics, il privatise l'état et le met aux mains des financiers, et ne parlons même pas de la laïcité.

Tout ce qui fait la république de Jaurès, il est en train de le détruire, il n'y a pas plus anti-républicaine que la droite néo conservatrice et néo libérale que Sarkozy incarne. Et on le constate très bien dans la façon très autoritaire dont Sarkozy gouverne, il cumule de plus en plus de pouvoir, détruit toutes les indépendances, change les modes de scrutin pour rendre encore plus inéquitables les élections et favoriser son camp, vraiment on peut pas faire pire que Sarkozy comme anti-républicain, c'est un dictateur en puissance, qui ose encore le nier aujourd'hui. Heureusement qu'il existe encore de nombreux garde-fou pour protéger un tant soit peu notre république, et heureusement qu'il existe une opposition, bien qu'une partie d'entre elle ne soit qu'un chiffon mouillé et impuissante, sinon on serait vraiment encore plus dans la me... et dans la dictature c'est certain.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 30 août 2010, 13:40:00

Logan....Le Fn a toujours respecté, y compris je crois au travers ses propositions, les institutions...La République est un mode d'organisation institutionnel qui fixe le cadre d'application de l'expression démocratique.

De ce point de vue, tes accusations à l'encontre des nationaux ne sont pas fondées et reposent sur une conception erronée du nationalisme.

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 31 août 2010, 14:29:00

Respecter les institutions n'exclu absolument pas de défendre des idées anti-républicaines. Encore heureux que le FN respecte les institutions dans la position où il est. Manquerait plus que ça.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 01 sept. 2010, 13:47:00

Certes, mais ceux qui privent le FN de representations, en dépit du nombre d'électeurs qu'il a ns se montrent guère respectueux des institutions.

De plus, entendre le FN reconnaître aux formations d'extrême gauche le droit à être present à l'Assemblée Nationale est asez demonstratif de son ouverture d'epsrit....Surtout lorsqu'on sait que M. Melenchon s'est déjà ouvertement declaré favorable à l'interdiction de cette formation politique faisant fi de la volonté de millions d'électeurs.

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 01 sept. 2010, 18:04:00

Je pense que le FN pense surtout à son propre intérêt, il sait que face aux agissement dictatoriaux de l'ump et du PS pour s'assurer un maximum de sièges à l'assemblée l'intérêt de tous les autres partis sont liés

On pourrait louer leur ouverture d'esprit s'ils n'avaient pas besoin de le faire :)

Avatar du membre
johanono
Messages : 32012
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 01 sept. 2010, 22:11:00



Extrême-gauche, extrême-droite, même combat...

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 02 sept. 2010, 04:22:00

mensonges =)

il me semble évident aux vues des récents évènements que tu devrais dire droite / extreme droite meme combat

ce n'est pas parce que quelques personnes ne sachant pas se situer politiquement passent d'un parti à un autre que cela fait une règle générale

quand au mythe des militants du PCF devenus militants du FN c'est du grand n'importe quoi

ce qu'il s'est passé en france c'est une dérive vers la droite du champs politique, les gens qui composaient le pcf sont devenus ps dans leur grande majorité, les gens ps sont devenus centristes, les centristes sont devenus de droite, et la droite est devenue extreme droite

voilà le véritable mouvement qui s'est opéré depuis les années 50

il y a une antinomie totale entre le NPA et le FN, les premiers défendent par exemple la régularisation des sans-papiers et les seconds défendent leur expulsion, on ne peut pas passer du NPA au FN a moins d'être complètement perdu politiquement comme cette pauvre fille qui croit que le FN n'est pas composé de racistes ;) mais où sont-ils les racistes alors ? ils n'existent pas ?

elle nie la réalité elle est complètement à la masse

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 02 sept. 2010, 08:54:00

Je rejoins les grandes lignes de l'analyse de Logan.

Il faut quand même bien avoir à l'esprit que quelqu'un qui vote pour le parti communiste n'est pas forcément communiste. Ca vaut aussi pour le FN et pour tous les autres partis. Les votants ne sont pas tous des militants aguerris. Il y a aussi un sacré paquet de gens complètement paumés et qui votent avec les pieds sans avoir bien compris ce qu'ils font. Ou alors qui votent pour les personnes plus que pour le programme. Et c'est sans parler du "vote de protestation", du "vote anti", etc.

"Extrême-gauche, extrême-droite, même combat..." ça n'a aucun sens, c'est tout au plus un raccourcis de la pensée :)
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26106
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 02 sept. 2010, 09:35:00

J'ajouterais une petite nuance : s'il est clair que les militants, donc les individus engagés et structurés politiquement, ne sautent pas d'un parti à l'autre au gré du vent (même si on observe un glissement graduel à droite), il est tout aussi clair que l'électorat actuel du FN est pour une part significative composée d'ex-électeurs du PC, à savoir des ouvriers et des gens modestes pour qui le PC d'antan promettait des lendemains qui chantent, et qui ont fini par adhérer à la rhétorique xénophobe (*) du FN qui désigne l'étranger, l'immigré, l'Europe, etc. comme source de tous leurs problèmes, et notamment le chômage. Ce ne sont donc pas les communistes qui sont devenus nationaux, mais les électeurs qui se sont détournés du PC pour aller vers le FN.

(*) attention je n'ai pas écrit raciste
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 02 sept. 2010, 10:33:00

J'avoue que sur la question portant sur le nombre d'ex-électeurs PCF qui votent désormais FN (et pour combien de temps encore ?), je n'ai pas d'idée précise. Ca serait pas mal d'avoir quelques chiffres pour se faire une idée. Et puis, sont-ils plus nombreux que les ex-électeurs de l'UMP désormais aux mains du FN ?

Je fais par contre remarquer, si cela peut relativiser, que le PCF n'a jamais été d'extrême-gauche.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 02 sept. 2010, 11:14:00

ce que dit el fredo est une invention

les électeurs du temps du PCF qui étaient ouvriers ou des gens mondestes ont depuis les années 50, 60 ans ou plus

depuis le PCF a bel et bien perdu de son électorat, mais au profit du PS qui est progressivement devenu le 1er parti de gauche en France en lieu et place du PCF

c'est donc un mensonge de dire que l'électorat du PCF est passé au FN
c'est l'électorat de la droite qui est passé progressivement FN

et cela se prouve par le fait que quand le FN est fort, la droite est faible

le PS a perdu en 2002 non pas parce que le FN lui a pris des voix, mais bien parce que les autres partis de gauche lui avaient pris des voies

aux dernières régionales ce fut l'hécatombe pour la droite alors que le FN était aux alentours des 20% dans certaines régions

cette histoire de l'ancien électorat pcf devenu fn est un mensonge colporté pour éviter que les gens comprennent que cet électorat fn vient bel et bien de la droite et pour donner du grain à moudre à l'idée "extreme gauche" = "extreme droite" comme on peut le constater dans la tentative de jonahoho pour discréditer la gauche radicale et sachant que cette gauche radicale n'a tout simplement rien d'extrémiste

el fredo ne fait que nous ressortir ses idées reçues

on le voit aujourd'hui avec la droite sarkozienne qui ne cache plus ses idées frontistes, la proximité est entre les droites, pas entre la gauche radicale et le fn qui sont totalement opposés idéologiquement, c'est même absurde de penser ça

après que des gens changent d'avis, ça existe, mais comme j'ai dis ce sont des gens paumés politiquement et ils ne sauraient constituer une règle

je sais qu'on peut évoluer avec l'age, mais changer du tout au tout idéologiquement ça doit quand même être rare

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26106
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 02 sept. 2010, 11:21:00

http://www.oodoc.com/44703-sociologie-p ... al-elector…
I) Le terme d'électorat ne semble pas totalement approprié pour parler des électeurs du FN puisque les électeurs du FN ont des variables très différentes

A. Des variables sociologiques très différentes et qui varient selon les scrutins
B. Des attentes très diverses

II) Les électeurs du FN forment deux types d'électorats opposés

A. L'idéologie véhiculé par le parti du Front national : hétérophe , raciste et autoritaire est le moteur d' un vote d'extrême-droite " traditionnel" : plus proche sociologiquement d'un électorat de droite
B. Une "crise de sens" à l'origine d' un vote niniste , ces votants FN qui manifestent par ce biais leur rejet ou leur désintérêt de la politique et qui sociologiquement se rapproche du vote de gauche
Les ex-électeurs du PCF sont bien entendu dans la 2nde catégorie, qui vont chercher vers le FN des réponses aux problèmes que le PCF et la gauche en général a échoué à régler. Cas d'école : le Nord-Pas-de-Calais.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 02 sept. 2010, 11:26:00

N'insiste pas c'est des conneries.

Les ex électeurs du PCF, à leur époque, sont passés au PS.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26106
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 02 sept. 2010, 12:19:00

J'ai aussi trouvé cette étude sur l'électorat du FN, qui montre très bien que l'électorat populaire traditionnellement acquis à la gauche (et notamment le PCF) s'est en partie tourné vers le FN (quand bien même l'autre partie serait allée au PS ou au NPA).

http://www.recercat.net/bitstream/2072/ ... CPS120.pdf
Cette France est celle de la déstructuration industrielle des années soixantedix et quatre —vingt, où la souffrance a mis du temps à trouver un écho politique. Il y a eu deux moments dans la désespérance populaire. Premier moment, les électeurs des couches populaires s’éloignent des partis dont ils se sentaient traditionnellement les plus proches, le Parti communiste ou le Parti socialiste, pour rejoindre l’abstention ou des formes protestataires variées comme, par exemple, Tapie en 1994. Deuxième moment, cet électorat de la désespérance populaire qui a tenu bon à gauche ou dans l’abstention pendant environ une décennie, est en train de passer, et parfois massivement, dans certains cantons au Front national. Cela se voit d’autant mieux lorsqu’on compare la carte de la dynamique Le Pen avec celle de l’érosion socialiste. Les cantons qui ont connu la plus forte décote de l’électorat socialiste, entre 1988 et 1995, sont souvent les cantons de la dynamique Le Pen. On assiste ainsi pour la première fois à un transfert direct d’électeurs qui étaient socialistes en 1988 et qui passent au Front national. C’est ce qui m’a permis de parler de ce que j’ai appelé le “gaucholepénisme” (cf. Le vote de crise, Presses de Sciences Po, 1995). La dynamique Jospin, cette étonnante performance qui amène entre les deux tours de l’élection présidentielle la gauche de 40 à 47%, s’articule assez fortement sur la dynamique Le Pen. L’électorat populaire qui avait fait la poussée de Le pen au premier tour, fera au second tour le relatif échec de Chirac la bonne performance de Jospin, parce que ces électeurs reviennent vers le candidat de la gauche qui est considéré comme le Chirac n’est pas, dans un classique second tour gauchedroite, le candidat du “peuple”.

On avait l’habitude, par paresse intellectuelle, pendant presque une décennie, de dire que la question du Front national concernait uniquement la droite avec le problème des alliances et des alliances et des compromis entre FN, UDF et RPR. Mais maintenant, avec ce phénomène, si elle reste une question des alliances, elle est aussi et peut-être avant tout une question sociale posée à l’ensemble des forces politiques et particulièrement à la gauche. Face à cela, il y a deux types de stratégies: ou bien la gauche considère que ces électeurs gaucho-lepénistes sont des “salauds” (comme s’était laissé aller à le dire Bernard Tapie), perdus “corps et âme” et il ne lui reste qu’à tirer un trait dessus en se prêtant à toutes les diabolisations possibles et imaginables, ou bien elle considère que c’est un électorat à reconquérir sans lequel la gauche ne retrouvera que difficilement une vocation majoritaire. Il faut alors se poser le problème des moyens de la reconquête de ces électeurs, mais encore faut-il aller leur parler, les rencontrer, comprendre leurs inquiétudes, et trouver un discours qui les arrime à des forces politiques moins contestables que le Front national et Jean-Marie Le Pen.
Au passage je m'attendrais à une réponse un peu plus argumentée que "c'est des conneries" de la part d'un militant politique. Si "c'est des conneries", donne moi des preuves en ce sens et pas un vague blabla de bistrot.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 02 sept. 2010, 12:40:00

Je t'ai donné les preuves.

L'électorat est bien passé du PCF au PS il te suffit de regarder l'évolution des deux partis politiques au fil des élections. L'histoire est claire. Programme commun sous Miterrand. Le PS s'est imposé comme le parti pouvant accéder au gouvernement et les gens se sont mis à voter PS plutôt que PCF.

Autre preuve, le fait que les scores des partis de droite et du FN se completent.

Bien évidemment rien n'est figé, des tas de raisons peuvent pousser des gens à voter PCF puis FN puis Modem puis UMP puis PS puis je ne sais quoi, mais ces gens ne sont pas très politisés et paumés politiquement c'est tout faut pas aller chercher plus loin.

Ya bien dans ma section PG qqun qu'a voté bayrou aux dernières présidentielles. Et pourtant il n'a rien de centriste. Il a enfin trouvé avec le PG le parti qui lui convient.

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré