Coronavirus chinois : un "cousin germain" du Sras loin d'avoir livré tous ses secrets

Venez parler ici de l'actualité étrangère et européenne
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 33621
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Coronavirus chinois : un "cousin germain" du Sras loin d'avoir livré tous ses secrets

Message non lu par politicien » 10 mai 2020, 18:07:51


Il s'agit du premier cas enregistré dans la ville chinoise depuis le 3 avril dernier.

La Chine a relevé dimanche le niveau de risque épidémiologique dans un quartier de Wuhan, après la découverte d'un cas de Covid-19, le premier depuis plus d'un mois dans la ville berceau de la pandémie.

Cette grande métropole de quelque 11 millions d'habitants, placée à partir de fin janvier pendant plus de deux mois en quarantaine, a été particulièrement meurtrie par le virus, qui a contaminé dans le pays près de 83.000 personnes et fait 4.633 victimes, à en croire les chiffres officiels.

Alors que Wuhan n'avait pas enregistré de nouvelle contamination depuis le 3 avril, un nouveau cas a été détecté dans la ville, a annoncé dimanche la Commission nationale de la Santé.

Le niveau de risque épidémiologique relevé dans la ville
Il s'agit d'un homme de 89 ans résidant dans le district de Dongxihu situé dans le nord-ouest de Wuhan, ont indiqué les autorités locales.

(...)

https://www.bfmtv.com/international/chi ... nPGrNQWLbE
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 9312
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Europe Ecologie – Les Verts (EELV)

Re: Coronavirus chinois : un "cousin germain" du Sras loin d'avoir livré tous ses secrets

Message non lu par Yakiv » 23 mai 2020, 16:50:49

Débat scientifique intéressant sur la fin ou pas fin (2ème vague) du coronavirus.
Le Parisien a écrit : Covid-19 : deuxième vague, le grand doute
Certains scientifiques affirment que l’épidémie se termine, d’autres restent beaucoup plus prudents. Tour d’horizon des arguments qui les opposent.

Par David Opoczynski
Le 23 mai 2020 à 10h25, modifié le 23 mai 2020 à 12h38


Y aura-t-il une deuxième vague de l'épidémie de Covid-19? Dans la foulée de Didier Raoult, l'infectiologue de l'IHU de Marseille, plusieurs scientifiques ont récemment assuré qu'il n'en serait rien, l'épidémie étant à leurs yeux « terminée ».

Ce type de positionnement reste minoritaire mais ses partisans ont leurs arguments, parfois très différents. Face à eux, une grande partie de la communauté scientifique, affiche une grande prudence. Alors deuxième vague ou pas? En attendant d'analyser, d'ici plusieurs semaines ou mois, qui aura eu raison ou tort, et alors que de son côté la Chine a officiellement proclamé sa victoire sur le coronavirus, voici sur quoi s'appuient aujourd'hui les deux courants.

« L'épidémie actuelle est terminée »
Urgentiste à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, le Professeur Yonathan Freund est l'un des derniers scientifiques en date à avoir exprimé sa vision optimiste de la situation. « Je pense qu'il n'y aura pas de deuxième vague, cette épidémie est terminée chez nous » a-t-il ainsi expliqué dans une série de tweets, évoquant sa « conviction ».

Il estime que si le confinement a « limité l'ampleur de l'épidémie », il n'a peut-être pas eu la même influence sur « sa durée ». « Là où j'ai été très étonné, écrit-il, c'est sur le modèle qu'a constitué notre service d'urgences. Les 2 premières semaines de « la vague », il y a eu près de 20 % des médecins touchés et ce alors que nous prenions des précautions énormes. Au bout d'un moment, on s'est relâché, comme tout le monde. Il n'y a plus eu un seul infecté. Donc 80 % du service n'a pas été touché malgré une certaine exposition. »

Elargissant son propos, Yonathan Freund assure « qu'il y aurait donc une bonne proportion de la population que le virus ne peut toucher » et qu'« au total, le virus circulera difficilement » en France. Il conclut : « Que le virus mute et revienne cet hiver, pourquoi pas! […] Mais cette épidémie est terminée chez nous. Peu importent les clusters par-ci par-là. […] Le confinement a sauvé des vies. Maintenant, il s'agit d'arrêter d'avoir peur. »

Yonathan Freund n'est pas le seul à se positionner ainsi. Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France, « ne voit pas la deuxième vague » arriver lui non plus, tout en précisant que « cela ne veut pas dire que l'épidémie est arrêtée ».

Directeur de l'Institut de recherche biomédicale et d'épidémiologie du sport, le Professeur Jean-François Toussaint, est, lui, plus définitif. Il se base « sur des arguments d'analyse dans les 188 pays qui ont déclaré des cas et sur la dynamique évolutive de la maladie », comme il l'a indiqué à l'AFP. Il avance l'idée que le virus ne puisse en fait « atteindre que 20 ou 30 % de la population » pour des raisons inconnues. Avant d'ajouter : « ce virus n'est pas un marathonien, c'est un sprinter : il s'épuise très vite ».

Il juge que le pic de contaminations en France a été atteint le 31 mars et celui des décès le 7 avril. Le cycle de l'épidémie serait, à ses yeux, de « deux mois et demi à trois mois ». Il en conclut même que le confinement, n'a servi à rien ou presque, puisque la vague était quasiment déjà passée quand il a été instauré le 17 mars.

« Je ne vois pas de raison d'être très optimiste »
À l'inverse de ces tendances, plusieurs autres voix scientifiques se sont fait entendre pour mettre en garde, notamment contre un relâchement coupable lié au sentiment de crier victoire trop tôt.

« Aujourd'hui personne ne peut affirmer ce qui va se passer », a ainsi déclaré à l'AFP Nicolas Hoertel, psychiatre et modélisateur à l'hôpital Corentin-Celton, près de Paris. Il a cosigné une étude selon laquelle la distanciation physique et le port du masque sont des mesures cruciales après le confinement, mais qui pourraient toutefois ne pas suffire à éviter un second pic épidémique. « Ce risque n'est pas nul, donc notre message est plutôt un message de prudence, un appel à la vigilance collective et au respect des mesures de protection, prévient-il. Je préfère avoir peut-être tort d'avoir peur plutôt que de négliger un risque ».

La directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, Andrea Ammon, se montre, elle, plus ferme. Dans un entretien jeudi au quotidien britannique The Guardian elle a indiqué : « l'Europe doit se préparer à une deuxième vague. La question n'est pas de savoir s'il y en aura une mais quand et de quelle ampleur ».

« Je pense que l'épidémie ne peut que continuer, souligne pour sa part l'épidémiologiste Catherine Hill, jointe par Le Parisien. Je ne vois pas par quel miracle elle s'arrêterait. Le virus est partout dans le pays, on le voit bien à travers les différents foyers qui apparaissent et, de plus, les gens ont accru leurs probabilités de rencontrer le virus en se déconfinant. »

L'ancienne cheffe de service de biostatistique et d'épidémiologie à l'Institut Gustave Roussy a vu les tweets de Yonathan Freund. « Il est optimiste, c'est son droit le plus légitime, remarque-t-elle. Mais je n'y crois pas énormément. Ce qu'il voit c'est la conséquence du confinement. Avec retard. Il ne voit pas les gens qui se sont contaminés à partir du 12 mai. Et comme les gens se sont déconfinés à petit pas, ça va mettre du temps avant qu'il s'en aperçoive. »

Avec son regard d'épidémiologiste, elle souligne que « ce qu'il faut, c'est trouver les cas positifs qui sont en grande partie asymptomatiques pour les isoler et, ça, il faut le faire vite. Combien y a-t-il actuellement de gens en train de contaminer leur femme, leur belle-mère, leurs enfants, leurs voisins, leurs collègues, la boulangère ? C'est la question. Il faut tester, tester, tester. Ce n'est pas assez le cas aujourd'hui. Le système a beaucoup d'inertie. Or, c'est un virus qui va très vite. »

Catherine Hill se prépare donc à des jours encore compliqués. « J'espère que si le nombre de contaminés réaugmente, ce que je pense très probable, dit-elle, on va s'en apercevoir assez vite pour faire ce qu'il faut. Mais, en même temps, je ne vois pas de raison d'être très optimiste parce que le système de surveillance des infections arrive trop tard et est très lent. Donc tout ça est un peu inquiétant. »
http://www.leparisien.fr/societe/covid- ... 322054.php

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 55329
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Coronavirus chinois : un "cousin germain" du Sras loin d'avoir livré tous ses secrets

Message non lu par Nombrilist » 23 mai 2020, 17:26:49

Ces médecins qui se prennent pour ce qu'ils ne sont pas (des épidémiologistes) feraient mieux d'arrêter de gazouiller des âneries. C'est irresponsable. J'ai bien plus confiance dans les propos de C. Hill, qui est épidémiologiste et présidente du centre de prévention et de protection contre les maladies de l'UE.

Avatar du membre
les orteils
Messages : 2857
Enregistré le : 12 janv. 2012, 20:48:47

Re: Coronavirus chinois : un "cousin germain" du Sras loin d'avoir livré tous ses secrets

Message non lu par les orteils » 23 mai 2020, 17:56:58

Tous font des paris, avec des arguments recevables, mais on ne connait pas le virus : qui vivra...
C'est toujours hier que commence le futur, mais la France continue de penser que tout commence demain. (Boualem SANSAL)

Avatar du membre
johanono
Messages : 28973
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Coronavirus chinois : un "cousin germain" du Sras loin d'avoir livré tous ses secrets

Message non lu par johanono » 23 mai 2020, 18:02:21

Donald Trump exige la réouverture des églises et autres lieux de culte

“S’ils ne le font pas, je passerai outre les gouverneurs”, a menacé Donald Trump, sans dire comment, alors que le confinement est encore en place dans plusieurs États.

suite
À chacun ses priorités...

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 33621
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Coronavirus chinois : un "cousin germain" du Sras loin d'avoir livré tous ses secrets

Message non lu par politicien » 23 mai 2020, 19:45:13


Plus de 5.250.000 de cas du nouveau coronavirus ont été officiellement déclarés dans le monde, dont plus des deux tiers en Europe et aux Etats-Unis, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de sources officielles samedi à 16H50 GMT.
À lire aussi : EN DIRECT - Coronavirus : 1665 malades sont toujours hospitalisés en réanimation

Au moins 5.250.658 cas d'infection, parmi lesquels 339.172 décès, ont été recensés, notamment en Europe, continent le plus touché avec 2.003.510 cas et 173.186 décès, et aux Etats-Unis (1.604.879 cas, dont 96.125 morts). Le nombre de cas déclarés dans le monde a doublé en un mois et plus de 250.000 nouveaux cas ont été enregistrés en moins de trois jours.

(...)

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/coro ... e-20200523
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 19908
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Re: Coronavirus chinois : un "cousin germain" du Sras loin d'avoir livré tous ses secrets

Message non lu par Golgoth » 23 mai 2020, 23:26:54

Nombrilist a écrit :
23 mai 2020, 17:26:49
Ces médecins qui se prennent pour ce qu'ils ne sont pas (des épidémiologistes) feraient mieux d'arrêter de gazouiller des âneries. C'est irresponsable. J'ai bien plus confiance dans les propos de C. Hill, qui est épidémiologiste et présidente du centre de prévention et de protection contre les maladies de l'UE.
Bof. Les modèles épidémiologiques c’est comme ceux qui j’utilise en suivi de population animale, tu peux toujours faire coller les données à posteriori. Même si le modèle est faux. Ce qu’il faut voir c’est la fiabilité de la prédiction. RDV fin juin pour ça. Le retour clinique est important aussi.
Par exemple le chiffre de 60 ou 70% pour l’immunité collective c’est un chiffre hyper théorique avec le Ro de mars et aucune variation génétique de sensibilité...
La vérité est entre les deux à mon humble avis. :mrgreen2:
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Répondre

Retourner vers « Actualité étrangère et européenne »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré