Le Nouveau Centre souhaite présenter un candidat en 2012

Venez parler ici de l'élection Présidentielle de 2012, il y aura des débats, des propositions, ainsi que toute les infos concernant cette élection
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 30 août 2010, 10:00:00

Bonjour,
 Le message d'Hervé Morin est clair. Le Nouveau Centre ne suivra pas l'UMP dans la course à la présidentielle 2012. A l'occasion de son discours de clôture de l'université du parti qui se tenait à la Grande-Motte, le ministre de la Défense a troqué dimanche son costume de membre du gouvernement contre celui de président du Nouveau Centre. "Aujourd'hui, je vous dis que le temps est venu (...) Il y a un temps pour la solidarité et il y a un temps pour l'indépendance", a lancé Hervé Morin à la tribune.  A mots couverts, il s'est montré plutôt critique envers la politique menée par le gouvernement. "Savez-vous qu’en 1961, 53% des Français faisaient confiance aux hommes politiques. Vous connaissez le chiffre aujourd’hui? 25%. Oui 25% seulement", a-t-il regretté. "Je souhaite que nous portions une nouvelle étape de la modernisation de la démocratie française, une nouvelle étape pour passer de la confusion à la clarification des pouvoirs", a raillé le centriste. Ainsi, il entend "rendre notre démocratie plus transparente et plus irréprochable encore pour tenter d’échapper à l’ère du soupçon."   Dans une référence à peine voilée au discours sécuritaire de Nicolas Sarkozy le 30 juillet à Grenoble, Hervé Morin a longuement prôné une autre vision de la société. "La délinquance, ce n'est pas l'immigration", a-t-il insisté. "Nous ne sommes pas là pour attiser les haines. Nous ne sommes pas là pour rechercher des boucs émissaires", a-t-il poursuivi, alors que le gouvernement multiplie les démantèlements de camps de Roms. S'il considère qu'il faut "mettre un terme à des occupations illégales", il préconise le fait de "prendre soin de ne pas stigmatiser une communauté dans sa globalité." "Rejeter la faute sur l’autre, c’est tellement plus facile!", a-t-il renchéri. "Cherchons des réponses pas des coupables", a résumé Hervé Morin, qui a néanmoins souligné que "grâce à l’action" de Nicolas Sarkozy, "les chiffres de la délinquance sont nettement meilleurs aujourd’hui qu’en 2002". Même si, selon lui, "une politique de sécurité qui ne s’appuie que sur la répression est vouée à l’échec".   Le ministre de la Défense est apparu plus déterminé que jamais à présenter un candidat centriste pour 2012. "Je sais bien que, dès lors que nous nous engagerons pleinement, rien ne me sera épargné", a-t-il concédé à la tribune. Le centre est aujourd'hui divisé entre le Modem de François Bayrou, le Nouveau Centre et des personnalités du gouvernement telles que les ministres Jean-Louis Borloo ou encore Marc-Philippe Daubresse. Le chef du parti s'est plutôt montré virulent à l'égard du dirigeant du Modem, qu'il appelle, ironiquement "Monsieur ZigZag." Sans oublier au passage, de tacler Martine Aubry, qui, selon lui, a donné à La Rochelle "des leçons d’humanisme concernant les Roms alors que la même semaine elle demandait leur expulsion de terrains de la communauté urbaine de Lille qu’elle préside."  Et de mettre son parti sur les rails de la présidentielle: "Nous sommes des élus, des responsables, des militants. Et nous nous devons préparer les élections", a-t-il prévenu. "C'est au nom de ce devoir de solidarité scrupuleusement respecté pendant plus de 3 ans, de cette solidarité sans faille vis-à-vis de notre partenaire de la majorité, (…) qu’aujourd’hui je vous dis qu’il sera bientôt temps de retrouver notre pleine liberté de parole", a-t-il encore expliqué pour justifier son éloignement du parti présidentiel.  Une position qui pourrait embarrasser le chef de l'Etat. Nicolas Sarkozy souhaite en effet réunir au maximum pour l'élection présidentielle. Le locataire de l'Elysée l'avait d'ailleurs déjà signifié à Hervé Morin. Mais la consigne ne semble pas avoir été appliquée.  Qu'en pensez vous ?   A plus tard,  
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 30 août 2010, 10:43:00

Mascarade, le NC se précipitera dans les bras de l'ump dès la fermeture des bureaux de vote au soir du 1er tour, c'est cela l'indépendance selon morin.
Quel acte de bravoure ....

Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 30 août 2010, 11:08:00

Je trouve que soutenir quelqu'un quand tout va bien est bien plus facile que de le faire quand il y a quelques soucis..

""Rejeter la faute sur l’autre, c’est tellement plus facile!"" Sa phrase là, il devrait se l'appliquer à lui-même. J'arrive pas à percevoir leur philosophie .. il est ministre donc devrait être un peu plus solidaire.. il est tout à fait concevable d'être en désaccord avec le Président -on a bien l'impression qu'il l'est quand on lit ses propos- mais alors pourquoi ne pas démissionner ?
 

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26120
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 30 août 2010, 11:34:00

AMHA ce cher Hervé se positionne pour monnayer un poste de premier ministre en 2012.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 30 août 2010, 13:45:00

El Fredo a écrit :AMHA ce cher Hervé se positionne pour monnayer un poste de premier ministre en 2012.
Au dernier moment, il laissera tomber, et si Sarko est élu, Morin retournera à la soupe comme à fait MAM en 2007. 

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20233
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 30 août 2010, 17:40:00

Sarko va en perdre de 0,3 à 0,5 points au 1er tour, c'est terrible ça.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
johanono
Messages : 32056
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 30 août 2010, 20:26:00

Aujourd'hui, la présidentielle vampirise totalement la vie politique française. Si un parti politique veut exister médiatiquement, et se faire connaître de l'opinion publique, il se doit d'avoir un candidat à la présidentielle. On peut le regretter, on peut s'en réjouir, mais c'est ainsi.

Donc pour exister politiquement, le NC se doit de présenter quelqu'un à la présidentielle. Morin a compris cela. Il y aura donc un candidat du NC. Soit Morin lui-même, soit un autre. Apparemment, Morin aimerait y aller lui-même. Mais forcément, il est difficile d'incarner la rupture et de se démarquer du gouvernement sortant en étant soi-même ministre. Ca aussi, Morin l'a compris, et c'est donc pour cela qu'il veut quitter son fauteuil de ministre lors du prochain remaniement.

N'oublions pas non plus qu'en 2002, il n'a pas manqué grand-chose à Jospin pour être au second tour. Peut-être que Morin ne prendra que 0,5 point à Sarkozy, mais ça peut suffire pour éliminer Sarkozy et provoquer un second tour PS/FN. Perso, je ne crois pas beaucoup à la qualification du FN pour le second tour, mais c'est quand même une hypothèse à ne pas écarter. L'intérêt de Sarkozy reste donc d'éliminer toutes les candidatures accessoires qui sont susceptibles de lui prendre des voix au premier tour (ce que Jospin n'avait pas su faire en 2002). C'est pour cela qu'apparemment, il ne veut pas d'une candidature Morin.  

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 10 oct. 2010, 10:08:00

Bonjour,

L'idée n'est pas pour plaire à Nicolas Sarkozy, inquiété par la concurrence à droite en 2012, mais le Nouveau Centre avance doucement vers la présentation d'un candidat à la présidentielle. Fin août déjà, le président de la formation, le ministre de la Défense Hervé Morin, avait défendu cette option lors de l'université d'été du parti. Il avait confirmée ce choix au Journal du Dimanche fin septembre. Samedi, il est parvenu à faire adopter à l'unanimité du "parlement" du parti une motion entérinant "le principe" d'une telle candidature. "Notre conviction est que notre famille de pensée, nos valeurs, notre singularité et notre vision de la société seront d'autant mieux défendus qu'il y aura un candidat centriste", peut-on lire dans ce texte.
Les anciens amis de François Bayrou, qui avaient rallié Nicolas Sarkozy entre les deux tours de la dernière présidentielle, fidèles à eux-mêmes, restent toutefois prudents. Ils prennent le soin de préciser qu'ils "trancheront démocratiquement" sur cette candidature qui dérange au moment où s'engagera la campagne électorale, soit dans un an.

Un centre éclaté
Après tout, la famille centriste a toujours été représentée à la présidentielle. Elle semble aujourd'hui d'autant plus motivée que le tour de vis sécuritaire du gouvernement a suscité un certain malaise dans les rangs de la droite modérée. Mais les velléités du Nouveau Centre- outre qu'elles vont à l'encontre de la stratégie de premier tour de l'Elysée, fondée sur une candidature unique de la droite républicaine- se heurtent à la persistance de divisions dans le camp centriste. Les ambitions d'Hervé Morin, que beaucoup voient quitter le gouvernement lors du remaniement à venir, s'opposent en effet à celle de François Bayrou. Autre candidat potentiel à la présidentielle, l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin a également lancé des appels du pied aux centristes tandis que des voix se sont élevées au sein même du Nouveau Centre pour appeler à une candidature de Jean-Louis Borloo.
L'actuel ministre de l'Environnement a l'avantage à leurs yeux de jouir d'une forte notoriété, ce qui n'est pas le cas d'Hervé Morin. Ce dernier fait valoir jusqu'ici que le Parti radical de Jean-Louis Borloo devrait couper ses liens étroits avec l'UMP pour prétendre représenter le centre. Les spéculations sur une nomination du ministre de l'Environnement à Matignon en remplacement de François Fillon lui simplifient la tâche. "Jean-Louis Borloo est populaire et c'est tant mieux. Si le président de la République décide de choisir Jean-Louis Borloo comme Premier ministre, c'est tant mieux aussi", a-t-il dit samedi à la presse, en soulignant qu'un tel choix fait si près de l'élection présidentielle écarterait la possibilité d'une candidature de l'intéressé.

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 10 oct. 2010, 13:51:00

Le Nouveau Centre, formation nouvellement crée à l'occasion de la presidentielle de 2007 par la stratégie de déportation à gauche de l'ancienne UDF par Bayrou, a intérêt à présenter un candidat, quitte à négocier un strapontin pour le second....C'est la position classique du centre français que de faire entendre un autre projet à la presidentielle...Mais, en raison d'un risque d'émiettement et par caprice personnel, le chef de l'Etat fera pour pour l'empêcher....C'est, à cette occasion qu'on pourra vérifier le courage, les convictions et leur profondeur des partisans du NC qui devront choisir entre exprimer leurs sensibilités ou preserver leur mandat !

Répondre

Retourner vers « Election Présidentielle 2012 »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré