La prof et la shoah

Venez nous parler des problèmes de nos écoles ( service minimum, l'accueil des enfants, effectifs dans les classes ... )
Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 02 sept. 2010, 08:55:00

Le professeur suspendu de Nancy dénonce "un abus de pouvoir"

Une enseignante de Nancy de confession juive a dénoncé mercredi "un abus de pouvoir" du rectorat qui l'a suspendue pour manquement aux obligations de neutralité et de laïcité dans le cadre de voyages scolaires dans d'anciens camps de concentration.

Catherine Pederzoli, 58 ans, qui a été suspendue quatre mois par le recteur de l'académie de Nancy-Metz, a déclaré à des journalistes: "Je vis un abus de pouvoir et un déni d'histoire parce qu'on m'interdit de travailler sur la shoah. L'enseignement de la shoah doit déranger, moi je fais mon travail et mes élèves réussissent au bac", a-t-elle dit.
"On salit ma vie privée et on dit que je manipule mes élèves, c'est gravissime. Je reste la tête haute, je n'ai commis aucune faute je ne me sens nullement coupable", a-t-elle déclaré à l'AFP.
Son avocate a saisi en référé le tribunal administratif qui devrait statuer sous quinzaine.
Le représentant de la communauté juive de Nancy, Etienne Heymann, a parlé d'un "véritable scandale d'Etat" et réclamé "une réaction soit du ministre, soit du président de la République".
"Je ne peux pas laisser dire que l'Education nationale sanctionne des enseignants pour leur appartenance confessionnelle ou religieuse, ça n'est pas acceptable. Je suis à la tête d'un grand ministère d'une République laïque et nous ne prenons pas nos décisions par rapport à l'appartenance religieuse, aussi bien de nos professeurs que de nos élèves", a déclaré à Europe 1 le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel.
L'enseignante a été suspendue sur la base d'un rapport de l'Inspection générale demandé par le rectorat à la suite d'un "certain nombre de dysfonctionnements" au lycée public Henri-Loritz de Nancy.
Il est reproché à Mme Pederzoli des "manquements aux obligations de réserve, de neutralité et de laïcité" et l'"instrumentalisation des élèves" par des "lavages de cerveau", selon le document de 42 pages que l'AFP a pu lire.
Elle consacrerait trop de temps à l'organisation de voyages sur l'histoire des juifs en Europe centrale, comprenant des visites à des camps comme celui d'Auschwitz-Birkenau, en Pologne. "Un temps non négligeable de préparation étant consacré au projet, des parties du programme risquent de lui être plus ou moins sacrifiés", observent les auteurs.
Ils ont par ailleurs relevé que lors de leur entretien avec le professeur, l'enseignante a prononcé 14 fois le mot "shoah", "tandis que le terme à la fois plus neutre et juridiquement fondé de +génocide+ n'(a été) mentionné que deux fois", "comme en passant", ajoutent-ils.
Mardi, le rectorat avait insisté "sur le fait qu?il s?agit d?un dossier relevant de la problématique générale de l?organisation des voyages scolaires (...), sans rapport avec le sujet de la transmission de l?histoire et de la mémoire de la Shoah, à laquelle l?Education Nationale est très attachée".
Selon M. Heymann, les auteurs de ce rapport "se sont complètement fourvoyés, pour des considérations politiques et raciales".




Il faut veiller à ne pas confondre Histoire et prosélytisme.


Je trouve qu'il y a aujourd'hui une recrudescence de mystique, de religieux et de communautarisme surtout chez les jeunes: c'est dangereux, soyons ts vigilant! Il faut ts les jrs rappeler que notre République est laïque, c'est un combat permanent, il ne faut pas laisser la moindre ouverture; les religieux et communautés attendent notre moindre faiblesse pour s'engouffrer dans la faille.


Maintenant, cette histoire est moins grave que le port du voile à l'école. Ce n'est juste une exagération de l'étude de cette partie malheureuse de l'Histoire du vingtième siècle qui doit forcément tenir plus à coeur à cette femme juive que d'enseigner louis XVI. Cependant l’enseignante doit obéir aux injonctions de son académie sinon démissionner : les enseignants doivent rester parfaitement neutres autant en religion qu’en politique.
JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 02 sept. 2010, 09:20:00

 
es enseignants doivent rester parfaitement neutres autant en religion qu’en politique.
C'est aussi mon avis.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 02 sept. 2010, 10:18:00

Oui, personne n'envoie sesgossesà l'école pour lesvoir soumis à des lavages de cerveau militants.

C'est hélas une tendance actuelle ...
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59200
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 02 sept. 2010, 12:14:00

Oui enfin ici, ça sent quand même l'idéologie de Dieudonné ("la shoah une pornographie mémorielle"). La prof n'a donc pas le droit de dire "shoah" ? Pourquoi, parce que ce n'est pas un mot français ? Nous, en terminale, on avait aussi visité un camp de concentration. Voyage organisé par mes profs de... Biologie, Physique et Mathématiques !!! Personne n'est venu leur chercher des poux. Il est vrai qu'aucun d'entre eux n'était juif...

"Les enseignants doivent rester parfaitement neutres autant en religion qu’en politique."

Faudra m'expliquer en quoi la shoah fait partie de la religion ou de la politique. Je ne vois pas pourquoi un prof devrait rester impavide face à un génocide. Faut arrêter les conneries.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 02 sept. 2010, 12:30:00

Qu'il en parle, certes, mais que tout un mois soit consacré à cela c'est peut être un poil exagéré. Perso, je suis pas fan de dieudonné, mais j'ai aussi trop entendu cetains leaders  juifs (pas tous, évidemment) se plaindre et larmoyer pour n'importe quel prétexte, comme un fait divers banal et à chaque fois en appeller au devoir de mémoire de la shoah.

J'ajouterais qua le plus grande leçon qu'ils auraient du en tirer eut été de vivre en paix au lieu d'appliquer ce qu'ils ont subi aux palestiniens, du moins en ce qui concerne les ghettos.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59200
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 02 sept. 2010, 12:36:00

La seule chose que l'on pourrait reprocher à cette prof, c'est effectivement de s'être appesantie sur la question trop longtemps (mais l'article ne parle malheureusement pas de durée, donc difficile de juger). En revanche, le rapport de l'IG ne lui reproche pas que cela, et c'est ça qui me dérange.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 02 sept. 2010, 12:40:00

Ha ben moi, j'ai la durée .... mais pas les autres reproches ..... icon_biggrin Effectivement, si le premier motif tient la route, j'espère que ce n'est pas parce qu'elle est juive que cette sanction tombe.

Avatar du membre
johanono
Messages : 32012
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 02 sept. 2010, 13:54:00

S'il est prouvé que cette prof consacre un temps trop important à l'étude de la Shoah, au détriment du reste du programme scolaire, sa mise à l'écart est tout à fait logique. Elle dit qu'on l'a mise à pied à cause des ses origines juives. Ben voyons... Un tel argument montre bien que c'est elle qui est obsédée par ses origines juives, que ça lui monte à la tête. C'est donc bien une militante politique. 

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 02 sept. 2010, 16:02:00

lancelot a écrit :Qu'il en parle, certes, mais que tout un mois soit consacré à cela c'est peut être un poil exagéré. Perso, je suis pas fan de dieudonné, mais j'ai aussi trop entendu cetains leaders  juifs (pas tous, évidemment) se plaindre et larmoyer pour n'importe quel prétexte, comme un fait divers banal et à chaque fois en appeller au devoir de mémoire de la shoah.
J'ajouterais qua le plus grande leçon qu'ils auraient du en tirer eut été de vivre en paix au lieu d'appliquer ce qu'ils ont subi aux palestiniens, du moins en ce qui concerne les ghettos.
Je suis assez d'accord avec toi Lancelot. C'est tjrs l'excès qui est nuisible. Quelle rentre dans le rang et on en parle plus, au-delà c'est de la polémique politique. D'ailleurs, en aurait on parlé si elle n'avait porté cette affaire dans la presse?
JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20233
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 02 sept. 2010, 16:50:00

Hmmm j'avais une prof tout à fait du même genre en collège (la ressemblance est même frappante) et je en suis pas devenu pour autant militant à la LDJ.
l'enseignante a prononcé 14 fois le mot "shoah", "tandis que le terme à la fois plus neutre et juridiquement fondé de +génocide+ n'(a été) mentionné que deux fois", "comme en passant", ajoutent-ils.
Ca rassemble quand même à du procès stalinien icon_mrgreen
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59200
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 02 sept. 2010, 17:23:00

Oui, c'est ce genre de passage à la Dieudonné dans le rapport qui me dérange.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 02 sept. 2010, 18:28:00

Le rapport fait 42 pages ! Et nous ne l'avons pas lu.

Des tas de classes vont visiter les camps : une feuille pour les parents (inventaire de ce qu'il faut pour le voyage, horaires, hébergement), une matinée d'explications, la visite, et éventuellement un travail au retour.

Si j'ai bien compris, la dame ne faisait pratiquement plus que cela ... 
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 03 sept. 2010, 09:33:00

Bonjour,

S'il ne remet pas en cause la polémique suspension de l'enseignante d'histoire de Nancy - le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a trouvé «particulièrement inappropriés certains passages» du pré-rapport de l'Inspection générale de l'Education nationale (Igen) sur lequel est basée cette décision.

Des passages qui «relèvent d'une maladresse inacceptable et qui ont pu prêter à des interprétations erronées», tient-il à souligner dans un communiqué publié jeudi soir.

Professeur au lycée public Henri-Loritz de Nancy, Catherine Pederzoli a été suspendue quatre mois par le recteur de l'académie de Nancy-Metz sur la base de ce rapport dans lequel on lui reproche, notamment, de privilégier le terme «Shoah» à celui plus neutre de «génocide» et de consacrer trop de temps à la préparation des visites des camps de concentration. Dans le communiqué, le ministre souligne que la décision de suspension a été prise «à la suite de dysfonctionnements graves au sein de l'établissement». Plus tôt, sur RMC, il avait réfuté le fait qu'elle soit suspendue pour «avoir consacré trop de temps à la Shoah».
«Des choses particulièrement choquantes»
«En aucun cas», assure encore le ministre, «cette décision n'a été prise sur le fondement de l'appartenance religieuse ou des convictions de l'enseignante», alors que l'avocate de l'enseignante âgé de 58 ans avait mis en avant sa confession juive. «Inquiet d'un révisionnisme rampant visant à minimiser les assassinats au cours de la Shoah» qui se dégage du rapport, le Conseil représentatif des institutions juives (Crif), a protesté contre la sanction visant la professeur dans la journée de jeudi.

De son côté, le maire de Nancy, André Rossinot (UMP-Rad), a demandé au ministre de «différer la suspension» de l'enseignante d'histoire et s'est inquiété du «contenu du rapport des Inspecteurs généraux de l'Education nationale» qui «fait apparaître des choses particulièrement choquantes, reprochant notamment à cette enseignante de parler plus souvent de Shoah que de génocide à propos d'Auschwitz-Birkenau».
«Cette suspension ne préjuge pas des suites»
Rappelant que «l'histoire de la Shoah est enseignée (...) à tous les élèves, à l'école, au collège et au lycée» et que «les déplacements sur les lieux de la Shoah font partie du projet pédagogique de nombreux établissements (...) et sont soutenus par le ministère de l'Éducation nationale», le ministre a indiqué dans le communiqué s'être entretenu avec le doyen de l'Igen. Il a demandé «d'être particulièrement vigilant à l'avenir, conformément à la tradition d'objectivité, de laïcité et de respect qui est celle de l'inspection générale de l'Éducation nationale».
Le ministre a également tenu à «rappeler que cette suspension, qui n'est pas une sanction, ne préjugeait pas des suites qui seront données aux conclusions du rapport final de l'Igen».

Les mauvaises relations au sein du lycée

Avec la médiatisation de l'affaire, les relations au sein de l'établissement entre l'enseignante, sa direction et ses collègues sont apparues fortement dégradées. «Elle fait ce qu'elle veut, comme elle veut et se pose en victime quand on lui demande de s'intégrer à la logique du système», a ainsi indiqué la proviseur du lycée, tandis que l'avocate de l'enseignante a fait valoir que la nouvelle direction faisait tout pour se débarrasser de Mme Pederzoli. Un professeur évoque quant à lui une enseignante à l'attitude «un peu excessive dans le lycée» et voit dans cette suspension «un juste retour des choses». D'autres rappellent qu'une pétition avait été lancée contre elle l'an passé.
Sans préjuger de ce qui se passe au sein du lycée, le Syndicat national de l'enseignement secondaire (SNES), qui avait vainement tenté une médiation, a de son côté estimé jeudi que «la méthode et les délais pour cette suspension brutale sont inacceptables». Enfin, le référé introduit contre la suspension devant le tribunal administratif de Nancy par la professeur a été rejeté jeudi pour «défaut  d'urgence».

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
lucifer
Messages : 4158
Enregistré le : 17 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Naoned

Message non lu par lucifer » 03 sept. 2010, 10:02:00

Vous savez (et je ne rentrerais pas dans la shoah particulièrement, comme à mon habitude), il est très difficile dans ces affaires de faire la part des choses:

On vois souvent des algériens nous rappeler les méfaits de la colonisation, et pourtant, ça fait un bail
On voit souvent des blacks nous parler de l'esclavagisme, et pourtant, ça fait un bail
On voit souvent les juifs nous parler de la shoah, et pourtant, ça fait un bail.

Dans ces cas bien précis, certains ont beaucoup de mal à tourner la page sur ces atrocités, même si ils ne les ont pas vécu personnellement. Et comme dans tout les domaines, plus le temps passe, plus les actes se transforment en histoires qui partent dans tous les sens, et chacun donne un avis en déformant au fur et à mesure la vérité.

Donc oui, je deteste cordialement (donc respectueusement) ces façons de se cacher derriere des atrocités quand on a fait qu'en entendre parler . Mais je peux aussi le comprendre.
Cette femme, qui pour moi aussi a outrepasser sa fonction, je pense que ce n'est pas de la provoc, mais que ça vient du fait qu'elle a été mal dirigé dans son style éducatif.

Je suis allé en guadeloupe et en martinique , et les enfants sont élevé dans un conditionnement qui fait que encore au 21em siecle, ils apprennent dés leur + jeune age qu'ils sont descendants d'esclave, donc ils grandissent avec l'idée que les blancs sont des colons (et il faut dire que sur place, ce n'est pas les blancs riches qui manquent, ce qui les conforte dans leurs idées).

Pour les juifs, je pense que c'est pareil. Pas un seul juif n'admettra que dans les camps, il n'y avait pas que les juifs. C'était une époque où on pouvait denoncer son voisin auprès des autorités comme étant juif, même si ce n'était pas vrai, simplement car on venait de s'engueuler avec lui.
Mais dans le syle educatif, certains parents s'évertuent à dire à leurs enfants que par le passé, leurs grands parents étaient des victimes, des oppressés.

Même si ces actes de cruautés ont vraiment existés, mon avis est que le passé ne doit jamais être oublié (seul côté positif à mes yeux avec l'europe), mais on ne doit pas l'entretenir .

Je suis certain que cette femme est persuadée que c'est le plus grand génocide mondial (pas faux), mais elle n'a pas tourné la page, car elle se considere comme faisant parti d'un peuple d'oppressé. Il ne lui viendrait même pas à l'esprit que ça s'est passé il y a fort longtemps, avec une conjoncture differente, avec une europe en guerre.
Poiur elle, ça date d'hier, comme pour les antillais, comme pour certains algériens.

Une chose est certaine, tant qu'on élevera nos enfants dans un climat de victimisation dés leur plus jeune age, ces dérapages continueront.

Le devoir de mémoire est indispensable, mais trop , ça va à l'encontre du monde dans lequel nous vivons et qui va à 100 à l'heure. Car rester figé sur ces tristes époques font que les personnes stagnantes ont vite fait de se déconnecter (comme cette femme) du monde présent.

Elle doit être verte quand elle voit que ses pires ennemis qui voulaient conquerir le monde, sont maintenant maitres de l'europe, et tout ça diplomatiquement sans la moindre arme. L'allemagne est devenue une alliée, chose difficile à comprendre pour une personne étant resté à la seconde guerre psychologiquement.( bon, même moi, j'ai un peu de mal, faut dire .........)
Maintenant que j'habite en province, je suis devenu peace and love. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ( surtout les descendants d'immigrés des cités que j'adore dorénavant )

Avatar du membre
keserasera
Messages : 1582
Enregistré le : 11 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : Carpentras
Contact :

Message non lu par keserasera » 03 sept. 2010, 12:09:00

johanono a écrit :S'il est prouvé que cette prof consacre un temps trop important à l'étude de la Shoah, au détriment du reste du programme scolaire, sa mise à l'écart est tout à fait logique. Elle dit qu'on l'a mise à pied à cause des ses origines juives. Ben voyons... Un tel argument montre bien que c'est elle qui est obsédée par ses origines juives, que ça lui monte à la tête. C'est donc bien une militante politique. 

C'est exactement celà ! Cette dame a tout simplement oublié qu'elle était professeur d'Histoire, et que la shoah n'est qu'une petite partie du programme qu'elle se doit d'enseigner.

Que penseriez vous d'un prof qui n'enseignerait que la période 40/42 de la deuxième guerre mondiale en privilégiant le régime de Vichy ?
"je me suis souvent demandé et me le demande souvent encore, ce qui peut bien différencier une mauvaise bronchite d'une bonne" Pierre Dac

Répondre

Retourner vers « Nos écoles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré