Le vivant est-il objet de science ?

Vous souhaitez parler des problèmes de religion dans notre pays ou parler de philosophie c'est içi
Avatar du membre
Kimon
Messages : 43
Enregistré le : 07 sept. 2010, 00:00:00
Localisation : Montpellier

Message non lu par Kimon » 08 sept. 2010, 14:51:00

Introduction (J'ai fait bref)


Si la réflexion sur la vie est aussi ancienne que la philosophie elle-même, l'on doit bien remarquer que cette réflexion ne prit, historiquement parlant, que fort tardivement la forme d'une véritable science, comme si cette vie avait longtemps constitué comme un mystère impénétrable.

Or, il est remarquable de constater que ce fut moins la vie directement que l'être vivant à proprement parler qui devint l'objet d'une connaissance scientifique à partir essentiellement du dix-neuvième siècle lors de l'émergence de la biologie comme mot et domaine d'étude nouveaux. Il y eut donc une sorte de retard historique de la connaissance du vivant si du moins l'on prend pour repère la révolution scientifique de la physique moderne.


Le problème consistera ainsi à tenter de comprendre pourquoi les réflexions tant scientifiques que philosophiques sur la vie ne purent atteindre leur véritable objectivité qu'en se centrant sur les manifestations vitales et sur la vie en soi. Comment expliquer donc cette spécificité de l'être vivant en tant qu'objet de science, spécificité le distinguant aussi bien de l'objet mathématique que de l'objet physique ?
C'est l'imagination qui gouverne le monde (Napoléon 1er)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59970
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 09 sept. 2010, 08:42:00

ça y est, je suis redevenu hermétique à la philo. C'est quoi un objet mathématique ? Et c'est quoi un objet physique ?

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 09 sept. 2010, 13:17:00

Kimon a écrit :Comment expliquer donc cette spécificité de l'être vivant en tant qu'objet de science, spécificité le distinguant aussi bien de l'objet mathématique que de l'objet physique ?
Je n'y connais rien mais j'aurais tendance à répondre - certes hâtivement - que l'être vivant est une réalité matérielle, tangible, alors que ce que tu appelles la vie c'est juste une abstraction, une idée. La science ne s'intéresse qu'à l'étude du réel d'après ce que j'ai compris, et pas des idées abstraites telles que la vie, la liberté, la justice, etc.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59970
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 09 sept. 2010, 13:46:00

Bof, tout ça ce sont des mots. Racaille, la science n'étudie pas que le réel. En mathématiques par exemple, les espaces vectoriels (qui sont des espaces à autant de dimensions que l'on veut) n'ont aucune réalité physique. Ils servent juste d'outils mathématiques pour des calculs complexes en statistique expérimentale par exemple.

Le terme "science" est très vague en fait.

Avatar du membre
Kimon
Messages : 43
Enregistré le : 07 sept. 2010, 00:00:00
Localisation : Montpellier

Message non lu par Kimon » 09 sept. 2010, 22:16:00

Je propose de baser une réflexion sur un plan possible, avec deux principaux axes :


1 - Seulement approché lors des premières réflexions sur la vie, l'être vivant ne devint l'objet de science qu'à l'avènement de la biologie


a - Le défi d'une pensée rationnelle de la vie : des mystères de la religion au premier questionnement philosophique (Aristote et la métaphysique de la vie).
b - La naissance moderne de la biologie ou l'accès à la scientificité accomplie du vivant.


2 - L'avènement de la biologie n'a pas pour autant clos le débat à propos des interprétations de la vie : si l'être vivant est par définition une matière porteuse de vie, quelle est donc exactement cette puissance vitale qui l'anime ?


a - L'hypothèse finaliste détermine le vivant par ses fins propres : téléonomie et téléologie du vivant.
b - L'hypothèse mécaniste détermine le vivant par analogie avec toute réalité matérielle de type mécanique ou instrumental : les modèles de l'horloge, de la montre et de l'automate.


Si ça vous intéresse je pourrai développer complètement. 
C'est l'imagination qui gouverne le monde (Napoléon 1er)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59970
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 09 sept. 2010, 22:47:00

Personnellement, je propose déjà de bien définir les mots, pour être certains de parler de la même chose. Comment définis-tu:

- la vie et les êtres vivants (je suppose que tu te limites aux métazoaires triblastiques) ?
- la science (synonyme d'étude ?)

"quelle est donc exactement cette puissance vitale qui l'anime ?"

Dans le cas des triblastiques, un réseau de neurones maintenu en activité grâce à l'apport de fluide riche en nutriments.

Avatar du membre
Kimon
Messages : 43
Enregistré le : 07 sept. 2010, 00:00:00
Localisation : Montpellier

Message non lu par Kimon » 10 sept. 2010, 00:05:00

je répondrai demain ;)
C'est l'imagination qui gouverne le monde (Napoléon 1er)

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 10 sept. 2010, 14:02:00

J'espère en tout cas que tu ne cherches pas à nous vendre Dieu en guise de principe de force vitale ou je ne sais quelle vue de l'esprit. Je préfère prévenir à l'avance que je ne suis pas client ;)
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
Kimon
Messages : 43
Enregistré le : 07 sept. 2010, 00:00:00
Localisation : Montpellier

Message non lu par Kimon » 10 sept. 2010, 20:21:00

Je ne suis pas là pour faire du prosélytisme, je suis là pour mener une réflexion philosophique qui ne manquera pas d'être sourcée.Je vous numériserai ça quand j'aurai terminé, il y aura au moins 4 pages.
C'est l'imagination qui gouverne le monde (Napoléon 1er)

Léa
Messages : 191
Enregistré le : 30 juin 2010, 00:00:00

Message non lu par Léa » 10 sept. 2010, 20:49:00

Bonsoir,
Kimon a écrit :Je ne suis pas là pour faire du prosélytisme, je suis là pour mener une réflexion philosophique qui ne manquera pas d'être sourcée.Je vous numériserai ça quand j'aurai terminé, il y aura au moins 4 pages.
Vu tes connaissances dans ce domaine, j'espère que "nous" (enfin moi déjà :oops:) pourrons tout capter...
« Le respect que nous souhaitons obtenir de l’homme envers ses semblables n’est qu’un cas particulier du respect qu’il faudrait ressentir pour toutes les formes de vie… »
Claude Levi-Strauss

Avatar du membre
KALIKO
Messages : 498
Enregistré le : 20 juil. 2010, 00:00:00
Localisation : 69100
Contact :

Message non lu par KALIKO » 11 sept. 2010, 08:28:00

 Kimon nous dit :....." Si la réflexion sur la vie est aussi ancienne que la philosophie elle-même,.... "
c'est un présupposé qui ne me convient pas... La réflexion sur la vie précède de loin la philo : la première grotte préhistorique et ses dessins plaident en ce sens.
Et alors il m'est simple d'imaginer (rien ne pouvant prouver le contraire) que mon petit néanderthalien découpant son lapin et l'éviscèrant pouvait en garder des morceaux pour en faire une analyse préhistorico-scientifique.
Mon même petit néanderthalien, à chaque fois où il vomissait - voir mourait - suite à l'ingestion d'une baie vénéneuse, aidait grandement à l'infomation sur la "connaissance du vivant" (même une fois mort).
La philo, du coup, c'est un snobisme, une sophistication de la "réflexion sur la vie".
PAS MORT ?... PLUS FORT !

Avatar du membre
Kimon
Messages : 43
Enregistré le : 07 sept. 2010, 00:00:00
Localisation : Montpellier

Message non lu par Kimon » 12 sept. 2010, 23:03:00

Excellente remarque KALIKO. Cependant tu confonds la philosophie en elle-même, et la discipline que l'on a nommé "philosophie".
La philosophie est plus ancienne qu'Aristote et que Socrate, même s'il est considéré comme le premier philosophe. Les sages philosophaient bien avant sa naissance.
On attribue les débuts à Socrate de la discipline philosophique, ce qui est légèrement différent chronologiquement.
C'est l'imagination qui gouverne le monde (Napoléon 1er)

Avatar du membre
artragis
Messages : 8005
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 16 sept. 2010, 20:42:00

le vivant ne deviendrait objet de science que lorsque la biologie arrive...
Or, déjà lors de l'époque des lumière (déjà quand même postérieur à la biologie) on parlait de science humaine, déjà bien posées sur le vivant, mais le vivant humain au delà de l'anatomie est des forces physiques qui le tiennent.
Les préceptes du philosophes des lumières en font "Une lumière qui guide le peuple" (Dumarsais), c'est un être qui vit avec et parmis les hommes, en tant qu'homme autant qu'observateur ou scientifique. Dumarsais se basait sur une citation latine (donc bien antérieur à la biologie...) "il n'est rien d'humain qui me soit étranger". Ce qui est la base des sciences humaines. Il paraitrait donc déjà que la biologie n'a pas "inventé" la science du vivant, mais s'est focalisé sur le fonctionnement du vivant et son évolution dans toutes les ères là où les sciences humains se focalisent sur l'interaction du vivant et son inscription dans le présent et le future.
Deux sciences différentes qui finalement prouve que le vivant est un objet complexe, qui doit être connu et étudié (scio :je sais) mais doit être appréhendé sur différents angles.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
GIBET
Messages : 3256
Enregistré le : 02 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Finistère

Message non lu par GIBET » 21 sept. 2010, 23:46:00

Philosophie cela signifie étymologiquement "amour de la sagesse".
Ce n'est donc pas un objet, c'est une valeur comportementale.
La philosophie n'a rien de sophistiqué. Elle utilise les mots, parce que c'est le seul moyen de communication, pour comprendre l'homme, pour l'expliquer. La compréhension est le début de l'amélioration qui a toujours été le but de l'homme. Il dispose pour ce faire du raisonnement. Ce raisonnement il le met au service de l'humanité, de l'humanisme....donc du vivant. Il va pousser aussi loin que possible sa connaissance et il ne va pas se contenter de ce qu'il sait il va échanger, il va expérimenter, il va tenter de prouver. Il va s'engager dans la matière scientifique d'abord pour mieux se connaitre, puis pour mieux connaître son environnement. Son but va être de déterminer d'où il vient, ce qu'il est et où il va. Ainsi la philosophie c'est le comportement de la sagesse qui veut expliquer la vie par une méthode scientifique. Le vivant devient donc un objet de science avant de devenir un objet de la sciences.
Kimon bâtirait sans doute un plan en deux partie sur :
1 - la vie comme objet de science qui conduit au 2
2 - la vie objet de la science
Pour ma part je me contenterai d'esquisser l'humain comme objet de sciences. Il va alors tout observer pour comprendre d'abord. Rien n'échappe à son investigation de l'infiniment petit qui au départ était limité à un globule rouge, jusqu'à l'infiniment grand cosmologique et peut être abri de sa métaphysique. Le globule rouge c'est le transporteur de l'oxygène. C'est donc le porteur de la vie et l'un des éléments existentialiste de l'Homme. Mais à l'origine ce petit globule est métaphysiquement plus important que tout. N'est-ce pas lui qui accueillit le souffle de Dieu quand ce dernier  transmis le souffle primordial à sa créature? Ainsi le globule rouge est le premier élément de la vie qui relève à la fois de la physique mais aussi de la métaphysique. Quand à l'infiniment grand il est sans aucun doute le lieu qui explique physiquement le big bang initial d'où s'étend la matière qui constitue l'univers, mais c'est aussi l'ombre de l'inconnu mathématique qui permet à la science de laisser une petite part métaphysique à Dieu qui n'explique rien mais qui permet de croire en tout. Ainsi le vivant est bien objet de science. Il l'est à travers sa chimie,comme il l'était à travers l'alchimie. La vie est cet objet d'une science qui à mesure qu'elle devient de plus en plus précise dans la physique éloigne l'homme de la métaphysique, sans complètement supprimer ses croyances.
Et c'est au nom de la croyance qu'il peut être Dieu que la vie est objet de la science. Après avoir fait de la vie un objet de science , il va faire de la vie un objet de la science; Il va tenter de réaliser la vie. Il le peut désormais en jouant sur le génome , comme hier on essayait de faire de l'or en carbonisant les métaux symbolisant la lune et mercure pour créer le soleil. L'alchimie était déjà une création de la science , mais le clone du temps présent en est encore plus proche. Déjà on sait faire naître les cellules, on sait les agréger. Demain on saura créer un homme sans intervention des créatures de dieu. La vie naîtra de la science et plus de l'homme et de la femme. C'est la que la philosophie intervient à nouveau. Pour se demander s'il est sage que la vie devienne un simple objet de la science. Et c'est l'homme qui doit trouver la réponse dans son raisonnement plutôt que dans sa croyance.
Pour ma part je pense que la vie doit être un objet de science mais pas de la science. Si l'homme et la femme deviennent inutiles à leur reproduction nous aurons realisé au niveau de l'humanité le principe des usines dont la vocation étaient de faire vivre des hommes, et qui, grâce à la science et la technologie, savent produire sans les hommes qui ont, là aussi, perdu leur légitimité à exister. La vie est donc un objet de science mais prenons garde que celle-ci la laisse exister.
GIBET
Le silence est un ami qui ne trahit jamais

Avatar du membre
avatabanana
Messages : 1038
Enregistré le : 06 oct. 2009, 00:00:00

Message non lu par avatabanana » 22 sept. 2010, 17:41:00

Kimon a écrit :Excellente remarque KALIKO. Cependant tu confonds la philosophie en elle-même, et la discipline que l'on a nommé "philosophie".
La philosophie est plus ancienne qu'Aristote et que Socrate, même s'il est considéré comme le premier philosophe. Les sages philosophaient bien avant sa naissance.
On attribue les débuts à Socrate de la discipline philosophique, ce qui est légèrement différent chronologiquement.
Comment peut-on imaginer un début à la philosophie ?

Répondre

Retourner vers « Philo / Religion »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré