Le professeur préfère se laisser MASSACRER !!!

Vous avez un coup de g..... à passer sur notre société, ou tout simplement un coup de coeur venez le dire ici
Avatar du membre
FIFE
Messages : 3242
Enregistré le : 11 mars 2009, 00:00:00
Parti Politique : Front National (FN)
Localisation : Paris

Message non lu par FIFE » 11 sept. 2010, 10:47:00

Lundi 6 septembre 2010 : nous sommes dans un paisible collège du Limousin. La fin de l'été approche, mais le soleil éclaire encore les lieux d'une lumière radieuse. Pourtant, dans la cour de récréation, les élèves sont attroupés autour d'une scène stupéfiante, effroyable : un professeur de sport, spécialiste de boxe et de close-combat, est en train de se faire massacrer par quatre maigrichons de 15 ans. Les jeunes se déchaînent sur lui - mais le professeur se laisse faire, sans réagir. Commment est-ce possible ? Tout a commencé quelques heures plus tôt...

Un professeur à la "Jean-Claude Vandamme"

À 60 ans, Jean-Pierre*, professeur de sport en collège, commence à connaître le métier, c'est le moins qu'on puisse dire. Des élèves, il en a vu défiler des milliers. Il sait encourager ceux qui ont du mal, obtenir des bons qu'ils se surpassent, et remettre les perturbateurs à leur place - même les plus violents. La discipline n'a jamais été un problème pour lui. Il faut dire que Jean-Pierre pratique assidûment la boxe... et le full-contact.

Lundi dernier, le 6 septembre, Jean-Pierre vient de faire sa rentrée, au collège Firmin Roz de Baubreuil, près de Limoges. Il le sait, c'est peut-être une de ses dernières années de carrière. C'est donc avec émotion qu'il découvre la nouvelle classe de 4e. Les élèves sont heureux, eux aussi. Ils ont mis leur jogging et leurs baskets toutes neuves, pour beaucoup, qui sentent encore l'odeur des boîtes à chaussures.

Mais voilà que, au milieu du cours, quatre garçons de 15 ans s'approchent, menaçants. Ils n'ont rien à faire là : ce sont des anciens élèves, et aucun d'entre eux n'a laissé de souvenir impérissable. Que viennent-ils faire ? Personne n'en sait rien, mais ils se mettent à invectiver brutalement une jeune élève de 13 ans.

En plein cours, une lapidation !

Rien qu'à leur voix, ils font peur : leurs injures sont immondes, dégradantes. Et ils ne s’en tiennent pas aux mots. Un des voyous se met à ramasser des pierres et les jette sur la jeune fille. Les autres l’imitent. La pauvre est violemment touchée au visage.

C’est bien à une véritable lapidation, en pleine cour de récréation, qu’assistent les témoins de la scène ! Heureusement, parmi eux, il y a Jean-Pierre. Dès qu’il voit cela, le prof de sport se précipite vers la jeune fille pour la protéger, faisant fuir les agresseurs comme de vulgaires moineaux.

Jean-Pierre réconforte la jeune fille et prend les mesures qui s'imposent dans ce type de situation : aller à l'infirmerie, avertir les autorités. Déjà sonne la fin du cours. Les élèves se dispersent, très secoués par ce qui vient de se passer. Jean-Pierre reste seul et se dirige vers le portail du collège...

C'est alors que les quatre voyous surgissent derrière lui. À quatre contre un, ils n'ont aucun mal à le frapper de tous les côtés. Coups de pieds, coups de poings, ils déchaînent leur rage sur ce professeur qui a osé s'interposer, alors qu'ils venaient régler son compte à une petite fille...

Mais c'est là que se produit le plus incroyable :

C'est alors qu'intervient le plus incroyable de cette histoire. Jean-Pierre, en réalité, garde la tête parfaitement froide alors que pleuvent sur lui les coups. Il réfléchit posément à ce qu'il va faire : car il a l'habitude du combat au corps-à-corps. Il connaît tous les gestes de self-défense et les clés de bras qui lui permettraient de mettre immédiatement les délinquants hors de combat. MAIS JEAN-PIERRE DÉCIDE SCIEMMENT DE LES LAISSER FAIRE !!!

En effet, il sait quelles seraient les conséquences pour lui, s'il osait réagir : « Il valait mieux que je ne réplique pas. J'aurais été en tort », a-t-il expliqué ensuite à la presse.

Et de fait, il a eu raison.

Pour des jeunes comme ceux-là, agresser un professeur ne comporte aucun risque : ayant moins de seize ans, aucune mesure judiciaire sérieuse ne peut être prise à leur encontre. Ils le savent. Et ils en usent.

Le professeur, lui, n'aurait pas manqué d'être traîné en justice s'il avait égratigné un seul de ces quatre « bout d'choux » : visite de l'Inspecteur, convocation au rectorat, mises en cause dans les médias, sans parler bien sûr d'une garde-à-vue, voire d'une possible mise en détention provisoire.

Quoi qu'il arrive, sa réputation aurait été gravement entachée. Sa carrière aurait été brisée. Il aurait été muté, voire rétrogradé. Voilà pourquoi Jean-Pierre a décidé de se laisser démolir...

Réagir, ENFIN !

Et c'est la raison pour laquelle SOS Éducation vous appelle vous, et tous les citoyens, parents, professeurs, grands-parents, à vous mobiliser en faveur d'un changement radical de politique éducative dans nos écoles, vis-à-vis de la violence et des délinquants.

Je vous demande de signer d'urgence la pétition que nous avons préparée au ministre de l’Éducation Luc Chatel (voir plus loin).

Il faut avoir le courage de le reconnaître : on est allé trop loin dans la volonté de laisser les élèves exprimer librement leurs pulsions, leur agressivité, leur violence dans les écoles.

Les adultes ne doivent pas avoir peur d'exiger un minimum de respect et de mesure de la part des enfants.

Le mot "autorité" n'est pas un gros mot

Le mot autorité ne doit plus être considéré comme un gros mot. Et c'est pareil pour le mot discipline.

Car la vérité, c'est que l'autorité des adultes est indispensable pour protéger les élèves eux-mêmes. On le voit : le laxisme est la voie la plus rapide vers l'injustice, la dislocation sociale, la brutalité généralisée.

Ce n'est pas ce que nous voulons pour nos élèves, ni pour nos professeurs, ni pour nos écoles.

Il est faux de dire que les parents sont contre l'autorité des professeurs. C'est tout le contraire.

Tous les parents responsables savent que l'autorité des professeurs est nécessaire pour le bien de leurs enfants. Et les parents qui refusent cela n'ont aucun droit d'imposer à nos enfants la violence de leurs enfants.

Près de 140 députés déjà avec nous

La mobilisation de notre association contre la violence à l'école, depuis un an, a déjà permis de faire considérablement bouger les lignes. Non seulement près de 140 députés se sont déjà associés à notre appel au ministre de l’Éducation pour l'application de nos 8 mesures contre la violence à l'école, mais Luc Chatel lui-même a commencé à changer de discours, profondément.

Depuis la rentrée, il affirme (enfin !) une volonté ferme de sanctionner toute violence verbale dans les écoles, et de mettre en établissement disciplinaire les élèves trop menaçants pour rester dans des classes normales.

Vous pouvez faire une différence, maintenant :

C'est une première étape, qui est très loin d'être suffisante. Mais si nous voulons obtenir plus, il est indispensable de recueillir plus de signatures, et plus de soutien à notre mouvement. Alors s'il vous plaît, signez et faites signer autour de vous la pétition que vous trouverez ici ou sur le lien suivant : http://www.soseducation.com/sanction/signe.php

Transférez ce message à tout votre carnet d'adresses. Et n'oubliez pas de contacter votre député, si vous ne l'avez pas encore fait, pour lui demander d'accroître la pression sur le ministre de l’Éducation, pour qu'il prenne ses responsabilités, en cliquant ici.

Nous sommes déjà 150.000. Nous pouvons être UN MILLION, avec votre aide.

Un grand merci d'avance,
Vincent Laarman, Délégué général
SOS Education.
120, boulevard Raspail
75006 Paris
Téléphone : 01 45 81 22 67
www.soseducation.com
contact@soseducation.com

Pétition : http://www.soseducation.com/sanction/si ... facebook=0

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60678
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 11 sept. 2010, 11:00:00

Oui, ça m'est déjà arrivé aussi, de me laisser frapper par un gamin de 13 ans, car j'en avais 18 et que je ne pouvais donc pas riposter. Bon, des petits poings, ça ne fait pas vraiment mal, c'est juste notre fierté qui en prend un coup.

Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 11 sept. 2010, 12:06:00

la fierté ? mais il ne s'agit pas que de cela Nombrilist.. c'est une agression et un délit au minimum non ? même mineur, l'auteur doit être puni.
Par ailleurs il y a les parents et ils sont responsables de leurs enfants non ?

Concernant ton texte Fife, il ne parle même pas des parents des jeunes ?
 

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60678
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 11 sept. 2010, 12:22:00

Le prof et les parents de l'élève blessé ont quand même le droit de porter plainte maintenant, surtout que les auteurs sont clairement identifiés.

Avatar du membre
FIFE
Messages : 3242
Enregistré le : 11 mars 2009, 00:00:00
Parti Politique : Front National (FN)
Localisation : Paris

Message non lu par FIFE » 11 sept. 2010, 12:25:00

J'ai une amie, algérienne naturalisée depuis 15 ans, dentiste, mariée à un de mes anciens élèves, devenu ami, qui me disait : mais les mères, quand leur fils leur rapportent un truc volé, elles sont toutes fières, elles disent "y's'débrouille, mon fils, y's'débrouille".

Avatar du membre
lucifer
Messages : 4158
Enregistré le : 17 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Naoned

Message non lu par lucifer » 11 sept. 2010, 14:22:00

Nombrilist a écrit : Le prof et les parents de l'élève blessé ont quand même le droit de porter plainte maintenant, surtout que les auteurs sont clairement identifiés.
Encore faudrait il que les peines soient appliquées, car au nom du social et du bien pensant franchouillard de la haute, les agresseurs ont toujours + d'excuses que les victimes, et aussi + de droits.
Maintenant que j'habite en province, je suis devenu peace and love. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ( surtout les descendants d'immigrés des cités que j'adore dorénavant )

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20389
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 11 sept. 2010, 16:05:00

C'est un peu la version FN de l'histoire "pauvre gitan" d'El Fredo. icon_mrgreen

Dans la réalité un prof peut comme tout citoyen se défendre en légitime défense, peut importe si l'agresseur est mineur ou pas.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60678
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 11 sept. 2010, 16:09:00

Là dessus, je n'en suis pas si sur Golgoth. Si il les blesse, je suis sur qu'il peut avoir des problèmes.

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20389
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 11 sept. 2010, 16:13:00

Si ce ne sont pas des élèves de son établissement, il n'a aucune responsabilité sur eux. Il peut avoir des problèmes comme tu en auras si tu casses la g..... a une racaille qui essaie de te piquer ton portable.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26316
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 11 sept. 2010, 16:23:00

Le coup de l'impunité du fait de leur âge, c'est une grosse blague.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
keserasera
Messages : 1582
Enregistré le : 11 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : Carpentras
Contact :

Message non lu par keserasera » 11 sept. 2010, 16:52:00

Et voilà ! La version "FN" de l'Histoire ! N'importe quoi ! SOS Education ce n'est pas le FN et d'une, et un prof qui se fait agresser par quatre "jeunes" dont le plus jeune a 15 ans et dont on imagine l'origine, est toujours trainé devant les tribunaux s'il a le malheur de se défendre et d'esquinter un de ses agresseurs. Et je vous parle pas des suite s'il est relaxé. Il aurait eut intérêt à se faire muter en Nouvelle Calédonie !
Encore une fois, petits gauchistes irresponsables, est-ce que vous allez finir de prendre vos contradicteurs pour des c... ?
"je me suis souvent demandé et me le demande souvent encore, ce qui peut bien différencier une mauvaise bronchite d'une bonne" Pierre Dac

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60678
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 11 sept. 2010, 17:02:00

Franchement, je n'aurais pas pleuré si il avait bien voulu les démolir. J'aurais applaudi même. Cela aurait été normal.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 11 sept. 2010, 20:53:00

keserasera a écrit : Et voilà ! La version "FN" de l'Histoire ! N'importe quoi ! SOS Education ce n'est pas le FN et d'une, et un prof qui se fait agresser par quatre "jeunes" dont le plus jeune a 15 ans et dont on imagine l'origine, est toujours trainé devant les tribunaux s'il a le malheur de se défendre et d'esquinter un de ses agresseurs. Et je vous parle pas des suite s'il est relaxé. Il aurait eut intérêt à se faire muter en Nouvelle Calédonie !
Encore une fois, petits gauchistes irresponsables, est-ce que vous allez finir de prendre vos contradicteurs pour des c... ?
J'aurais tendance à dire, à te lire, Non, mais cela mérite un développement : Dans ta citation, rien ne colle, rien n'est vrai. Pourquoi utiliser toujours les superlatifs à défaut de concret ?

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 11 sept. 2010, 22:56:00

L'affaire est sordide, et donne bien la mesure d'une société qui a complètement perdu la boule.

Mais cet incident aurait-il eu lieu dans une école sérieuse, cloturée, avec portier contrôlant les entrées, et fermant les portes ?

Ces écoles rock & roll, se voulant '"ouvertes sur le monde" n'ont que la monnaie de leur pièce et n'exercent pas leurs responsabilité inhérente à la charge  d'enfants mineurs.

Si un salarié se fait démolir sur son lieu de travail, son patron est civilement responsable, mais ce ne serait pas le cas d'un gosse ou d'un prof ?

Il est temps de remettre les pendules à l'heure ! icon_evil
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 12 sept. 2010, 11:08:00

Mon cher Keserasera - l'origine du mineur en question n'a pas d'importance, une agression est une agression quelque soit l'origine non ?
 

Répondre

Retourner vers « Votre coup de "gueule" / coup de coeur »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré