Les Français, pas plus grévistes que les autres

Venez discuter des problèmes du travail dans notre pays, mais aussi des problèmes sociaux ( retraites, chomage...)
Avatar du membre
artragis
Messages : 8061
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 30 sept. 2010, 10:05:00

l'enseignement supérieur tout particulièrement agonisent
Ok pour l'EN, moins pour l'enseignement supérieur, la réforme de début de mandat a bien relancé les choses.
Le seul problème, c'est le manque de personnel administratif et d'entretient, mais des rapports internationaux confirment une remontée de la France dans la qualité de l'enseignment supérieur.
Aller créer des super poles universitaires qui devront se gérer à l'américaine d'où sortiront de parfaits petits clones (classement de Shanghai oblige) et abandonner notre enseignement à la française tout simplement c'est stupide
je préfère des grands pôles universitaires. Cependant, je ne vois pas, moi, l'abandon de l'enseignement à la Française, d'ailleurs on continue d'être médaillés par le Fieldz régulièrement.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 30 sept. 2010, 13:43:00

Sarkozy s'agite sur l'immigration, après l'avoir fait sur l'identité nationale, la burqa, l'insécurité, les roms et aujourd'hui une enième loi sur l'immigration...Mais je crois que ces postures ne sont que le reflet de ces craintes de voir ses électeurs se detourner de lui et se porter enfin, vers celles et ceux qui, courageusement et sous les insultes n'ont cessé de les prévenir, de les alerter et leur offrir une VRAIE alternative.

Avatar du membre
avatabanana
Messages : 1038
Enregistré le : 06 oct. 2009, 00:00:00

Message non lu par avatabanana » 02 oct. 2010, 07:29:00

artragis a écrit :
l'éducation nationale (en partie)
rares sont les écoles réellement privées, les autres étant à but non lucratif, contrairement à toutes les entreprises citées.
Non privé dans que sens ?

Certes le service public est encadré (programme...) et en partie subventionné. Cela me semble justement la clé d'une ouverture au privé d'un service public. Il faut d'une part un cahier des charges détaillé et d'autre part une structure en charge du contrôle de son respect.

Mais pour ce qui est des responsabilités du chef d'établissement le privé est dans un cadre tout à fait différent c'est d'ailleurs ce simple fait qui en assure sa qualité.

Avatar du membre
avatabanana
Messages : 1038
Enregistré le : 06 oct. 2009, 00:00:00

Message non lu par avatabanana » 02 oct. 2010, 07:32:00

lancelot a écrit :Et la distribution de l'eau est remise en cause également dans pas mal de coins. Le pb du privé c'est qu'il faut les surveiller de très près, sinon ça dérape à tous les coups.
La surveillance me semble quelque chose d'indispensable dans tous les cas.

Avec le privé il y a probablement un risque de dérapage (comme dans toute activité humaine) mais avec le public il y a un risque de ne jamais savoir que ça dérape car le contrôle est inexistant car souvent interne.

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20389
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 02 oct. 2010, 08:54:00

Dans le privé le contrôle est externe c'est vrai, et il est en général réalisé par une entreprise dirigée par un membre du conseil d'administration de l'entreprise contrôlée. Mais on sait bien que des personnes aussi intègres que les dirigeants privés sont conflit d'intérêt-proof. icon_mrgreen
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 02 oct. 2010, 10:19:00

On a bien vu, par exemple tout le flou pour ne pas dire autre chose qui entoure les sociétés de certification maritimes ....
Bon, cela étant ce n'est qu'un exemple bien sur .

Si le manque de rigueur peut exister dans le public et si l'appât du gain à tout prix est souvent à l'origine des dérapages, d'autres moyens de contrôle du public pourraient facilement être envisagés.

Un contrôle de la gestion de l'eau (et de son prix), c'est assez simple pour les petites communes. Gestion paritaire majorité/opposition donc obligation de se mettre d'accord pour suivre le respect du cahier des charges.

Invité

Message non lu par Invité » 06 oct. 2010, 18:35:00

lancelot a écrit :On a bien vu, par exemple tout le flou pour ne pas dire autre chose qui entoure les sociétés de certification maritimes ....Bon, cela étant ce n'est qu'un exemple bien sur .

Si le manque de rigueur peut exister dans le public et si l'appât du gain à tout prix est souvent à l'origine des dérapages, d'autres moyens de contrôle du public pourraient facilement être envisagés.

Un contrôle de la gestion de l'eau (et de son prix), c'est assez simple pour les petites communes. Gestion paritaire majorité/opposition donc obligation de se mettre d'accord pour suivre le respect du cahier des charges.
Je vous entend bien.

Et si justment la solution était de limiter le rôle des fonctionnaires aux activités de contrôle.

Ne plus leur demander de faire (sans contrôle) mais de veiller à que ceux qui font, le font bien.


En un mot confier les services publics au privé et les soumettre à un cahier des charges très strict sous contrôle de fonctionnaires.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 06 oct. 2010, 20:50:00

Ce n'est pas du tout ce que j'envisageais.  Je parlais de contrôle paritaire, pas de mettre dans les mains de quelqu'un un pouvoir de contrôle. La corruption, très peu pour moi.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 07 oct. 2010, 08:57:00

Revenons à ces écoles privées. Soit elles sont soumises à l'inspection de l'EN et en suivent le programme, soit elles font ce qu'elles veulent, mais leurs élèves sont soumis au Jury Central (en Belgique), ce qui correspond au Bac.

Reportage sur une "école internationale" de Bruxelles, il y a peu. Un parc princier, des batiments châteaux, des infrastructures sportives sublimes (qui sont ouvertes tous les  week-ends aux familles et aux profs), des cours facultatifs haut de gamme (pour ceux qui choisisent la danse, par exemple, c'est un choragraphe de Brodway qui vient coordonner la représentation de fin d'année), des profs sur-payés mais à disposition des élèves jusqu'à 19 heures chaque jour, bref, un véritable campus de rêve ... avec enseignement trilingue de 6 à 18 ans, et un taux de réussite au Jury Central décoiffant.

Le journaliste parle du prix : 12.500 euros/an. Il défaille ... Alors, le Directeur lui répond doucement : "combien croyez-vous que coûte un élève dans l'enseignement officiel ?

Cherchez bien. Il suffit en principe de prendre tout le budget de l'EN et de le diviser par le nombre d'élèves. Moi, je n'ai jamais trouvé ce budget ni le total des élèves qu'il sert.

Mais si ce qui était suggéré (prix plus élevé pour un élève du circuit officiel) il serait grand temps de faire voler ce système sclérosé et moche en éclats icon_confused
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Répondre

Retourner vers « Travail »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré