Remise en cause du droit du sol par des députés UMP

Venez discuter de l'actualité politique.
Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 30 sept. 2010, 16:31:00

Droit du sol, déchéance de nationalité: Besson face à la surenchère de la droite

Le «grand débat sur l'identité nationale», voulu par Nicolas Sarkozy, et son «gros rouge qui tache» ont laissé des traces. Lors de l'examen, mercredi 29 septembre, par les députés, de son projet de loi sur l'immigration, Éric Besson a défendu une série d'articles ayant trait à la nationalité. Ce faisant, il s'est retrouvé confronté à des amendements issus de la majorité remettant en cause le droit du sol. Dépassé sur sa droite, il ne les a pas soutenus. Pour mieux y revenir plus tard, a-t-il laissé entendre.

L'offensive est venue d'élus de la «droite populaire», ce collectif créé le 14 juillet 2010 pour «revenir aux propositions de campagne de Nicolas Sarkozy», c'est-à-dire aux «fondamentaux», à savoir «la nation, la patrie, la République et le travail». Le député UMP Dominique Tian a ainsi proposé, avec un certain soutien, un amendement visant à modifier le droit du sol à Mayotte et en Guyane, en limitant l'accès à la nationalité aux personnes dont les deux parents sont nés en France – alors qu'aujourd'hui, les enfants nés sur le sol français deviennent automatiquement français à leur majorité, quelle que soit la nationalité de leurs parents.

Le rapporteur UMP du projet de loi, Thierry Mariani, pourtant issu du même groupe, a été contraint de freiner les ardeurs de ses collègues. «Cette réforme est nécessaire, a-t-il déclaré, mais on ne peut le faire comme ça, par la voie d'amendement. Je partage ce que vous dites, mais quand même, il faut un minimum de réflexion.» Et de s'inquiéter des effets dévastateurs de l'adoption d'une telle mesure: «Imaginez le message que nous enverrions! C'est le premier amendement qu'on adopterait! On créerait une nationalité à deux vitesses en vingt minutes, le message serait calamiteux, on fractionnerait la nationalité selon que l'on est de tel ou tel département.»

La gauche a vivement réagi. Apparentée au groupe social, radical, citoyen et divers gauche, Christiane Taubira a trouvé «insultant de séparer Mayotte et la Guyane du reste du territoire», tandis que la socialiste George Pau-Langevin a dénoncé «une tentation récurrente dans ce projet de loi de différencier les Français, les “vrais” Français et les Français de seconde zone».

Cet amendement a été rejeté, mais cela n'a pas empêché le député UMP Lionnel Luca de monter au créneau pour remettre en cause l'automaticité de l'acquisition de la nationalité pour les personnes nées de parents étrangers sur le sol français. Cette règle, a-t-il affirmé, «ne permet pas à la personne d'exprimer librement et pleinement sa volonté d'appartenance à son pays de naissance ou à son pays d'origine». «L'objectif, a-t-il ajouté, est de s'assurer que l'on ne devient pas français sans le vouloir et de préserver la cohésion nationale.»

Là encore, Thierry Mariani, celui-là même qui avait présenté l'amendement sur les tests ADN dans le cadre du regroupement familial en 2007, est apparu dépassé. «Une réforme du droit de la nationalité doit être précédée d'une réflexion et d'une discussion. Le faire en une demi-heure, ce n'est pas anodin, c'est quand même lourd de conséquence!», a-t-il lancé en réponse au tollé provoqué à gauche par cette mesure qui ramènerait la législation à la situation antérieure à 1998.

Tout en affirmant «souscrire à l'état d'esprit de cet amendement», finalement rejeté, Éric Besson a lui aussi semblé embarrassé. De fait, le texte allait au-delà de la proposition de Nicolas Sarkozy, qui, dans son discours du 30 juillet à Grenoble, avait visé les «mineurs délinquants». Mais, comme il a été largement défendu à droite, de Georges Mothron à Claude Goasguen en passant par Christian Vanneste, le ministre a essayé de gagner du temps. Il s'est félicité de la demande de mission parlementaire déposée par Claude Goasguen sur la réforme du Code de la nationalité et a rappelé que Nicolas Sarkozy avait annoncé la création d'une «mission d'expertise» sur les «mineurs délinquants». «Le président de la République va vous soumettre un projet de loi» sur ce thème, a-t-il avancé sans attendre les conclusions de ladite commission.

«Vous passez votre temps à vouloir faire le tri entre les Français», s'est exclamé le socialiste Julien Dray, relevant, au passage, les propos tenus la veille par Éric Besson sur les «bons Français». «En 1993, il y a eu les lois Pasqua qui sont revenues sur la tradition républicaine du droit du sol, a rappelé l'ancienne garde des Sceaux socialiste Élisabeth Guigou. La conséquence, c'est que les jeunes, parfois par manque d'information, laissaient passer le délai et se retrouvaient de fait sans nationalité. C'était toujours les enfants de milieux défavorisés qui étaient ostracisés. Alors que ces jeunes se sentaient français, ils avaient un sentiment profond d'exclusion qui allait à l'encontre de ce que vous dites rechercher: l'intégration.» Noël Mamère (Verts) a fustigé «une tentative de grignotage du droit du sol», alors que «notre Parlement serait plus utile à parler des problèmes économiques et sociaux qui concernent les Français».

«Un débat dangereux au sein de la communauté»

C'est aussi le refus de distinguer différentes catégories de Français qui a prévalu, à gauche, en amont de la discussion sur l'article 3 bis sur la déchéance de la nationalité, qui devrait avoir lieu ce jeudi 30 septembre dans l'hémicycle.

Dans le collimateur, la proposition du chef de l'État d'étendre les motifs de déchéance aux personnes, naturalisées depuis moins de dix ans, condamnées pour meurtre ou violences ayant entraîné la mort dans l'intention de la donner commis contre des dépositaires de l'autorité publique. D'ores et déjà, le chef de file des députés socialistes, Jean-Marc Ayrault, a fait valoir, mercredi soir, que ce dispositif était non seulement «absurde», car il «opère une classification entre les crimes», mais aussi dépourvu d'effet dissuasif, car «celui qui abat un gendarme et qui encourt à ce titre la prison à vie se soucie peu de la déchéance de la nationalité».

L'élu du PS a aussi souligné que cette mesure, «de portée symbolique», contrevenait à l'article 1er de la Constitution assurant l'égalité de tous devant la loi sans distinction d'origine, de race ou de religion et qu'elle n'avait d'autre vocation «que d'ouvrir un débat dangereux au sein de la communauté nationale». «La conquête du pouvoir, le combat pour sa préservation n'autorisent pas toutes les outrances», a-t-il déclaré.

Dissident à l'UMP, Étienne Pinte a lui aussi critiqué une disposition «inconstitutionnelle et inapplicable», qui aurait pour effet de rétablir la double peine, que Nicolas Sarkozy s'était vanté de supprimer en 2003.

Une fois encore, le gouvernement, outre l'opposition, devra faire face à sa majorité, dont une partie s'est promis d'aller au-delà des instructions présidentielles, en défendant un amendement autorisant la déchéance de la nationalité de toute personne, ayant acquis la nationalité dans un délai de dix ans, condamnée à une peine d'emprisonnement ferme égale ou supérieure à cinq ans.
http://www.mediapart.fr/journal/france/ ... nce-de-nat…

***

Si je me souviens bien la question d'un éventuel retour au droit du sang est, dans le paysage politique français, une prérogative exclusive au FN. L'aile droite de l'UMP est une fois de plus en train de marcher sur les platebandes de ce parti. L'intérêt d'une telle remise en cause, pour Sarkozy, est double, ménageant en quelque sorte la chèvre et le chou :

1. C'est un appel du pied franc et massif aux électeurs du FN. "Que de la g....." comme on dit puisque l'amendement proposé n'avait de toute façon aucune chance d'aboutir. Mais l'effet d'annonce en lui-même vaut son pesant d'or.
2. Parallèlement, l'aile "modérée" de l'UMP, outrée, vote contre l'amendement tout en s'accaparant le rôle traditionnellement joué par l'opposition. Le "débat" et l'actualité médiatique qui en découle ne concernent plus que l'UMP et rien que ce parti, exit les autres formations politiques dont la réaction n'intéresse plus personne.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 30 sept. 2010, 17:12:00

Une fois encore, le gouvernement, outre l'opposition, devra faire face à sa majorité, dont une partie s'est promis d'aller au-delà des instructions présidentielles, en défendant un amendement autorisant la déchéance de la nationalité de toute personne, ayant acquis la nationalité dans un délai de dix ans, condamnée à une peine d'emprisonnement ferme égale ou supérieure à cinq ans.
C'était prévisible : à partir du moment où on ouvre la boite de Pandore en élargissant les conditions de déchéance de la nationalité, on prend le risque de l'appliquer à tout et n'importe quoi. Et pourquoi pas pour fraude fiscale tant qu'on y est, après tout c'est une rupture du pacte républicain.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
FIFE
Messages : 3242
Enregistré le : 11 mars 2009, 00:00:00
Parti Politique : Front National (FN)
Localisation : Paris

Message non lu par FIFE » 30 sept. 2010, 17:34:00

Le droit du sol avait déjà été remis en question il y a quelques années, à propos de la Guyane.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 30 sept. 2010, 17:57:00

Oui c'est vrai Fife, mais pour la Guyane c'était à l'époque présenté comme une mesure exceptionnelle et ponctuelle, pour répondre à un "problème" singulier.

El Fredo a écrit :C'était prévisible : à partir du moment où on ouvre la boite de Pandore en élargissant les conditions de déchéance de la nationalité, on prend le risque de l'appliquer à tout et n'importe quoi. Et pourquoi pas pour fraude fiscale tant qu'on y est, après tout c'est une rupture du pacte républicain.
Je suis persuadé que ce type d'effet est prévu par le Chateau et que ça participe d'une stratégie d'ensemble. Les Lucas, Mariani et consorts sont peut-être incontrôlables mais leur comportement quasi-pavlovien, dès qu'il s'agit de s'engouffrer dans une brêche, ne peut échapper à l'analyse du président de la République. Toutes ces simagrées me font furieusement penser à un grand écart politique afin de couvrir à soi seul l'ensemble des opinions possible sur tel ou tel problème donné. C'est le meilleur moyen d'occuper l'espace médiatique sans aucune concessions.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
johanono
Messages : 32561
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 30 sept. 2010, 22:20:00

Songeons à tous ces pauvres jeunes des cités qui ne se sentent pas français et croient vivre dans un pays raciste, colonialiste et fasciste. Le retour au droit du sang permettrait de mettre le droit en accord avec les sentiments de beaucoup de ces gens-là. Ce serait une bonne chose. 

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 30 sept. 2010, 22:23:00

Je ne sais pas si notre pays est comme tu le décris, mais nos dirigeants actuels sont clairement xénophobes, et ça ne va pas aider ces jeunes à se faire une autre idée de la France.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 30 sept. 2010, 22:27:00

Perso je n'ai toujours pas compris comment fonctionne le droit du sang et jusqu'ici personne n'a été fichu de me l'expliquer correctement. Si une âme en peine veut bien se dévouer... ;)
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
johanono
Messages : 32561
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 30 sept. 2010, 22:32:00

racaille a écrit : Perso je n'ai toujours pas compris comment fonctionne le droit du sang et jusqu'ici personne n'a été fichu de me l'expliquer correctement. Si une âme en peine veut bien se dévouer... ;)
Ce n'est pas compliqué. Le droit du sang, ça veut dire que tu es français si un de tes parents est français. Le droit du sol, ça veut dire que tu es français dès lors que tu es né en France, quelle que soit la nationalité de tes parents.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 30 sept. 2010, 22:47:00

Ok merci Johanono, en fait c'est plutôt simple. Pour le droit du sol j'avais déjà pigé.

Si je comprends bien le droit du sang ça veut dire qu'un étranger ne peut pas devenir français ; seuls ses gamins peuvent éventuellement le devenir s'il se marie à une française.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 30 sept. 2010, 22:50:00

si, il peut demander la nationalité par la procédure de naturalisation.
 

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 30 sept. 2010, 22:53:00

Oh ok. Merci pour la précision, parce que sans ça ça n'avait aucun sens.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

bonbout
Messages : 94
Enregistré le : 24 sept. 2010, 00:00:00
Localisation : France

Message non lu par bonbout » 01 oct. 2010, 08:39:00

El Fredo a écrit :
Une fois encore, le gouvernement, outre l'opposition, devra faire face à sa majorité, dont une partie s'est promis d'aller au-delà des instructions présidentielles, en défendant un amendement autorisant la déchéance de la nationalité de toute personne, ayant acquis la nationalité dans un délai de dix ans, condamnée à une peine d'emprisonnement ferme égale ou supérieure à cinq ans.
C'était prévisible : à partir du moment où on ouvre la boite de Pandore en élargissant les conditions de déchéance de la nationalité, on prend le risque de l'appliquer à tout et n'importe quoi. Et pourquoi pas pour fraude fiscale tant qu'on y est, après tout c'est une rupture du pacte républicain.

Pour la fraude fiscal, il y aurait entre autre notre chanteur apatride qui se cherche un sol fiscalement intéressant pour s'y poser. Lequel ? C'est vrai qu'il y en a plusieurs...........

Je pensais à celui qui voulait être Belge....

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 01 oct. 2010, 13:52:00

Enfin, la reconnaissance, par les députés de la pertinence d'une proposition que le FN defend depuis près de 30 ans et qui se voit aujourd'hui agité comme un argument électoraliste.

Mais, desormais, les decisions se prenant au cabinet de l'Elysée, je préfère attendre de voir ce que cette proposition deviendra avant de me prononcer, mais au vu des agitations actuelles dont l'objectif est d'attirer les électeurs nationaux vers l'UMP, je doute de sa profondeur, de sa sincèrité et crois qu'il ne s'agit, hélàs, qu'une manoeuvre supplémentaire.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 02 oct. 2010, 08:34:00

Il me semble avoir vu un reportage au sujet de cette nationalisation automatique de tout enfant né sur un territoire français.

Certains dom toms voient leurs maternités déborder de "touristes accoucheuses" venant des pays avoisinnants, juste pour le plaisir d'offrir lanationalité française à leur futur gosse.

Une inflation phénomènale, des bébés jusque dans les couloirs et le secrétariat, les services sociaux sur le flanc, etc.

Aucune solution n'est facile, mais il faut en trouver une.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
FIFE
Messages : 3242
Enregistré le : 11 mars 2009, 00:00:00
Parti Politique : Front National (FN)
Localisation : Paris

Message non lu par FIFE » 02 oct. 2010, 12:01:00

" Être Français, ça s'hérite ou ça se mérite" !

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré