Le PS divisé sur son projet de retraite ?

Venez discuter de l'actualité politique.
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34136
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 20 oct. 2010, 22:23:00

Bonjour,

Le porte-parole du PS n'a visiblement pas voulu défendre la position officielle de son parti. Dans un entretien à RTL mardi matin, Benoît Hamon a expliqué qu'en 2012, si les socialistes arrivaient au pouvoir, l'allongement de la durée de cotisation à 41,5 ans, actée dans le contre-projet du parti, devrait être négociée.   L'aile gauche du Parti socialiste a comme un "doute" sur le contre –projet de l'organisation sur les retraites. Alors que les manifestations et les blocages se multiplient contre le projet du gouvernement, un point chiffonne Henri Emmanuelli et ses amis: l'acceptation de l'allongement de la durée de cotisation à 41,5 ans, prenant acte de fait de la réforme Fillon de 2003. C'est le porte-parole du parti, Benoît Hamon, qui a mis les pieds dans le plat mardi matin sur RTL. "Le Parti socialiste a arrêté une position. La question c'est: s'il vient au pouvoir, cette position, la négociera-t-il ou pas? Evidemment que oui. Il la mettra en débat", a-t-il déclaré.
Le chef de file du courant Un monde d'avance n'a pas critiqué ouvertement la position arrêtée par les militants et défendue mordicus par Martine Aubry (et Ségolène Royal). Il a simplement indiqué que, dans une logique de "coproduction avec le monde social français", elle devrait être négociée avec les syndicats en cas de nouvelle réforme. Sous-entendu: la durée de cotisation allongée à 41,5 ans n'est qu'une option. "Si demain les conditions économiques sont réunies pour qu'on le fasse, bien évidemment qu'on préfèrera faire travailler les salariés 40 ans que 41 annuités et demie ou 42 ans", a-t-il ajouté.

La durée de cotisation est le point de débat principal entre les syndicats français, a noté Benoît Hamon, la CGT et Force ouvrière étant opposée à son allongement tandis que la CFDT notamment est prête à le négocier. Et, alors que la contestation contre le projet de réforme du gouvernement bat son plein, Benoît Hamon et ses alliés pourraient craindre que le message soit mal perçu par les Français: "L'électorat s'interroge sur notre volonté réelle à faire une autre réforme des retraites", glisse ainsi un membre de son courant dans Le Figaro de mardi.
Et l'un d'entre eux a encore été plus bruyant: "Tactiquement cette position est une faute car elle raisonne comme une gifle claquée à la face de millions de salariés mobilisés contre le projet de Nicolas Sarkozy et de François Fillon. Sur le fond, ensuite, elle est éminemment contestable", note sur son blog Pascal Cherki, maire du XIVe arrondissement de Paris. Membre du Bureau national du PS, il ajoute dans ce texte intitulé "J'ai un doute": "Je recommande fortement à Martine Aubry de rectifier très rapidement le tir et de remettre en perspective la question des retraites avec la question de la bataille pour le plein emploi et pour une nouvelle répartition des richesses". En jeu, selon lui, l'élection présidentielle de 2012. Négocié mot à mot avec l'aile gauche, le contre-projet du parti avait déjà été amendé à la demande des "Hamonistes", notamment sur l'éventualité d'un nouvel allongement de la durée de cotisation après 2025. Nul doute que la discussion a dû être remise au gout du jour mardi soir, lors du Bureau national du parti.

Qu'en pensez vous ?

A plus tard,
 
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59980
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 20 oct. 2010, 22:29:00

Il est dommage que cette position ne soit défendue que par Hamon et Emmanuelli, car c'est ça le vrai PS.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 20 oct. 2010, 22:31:00

Le ps sera toujours le ps ....

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26215
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 20 oct. 2010, 22:42:00

Si je comprends bien, la position du PS est que toute réforme future sera négociée avec les partenaires sociaux en fonction des conditions économiques. Que demander de plus ?
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59980
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 20 oct. 2010, 22:46:00

Non, ça c'est la position de Hamon.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 20 oct. 2010, 22:46:00

 
Si je comprends bien, la position du PS est que toute réforme future sera négociée avec les partenaires sociaux en fonction des conditions économiques. Que demander de plus ?
Rien.

J'ajouterais que si le ps n'était pas divisé ... il n'existerait plus. Cela change de la pensée unique ump (tous derrière le chef et je ne veux voir qu'une seule tête)

Avatar du membre
johanono
Messages : 32561
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 20 oct. 2010, 23:53:00

El Fredo a écrit : Si je comprends bien, la position du PS est que toute réforme future sera négociée avec les partenaires sociaux en fonction des conditions économiques. Que demander de plus ?
Que demander de plus ? Un peu plus de précision.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26215
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 21 oct. 2010, 00:12:00

johanono a écrit :
El Fredo a écrit : Si je comprends bien, la position du PS est que toute réforme future sera négociée avec les partenaires sociaux en fonction des conditions économiques. Que demander de plus ?
Que demander de plus ? Un peu plus de précision.
Précision sur quoi ? Sur les points à négocier qui dépendront de conditions qui ne sont pas encore connues ?
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
johanono
Messages : 32561
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 21 oct. 2010, 08:25:00

Le PS va-t-il revenir sur l'augmentation de l'âge légal de départ en retraite ? Va-t-il modifier la durée de cotisation, et si oui dans quel sens et dans quelle mesure ? La pénibilité du travail sera-t-elle prise en compte, et si oui de quelle façon ? Les cotisations augmenteront-elles, et si oui dans quelle mesure ? Les régimes spéciaux seront-ils supprimés ? Autant de questions auxquelles le PS n'est pas capable de répondre. Renvoyer à une concertation avec les partenaires sociaux, c'est un peu court comme explication.

Rien de bien étonnant à cela : tous les opposants sont d'accord pour fustiger le caractère "injuste" et "anti-social" de la réforme proposée par le gouvernement, mais sont en réalité bien incapables de proposer des projets alternatifs. Même entre eux, ils ne sont pas forcément d'accord.

Au demeurant, il me semble avoir déjà démontré que le vague contre-projet trouvé sur le site du PS n'était pas sérieux.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 21 oct. 2010, 09:02:00

le propre d'une concertation c'est que tant que celle ci n'a pas eu lieu on n'en connait pas le résultat.

Bon, je sais qu'a l'ump, on fixe les réformes d'abord et on se concerte après, mais tu as vu le résultat que cela donne ?

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26215
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 21 oct. 2010, 09:20:00

johanono a écrit :Au demeurant, il me semble avoir déjà démontré que le vague contre-projet trouvé sur le site du PS n'était pas sérieux.
Non seulement tu n'as rien démontré du tout, mais tu oublies fort opportunément d'adresser les mêmes critiques au projet gouvernemental que tu soutiens alors qu'il est encore moins financé. Pour le reste lancelot a parfaitement répondu.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Cobalt

Message non lu par Cobalt » 21 oct. 2010, 09:59:00

Bon en même pas temps il ne faut peut être pas rêver complètement , la gauche,n'est pas magicienne aujourd'hui ,on subi une mauvaise gestion de la France à mon sens depuis trente ans il sont tour à tour responsable du résultat,par idéologie partager par l'un et l'autre, des acteurs politique , par incompétence et peut être aussi et même sûrement parce qu'ils se sont plus attachés à défendre leurs intérêts personnels que le notre et celui de notre pays ,je ne demande qu'une chose ,du bon sens quelqu'ils soit de gauche , de droite.Maintenant ce n'est que mon point de vue,rien ne dit que j'ai raison.En revanche que l'on prouve que j'ai tort je ne suis pas têtue,ma seule ambition c'est que les choses aillent vers un mieux,peut m'importe le flacon pourvu qu'on est l'ivresse.
Maintenant il y a un autre facteur c'est leur orgueil démesuré à vouloir qu'on reste la cinquième puissance du monde,mais cette préoccupation n'est pas désiroire ,il faudrait à ce moment que nos présidents successifs est les moyens de leurs ambitions qui sont peut être surtout les leur.,et que nous payons trés cher pour satisfaire leurs égos sur-dimensionnés Nous français sommes orgueilleux aussi de garder cette place,alors  si il faut payer pour ,au détriment de la précarité de la pauvreté qui augmente ?
Cette analyse est succincte , et même ce n'est pas une analyse c'est un sentiment et peut être inepte,ça m'est venu hier soir aprés réflexion,mais peut être on pourrait approfondir ce point ?
J'ai pensé à cela pour trouver une explication à la disparition du fric.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 21 oct. 2010, 12:09:00

Le fric ne disparait pas, il est simplement :

- mal employé
- trop concentré

Pour le reste, a savoir les retraites par exemple, il faut bien comprendre que d'une part :

- nous avons un chomage structurel et conjoncturel depuis peu (2008). Les deux s'ajoutant .... cela crée des manques à gagner très important pour les caisses sécu, chomage et retraite. Ma crainte à ce niveau est que le chomage conjoncturel dure tellement qu'il ne devienne structurel.
Dans ce premier cas, l'erreur des politiques est d'avoir soutenu la finance, qui ne participe plus du tout à la solidarité.

L'autre axe fort est la répartition de la richesse produite. Lors des 30 glorieuses, le pib était essentiellement constitué de valeur travail, et depuis cette époque la part travail ne cesse de régresser, or chacun sait que les machines ne payent pas de charges sociales. La encore l'erreur des politiques est de ne pas avoir anticipé ce glissement en élargissant l'assiette des cotisations.

Maintenant, tout remettre à plat constitue une urgence et le pansement sarko ne résoud rien, et au contraire obligera les prochains gouvernants à tout remettre sur la table dans un bref délai.

Cobalt

Message non lu par Cobalt » 21 oct. 2010, 12:59:00

Disons que le fric ne disparaît pas en effet , mais il n'a pas été alloué pour les retraites,sécu etc...alors ou se situe la balance précisément entre l'argent qui est donné à l'état et là où il va,c'est la question que je me pose,car quand même il faut bien avoir conscience que l'on ne fait pas un pas,sans donner du pognon à l'état,TVA par exemple.La sécu avec la taxe du tabac 35 francs le paquet en moyenne soit 5 euros,ça rapporte combien ,les PV en tous genre et tout le toutim.
Alors je pose la question,est ce que l'ambition d'être la cinquième puissance du monde est raisonnable ? la réponse est ce que en partie l'Europe n'est pas sensé harmoniser pour être LA puissance face aux autres continents ?c'est simpliste mais c'est pas trop grave j'espère,peut être quelqu'un pourrait se pencher la dessus,histoire de comprendre mieux les enjeux.

Elargir l'assiette des cotisations je suis parfaitement d'accord mais pas toujours au même.

Voilà on ne pourra pas taxer lancelot ne pas dire les choses à propos des socialistes faut pas rêver dans ce domaine à moins d'un miracle il faudra travailler plus.En revanche j'apprécierai que les choses soit énoncer clairement par tout le monde et interdire le populisme,y a pas un comité de sage pour empêcher de faire croire aux gens qu'à minuit il fait jours ?

Avatar du membre
johanono
Messages : 32561
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 21 oct. 2010, 13:11:00

El Fredo a écrit :
johanono a écrit : Au demeurant, il me semble avoir déjà démontré que le vague contre-projet trouvé sur le site du PS n'était pas sérieux.
Non seulement tu n'as rien démontré du tout, mais tu oublies fort opportunément d'adresser les mêmes critiques au projet gouvernemental que tu soutiens alors qu'il est encore moins financé. Pour le reste lancelot a parfaitement répondu.
Quand on est le principal parti d'opposition, on se doit d'avoir un contre-projet crédible. Se présenter à la présidentielle en disant qu'on va réformer les retraites mais qu'on ne sait pas encore comment parce que ça dépendra de la concertation avec les syndicats, voilà qui ne fait pas très sérieux.

Concernant le vague truc trouvé sur le site du PS, j'ai démontré que l'augmentation de 0,1 % par an rapporterait beaucoup moins qu'annoncé par le PS. Idem pour la pseudo taxation du capital. J'ai même appris à El Fredo que les besoins de financement étaient de 40 milliard par an.

lancelot a écrit :
le propre d'une concertation c'est que tant que celle ci n'a pas eu lieu on n'en connait pas le résultat.

Bon, je sais qu'a l'ump, on fixe les réformes d'abord et on se concerte après, mais tu as vu le résultat que cela donne ?
En effet, la légitimité démocratique appartient au président et à son gouvernement. C'est à eux de fixer les grandes lignes de la réformes, et aux syndicats de discuter des modalités d'aménagement de cette réforme. Donc en effet, on fixe les grandes lignes et on se concerte après.

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré