Auto-entrepreneur

Venez discuter des problèmes du travail dans notre pays, mais aussi des problèmes sociaux ( retraites, chomage...)
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 33929
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 09 mars 2009, 19:56:00

Bonjour,

La Loi de modernisation de l’économie n° 2008-776 du 4 août 2008, Titre 1 chapitre I instaure le statut de l'entrepreneur individuel communément appelé autoentrepreneur avec comme date d'application le 1° janvier 2009.

Ce statut s’adresse en particulier aux personnes qui ne veulent pas nécessairement créer une société commerciale pour exercer leur nouvelle activité et souhaitent pouvoir débuter ou arrêter facilement leur activité indépendante, que vous soyez étudiant, salarié, fonctionnaire, demandeur d'emploi ou retraité.

Les charges sociales et fiscales par exemple sont payées par un prélèvement libératoire mensuellement ou trimestriellement calculé sur le chiffre d'affaires.

Pas de chiffre d'affaires = pas de charges sociale ou fiscale

Ce statut vous fait bénéficier de nombreux autres avantages :
- La déclaration d’existence est simplifiée
- L’auto-entrepreneur est dispensé d’immatriculation à un registre
- Les contributions fiscales sociales sont prélevées une fois le chiffre d’affaires (CA) réalisé : pas de chiffre d’affaires = ni charges, ni impôt !
- L’entreprise ne facture pas la TVA

les conditions pour devenir auto-entrepreneur :
- Créer en tant que travailleur indépendant (les sociétés ne sont pas concernées)
- Démarrer une activité commerciale ou artisanale
- Réaliser un chiffre d’affaires (CA) inférieur à 80 000€HT pour de la vente de marchandises
- Réaliser un chiffre d’affaires (CA) inférieur à 32 000€HT pour des prestations de service

Il devrait y avoir 200 000 créateurs prévus en 2009.

Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 09 mars 2009, 22:35:00

Bonsoir,


Ce statut ne pourrait-il pas permettre aux gens de travailler plus pour gagner plus ? en sécurité puisque l'auto entrepreneur pourra affecter qu'une partie de ses biens à son activité à la différence de l'entrepreneur individuel qui peut voir tous ses biens saisis en cas de difficultés..

Statut intéressant apparemment, n'importe qui, dans certaines conditions, peut se lancer, avec la possibilité de s'arrêter facilement, sans lourdeur administrative...créer son propre emploi ?
Le système de charge sociale fonction du chiffre d'affaire est plutôt original quand on pense que pour les autres entreprises, les charges sont dûes dans tous les cas.

J'avais juste une question, s'il s'avère que le chiffre d'affaire dépasse les plafonds? qu'en est-il du statut ?
Ben finalement, une question en entraîne une autre : si l'activité dépasse les prévisions de l'auto-entrepreneur et qu'il souhaite embaucher quelqu'un ?
et une troisième : le statut qui est intéressant ne va pas entraîner un effet contraire à ce qui se passe d'habitude ? je veux dire par là que l'auto-entrepreneur ne va-t-il pas freiner l'évolution de son entreprise pour rester dans ce système ?. 
C'est tout au niveau des questions :) Merci de m'éclairer.

à plus
         

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 10 mars 2009, 17:50:00

La formule est celle dont rêvent les classes moyennes dans tous les pays, où certains ont mis sur pied des systèmes approchants, mais aucun aussi attractif.

En fait, elle vise trois catégories de gens :

- ceux qui veulent avoir une petite activité par trop erreintante, et resteront dans la tranche assez basse déterminée.

- ceux qui mèneront cette activité indépendante en complément de leur profession salariée.

- mais surtout tous ceux qui se lancent, et feront facilement leurs premiers pas, le temps de tester leur idée ou leur produit, et d'engager leur croissance.
Avec le développement de leur activité, ils ressentiront l'avantage qu'il y a à passer en société, mais n'auront pas dû tout faire en même temps et dans l'angoisse ...

Bravo !
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2138
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 11 mars 2009, 00:02:00

politicien a écrit : Bonjour,

La Loi de modernisation de l’économie n° 2008-776 du 4 août 2008, Titre 1 chapitre I instaure le statut de l'entrepreneur individuel communément appelé autoentrepreneur avec comme date d'application le 1° janvier 2009.

Bonjour,

Le statut d'entrepreneur individuel existe depuis longtemps, je ne vois pas la nouveauté, si ce n'est les conditions légèrement modifiées.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 33929
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 11 mars 2009, 07:27:00

Bonjour,

Gis a écrit :Bonsoir,

J'avais juste une question, s'il s'avère que le chiffre d'affaire dépasse les plafonds? qu'en est-il du statut ?
Ben finalement, une question en entraîne une autre : si l'activité dépasse les prévisions de l'auto-entrepreneur et qu'il souhaite embaucher quelqu'un ?
et une troisième : le statut qui est intéressant ne va pas entraîner un effet contraire à ce qui se passe d'habitude ? je veux dire par là que l'auto-entrepreneur ne va-t-il pas freiner l'évolution de son entreprise pour rester dans ce système ?. 
C'est tout au niveau des questions :) Merci de m'éclairer.

à plus
         
Gis pour répondre à tes questions :

En cas de dépassement de ces seuils, l'entreprise perd le bénéfice de la franchise en base de TVA, et donc du régime microentreprise, à compter du 1er jour du mois de dépassement.

Il peut embaucher un salarié il n'y a pas de problème

Si la personne est autoentrepreneur est que sa petite affaire marche très bien et donc dépasse largement les Chiffres d'affaires, il peut se mettre en micro-entreprise, évidemment il y a un peu plus de risque. Mais bon si son affaire marchait bien il n'y a pas de raison pour que cela ne continue pas.

Voilà j'espère avoir répondu à tes questions.

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 14 mars 2009, 22:59:00

Libre penseur a écrit :
politicien a écrit : Bonjour,

La Loi de modernisation de l’économie n° 2008-776 du 4 août 2008, Titre 1 chapitre I instaure le statut de l'entrepreneur individuel communément appelé autoentrepreneur avec comme date d'application le 1° janvier 2009.

Bonjour,

Le statut d'entrepreneur individuel existe depuis longtemps, je ne vois pas la nouveauté, si ce n'est les conditions légèrement modifiées.
L'intérêt réside dans la comptabilité allégée. Mais sinon, c'est effectivement une simple extension du régime de la micro-entreprise.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 33929
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 14 mai 2009, 21:56:00

Bonjour,

n période de crise, les bonnes nouvelles sont rares. Nicolas Sarkozy a célébré jeudi le succès du statut d'auto-entrepreneur, saluant "un phénomène de société" lors d'une réception à l'Elysée. Le chef de l'Etat s'est également efforcé de rassurer les artisans inquiets de cette nouvelle concurrence.

Devant plusieurs centaines d'auto-entrepreneurs réunis dans la salle des fêtes de l'Elysée, devenue pour une journée "la maison des entrepreneurs et des créateurs d'entreprises", il a salué "150.000 symboles de résistance et d'optimisme", "150.000 exemples qui fixent le cap pour sortir de la crise".

Depuis le 1er janvier, 150.000 entrepreneurs ont adopté le nouveau statut simplifié créé par la loi de modernisation de l'économie. Ce régime adapté aux étudiants, aux chômeurs, aux retraités ou aux salariés voulant exercer une activité complémentaire permet de déclarer son activité d'un simple clic sur Internet et d'acquitter ses charges en fonction de ses revenus. Le plafond pour bénéficier des avantages fiscaux est fixé à 80.000 euros de chiffre d'affaire annuel dans le commerce et 32.000 euros pour les activités de service.

Enfin ce nouveau statut semble vraiment une réussite.

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2138
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 14 mai 2009, 22:05:00

J'ai un ami qui fait partis des 150000 auto-entrepreneurs, il est encore étudiant mais il a décidé de faire de la création de site à coté, il n'a souscrit à aucun prêt, et il fait tout de la création à la vente, tout ça pour dire que cela peut être un véritable tremplin pour les jeunes désireux d'avoir leur propre entreprise.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 16 mai 2009, 02:09:00

Moi aussi je fais partie du lot. Mais je ne suis pas en extase pour autant après cet effet d'annonce quantitatif. Après tout, ce n'est pas parce que la France compte 150.000 patrons en plus que les affaires iront bien pour tout le monde. J'ai lu dernièrement que la France est le pays où, proportionnellement, il y a le plus de chefs d'entreprise au monde. Et à ce que je sache la création de richesse en France n'est pas extraordinairement élevée, enfin pas plus qu'en UK ou aux USA.

D'autre part, cette mesure n'a pas été faite uniquement dans le but de créer de la richesse mais aussi de faire revenir tous ceux qui bossent au black dans le giron du fisc. C'est dommage que cet aspect du dispositif ne soit plus mis en valeur; Pour le coup c'est aussi une mesure sociale qui profitera à l'ensemble des citoyens par le biais de la redistribution effectuée par la taxation.

Je trouve évidemment que c'est une bonne idée, qui plus est relativement apolitique dans le sens où pour moi ce n'est ni une mesure de gauche ni une mesure de droite mais simplement une mesure de bon sens. Novelli a bien joué sur ce coup là. Pour un fois que j'applaudis un libéral faut le noter :D
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 16 mai 2009, 11:12:00

Une fausse bonne idée :

Dans la mesure où aucune qualification n'est exigée, les clients de ses auto entrepreneurs courent un risque, et les compagnies d'assurance ne sont pas chaude pour assurer des "entrepreneurs" qui n'ont participer à aucune formation obligée pour les artisans et ne sont même pas inscrit à la chambre des métiers et du commerce; ce qui fait que plus de la moitié des auto-entrepreneurs travaillent sans assurances, et en cas d'accident ou de mal-façon les clients n'auront que leurs yeux pour pleurer.

NON l'auto-entrepreneur ne paie pas moins de charge, car pour lui les charges sont calculées sur le chiffre d'affaire, alors pour les artisans classiques ces charges sont calculées sur les bénéfices.

Il faut savoir que n'importe quel artisan peut choisir un régime micro-fiscal et micro social, sans pour cela être auto-entrepreneur

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 18 mai 2009, 19:27:00

Tu parles de l'artisanat alors que l'auto-entreprise couvre aussi les secteurs commerciaux et le secteur des services libéraux.

Je ne sais pas ce que tu en penses mais personnellement si je devais avoir à faire avec un plombier ou un électricien je ne passerais pas par un auto-entrepreneur. Par contre, pour faire externaliser une petite comptabilité ou ce genre de truc, pas de problème à mon sens.

Et puis d'une manière générale sur la question de la qualité des prestations, y'a pas besoin de verser dans le domaine de l'auto-entreprise pour se faire des frayeurs ;)
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 18 mai 2009, 19:35:00

"Par contre, pour faire externaliser une petite comptabilité ou ce genre de truc, pas de problème à mon sens."

C'est vrai à part peut-être le risque d'un contrôle fiscal un peu plus pointu.

C'est vrai que l'on peut également tomber sur un mauvais artisan, même s'il a peu de chance de durer.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 18 mai 2009, 20:34:00

L'Auto entreprise, c'est une bonne idée. Tant qu'il y aura des créations nettes, l'économie se portera bien, c'est un point important.

un autre point intéressant :  la possibilité de tester une formule et de changer de statut par la suite.

Encore un atout : la possibilité d'exercer légalement une activité d'appoint, que ce soit en complément d'un travail ou d'une retraite.

Enfin, il ne faut pas nier non plus la satisfaction de créer sa propre activité et d'en vivre.

Cependant, si ce statut récemment dépoussiéré, car assez ancien, présente indéniablement des espaces permettant peut être de densifier notre tissu économique, il n'en demeure pas moins assez peu attirant.

La première raison de cet attrait "mesuré" est motivée par la présence des seuils. De mémoire, pour du service, la limite de 30 000€  de CA me parait assez faible pour pouvoir en vivre décemment, car sur ce CA devront être payés en priorité :

- la fiscalité (allégée mais présente)
- les achats (sans récupérer la TVA)
- les frais (déplacements, énergie, loyer, matériel, etc ...)

le salaire que l'on pourra dégager sera fortement amputé.

En cas d'activité commerciale, le fait de na pas récupérer la TVA vous rendra totalement "hors de prix" a coté de vos concurrents en SARL - EURL. Vos achats seront pénalisés. Vous ne serez pas compétitifs et n'aurez pas de client.

En fait seule une activité de négoce "virtuelle" (pour cause d'absence de frais de structure) pourrait être rentable.

En clair, profitez de ce statut pour monter une boutique E-bay ....

La deuxième raison principale réside dans le fait que ce statut un peu exotique ne permettra pas de trouver des partenaires bancaires, a cause de l'absence de responsabilité liée au capital immobilisé et aux actifs (compta réduite a un livre de recettes et un de dépenses), ce qui nuira au développement.

En conclusion ... je suis partagé ... il existe d'autres voies plus simples et offrant de meilleures couvertures sociales, tout en exerçant une activité totalement indépendante. Un exemple : le portage salarial.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 18 mai 2009, 22:03:00

Ce statut est surtout très adapté au service à la personne ! Là c'est imbattable car on exerce une activité présentant peu de frais hors le cout du déplacement. De plus, on profite de la défiscalisation liée au services à la personne en pouvant être payé en chèques Cesu. C'est parfait pour rendre un coup de main par exemple une femme seule retraitée faisant tondre sa pelouse tous les mois par un auto-entrepreneur.

Dans mon cas (le dépannage informatique à domicile) je suis nettement plus compétitif que les boites "pros" dont j'ai pu chopper les tarifs (mais sur un rayon d'action plus réduit, certes). Par contre, effectivement, je ne vais pas me lancer dans la revente de pièces détachées à cause de cette histoire de TVA que je ne peux pas récupérer. Sans parler nécessairement de compétitivité, c'est trop galère à gérer au cas par cas avec tel ou tel client.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 18 mai 2009, 22:21:00

L'auto entrepreneur pourra sans doute aussi procéder à tous les travaux de décoration et rénovation de privés qui, souvent, achètennt eux-mêmes les fournitures. en outre, même s'il doit acquitter la TVA, sa clientèle régulière chez ses fournisseurs lui vaudra souvent des tarfis décoiffants ...

Pour ce qui est des prêts bancaires, ces entrepreeurs débutent souvent avec peu d'investissements. S'ils veulent améliorer leur équipement, par exemple, ils obtiendront un pret sans difficulté sur présentation de deux années fiscales.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Répondre

Retourner vers « Travail »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré