L'accouchement sous X remis en question en France !

Venez discuter de l'actualité politique.
Répondre
Myriam
Messages : 11
Enregistré le : 21 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique-France
Contact :

Message non lu par Myriam » 20 mars 2009, 17:00:00

Bonjour !

Depuis quelques temps, des voix de plus en plus nombreuses s'élèvent en France pour demander que l'accouchement sous X n'existe plus - qu'il soit remplacé par une possibilité d'accouchement confidentiel permettant à la mère d'être protégée et à l'enfant d'avoir la certitude de l'accès à ses origines personnelles dès sa majorité au plus tard.

Qu'en pensez-vous ?
Votre opinion intéresse notre association.

Merci de nous répondre et de commenter si vous voulez bien icon_biggrin

Avatar du membre
Chadagova
Messages : 64
Enregistré le : 16 mars 2009, 00:00:00
Contact :

Message non lu par Chadagova » 21 mars 2009, 18:04:00

La question est de savoir si la volonté de la mère de rester anonyme est supérieure à celle de l'enfant (même majeur) de connaitre ses origines.

Cette question me dépasse totalement.
"Le courage... c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel" Jaurès

Myriam
Messages : 11
Enregistré le : 21 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique-France
Contact :

Message non lu par Myriam » 21 mars 2009, 22:20:00

icon_biggrin Bonjour Chadagova,

La question fondamentale n'est pas d'opposer les droits de l'un à l'autre... la mère pouvant faire valoir les siens tandis que l'enfant non !

Mais si on oppose ces droits pour tenter de laisser les personnes à équité de droits "tous les citoyens devant être égaux devant la loi... on peut considérer que la mère a le droit d'accoucher discrètement et que plus tard son enfant aura le droit de la connaître !

Cela dit, seuls la France, le Luxembourg et maintenant la Hongrie permettent l'accouchement sous X !
Des pays qui ont pourtant signé et ratifié la Convention de New York qui affirme que tout enfant a le droit de connaître ses parents et d'être élevé par eux si possible !
Cela dit, on nous clame partout qu'hommes et femmes doivent être égaux devant la loi... l'accouchement sous X ne permet pas cette égalité !
Si un père reconnaît un enfant avant la naissance craignant un accouchement sous X (pour autant qu'il soit au courant qu'il est devenu père !), on lui répondra que la femme qu'il a déclaré devoir accoucher n'a jamais accouché !
Le père sera donc privé de son enfant et l'enfant de son père !
Soit... au moins deux personnes seront victimes d'une seule la mère au nom d'un droit personnel !!!


Bon week-end ! icon_biggrin

Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 22 mars 2009, 11:22:00

Bonjour,


Cet article 7 de la Convention Internationale des Droits de l'enfant parle du droit d'origine, et avec la possibilité de l'accouchement "sous x" il n'est pas respecté.

Pourtant, j'aurais tendance à à être pour la protection du secret de cet accouchement pour la femme, de lui permettre d'abandonner son enfant.. mais ensuite, en y réfléchissant, je pense à cette femme qui souffrira peut-être un jour de l'absence de cet enfant (en dehors de certains cas douloureux : viol, inceste.. ou l'avortement n'a pu être possible).
Je pense aussi à l'enfant qui même heureux avec sa famille adoptive, ne pourra peut-être pas vivre sans savoir "d'où il vient", il voudra savoir pourquoi sa mère biologique l'a  abandonné, voudra peut-être savoir comment elle est.. qui est son père.. et avec ce x, toute recherche abouti à rien. En fait, il est censé ne jamais avoir été né de cette femme.. comment peut-on se sentir avec cette idée en tête ? Comment continuer à grandir et à créer sa propre famille.

Je sais que j'ai posé pas mal de question, mais je dois dire que c'est difficile d'avoir une position claire..

Concernant la reconnaissance avant naissance,  vois ce lien.. c'est le combat d'un père. Il a reconnu son enfant avant sa naissance et a dû aller en justice pour faire reconnaitre ses droits. L'enfant a malgré tout été adopté et au bout de 6 ans le père a pu le récupérer.
http://www.net-iris.fr/veille-juridique ... ui-met-au-…
et celui-là http://www.babyfrance.com/actus-bebe/l- ... us-x-annul….
Les effets ne sont donc pas automatiques et je ne sais pas comment cela a évolué.. Ce qui est triste dans cette histoire c'est que les droits du père n'ont pas été reconnus de suite.. et pour l'enfant, ces seuls parents sont ses parents adoptifs.

à plus

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 22 mars 2009, 11:26:00

L'accouchement sous X a évité de très nombreux avortements. 

Il semble en effet que la confidentialité soit suffisante pour préserver la vie privée de la mère, sans attenter ultérieurement et sous certaines conditions à l'information de l'enfant.

Pour le père ? Qu'il aille se faire voir ! Si suite à une liaison il s'est aillé quand sa compagne était enceinte, il est un peu tard ensuite pour faire virer sa corde paternelle ...

Notons toutefois qu'il pourra toujours entammer une action en revendication de paternité, via des tests adn.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Myriam
Messages : 11
Enregistré le : 21 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique-France
Contact :

Message non lu par Myriam » 22 mars 2009, 16:27:00

icon_biggrin A Gis...

L'histoire du petit est "terminée"... les familles ont trouvé un accord... le petit est resté dans sa famille d'adoption mais rencontre son père et sa filiation est double officiellement.
Il faut cependant ajouter que le cas était différent...
L'enfant a été accouché sous X malgré la reconnaissance anté natale du père... et surtout l'enfant a été placé en vue de son adoption très rapidement dans une famille de médecin vu des soucis de santé importants qu'on ne reprendra pas ici par respect de lui !

Actuellement une autre affaire va se juger dans les jours et les semaines à venir !
Une petite fille... reconnue sur le tard pour différentes raisons solides...
Elle était en famille d'accueil et l'oeuvre d'adoption l'aurait placée en vue de l'adoption deux ou trois jours après avoir été avertie que le Tribunal avait ordonné des test ADN pour éclaircir la paternité du présumé père... la mère affirmant que l'enfant était le fruit d'un viol collectif et pas l'enfant de son compagnon après avoir dénié la grossesse jusqu'à son terme !
Voilà ce qui se passe aujourd'hui en France... et c'est très grave !

Vous avez raison pour la Convention ... elle n'est pas respectée par tous les pays qui l'ont pourtant signée...
Connaître ses parents c'est un droit acquis pour les enfants et aussi celui d'être élevé par eux si possible !
On peut donc prendre en compte le droit des mères à vouloir être protégée et nous sommes d'accord d'où notre accord à l'accouchement dans la discrétion ou dit encore dans la confidentialité !
Mais il faut qu'un jour l'enfant ait droit à son histoire et à connaître ses parents !
Nous ne choisissons pas les mères que nous recherchons et nous pouvons attester qu'en 7 ans de fonctionnement une seule a refusé de rencontrer son enfant (tout en sachant que son enfant avait déjà trouvé ses coordonnées avant de s'adresser à nous)... et ce seul cas ne requierait pourtant aucune protection particulière de la mère !!!

Vous avez raison pour le côté de l'enfant... et il faut y ajouter la discrimation de santé !
La loi française oblige toute personne ou toute association de répondre en matière de santé pour éviter que quiconque n'ai pas droit à la santé ou à sauver sa vie pour refus des personnes à livrer des antécédents ou autres.
Voilà pourquoi le CECOS est obligé de garder l'identité des donneurs de sperme !
En cas d'accouchement sous X, les enfants qui en sont victimes n'ont droit à rien... seulement celui de répondre au médecin "je ne sais rien et je ne peux rien savoir... je suis un X !!!"

icon_biggrin A mps...

Comme vous y allez !

Alors pour l'avortement c'est faux et archifaux !
En Europe, seuls la France, le Luxembourg et la Hongrie ont installé l'accouchement anonyme !
Ces pays n'enregistrent pas un taux plus faible d'avortements !
Malgré que l'accouchement sous X existe en France... savez-vous que des françaises vont se faire avorter jusqu'à parfois quinze jours ou trois semaines du terme de la grossesse en Espagne ?

Là nous sommes d'accord... pas besoin du X pour protéger la mère un nombre d'années suffisant !
Car si les pères doivent être responsables, les femmes aussi... même si elles ont besoin d'être protégées à un moment de leur vie !

Ohohhhh doucement là...
Si ce que vous dites est parfois réel, ça l'est aussi à l'inverse...
En aucun cas ce ne doit être à l'enfant à faire les frais de l'entente ou de la mésentente, de l'union ou de la désunion de ses parents !
L'enfant est une personne avec des droits entiers même s'il ne peut les faire valoir lui-même avant un certain âge !
L'enfant est une personne et non un objet... en aucun cas il ne peut devenir l'otage ou la monnaie d'échange d'un quelconque règlement de comptes !

Faux...
Personne ne sait ce que la nouvelle loi de janvier va permettre exactement ou non aux pères dont la mère a accouché sous X !
Et de toute façon pour pouvoir le faire il faudrait bien des impossible à surmonter :
- prouver l'accouchement de la mère qui sous X est censée devant la loi n'avoir jamais accouché
- retrouver l'enfant... et seulement après sa majorité...
Le retrouver comment ? L'adoption modifie les prénoms voire le lieu de naissance dans de nombreux cas !
Seulement après sa majorité et sans pour autant avoir les droits puisque l'adoption plénière rompt tous les liens avec la famille de naissance
- créer quels dégâts ?
Vous rendez-vous compte pour l'enfant de tout ce que cela représente ?

Bon dimanche et merci pour votre réponse icon_biggrin

Myriam
Messages : 11
Enregistré le : 21 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique-France
Contact :

Message non lu par Myriam » 29 mars 2009, 08:54:00

icon_biggrin Bonjour et bon dimanche à Chacun !

Je vous remercie de poursuivre ce débat éthique important pour nos socités d'aujourd'hui et de demain...
Après la France et le Luxembourg, l'accouchement sous X est arrivé en Hongrie... et certains tentent une nouvelle fois de l'installer en Belgique !

Tout en poursuivant ce débat pour ceux qui le désirent, j'invite ceux qui sont contre l'accouchement sous X à se rendre au lien http://www.petitionduweb.com/NON_a_l_ac ... -2908.html
Une pétition internationale est lancée... et vous l'avez compris, nous avons besoin de vous pour la faire avancer !

Le site de l'association responsable de cette pétition dont l'adresse se trouve sur la pétition vous permettra d'en suivre les résultats, les initiatives et divers si vous le désirez.

Je reste bien entendu parmi vous pour continuer ce débat... mais j'y resterai aussi ensuite...
Votre accueil et votre site sont bien sympathiques !

Merci pour tout ! icon_idea

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 29 mars 2009, 22:14:00

Bon dimanche et merci pour votre réponse icon_biggrin

Bien difficile de répondre à votre message, puisque vos remarques ne sont par intercallées par les phrases qui vous ont fait réagir.

Oui, l'avortement sous X est inconnu en Belgique, qui ne s'en porte pas plus mal, et où on n'entend jamais un enfant en recherche d'origine.

Oui, l'accouchement "discret" suivi immédiatement d'abandon a évité des quantités d'avortements, et il est bien difficile de dire si c'est le cas des avortements sous X. Le fait que le taux d'avortement français soit comparable à d'autres ne présume pas de ce qu'il serait sans ce type d'accouchement, bien entendu.

Mais quelle soit la manière dont on légifère, des mères écervelées et des pères butineurs créeront toujours un traumatisme chez les enfants qu'ils mettent au monde.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Myriam
Messages : 11
Enregistré le : 21 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique-France
Contact :

Message non lu par Myriam » 01 avr. 2009, 07:15:00

icon_biggrin Bonjour mps

A propos du nombre d'avortements...
Dites-moi donc pourquoi la France verrait ce nombre augmenter si Elle était libérée de l'accouchement sous X alors que ce n'est le cas nulle part en Europe ?... les taux sont stables... hors seulement trois pays proposent le X lors de l'accouchement en vue de l'abandon de l'enfant !
Opposer l'avortement à l'accouchement sous X est un jeu dangereux qui ne profite à personne ni à rien...
Les personnes qui accouchent sous X sont des personnes qui veulent donner la vie à ces enfants (hormi un nombre marginal qui se trouve hors délai et encore vu les "facilités" offertes par un pays limitrophe) parce qu'elles ne peuvent se résoudre à l'avortement pour différentes raisons.
Inversément, ceux pour qui l'avortement n'est pas un "souci" n'iront pas vers l'accouchement sous X car ne désireront notamment pas assumer neuf mois de grossesse non désirée et dans des situations parfois de détresses diverses.

Vous le dites... on entend pas en Belgique la souffrance des enfants adoptés à propos de la recherche de leur histoire et de l'accès à leurs origines...
SAUF tous ces enfants nés sous X en France et ramenés "bizarrement" pour bon nombre en Belgique où ils ont été adoptés...
Ceux-là souffrent et se battent aussi fort voire parfois violemment que les français.

Bonne journée icon_cry

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 01 avr. 2009, 17:06:00

Je crois, pour l'avoir vu de près, que certaines filles souhaiteraient ne pas avorter, mais ne veulent pas non plus aller plus loin, c'est à dire assumer leur enfant.

La première solution qu'on leur propose, dans les centres de planing familial, est de mener leur gorssesse à terme et dabandonner l'enfant à sa naissance.

Pour certaines, comme vous le dites, la grossesse elle-même est un problème, pour d'autre moins ...

La naissance sous X n'existe pas en Belgique, mais sous certaines conditions (abandon solemnel de la mère et adoptants présents avant même la naissance), certains enfants sont inscrits directement au nom de leurs parents adoptifs et c'est avec eux qu'ils quittent la maternité.

Ce qui évite le passage parfois prolongé des bébés dans des "élevages".

En fait, je suis surtout pour une grande souplesse, dans l'intérêt de l'enfant.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Myriam
Messages : 11
Enregistré le : 21 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique-France
Contact :

Message non lu par Myriam » 02 avr. 2009, 02:05:00

icon_biggrin Bonjour mps

Votre message m'étonne pourriez-vous m'en dire plus ?
L'adoption est soumise à des règles strictes et à ma connaisance aucun enfant ne peut être déclaré enfant de naissance de ses parents adoptifs... à ce jour en plus l'accouchement anonyme est toujours interdit en Belgique.

Pourquoi parlez-vous du fait qu'un enfant reste dans des "élevages" ?
Les Institutions existent pour des enfants qui ne sont pas abandonnés et ne sont donc pas adoptables... et je pense qu'il y a belle lurette que ce mot "élevage" n'est plus de mise dans ce pays.

L'enfant abandonné à sa naissance (il est permis d'abandonner son enfant en Belgique pour le confier en adoption.... c'est juste accoucher sous X qui n'est pas possible) sera confié à une famille en vue de son adoption... il n'y a pas de raison qu'il passe des lustres en institutions.

Merci de m'en dire plus s'il vous plaît icon_lol

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 02 avr. 2009, 08:18:00

Code : Tout sélectionner

Votre message m'étonne pourriez-vous m'en dire plus ?
L'adoption est soumise à des règles strictes et à ma connaisance aucun enfant ne peut être déclaré enfant de naissance de ses parents adoptifs... à ce jour en plus l'accouchement anonyme est toujours interdit en Belgique. 
J'ignore de processus juridique, mais je sais qu'il existe (ou a récemment existé). Je suppose qu'il s'agit d'un genre d'adoption pré-natale (?)
Pour le reste, en effet, nous n'avons pas d'accouchement sous X, mais éventuellement un abandon en bonne et due forme.


Code : Tout sélectionner

Pourquoi parlez-vous du fait qu'un enfant reste dans des "élevages" ?
Les Institutions existent pour des enfants qui ne sont pas abandonnés et ne sont donc pas adoptables... et je pense qu'il y a belle lurette que ce mot "élevage" n'est plus de mise dans ce pays. 
J'emploie intentionnellement ce mot péjoratif, parce qu'un bébé n'a pas à se trouver dans un système "industrialisé". Pour vous donner un exemple émouvant mais navrant, j'avais dans mes attribution un genre de refuge pédiatrique où se trouvaient des bébés (moins de deux mois) abandonnés. Ces bébés pleuraient beaucoup, et ne prenaient pas normalement de poids. A la désolation du personnel réduit, qui ne savait plus que faire.

On a alors installé une sonorisation dans la salle des bébés : deux fois par jour, elle diffusait des mots gentils "guiliguili, qu'il est beau ce bébé, petit amour, etc"
pendant 5 minutes, avec une voix très câline. et deux autres fois, on passait une bande avec des battements de coeur (ce que le bébéentend quand il est dans les bras).

Ces pauvres bébés ont beaucoup moins pleuré, et recommencé à prendre du poids tout à fait normalement !


Code : Tout sélectionner

L'enfant abandonné à sa naissance (il est permis d'abandonner son enfant en Belgique pour le confier en adoption.... c'est juste accoucher sous X qui n'est pas possible) sera confié à une famille en vue de son adoption... il n'y a pas de raison qu'il passe des lustres en institutions. 
Non, il est très rare qu'un bébé abandonné aille directement dans une famille d'accueil, hélas.

Autre exemple "anti institutions", celui des hopitaux pour enfants en Chine. Une de mes amies, pédiatre, avait demandé à en visiter un. On la fait entrer dans une grande salle commune, avec plein de femmes vieilles et jeunes, en chemises de nuit dans les lits.  Interloquée, elle fait valoir à l'interprête que ce sont des bébés qu'elle veut voir. Sourire, oui-oui. En fait, on n"hospitalise pas les bébés, dans cet hopital, sans sa mère ou sa grand-mère ! Elle a eu droit à toutes les statistiques : les bébés y guérissent bien plus vite que ceux hospitalisé tout seuls ....

Ce n'est pas parce que les lieux sont peints en rose, et les nurses pleines de bonnes intentions que les "élevages" ne sont pas à déconseiller. 
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Myriam
Messages : 11
Enregistré le : 21 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique-France
Contact :

Message non lu par Myriam » 02 avr. 2009, 18:11:00

icon_biggrin Bonjour mps

Quand vous parlez de ce processus qui existerait... parlez-vous de la Belgique ou d'un autre pays ?
En Belgique je sais que l'adoption ouverte se pratrique déjà et donne des résultats qui paraissent satisfaisants... et là effectivement il se passe quelque chose entre parents de naissance et adoptifs puisque l'enfant est "remis" par l'une à l'autre...
MAIS cela n'implique en rien la modification des filiations légales... l'enfant est déclaré au nom de sa mère de naissance et légalement adopté par sa mère adoptive.

Des bébés peuvent effectivement rester en pouponnières notamment pendant les deux mois de rétractation possible de la mère...
Mais ce dont vous parlez n'a rien à voir avec ce processus de période d'attente... mais avec celui d'un personnel non suffisant pour assumer les charges qui incombent aux services sociaux.
Je pense que ce genre de faits ponctuels doivent être dénoncés... et sans hésitation... vu les conséquences graves et dramatiques que cela peut avoir pour les enfants !

Qu'il s'agisse d'une pouponnière ou d'une famille d'accueil, ces mois de rétractation possible pour la mère d'un enfant sont pour tous une période fragile et difficile... nous sommes d'accord !
Cela dit, je pense qu'il faut rester prudents et respectueux car certaines de ces pouponnières et de ces familles d'accueil (peut-être même la majorité) font aujourd'hui du bon travail.
On ne pourra jamais éviter tout problème et toute souffrance à des personnes (fussent-elles des bébés ou des enfants) qui se retrouvent plongées dans une situation de détresse et/ou particulière.
A mon humble avis, ça n'est pas une raison pour raccourcir encore le délai de rétractation des mères qui peut être un temps utile et précieux pour dénouer certaines situations et les solutions... et aussi parce que l'adoption est aussi un traumatisme pour un enfant qui vient de quitter une mère avec qui il a vécu dans la plus grande des proximités pendant neuf mois.

Là nous sommes absolument d'accord et je pense que nos pays commenent à en prendre conscience...
On voit se créer ici et là les dites "maisons des parents" dans les enceintes des hôpitaux... parce qu'il est reconnu que les enfants gravement malades en retirent un énorme bénéfice.
Si cela est important et devrait se généraliser, vous serez d'accord avec moi qu'il en va ainsi pour toute personne...
Mon expérience m'a démontré que tout patient hospitalisé entouré allait mieux et plus vite que ceux qui sont isolés ou qui ne sont pas entourés par ceux qu'ils aiment... la lutte contre la maladie et l'affrontement avec la souffrance exigeant énergie, efforts et bien des fragilités physiques, psychologiques, émotionnelles et affectives !

Au plaisir de vous lire icon_biggrin

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : signora