Le NPA

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 18 sept. 2014, 21:11:07

Oui nico37, effectivement, il fut un temps où il fallait lutter, se battre, pour arracher des revendications, d'ailleurs, les chefs d'entreprises en faisaient autant. Mais aujourd'hui, chacun a conscience, y compris et surtout les travailleurs, que la tenue de l'économie, son dynamisme est indispensable aux investissements, au développement des entreprises et des emplois que chacun espère trouver.

Dès lors, prôner des blocages ou des révoltes qui affaibliraient sont à l'encontre des besoins, des constructions dont notre pays a besoin pour permettre, à la fois aux entreprises de se développer, mais aussi aux salariés de pouvoir progresser socialement. Nul ne peut prospérer dans un pays en déclin, nico37, ou dans un pays arrêté, paralysé.

Avatar du membre
Ramdams
Messages : 13178
Enregistré le : 18 mars 2013, 09:37:10

Re: Le NPA

Message non lu par Ramdams » 18 sept. 2014, 22:28:13

4 € pour acheter de la propagande politique ? :shock:

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 20 sept. 2014, 23:03:08


Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 21 sept. 2014, 10:45:58

Le MEDEF a des dents et elles sont longues !

Partant de la promesse mensongère de créer 1 million d’emplois, le MEDEF ose avancer une série de propositions toutes plus provocatrices les unes que les autres : suppression de 2 jours fériés sur les 11 existants, dérogation au salaire minimum, suppression de la notion de durée légale du travail pour notamment repousser le seuil de déclenchement des heures supplémentaires, remontée des seuils sociaux, possibilités étendues du travail le soir et le dimanche, création d’un CDI à durée… limitée à un projet, renforcement du contrôle des chômeurEuses et bien sur la suppression de taxes comme celle sûr les transactions financières.

Il aurait tort de se gêner. Tout ce qu’il a demandé il l’a obtenu et parfois au-delà. Avec le pacte de responsabilité Valls a déjà permis 40 milliards de cadeaux et tout cela sans contreparties. Le patronat tente, en s’appuyant sur le gouvernement, d’imposer de nouveaux reculs aux salariés.

Ce faisant il joue avec le feu. A ce petit jeu tôt ou tard la colère va trouver à s’exprimer. Plus que jamais nous appelons à une riposte unitaire, dans les entreprises et dans la rue contre le patronat et Son gouvernement.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 21 sept. 2014, 17:34:14

Effectivement, au travers ces provocations et ces revendications excessives, cette organisation parvient à obtenir, à grignoter, pour ses adhérents des avantages que les syndicats de salariés, enfermés dans des méthodes qui ne parviennent pas à mobiliser, à convaincre un nombre significatif de salariés n'arrivent à faire avancer.

Sur un plan politique il est indispensable de faire avancer des solutions, des alternatives et de cesser d'entretenir une forme de rapport conflictuel qui semble être favorable, pour l'instant aux organisations patronales qui obtiennent tant de la part de nos élus....Il est temps de se prendre en main, de reprendre, démocratiquement, par les urnes le pouvoir plutôt que de faire confiance aux formations politiques ou aux revendications qui ne sont pas représentatives de l'état d'esprit d'une immense majorité des salariés et des entreprises.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 23 sept. 2014, 00:17:41

Discours de Valls à l'Assemblée : le retour anticipé de Sarkozy !

A l’assemblée nationale, aujourd’hui, Valls demandait un vote de confiance aux députés de sa majorité. Pour faire taire son opposition interne, celle des frondeurs, il a annoncé qu'il ne toucherait ni au SMIC, ni aux 35 heures et qu’il revaloriserait les petites retraites. Quelques miettes alors que d’un autre côté, il a réaffirmé, à grands coups d’autoritarisme et de républicanisme qu’il ne changerait rien et qu’il fallait « aller plus vite et plus fort ». « Gouverner c'est résister, gouverner c'est réformer, gouverner c'est dire la vérité, aller chercher la confiance surtout quand c'est difficile ». Bref un discours digne de Sarkozy. Il continuera une politique totalement soumise aux exigences du Medef et des banques. La confiance, cela fait longtemps que les travailleurs et la population n’en ont aucune pour ce gouvernement. Mais c’est seulement, dans la rue, par nos mobilisations, tous ensemble, que nous pourrons le faire reculer. Les dernières mobilisations et celles d’ores et déjà prévues pour la défense de l’hôpital public ce mardi 23 septembre ou pour la Sécu le 16 octobre - montrent que résister à ce gouvernement est possible. Mais ce n'est pas suffisant. Dans les semaines qui viennent, de façon unitaire, il faut construire contre ce gouvernement un pouvoir plus fort que le sien, celui de la rue. Dans quelques semaines, le vote du budget pourrait être l’occasion pour les travailleurs et leurs organisations de lancer la fronde sociale et politique.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 23 sept. 2014, 22:22:30

Conférence de Paris : les « pompiers pyromanes » engagés dans la troisième guerre d'Irak !

François Hollande et Laurent Fabius se sont félicités de rassembler 27 pays à Paris dans la « Conférence pour l'Irak » pour affirmer, mandatés par Obama, leur lutte contre le terrorisme et plus particulièrement contre Da’ech – l’Etat Islamique (EI) qui s’est imposé comme force militaire contrôlant un territoire à cheval sur la Syrie et l’Irak. Ce califat autoproclamé multiplie les atrocités qui provoquent à juste titre l’horreur. Cependant on ne peut oublier dans cette situation la responsabilité totale des puissances mondiales ou régionales qui prétendent maintenant s’y opposer. La puissance états-unienne, en premier lieu, a dirigé les coalitions militaires en Irak en 1991 et 2003, pour imposer une occupation militaire. Par la division, la population irakienne a été privée de la maîtrise de ses luttes et de son destin, et la violence aveugle de la guerre et la torture généralisée ont été légitimées. Avec leurs alliés britanniques, français et autres puissances européennes, les Etats-Unis ont discrédité dans toute la région les principes de démocratie et de souveraineté nationale en défendant la politique ultra sioniste de l’Etat d’Israël. La Russie de Poutine, en écrasant la Tchétchénie depuis 20 ans, et en assistant depuis 3 ans le régime syrien dans tous ses crimes, a, comme l’Iran, poussé dans les bras des différents courants djihadistes de nombreux résistants. Quant aux monarchies du Golfe, elles ont financé largement les organisations les plus obscurantistes, à leur image. La responsabilité des régimes en place est écrasante : celle du régime de Bachar Al-Assad en Syrie bien sûr, mais aussi de Al-Maliki en Irak, qui par son sectarisme confessionnel a énormément facilité l’emprise actuelle de l’État islamique. Ensemble, ils ont abandonné le peuple syrien à ses bourreaux pendant trois ans, et les minorités chrétiennes et yézidis, pendant des semaines, à l’exode ou à l’extermination. Ce n’est que quand l’EI a menacé le cœur de la région kurde d’Irak d’une part, et Bagdad d’autre part, que la « coalition anti-terroriste » a commencé à se concrétiser. Ce n'est pas par une nouvelle guerre impérialiste dans cette région dévastée que la situation des peuples s'améliorera en terme de justice et de démocratie. Le NPA exprime sa solidarité avec toutes les forces démocratiques en Syrie et en Irak ainsi qu’aux Kurdes qui résistent à cette terreur. Ce sont les forces locales qui se battent contre l'EI et le sectarisme confessionnel qu'il faudrait fournir en armes. Mais il n'en est pas question pour la coalition qui n'a d'autre but que de maintenir la domination des USA et de leurs alliés sur la région. En témoigne le maintien par l'Union européenne, les Etats-Unis et d'autres Etats occidentaux, de l'inscription du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) sur leurs listes d'organisations « terroristes », alors même que ce sont ses combattants, avec ceux d'autres forces de la gauche kurde, qui ont bloqué la progression mortifère des troupes de l'EI. Cette mesure doit être immédiatement levée. Et plutôt que d'engager une nouvelle intervention impérialiste, l'Union Européenne et la France doivent secourir les deux millions de personnes déplacées qui fuient les massacres et cherchent asile et protection, en leurs ouvrant leurs frontières. Le NPA revendique le retrait de toutes les troupes françaises de la région, en particulier des 900 soldats et des avions qui sont sur place.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 24 sept. 2014, 21:05:10

Valls, c'est évident, dans la méthode se rapproche de Sarkozy, cite de grandes valeurs républicaines mais ne tient aucun compte des revendications, remarques ou même de l'expression du suffrage démocratique.

Est il possible, dans une démocratie d'ignorer les attentes et les expressions du peuple ? Je ne le crois pas. Valls crois en sa politique, à ses vertus, malgré des indicateurs qui ne cessent de se détériorer de mois en mois. Le retour de Sarkozy, en tant que leader de la droite, risque de cristalliser le débat et de renforcer, malgré tout une majorité. Je n'entrevois pas de réelles alternatives, hélàs pour le peuple en souffrance, il va continuer de souffrir.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 25 sept. 2014, 02:05:19

Seul le rapport de force collectif des travailleurs est en mesure d'infléchir la politique de casse de la bourgeoisie et de ses valets...
Conférence de presse de Hollande, deux heures de baratin.

Victor Hugo avait immortalisé Napoléon le Petit. Hollande a inventé Le Petit Charles (de Gaulle) en mettant constamment en avant le « Je », la « France », en se rependant longuement sur les questions internationales. Et c’est pour réaffirmer le rôle de gendarme international dans l’ombre de l’impérialisme américain avec l’intervention en Irak, sur les champs de manœuvre d’Afrique ou d’Ukraine. Avec des accents sarkoziens réclamant une place particulière pour la France pays qui contrairement a beaucoup d’autres aurait « une histoire, des traditions ». Avec en prime le développement du Service civique censé redonner aux jeunes le goût de l’engagement, du sacrifice et une nouvelle version de la tarte à la crème de la généralisation du numérique.

En guise de transition, Hollande a justifié les nouvelles attaques contre les libertés publiques sous prétexte de lutte contre le terrorisme qui serait le danger à l’extérieur comme à l’intérieur. Pour ce qui est des « sans dents », Hollande l’a martelé : les pactes de soumission au patronat restent le cap et le vote de confiance de la minorité des députés lui suffit pour continuer dans la même voie. Le dialogue social, c’est-à-dire les mains libres pour le MEDEF et les sacrifices pour les plus démunis, reste d’actualité, comme il n’a pas oublié d’évoquer les nouvelles menaces sur les seuils sociaux et le travail du dimanche.

Hollande a affirmé qu’il irait de toutes façons au bout de son mandat, de sa politique. A nous, par la mobilisation de toutes et tous du 23 septembre contre l’austérité à l’hôpital, contre le budget et l’ensemble de la politique gouvernementale, d’abord le 16 octobre puis dans les semaines suivantes, de le faire renoncer à cette nouvelle promesse.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 25 sept. 2014, 20:58:28

C'est certain que ce n'est pas en subissant sa condition sans mots dire que la situation s'arrangera pour les travailleurs, mais ce n'est pas en bloquant, en s'agitant et en gueulant que l'on peut trouver des solutions raisonnables, réalistes et négociés entre les salariés et les entreprises.

Je ne reproche pas aux révolutionnaires leur manque de sincérité, je leur reproche leurs excès qui ne conduisent, à l'instar également des excès des représentants patronaux qu'aux blocages dont notre pays souffre tant et qui ne permets ni aux uns ni aux autres, finalement de progresser.

Avatar du membre
Ramdams
Messages : 13178
Enregistré le : 18 mars 2013, 09:37:10

Re: Le NPA

Message non lu par Ramdams » 08 oct. 2014, 22:24:15

Philippe Poutou démission de la direction du NPA

Nico37 est très documenté à ce sujet, je ne pense pas qu'il me contredira si je dis que le NPA est un parti mort électoralement, financièrement, structurellement ?

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 09 oct. 2014, 20:48:13

Les révolutionnaires sont, depuis longtemps traversé par des difficultés de fonctionnement et autres tensions internes. C'est, je crois le résultat d'un décalage trop important qui existe entre les attentes de leurs sympathisants de terrain et les objectifs, l'idéologie et certains dogmes dans lesquels ils restent hélàs enfermés.

Ces soucis de fonctionnement finissent par lasser, usés les responsables ou représentants de cette famille de pensée qui tardant à évoluer, finit par devenir inaudible ce qui, finalement ne sert que les intérêts des libéraux qui eux, s'adonnent à leurs excès sans avoir de réelles alternatives en opposition.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 09 oct. 2014, 21:41:16

Ramdams » Mer 8 Oct 2014 - 22:24 a écrit :Philippe Poutou démission de la direction du NPA

Nico37 est très documenté à ce sujet, je ne pense pas qu'il me contredira si je dis que le NPA est un parti mort électoralement, financièrement, structurellement ?
Déjà le titre est faux car il a démissionné de la CE mais reste il reste à la direction nationale et reste porte parole...
Certain que le NPA a moins de fric que LO mais si tu compares au FN d'avant les municipales, le bilan financier du NPA est bien meilleur... Politiquement :?: Le NPA recrute un peu de nouveau et surtout récupère doucement ses ancien-nes militant-es parti-es au FdG, le parti n'est pas pour autant sorti du marasme... que connait tout le mouvement ouvrier...

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 10 oct. 2014, 20:55:52

Tu évoques là la situation de la formation, peut être est il l'heure de se préoccuper d'autres choses que de la situation des appareils politiques.

Aujourd'hui le monde du travail, qui galèrent a du mal à se faire entendre et n'est pas pris en compte, peut être parce que ceux qui prétendent le représenter, en se montrant excessifs, révolutionnaires et parfois démagogiques finissent par discréditer toute une catégorie de travailleurs qui mesurent les difficultés, participent, au sein des entreprises à la compétition et attendent des mesures réalistes, applicables, permettant aux entreprises de se développer tout en offrant des perspectives. C'est, d'ailleurs, dans cette orientations, que les défenseurs des droits sociaux devraient travailler plutôt que d'apparaître comme arc bouté, opposé à toute évolution, qui peut, parfois aussi apporter ses vertus pour les salariés, les demandeurs d'emplois et favoriser l'investissement qui garanti les solidarités fondamentales auxquels, je le crois, tu es, comme moi, profondément attachés.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 12 oct. 2014, 22:02:01

Entre Solidaires et la CGT, LO et le NPA, les travailleurs ont l'embarras du choix pour se faire entendre. Au besoin le courant libertaire offre d'autres organisations encore...
Ma démission du CE : comme une contribution pour le congrès.

J’annonce maintenant ma démission du CE mais je précise de suite que ce n’est pas un évènement, ce n'est pas une décision brusque. C’est seulement le résultat logique de ma non intégration à l’équipe exécutive et de désaccords multiples sur le fonctionnement. En vrai, je n’étais qu’un « fantôme » au CE et ce, depuis le début. Donc pas de souci, mon choix n’aura pas de conséquences handicapantes. Faut dire que cela fait plus d'un an que je pense démissionner. J'ai alerté et questionné à plusieurs reprises sur mes problèmes d'intégration et sur nos problèmes de fonctionnement. J'ai envoyé plusieurs e-mails mais jamais de réponses, jamais de discussions à part quelques échanges avec quelques camarades réceptifs.

D’abord, une impossible intégration : Je n’ai jamais su ou pu m’intégrer. Habiter à 550 kilomètres, à 10 heures de transport aller retour (en train) ou à 6 heures en avion, ça complique. Malgré mon jour « npa » il m’était difficile de participer aux réunions le soir à 18h30 : Juste pour se faire une idée : y participer cela signifiait dormir à Paris et du coup devenait ingérable pour ma vie de famille. Ce sont mes limites, désolé. Faut savoir que je passe déjà quelques nuits à l’extérieur à l’occasion de participations à des initiatives diverses (manif, meetings, média). J’ai quand même tenté de faire le début des réunions, les retours chez moi à minuit, sans tram, à pied… un peu trop l’aventure à mon goût. Tout ça pour embaucher tôt le lendemain. Puis progressivement je ne suis plus venu aux réunions, je passais alors la journée du lundi à Roto (le siège du NPA, à Montreuil ndlr), puis le mardi puis n’importe quel jour, peu importe car dans tous les cas, il n’y avait pas de cadre collectif pour m’intégrer. Je me suis senti inutile de plus en plus. D’autant plus gênant que des camarades supposaient une mauvaise volonté de ma part, ignorant en quoi tout cela était compliqué pour moi. Ça fait bien partie des problèmes auxquels on est confronté et pas simple à gérer, ça pose notamment le problème de la participation régulière à un exécutif quand on habite loin. Comment mettre en place un CE avec des camarades non-parisiens, peut-on élaborer un cadre pour le réussir ? Et puis quel lien entre l’exécutif et le CPN (conseil politique national, le parlement du parti ndlr), quelles fonctions pour chacun ? Pour permettre l’intégration de chaque camarade, cela suppose qu’on s’intéresse à l’autre, qu’on ait le souci de construire une équipe qui intègre tout le monde. On est obligés d’en discuter, de progresser dans notre structuration.

Ensuite, les désaccords sur le fonctionnement du CE (comité exécutif ndlr) : Je ne règle pas de comptes, je veux bien prendre ma part de responsabilité, donc on peut en discuter tranquillement. Les difficultés de fonctionnement concernent tout le monde, on peut tous se sentir responsables de notre incapacité collective à fonctionner démocratiquement, respectueux même des camarades. Le problème est ancien mais demeure, s’installe carrément. On pensait pouvoir le régler à l’occasion du dernier congrès mais non, on en est presque au même point. On ne s’en sort pas, on semble même complètement engluer dans des relations conflictuelles, destructrices, usantes, démoralisantes. Ce n’est pas seulement un problème de « tendances » car le conflit, l’agressivité, le manque de respect ou d’attention ou de correction, cela existe aussi au sein d’une même tendance, entre « groupes » ou cliques différentes.

Cette ambiance permet à chacun de fonctionner un peu comme il veut, chacun dans son « coin » au mépris de règles collectives, au mépris d’un fonctionnement démocratique où le souci est de rendre des comptes à la collectivité. La conséquence est logiquement un manque de transparence. Par exemple, il n'y a pas de compte-rendu de réunion CE. De trop nombreuses choses sont décidées et faites hors du « collectif ». Je peux l'illustrer avec les tâches de porte parole : les apparitions médiatiques ne sont pas discutées, ni le fond ni le choix d’y aller ou pas, de comment faire ; on ne discute pas des meetings, de quoi dire mais aussi d’où on veut aller, du pourquoi on va là et pas ailleurs, à quelles manifestations participerions-nous, quelles priorités, quels axes d'interventions dans telle ou telle situation. Une commission avait été mise en place pour gérer cette question, elle n’a jamais fonctionné correctement et a été abandonnée discrètement ou bien ça fonctionne en tout petit groupe. Cela donne des trucs pas terribles : je suis allé soutenir les « anti-barrage », les intermittents sans discussion, j’étais quasiment à mon compte. J'y suis allé à la demande des camarades investis dans ces mobilisations mais sans avis du CE. Mieux encore, pour la manif de Quimper le 2 novembre 2013, nous étions seulement 3 du CE en plus des camarades Bretons a avoir pris position clairement pour y aller, nous débrouillant avec la pression qui existait les jours précédents. A force, je me rends bien compte que je me déforme aussi, que je finis par décider seul, par faire ce que je veux. Ce qui n'est pas bon du tout.

Pour ne pas juste redistribuer des places et refaire un tour pour rien : Le congrès arrive et les disputes plus ou moins justifiées sur l’orientation à débattre vont s’intensifier. Mais il va bien falloir se coltiner sérieusement les problèmes de fonctionnement, de manque de démocratie, de manque de respect entre camarades. Les questions de démocratie ou de vie collective ne sont pas liées aux questions d'orientations ou de politiques telles l’opposition de gauche, les rapports avec les FdG, le sectarisme ou les tendances réformistes. D’un côté ou de l’autre, nous n’avons pas su faire pour mettre en place une direction qui permette de construire, de coordonner l’activité, d’aider les équipes militantes à se renforcer. D'un côté ou de l'autre, nous ne sommes pas plus transparent ou collectif. Le CE tel qu’il se comporte contribue au contraire à paralyser, à étouffer et même à abîmer. C’est triste parce nous réussissons à gâcher des possibilités de développement, à gaspiller des forces et à laisser des équipes militantes sans solution.

La période actuelle n’est pas si défavorable pour nous, il y a des choses à faire, à tenter. Pour cela, c’est obligatoire, il faut se débarrasser de nos « conneries ». Il faut que nous en parlions franchement, sans se faire la guerre, sans se vexer et sans en faire des histoires personnelles. Au Npa, nous subissons aussi l’opportunisme individuel, l’ambition personnelle, la prétention, le sentiment de supériorité ou encore l’aspiration à prendre la place (sa place) et à vouloir la garder. Il y a besoin de se remettre en cause sur toutes ces questions. Le congrès peut en être l'occasion. Cela nous donnerait de l’air frais, si utile pour discuter sereinement de notre construction ou reconstruction. On a besoin de revoir le rôle du CE, celui du CPN et le rapport entre les deux instances. Cela pourrait passer par limiter les fonctions du CE et renforcer celles du CPN. Il y aurait aussi besoin de voir comment fonctionner avec des camarades qui habitent loin, qui n'ont pas les mêmes disponibilités.

Le CE, le CPN, l’ensemble de la direction, ne doivent pas seulement être le lieu de débats ou de disputes sur l'orientation, ils doivent aussi s'intéresser à la vie du parti et des comités. Il serait nécessaire d'agir pour aider les équipes militantes à construire le Npa, impulser des initiatives, proposer de l’aide, organiser la collaboration, l’entre-aide entre les villes, les régions. Le CE/CPN doivent pouvoir organiser des meetings à Paris mais aussi s'y intéresser pour les autres régions, impulser des initiatives publiques dans les autres villes, dans les petites villes, dans les zones rurales. Le parti doit se construire partout et dans tous les milieux. Le CE souffre en plus d'être trop "parisien". Tout s'y concentre, les initiatives centrales comme les tensions.

La "crise" que nous vivons n'est pas seulement une crise de direction. On a la direction qu'on mérite. C'est peut être vache de le dire comme ça mais c'est ainsi. En tout cas, c'est forcément tout le parti qui trinque tant que nous n'arriverons pas à nous sortir de ces problèmes de fonctionnement. L'ensemble des militants, pas seulement ceux de la direction (CE et CPN) ont un rôle à jouer. Maintenant, avant le congrès et après.

Philippe

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré