Le NPA

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 25826
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Le NPA

Message non lu par El Fredo » 13 févr. 2013, 15:55:31

C'est bien joli de vouloir interdire les licenciements, mais expliquez-moi comment une entreprise peut se débarrasser d'employés incompétents, nuisibles ou dangereux pour sa survie ? Si vous voulez interdire les licenciements il va d'abord falloir expliquer de quels licenciements vous voulez parler.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 13 févr. 2013, 20:00:55

El Fredo a écrit :C'est bien joli de vouloir interdire les licenciements, mais expliquez-moi comment une entreprise peut se débarrasser d'employés incompétents, nuisibles ou dangereux pour sa survie ? Si vous voulez interdire les licenciements il va d'abord falloir expliquer de quels licenciements vous voulez parler.
L'entreprise est justement l'organe de production des employés incompétents, nuisibles ou dangereux (on croirait lire l'arrêté préfectoral concernant lesdits animaux). Je le redis, c'est une étape pour le contrôle ouvrier, non une revendication " statique " ce qui n'a aucun sens...

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 25826
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Le NPA

Message non lu par El Fredo » 13 févr. 2013, 21:16:08

Pourtant les partis d'EG comme le NPA ou LO en demande sans relâche l'application immédiate.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 13 févr. 2013, 21:23:45

El Fredo a écrit :Pourtant les partis d'EG comme le NPA ou LO en demande sans relâche l'application immédiate.
Oui c'est une revendication qui s'inscrit dans un mouvement dialectique et oui c'est une mesure " d'urgence " / immédiate...

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 25826
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Le NPA

Message non lu par El Fredo » 13 févr. 2013, 21:29:09

Je connais un enfoiré dans ma boîte qui aurait été très content que ce genre de mesure "d'urgence" soit en application...
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 14 févr. 2013, 15:47:29

Répression et criminalisation des opposant-e-s à Notre Dame des Landes : le PS chausse les mêmes bottes que le droite Bertrand Achel & Sandra Cormier Dossier " A bas la répression des mouvements sociaux " (hebdomadaire Tout est à nous, 14/2/2013)

A Notre-Dame-des-Landes, le gouvernement Hollande-Ayrault conduit la même politique de stigmatisation médiatique, de criminalisation judiciaire et de répression policière du mouvement social que celui de Sarkozy et Fillon. Une politique qui consiste à rejeter toute opposition dans l'illégalité et dont l'objectif est de susciter un sentiment de peur chez le plus grand nombre. Ce que le ministre de l'Intérieur Pasqua appelait en 1986 « terroriser les terroristes », inaugurant ainsi le renouveau répressif de la politique d’État.

Une politique de répression spectaculaire a été entamée en juillet 2011, sous Sarkozy : les CRS évacuent violemment les manifestants du hall de l'aéroport, blessant grièvement une jeune femme. Ce sera le début d'une large campagne médiatique de stigmatisation des opposant-e-s.

La fabrique médiatique du danger

La fabrique médiatique du danger utilise tous les registres pour qualifier les occupant-e-s de la Zad : politiques (« casseurs », « ultras », « anarchistes ») mais aussi sociaux (« jeunes ») et xénophobes (« étrangers »). On recycle les stéréotypes et vieilles recettes utilisés pour stigmatiser la population des cités : c'est ainsi que le « passer la banlieue au Kärscher » du ministre de l'Intérieur Sarkozy en 2005, dénoncé à l'époque par la gauche, est devenu en 2011 dans la bouche d'Auxiette, président PS de la Région, « karchériser les opposants les plus radicaux ». La première pierre de la politique de répression-spectacle était posée : le pouvoir cherche à diviser les opposant-e-s entre les zadistes radicaux et les autres, plus proches du monde institutionnel.
Tout est bon désormais pour mettre en scène la supposée violence du mouvement et légitimer la répression, ainsi que les millions d'euros qui seront engloutis pour cela. Les médias se chargeant de faire le reste.

Opération « César »

L'opération « César »sera le point d'orgue de cette politique de répression féroce et spectaculaire. L’évacuation militaire et policière par des centaines de CRS et gardes mobiles des occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, au petit matin du mardi 16 octobre, est d’une ampleur sans précédent. L’État n'hésite pas a employer les grands moyens en déployant 1200 CRS et gendarmes sur la zone. La répression est massive et violente. L'objectif est de frapper fort à la fois physiquement et psychologiquement. Les forces de l'ordre n'hésitent pas à fouler au pied le moindre protocole, envoyant en tirs tendus grenades assourdissantes et flashballs, démontrant une fois de plus que l’État bourgeois se moque bien de la légalité quand il s'agit de servir ses intérêts ou ceux des patrons comme Vinci. Le 24 novembre, un pic de violence est franchi avec une centaine de blessé-e-s, dont une trentaine grave.

De la répression-spectacle à une stratégie d'usure

Mais politiquement, la répression-spectacle est un échec. Parce qu'elle a renforcé les liens entre opposant-e-s, elle a amplifié le mouvement et amené le gouvernement a changer de stratégie. Il applique désormais une répression plus discrète et plus insidieuse. A côté des opérations de communication, comme la fameuse Commission de dialogue, il continue de maintenir une forte présence policière sur la Zad dans une stratégie d'usure. Tous les moyens sont bons : contrôles de police incessants, fouilles de véhicules sous les prétextes les plus fallacieux, courses-poursuites, provocations, lacération des tentes et bâches, saccage des cabanes et chicanes, interpellations ciblées, infiltration et provocation des policiers de la BAC. On condamne a tour de bras. Le pouvoir cherche à casser des militant-e-s individuellement, sur le terrain judiciaire, avec à la clé arrestations, perquisitions, saisies, interdictions de séjours, prison ferme, mises en examen sous les prétextes les plus futiles.
Face aux provocations policières, à la désinformation médiatique, nous devons plus que jamais mettre au grand jour ce qui se passe, étendre les solidarités et continuer de populariser ce mouvement. Chaque mouvement est un laboratoire de la répression pour le gouvernement, chaque résistance est un exemple pour l'ensemble du mouvement social.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 15 févr. 2013, 10:03:42

Suicide à Pôle Emploi : un crime social ! 14/02

C'est avec tristesse et indignation que le NPA 44 a appris le décès d'un chômeur de 43 ans qui s'est immolé par le feu mercredi 13 février devant l’agence Pôle Emploi de Nantes-Est.
Tristesse car il s'agit là d'un acte d'une terrible violence, symbole d'un désespoir profond.
Indignation car il s'agit bien d'un véritable crime social dont les responsables ne sont pas les travailleurs-e du pôle emploi, mais les politiques qui imposent des règles de plus en plus drastiques en matière de contrôle et de radiation des chômeur-e-s.
Les coupables, ce sont également tous ceux qui au nom du sacro-saint profit appliquent les politiques d'austérité en Europe, licencient à tour de bras, jettent toujours plus d'hommes et de femmes dans la misère en les broyant davantage chaque jour.
Pour le NPA 44 , il est urgent d'exiger un véritable partage du travail entre tous et toutes jusqu’à l’abolition du chômage et la fin du travail précaire imposé. Il est urgent, en lieu et place des cadeaux fiscaux aux entreprises d'exiger un revenu décent pour toutes et tous !

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le NPA

Message non lu par wesker » 16 févr. 2013, 14:26:39

Nico37, si on interdit les licenciements, comment une entreprise pourra obtenir la responsabilité de leurs salariés, et plus largement comment pourra t-elle surmonter des difficultés économiques conjoncturelles qu'elle peut parfois rencontrer.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 17 févr. 2013, 01:50:06

wesker a écrit :Nico37, si on interdit les licenciements, comment une entreprise pourra obtenir la responsabilité de leurs salariés, et plus largement comment pourra t-elle surmonter des difficultés économiques conjoncturelles qu'elle peut parfois rencontrer.
La 2ème revendication c'est l'ouverture des comptes des entreprises et la fin du secret bancaire...
Jean Lafférrière «le trotskiste» s'en est allé.

Militant depuis l'âge de 14 ans, « il n'a pas courbé le dos sous le sens de l'histoire et ne s'est pas résigné à des servitudes volontaires ». Il a « osé », il a fait ce pari risqué et cela ne lui est pas passé avec l'âge !

Il entre à l'organisation de jeunesse: «les Faucons rouges», sur les épaules de son père il participe aux manifs de 36. Après 68, il sera l'un des tout premier militants ouvriers à la Ligue, membre du Comité Central de la LCR il sera un «métallo» au milieu de ses camarades pour toujours «Alain» et «Bensa». Ouvrier fraiseur à la Compagnie des Compteurs qui deviendra la «Schlum», il participera à la première «feuille de boîte» de l'organisation. Il se «coltine» au quotidien le PCF de l'époque dans et hors de la boite, « Jean Lafférrière le trotskiste» comme écrit dans article de l'Huma.

Militant syndical, il est exclu de la CGT après 68. Au sein de la gauche de la fédération Métallurgie CFDT il aura des responsabilités importantes. Il aura un rôle d'animateur reconnu dans l'organisation antifasciste Ras l'Front.

Passionné de jazz et il joue du trombone. Jean aimait la vie, toute la vie. C'est sans doute les raisons de son engagement révolutionnaire exempt de sectarisme.
Révolutionnaire permanent toujours présent dans les manifs, aux distributions de tracts les matins d'hiver ou sous la canicule au rassemblement de Millau, il participe encore aux AG au dépôt de la Porte d'Orléans lors des grèves RATP de 2003, présent dans le face à face salariés-gardes mobiles, et encore durant les luttes des «sans papiers», pour le droit au logement rue du Dragon...

Si la création du NPA l'a réjoui, comme le début d'un accomplissement de toutes ces années de militantisme à la « Ligue », il a été très affecté par la crise et ses déchirements internes.

Jean ne nous quitte pas vraiment. Il nous laisse tant d'événements inaccomplis, tant de défaites à transformer en victoires pour demain, tant de combats à poursuivre, à mener.
Le dernier mot n'est jamais dit. Il y a tant d'utopies encore inconnues à découvrir.

Merci Jean pour cet héritage à poursuivre, sans doute un peu grand pour nous.

Nous exprimons notre affectueuse solidarité à Catherine sa compagne sans qui tu n'aurais pas été le même, ainsi qu'à ses enfants.

Jean, les camarades te saluent.

Ses ami-e-s et camarades du 92 sud

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 17 févr. 2013, 16:57:58

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indr ... ts-1337244

Philippe Poutou (NPA) vient soutenir les syndicats 16/02

Châteauroux. Philippe Poutou, porte-parole du NPA et ex-candidat à la présidentielle, a rendu visite, hier, aux syndicalistes de la Maison Louise-Michel, en instance d’expulsion.

Aussi sympa qu'à la télé, Philippe Poutou. Même pas énervé par les cinq heures de voyage depuis Bordeaux, pour cause de retard SNCF. Il est 12 h 30, hier, quand la voiture pénètre sur le parking de la Maison des syndicats, dans le quartier Beaulieu. Les militants lui ont préparé une petite haie d'honneur, constituée de pancartes rappelant les dates-clés de l'histoire du syndicalisme en France.

(...)

Avatar du membre
Claudine
Messages : 53
Enregistré le : 16 févr. 2013, 20:03:59

Re: Le NPA

Message non lu par Claudine » 17 févr. 2013, 17:53:24

Oui, il est gentil, Philippe Poutou.
J'adore son clip de campagne :mdr:

http://www.youtube.com/watch?v=oQv8akXA7hg

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 18 févr. 2013, 10:46:52

Claudine a écrit :Oui, il est gentil, Philippe Poutou.
J'adore son clip de campagne :mdr:

http://www.youtube.com/watch?v=oQv8akXA7hg
OUI sympa :!:
[BBvideo 600,350]http://www.dailymotion.com/video/xxfdry ... cenot_news[/BBvideo]

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 19 févr. 2013, 14:28:43

Pour une autre voie budgétaire

Le budget prévisionnel de la ville de Saint-Pierre-des-Corps montre cette année encore une situation particulièrement contrainte. Pour les particuliers, les bases de l'impôt augmentent encore (c'est un choix de l'Etat), et pour les collectivités les dotations d'Etat baissent encore.
Pour ainsi dire les investissements communaux seront inexistants ou presque en 2013, et de fait l'action publique se réduit quasiment au maintien des services publics dans la commune.

Pour 100 % à Gauche, il apparaît clairement que d'un gouvernement à l'autre la situation finalement ne change pas. Les perspectives sont toujours les mêmes, et les tendances s'affirment : réduction des moyens alors que les charges communales augmentent (pensons à la nouvelle réforme des rythmes scolaires et ses implications en terme d'animation et de périscolaire).
Il est clair que cela résulte avant tout d'un choix politique, celui du gouvernement, à savoir de se soumettre aux marchés financiers, et de ne pas remettre en cause la légitimité de la dette, ou du moins de ses intérêts, dont le remboursement est aujourd'hui le premier budget de l'Etat, devant l'Education nationale.

Pour 100% à gauche c'est une autre logique budgétaire qu'il faut enclencher : rompre avec ces budgets contraints en refusant de payer les intérêts des emprunts structurés comme le font d'autres collectivités territoriales, proposer des budgets en déséquilibre pour montrer à tous que, sans une rupture franche de la politique budgétaire dans le pays, il n'est plus possible de répondre au besoin de la population.

--
Le Groupe 100% à gauche à Saint-Pierre-des-Corps
Suivez-nous aussi sur Twitter @100gaucheSPDC

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 20 févr. 2013, 16:59:53

Solidarité avec la famille et les amis du jeune Yasin. Cette société doit cesser de tuer Communiqué du NPA13, le 16 février 2013

Le meurtre du jeune Yassin Aibeche par un policier, dans la nuit de mercredi à jeudi, provoque depuis plusieurs jours l'indignation et la colère des habitants de Felix Pyat et bien au delà. Nos premières pensées vont à sa famille et à ses amis et nous tenons à leur présenter nos plus sincères condoléances.
D'une balle tirée dans le dos, par un policier qui n'était pas en service et sous l'emprise d'alcool, suite à une altercation ridicule au regard de ses conséquences … ce décès mérite apparemment clairement le qualificatif de meurtre. Le procureur lui même a immédiatement remis en cause l'idée de « légitime défense » pour qualifier cet acte odieux. Comment croire que l'on puisse trouver une seule justification à ce crime dans de telles circonstances. La police cherche pourtant à dénigrer, comme à son habitude, le jeune Yassin en le présentant comme défavorablement connu de ses services, souillant encore une fois la mémoire d'un jeune qui comme tant d'autres n'était en fait coupable que de sa condition sociale et de sa couleur de peau.
Trente ans après la marche pour l'égalité et contre le racisme, qui avait été impulsée suite notamment aux nombreux meurtres de jeunes des quartiers populaires, la situation n'a apparemment pas changée. Plutôt que des citoyens, des (futurs) travailleurs, les jeunes des quartiers sont encore aujourd'hui considérés comme des cibles mouvantes. Il n'y qu'à lire les consignes données aux policiers par leur direction lorsqu'ils agissent dans les « quartiers sensibles », publiées le 09 Février par Médiapart, pour s'en convaincre : les quartiers populaires sont pour l’État sécuritaire et raciste des zones de guerre et dans une guerre, les « bavures » sont de l'ordre de la norme.
Ce nouveau meurtre vient s'ajouter à ceux d'Hakim à Grasse, Wissam à Clermont, Zyed et Bouna à Clichy etc. et alimenter la colère légitime des familles à laquelle nous nous associons. Tout en respectant la procédure judiciaire et la présomption d'innocence, le NPA réclame que justice soit faite pour cette nouvelle vie volée et que si condamnation il y a, elle soit à la hauteur du crime jugé. Il est temps que justice soit faite quant à tous les crimes policiers et qu'enfin une autre police soit pensée, sous contrôle et au service de la population et non destinée à maintenir une terreur sécuritaire et raciste sur la jeunesse, les quartiers, le mouvement social et l'ensemble de la population.
Le NPA ainsi que l'ensemble de ses militant-e-s sont prêts à s'associer à toute action de la famille et des amis du jeune Yassin, s'ils jugent cela utile, et continuera à participer, à leur humble place, à la construction d'une alternative politique pour et par les quartiers populaires.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le NPA

Message non lu par Nico37 » 21 févr. 2013, 12:08:00

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL : CET ANI EST NOTRE ENNEMI ! Yvan Lemaitre Hebdo Tout est à nous ! 183 (21/02/13)

Non à la flexibilité, stop aux licenciements, ensemble contre le Medef et le gouvernement. Le 6 mars, le conseil des ministres enregistrera le projet de loi transposant l’Accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier entre le Medef et trois syndicats (CFDT, CFTC, CFE-CGC). Cet accord donne pleinement satisfaction aux exigences du patronat contre les salariéEs, dans la continuité du démantèlement du code du travail engagé par Sarkozy et la droite. Par la suite, ce projet sera soumis à l'approbation du Parlement probablement début avril.

Au nom de la course à la compétitivité, cet accord vise à baisser le coût du travail, c'est-à-dire les salaires, à accroître la flexibilité et à faciliter les licenciements. Il est possible d'imposer au patronat et au gouvernement de remballer leur mauvais coup, à condition de ne pas craindre l'affrontement.

Une campagne politique

Ce projet est bien celui du gouvernement. Hollande l'a voulu quand il a invité les syndicats et le patronat à « un compromis historique ». Michel Sapin, le ministre du Travail, l'a mis en oeuvre en orchestrant la négociation au nom du dialogue social, du « dépassement au bénéfice de tous » des « divergences d'intérêts entre représentants des salariés et des employeurs » comme il est écrit dans l'exposé des motifs du projet de loi.
La gauche libérale poursuit en l'aggravant la politique de la droite et ses méthodes cyniques. Dépassement des divergences d'intérêts ! Le gouvernement se paye ouvertement la tête des salariéEs et des chômeurEs alors que, sur un an, le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 8, 8 %, que les fermetures d'usine et les plans sociaux se multiplient, que la précarité se généralise.

Toujours plus de flexibilité

L'accord parle de « sécurisation de l'emploi » mais il ne vise qu'à imposer aux salariés des reculs sous couvert de maintien de l'emploi. La politique du chantage déjà développé par des patrons-voyous comme Continental acquerrait force de loi ! Un accord « gagnant-gagnant », disent le gouvernement, le Medef et la CFDT, un cynique enfumage !
Les salariéEs reçoivent quelques miettes en compensation de reculs majeurs. Ainsi, unE salariéE pourrait être licenciéE en cas de refus de voir sa rémunération baisser, à la seule condition qu'il gagne initialement plus de 1, 2 smic. La baisse de salaire que pourrait imposer une entreprise n'est même pas limitée et elle pourrait s'accompagner d'une augmentation du temps de travail. Chaque salarié devra signer lui-même son acceptation sous peine de licenciement. Et les procédures de licenciement seront aussi simplifiées.
La « flexi-sécurité » est une tromperie qui n’a d’autre objectif que de faire accepter aux salariéEs un recul de leurs conditions de travail et de vie sacrifiées au nom de la rentabilité financière, des dividendes.

La démocratie n'est pas au Parlement mais dans la lutte !

Non content d'avoir réalisé cet accord, le gouvernement voudrait le graver dans le marbre de la loi… avec le plein soutien de la droite. Il faut empêcher cette nouvelle forfaiture. La CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à une journée d'action le 5 mars. Les formes de cette journée sont encore floues mais il faut en faire une journée de grève et de manifestations dans tout le pays. Elle doit être le rassemblement de touTEs les salariéEs en lutte, le rassemblement de touTEs les mécontentementEs, des colères et des révoltes, une démonstration de force. Pour agir dans ce sens, le NPA a signé un appel initié par l'association Copernic et Attac, « Un ANI qui nous veut du mal » qui regroupe associations, syndicats, partis politiques, personnalités qui s'opposent au projet de loi.
Nous voulons discuter dans nos syndicats, associations, avec les équipes militantes, sur nos lieux de travail des moyens de faire entendre nos exigences pour la garantie de l’emploi et un salaire décent. Préparer le succès de la journée du 5, c'est préparer l'indispensable bras de fer avec le patronat et le gouvernement. C'est à l'ensemble des travailleurs de s'exprimer et de décider, avec leurs armes, la grève, les manifestations pour changer le cours des choses sans craindre de s'opposer à ce gouvernement qui n'est pas le leur.
Pour « développer l'emploi et lutter contre le chômage » comme ne le fera pas l'ANI, un gouvernement au service des travailleurs et de la population interdirait les licenciements, répartirait le travail entre toutes et tous, revaloriserait les salaires en remettant en cause les intérêts des patrons et des financiers, des riches. Il y a urgence à mettre un coup d’arrêt à une politique de régression sociale pour nous donner les moyens d'imposer une autre politique.

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré