Représentants et attributions

Venez discuter de l'actualité politique.
Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 10 août 2010, 00:28:00

Etonnant qu'il ne connaisse pas le principe constitutionnel icon_neutral . Logan, ce qu'il dit c'est juste histoire de dire qu'il avait dit cela et qu'il l'applique.. ou le contraire, mais cela ne l'empêchera pas de faire ce qu'il a à faire selon le contexte et ses idées. Après élu sur un programme, promesses.. la sanction c'est de ne pas être réélu s'il s'en écarte.

Vu que l'on s'est écarté du thème du fil, moi y compris icon_eek .. je demande à notre cher admin de diviser les posts et les transférer sur le sujet de Lucifer (je ne peux le faire) .. En attendant, je ferme momentanément le sujet : Eh non je ne peux pas le faire non plus !! 

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 25825
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 10 août 2010, 00:29:00

La constitution, Sarkozy s'en sert de marchepied.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 57030
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 10 août 2010, 00:30:00

Gis, c'est un peu faible comme sanction, tu ne trouves pas ?

El Fredo, c'est clair. Y a qu'à voir le nombre de loi qui se sont faites retoquées sous Sarkozy. On doit frôler un record.

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 10 août 2010, 01:05:00

Gis a écrit : Etonnant qu'il ne connaisse pas le principe constitutionnel icon_neutral . Logan, ce qu'il dit c'est juste histoire de dire qu'il avait dit cela et qu'il l'applique.. ou le contraire, mais cela ne l'empêchera pas de faire ce qu'il a à faire selon le contexte et ses idées. Après élu sur un programme, promesses.. la sanction c'est de ne pas être réélu s'il s'en écarte.

Vu que l'on s'est écarté du thème du fil, moi y compris icon_eek .. je demande à notre cher admin de diviser les posts et les transférer sur le sujet de Lucifer (je ne peux le faire) .. En attendant, je ferme momentanément le sujet : Eh non je ne peux pas le faire non plus !! 
Oui il dit ça pour faire style j'applique mon programme / je suis honnête / je respecte ma parole, mais il dit l'exacte vérité.

Un candidat soumet un programme aux gens, et s'il est élu cela veut dire que les gens acceptent qu'il tente de mettre en oeuvre ce programme en lui confiant le pouvoir .... C'est ça un mandat. Un mandat est lié à un programme. C'est ainsi que fonctionne la représentation. Le candidat propose un programme, les français approuvent ce programme, le candidat une fois élu l'applique.

S'il se met à appliquer des politiques qui ne correspondent pas à son mandat, c'est un abus de pouvoir, c'est une DICTATURE. Il profite de sa position pour imposer sa volonté au reste du peuple. C'est tout le contraire de la démocratie qui est un régime où c'est la volonté du peuple qui s'applique et qui est au dessus de toutes les autres, c'est le principe même de la souveraineté du peuple.

On voit ici que Sarkozy est hyppocrite, il sait ce qu'il devrait faire, il sait qu'il devrait appliquer uniquement les politiques que les français ont approuvé, mais derrière cette image qu'il veut donner, concrètement il applique des politiques qui ne correspondent en rien à son mandat, il applique la volonté des riches des lobbys industriels et des financiers.
Et s'il peut se permettre une telle hyppocrisie c'est qu'il peut compter sur les médias, totalement soumis, pour ne pas relever cette totale hyppocrisie et pour se taire, pour lui servir la soupe comme dans ce genre d'interview bien préparée.

L'élection ne peut pas servir de sanction comme tu le penses, l'élection doit être normalement un acte d'espoir pour l'avenir, non pas un acte de sanction.
On se sert de l'élection comme moyen de sanction parce qu'on n'a aucun autre moyen de le faire, mais ce n'est absolument pas normal et encore moins une bonne chose, nous devrions avoir un contre pouvoir pour le révoquer de son poste à tout moment, pas seulement une fois tous les 5 ans, comme un référendum révocatoire par exemple comme dans certains pays comme au Venezuela par exemple.

Sérieusement mais rend toi compte de ta servitude volontaire.

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 19995
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 10 août 2010, 07:39:00

Je pense très honnêtement que Sarkozy applique plus son "programme" que Chirac. Il a fait des propositions slogan floues pendant sa campagne, et les a respecté pour au moins la moitié. Son programme est une saloperie économique, sans parler du reste, avec des mesures injustes et inefficaces. Mais ces mesures, les électeurs les ont approuvé par leur vote.
Paquet fiscal, fonctionnaires non renouvelés (et donc policier, infirmière et prof en moins...), réforme des régimes spéciaux, hyperprésidence...la couleur était annoncée et les Français en voulaient.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 57030
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 10 août 2010, 11:05:00

Sauf qu'il y avait aussi "travailler plus pour gagner plus", et que là-dessus, je pense qu'un paquet de gens se sont sentis enflés.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 10 août 2010, 14:04:00

mps, pourquoi ne réponds tu pas à la petite vidéo.....Elle n'était donc qu'un couinement ou était ce sincère ?

En ligne
Avatar du membre
artragis
Messages : 7684
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 10 août 2010, 14:21:00

Nombrilist a écrit :Sauf qu'il y avait aussi "travailler plus pour gagner plus", et que là-dessus, je pense qu'un paquet de gens se sont sentis enflés.
Beaucoup de gens y ont cru. Ils ne se sont pas senti enfilé, trahi... En effet tout a été fait pour cela "travailler plus pour gagner plus". Cependant, si je suis pour le RSA chapeau, pour les heures supplémentaires, pour l'autoentreprenariat, le "travailler plus pour gagner plus" n'est pas un bon argument en soit. En fait, les gens qui décident de travailler plus, s'ils ont un but, ce sera forcément de gagner plus, donc à première vue c'est une lapalissade en quelque sorte que ce slogan.
Le problème, c'est que c'est un slogan. Et qu'il a deux sens :
->pour gagner plus la condition nécessaire est de travailler plus. Ainsi on se fiche des bonus et des primes. la gauche a eu raison de les décrier pendant la crise puisque c'était là le coeur même du slogan de sarkozy, il y avait donc une chance que leur vieil enemi soit enfin vaincu !
->travailler est réduit au but de gagner de l'argent. Les traditions de stage gratuit professionalisant, la fierté du travail réussi, surtout pour les artisans... tout ça est remis en question puisque cette phrase est ici mise en slogan.
En fait, il ne s'agit pas de redonner de l'importance au travail, mais de mettre l'argent au coeur du débat. C'est ça qui, lorsque la crise financière a tué l'économie, a réduit la crédibilité de l'UMP.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

bye 2
Messages : 412
Enregistré le : 18 mai 2010, 00:00:00

Message non lu par bye 2 » 10 août 2010, 16:31:00

Sauf que le mandat impératif, ce n'est pas celà.

Ce n'est pas une volonté exprimée par un mandataire, votée par le peuple et donc exécutée par le mandataire qui, après l'avoir mis en compétition avec d'autres, gagne.

C'est la volonté du peuple qui est exécutée par un mandataire choisi par lui.
Définition de wiki:
Le « mandatement impératif » est un principe politique, lié à un mode de fonctionnement au niveau organisationnel (une autre méthode élective), qui part de besoins définis par un organisme/groupe exerçant ce principe, pour ensuite déléguer, si nécessaire à un ou des individu(s) (extérieur ou interne au groupe) une action définie dans la durée et dans la tâche. Il y a un contrôle ou non, selon le mandat, ou un rapport demandé au mandaté, afin que les mandataires soient en lien direct avec le mandat posé, et suivre ainsi la réalité et l'efficacité du mandat.

Par exemple, aligner les régimes spéciaux sur celui des fonctionnaires, est une proposition de Sarkozy, et non du peuple. Le fait que sarkozy ait été élu ne change rien à l'affaire. Moi qui ne vote pas, rejoins l'avis exprimé par nombre d'électeurs: ce n'est pas parce qu'une majorité d'électeurs a voté pour lui, que cette majorité adhère à la totalité des propositions du candidat.
Et celà fait toute la différence avec un mandat impératif, où un ensemble de propositions serait défini par un groupe, choisirait un mandataire pour l'exécuter.
Par exemple, SMIC à 2000 €, transports gratuits, contrôle des entreprises par les syndicats, suppression de l'arme atomique ( pour commencer),..

Donc, pour cette raison, le mandat impératif d'après la Constitution, est nul; celà se saurait , non ?

Ici, nous sommes dans un système de représentativité, où on demande de choisir entre pâté et jambon, et l'on obtient dindon!

Conscience

Message non lu par Conscience » 10 août 2010, 16:35:00

bye 2 a écrit :Sauf que le mandat impératif, ce n'est pas celà.
Ce n'est pas une volonté exprimée par un mandataire, votée par le peuple et donc exécutée par le mandataire qui, après l'avoir mis en compétition avec d'autres, gagne.

C'est la volonté du peuple qui est exécutée par un mandataire choisi par lui.
Définition de wiki:
Le « mandatement impératif » est un principe politique, lié à un mode de fonctionnement au niveau organisationnel (une autre méthode élective), qui part de besoins définis par un organisme/groupe exerçant ce principe, pour ensuite déléguer, si nécessaire à un ou des individu(s) (extérieur ou interne au groupe) une action définie dans la durée et dans la tâche. Il y a un contrôle ou non, selon le mandat, ou un rapport demandé au mandaté, afin que les mandataires soient en lien direct avec le mandat posé, et suivre ainsi la réalité et l'efficacité du mandat.

Par exemple, aligner les régimes spéciaux sur celui des fonctionnaires, est une proposition de Sarkozy, et non du peuple. Le fait que sarkozy ait été élu ne change rien à l'affaire. Moi qui ne vote pas, rejoins l'avis exprimé par nombre d'électeurs: ce n'est pas parce qu'une majorité d'électeurs a voté pour lui, que cette majorité adhère à la totalité des propositions du candidat.
Et celà fait toute la différence avec un mandat impératif, où un ensemble de propositions serait défini par un groupe, choisirait un mandataire pour l'exécuter.
Par exemple, SMIC à 2000 €, transports gratuits, contrôle des entreprises par les syndicats, suppression de l'arme atomique ( pour commencer),..

Donc, pour cette raison, le mandat impératif d'après la Constitution, est nul; celà se saurait , non ?

Ici, nous sommes dans un système de représentativité, où on demande de choisir entre pâté et jambon, et l'on obtient dindon!

.

BRAVO !

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 57030
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 10 août 2010, 17:08:00

D'où l'intérêt de la démocratie directe  icon_biggrin

Conscience

Message non lu par Conscience » 10 août 2010, 17:13:00

Absolument  icon_biggrin

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 10 août 2010, 17:47:00

bye 2 a écrit : Sauf que le mandat impératif, ce n'est pas celà.

Ce n'est pas une volonté exprimée par un mandataire, votée par le peuple et donc exécutée par le mandataire qui, après l'avoir mis en compétition avec d'autres, gagne.

C'est la volonté du peuple qui est exécutée par un mandataire choisi par lui.
Définition de wiki:
Le « mandatement impératif » est un principe politique, lié à un mode de fonctionnement au niveau organisationnel (une autre méthode élective), qui part de besoins définis par un organisme/groupe exerçant ce principe, pour ensuite déléguer, si nécessaire à un ou des individu(s) (extérieur ou interne au groupe) une action définie dans la durée et dans la tâche. Il y a un contrôle ou non, selon le mandat, ou un rapport demandé au mandaté, afin que les mandataires soient en lien direct avec le mandat posé, et suivre ainsi la réalité et l'efficacité du mandat.

Par exemple, aligner les régimes spéciaux sur celui des fonctionnaires, est une proposition de Sarkozy, et non du peuple. Le fait que sarkozy ait été élu ne change rien à l'affaire. Moi qui ne vote pas, rejoins l'avis exprimé par nombre d'électeurs: ce n'est pas parce qu'une majorité d'électeurs a voté pour lui, que cette majorité adhère à la totalité des propositions du candidat.
Et celà fait toute la différence avec un mandat impératif, où un ensemble de propositions serait défini par un groupe, choisirait un mandataire pour l'exécuter.
Par exemple, SMIC à 2000 €, transports gratuits, contrôle des entreprises par les syndicats, suppression de l'arme atomique ( pour commencer),..

Donc, pour cette raison, le mandat impératif d'après la Constitution, est nul; celà se saurait , non ?

Ici, nous sommes dans un système de représentativité, où on demande de choisir entre pâté et jambon, et l'on obtient dindon!

Dans une démocratie c'est la volonté du peuple qui doit s'appliquer.

Ca veut dire quoi ?

Ca veut dire que les lois qui vont s'appliquer à nous tous, doivent être issues de la volonté du peuple.

Après comment c'est organisé avant, peu importe, du moment qu'à la fin on retrouve bien la volonté du peuple.

Je ne dis évidemment pas que c'est le cas aujourd'hui, j'explique comment les choses devraient fonctionner dans une véritable démocratie.

Ainsi la représentation est un moyen de s'organiser, parmi d'autres, mais parmi les plus astucieux, pour mettre en oeuvre tout ce processus qui conduit à l'établissement et à l'applications de lois voulues par le peuple.

L'élection d'un candidat et d'un programme est en effet un processus inversé par rapport au mandat impératif si on le prend de manière séparée comme tu le fais, mais en réalité cela revient au même, c'est simplement une façon de s'organiser plus adaptée aux grandes sociétés comme la nôtre composée de disaines de millions de personnes.

En effet, quand pour un mandat impératif, en effet le contenu de ce mandat est définit directement par le peuple réunit généralement en assemblée puis accepté par toute l'assemblée, on a plusieurs étapes.
On a la concertation entre toutes les personnes réunies pour définir le contenu de ce mandat, on a ensuite le vote pour investir une personne pour appliquer ce mandat.

Dans nos grandes sociétés cette concertation ne se fait pas dans une assemblée mais parmi des groupes de personnes qui se sont rassemblées ensemble en partis politiques pour définir le contenu de ce mandat. C'est plus pratique parce que les gens peuvent ainsi se réunir par affinité politique. C'est plus pratique aussi parce que sinon il faudrait des tas d'assemblées locales ( comme l'idée des soviets ) en plus de l'assemblée nationale.

Déjà il faut bien comprendre que tout le monde n'a pas des idées ou des projets à proposer.
Ainsi avec un mandat impératif, des gens, volontairement, prennent la parole pour proposer leurs idées et leurs projets.

C'est exactement ce qu'il se passe dans un parti politique ( enfin quand celui-ci est organisé démocratiquement évidemment, ce qui n'est pas forcément le cas de tous les partis actuellement )

La représentation introduit donc une étape supplémentaire, celle de la présentation de ces projets établis collectivement à l'intérieur de partis politiques ou de collectifs divers au reste de la population.

On voit la différence avec le mandat impératif, le projet ou l'idée ne peuvent être présentés qu'aux gens présents au moment des délibérations.

On voit ici en quoi la représentation est plus adaptée à des grandes sociétés.

Ainsi le peuple a pu proposer des idées en se réunissant en collectifs ou en participant aux débats dans des partis politiques, et ensuite lors des élections il doit trancher entre tous les projets qui lui sont proposés.

Si tout le processus a été démocratique jusque là, on voit bien que c'est aussi démocratique qu'avec un mandat impératif, les idées et les projets proviennent du peuple, et la décision revient au peuple.

Le mandat contient bel et bien, comme pour un mandat impératif, un programme, des idées, un projet, voulus par le peuple, que le candidat, une fois élu, devra appliquer.

Mais attention en effet, parce que nous sommes encore une fois dans une grande société, il est impossible de prendre des décisions sur des détails, ces projets contiennent des grandes lignes, des grandes orientations, et non pas des textes de lois détaillés et précis.

De plus comme tu le dis, chaque personne qui a voté n'est pas forcément d'accord avec l'ensemble de ce programme.

C'est pourquoi le mandat donné au gouvernement n'a pas valeur de loi. C'est pourquoi il est important de séparer le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif.

Ainsi le gouvernement reçoit en quelque sorte deux mandats. Un mandat exécutif, restreint par les bornes de la loi. ( Il peut modifier tout ce qui ne requiert pas de modifier la loi et il doit appliquer les lois qui sont votées ). Et un mandat d'initiative législative, qui va lui permettre de gouverner, c'est à dire de modifier la loi pour pouvoir appliquer le projet qu'il a soumis à l'approbation du peuple.

Hors justement, parce que les gens qui leur ont donné le droit d'exercer ces deux pouvoirs, ne sont pas forcément d'accord avec tout ce que contenait leur programme, et aussi parce qu'il peut y avoir un gouffre entre ce qui avait été promis dans un programme, et ce que contient finalement le projet de loi ( le projet de loi peut faire tout le contraire de ce qui avait été promis ), chaque loi doit être discutée,débattue, amandée, votée ou rejetée, cette fois par les représentants du peuple DANS SON ENSEMBLE.

Car le gouvernement ne représente pas le peuple dans son ensemble, mais une majorité relative du peuple à qui le reste du peuple a donné son assentiment pour gouverner.

C'est justement le rôle de l'assemblée de représenter le peuple DANS SON ENSEMBLE. Mais évidemment pour que les lois finalement votées soient bel et bien issues de la volonté du peuple il faut :
1) que la représentation soit fidèle, en clair il faudrait qu'elle soit intégralement proportionnelle
2) il faut que chaque député vote en son ame et conscience, et non pas sur consigne de son parti politique ou de son groupe politique. Pour chaque question on voit bien que le peuple ne se répartit pas de la même façon. Sur telle question il peut y avoir 60% de gens pour et 40% de gens contre, et sur une autre 30% de gens pour et 70% de gens contre. Si le parlement était réellement représentatif du peuple, il faudrait qu'il suive le même genre d'évolution en fonction de chaque question.
3) il faut que chaque représentant respecte bien son propre mandat vis à vis du peuple ( il faut donc rendre responsable chaque député devant les citoyens de sa circonscription, c'est à dire qu'ils leur rendent des comptes réuglièrement, qu'ils puissent être révocables à tout moment )

Ainsi chaque projet de loi devrait faire l'objet d'un débat publique, et tous les citoyens devraient s'impliquer dans ces débats.
La loi au final sera bel et bien l'expression de la volonté du peuple, et tout aussi démocratique qu'avec un mandat impératif.

Mais il est clair que la complexité de la procédure permet de nombreuses dérives, que l'on peut constater à tous les niveaux. Et finalement c'est ainsi que notre démocratie devient de plus en plus une dictature.

Les partis politiques déjà sont complètement noyautés, peu d'entre eux sont réellement démocratiques et ouverts aux gens du peuple. Déjà l'adhesion payante exclu d'office toute une partie de la population.

Les débats publics sont faussés, car il n'y a aucune équité dans la liberté d'expression, un pouvoir médiatique contrôle l'information et contrôle l'accès aux médias de masse, avantageant ainsi certains courants politiques au détriment des autres. La presse est devenu un lieu de propagande pour le pouvoir en place alors qu'elle devrait au contraire jouer un rôle de contre-pouvoir.

Les élections sont biaisées, là encore car tout le monde n'a pas les moyens de se présenter ou de s'organiser. Résultat des grands partis comme l'UMP ou le PS contrôlent les élections. On ne peut pas rejeter tous les candidats en votant blanc et provoquer de nouvelles élections, on est obligés de faire un non choix bien souvent pour le moins pire.

Tous les élus sont placés en situation d'irresponsabilité, ils n'ont pas de compte à rendre, on ne peut pas les révoquer, ils peuvent faire ce qu'ils veulent, et ils peuvent compter sur l'absence de contre pouvoir de la part des médias pour espérer être réélus quand même.

Résultat des lobbys ont plus d'influence sur les élus que le peuple lui-même. La corruption de notre société se généralise.

A l'assemblée, des tas de députés inutiles sont élus et ne viennent qu'ajouter leur voix sur la consigne de leur parti à des projets de lois qu'ils ne connaissent même pas sur des sujets qu'ils ne maitrisent absolument pas, l'assemblée est infestée de ce genre de députés godillots, c'est une honte pour la démocratie. Et l'absentéisme n'en parlons même pas.

La loi n'est plus l'expression de la volonté générale du peuple, mais l'expression de la volonté de lobbys industriels ou financiers, l'état est totalement privatisé il ne sert plus l'intérêt général du peuple, il sert les intérêts d'une classe sociale dominante, dont la plupart des politiciens, surtout à droite, sont les serviteurs dévoués sachant qu'ils seront ensuite généreusement récompensés, et ce malgré les faibles lois sur la corruption.

Donc le débat n'est pas dutout entre démocratie directe ( qui est impossible à appliquer dans une grande société de toute façon ) et démocratie représentative, le débat il devrait être entre comment protéger la démocratie contre les dérives et la corruption qui gangrènent notre régime aujourd'hui.

J'ai donné des élements de réponse, c'est possible et c'est à notre portée !! Mais pour cela il faut voter pour les bonnes personnes encore une fois.

bye 2
Messages : 412
Enregistré le : 18 mai 2010, 00:00:00

Message non lu par bye 2 » 10 août 2010, 18:52:00

"L'élection d'un candidat et d'un programme est en effet un processus inversé par rapport au mandat impératif si on le prend de manière séparée comme tu le fais, mais en réalité cela revient au même, c'est simplement une façon de s'organiser plus adaptée aux grandes sociétés comme la nôtre composée de disaines de millions de personnes."

Ce n'est pas moi qui le prend de manière séparée, c'est la réalité.Tu me dis que c'est la même chose, et un peu plus loin,tu ajoutes le contraire

"Dans nos grandes sociétés cette concertation ne se fait pas dans une assemblée mais parmi des groupes de personnes qui se sont rassemblées ensemble en partis politiques pour définir le contenu de ce mandat. C'est plus pratique parce que les gens peuvent ainsi se réunir par affinité politique. C'est plus pratique aussi parce que sinon il faudrait des tas d'assemblées locales ( comme l'idée des soviets ) en plus de l'assemblée nationale.

Déjà il faut bien comprendre que tout le monde n'a pas des idées ou des projets à proposer.
Ainsi avec un mandat impératif, des gens, volontairement, prennent la parole pour proposer leurs idées et leurs projets.

C'est exactement ce qu'il se passe dans un parti politique ( enfin quand celui-ci est organisé démocratiquement évidemment, ce qui n'est pas forcément le cas de tous les partis actuellement )

La représentation introduit donc une étape supplémentaire, celle de la présentation de ces projets établis collectivement à l'intérieur de partis politiques ou de collectifs divers au reste de la population."

Tout le monde n'a pas des idées à proposer? Peut-être, mais qu'en sais-tu ? Leur a-t-on quelquefois deamné, dans leur vie ? Et puis , quelel drôle de manière de concevoir l'expression populaire, en lui supprimant la parole, au motif que sur certains sujets , tout le monde n'a aps forcément d'avis! Et les autres, qui ont des idées?
Et puis, les militants politiques de parti ont des idées sur tout ?

 "Dans nos grandes sociétés cette concertation ne se fait pas dans une assemblée mais parmi des groupes de personnes qui se sont rassemblées ensemble en partis politiques pour définir le contenu de ce mandat. C'est plus pratique parce que les gens peuvent ainsi se réunir par affinité politique. C'est plus pratique aussi parce que sinon il faudrait des tas d'assemblées locales ( comme l'idée des soviets ) en plus de l'assemblée nationale."

Ok pour le côté pratique, en général, mais lorsqu'il s'agit de l'expression des gens, je préfère que l'ensemble des personnes désireuses de s'impliquer puissent le faire, même si c'est plus long, moins pratique, mais tellement plus riche et en phase avec sa volonté réelle. Sinon, en caricaturant, la dictature, c'est plus pratique aussi..
Que je sache, dans certains partis, les militants se regroupent par courants, et tout en étant membre du même parti, ils ne sont pas tous sur la même longueur d'ondes; j'ai même cru savoir que cetains se haïssaient..




Dans des villes comme Porto Allegre ou Villa el Salvador ( près de Lima ) par exemple, il n'y a pas de représentation ou de vote sur un programme établi par un parti. C'est la population qui décide.
Dans un parti politique, le programme est établi par les militants, mais la population n'intervient pas.

Il est possible de concevoir un ensemble de propositions par l'ensemble de la population d'une ville, ..et que celle-ci soit appliquée par une ou plusieurs personnes, suivant un mandat réellement impératif, pour le coup.
Il est toujours aussi possible de concevoir ensemble des dossiers sur telle réalisation, ou étude, et que la population décide de son bien-fondé ou pas.
Le contraire serait de nier à la population, sa capacité d'organiser quoique ce soit, sans "élus". D'ailleurs, elle le fait déjà dans des comités de quartiers  , d'immeubles, .. et celà fonctionne assez bien.
La gestion d'une commune est plus compliquée, soit. mais a-ton réellement essayé ? A-t-on confiance dans les gens ?
Beaucoup de miltants, notamment, donnent beaucoup de temps, décident collectivement. Qui le mesure ? Est-ce que c'est quantifié dans le PIB ? On dit que les gens se foutent de tout! Ce n'est pas vrai pour tout le monde; il faut juste les connaître, les apprécier, les respecter!

Beaucoup de personnel politique ( c'est comme celà qu'il se nomme ) méprise ( pas en public ) le peuple, ne lui fait pas confiance.
Sans être démago, ni rêveur, je pense que le problème est là!

logan
Messages : 1868
Enregistré le : 02 avr. 2009, 00:00:00

Message non lu par logan » 10 août 2010, 19:15:00

 

Tout le monde n'a pas des idées à proposer? Peut-être, mais qu'en sais-tu ? Leur a-t-on quelquefois deamné, dans leur vie ? Et puis , quelel drôle de manière de concevoir l'expression populaire, en lui supprimant la parole, au motif que sur certains sujets , tout le monde n'a aps forcément d'avis!

Es-tu bien sur d'avoir correctement lu mon message ?

Ai-je dis à un endroit que cela consistait à supprimer la parole à des gens ? Quelle drôle de lecture !

Non, comme pour le mandat impératif, les gens qui prennent la parole, qui ont des idées à soumettre, sont volontaires.

On ne va pas aller leur tirer les vers du nez, on donne un droit à chacun, celui de pouvoir d'exprimer quand il le souhaite.

Ainsi si tu as des idées, si tu as envie de t'impliquer, si tu as envies de participer au débat démocratique, si tu veux te rendre utile dans la conception de projets, si tu n'es pas d'accord avec qqchose, tu peux volontairement décider de te rassembler avec d'autres personnes pour défendre tes idées ou tes projets pour qu'ils deviennent réalité.

C'est exactement la même chose, sauf que c'est une organisation différente en raison d'une échelle différente.

On ne peut pas donner à tout le monde la parole, on est des millions cela prendrait des jours et des jours pour une seule question et en plus pour entendre des tas de gens être d'accords entre eux ce serait une perte de temps considérable et cela ne serait pas applicable

Alors on s'accorde à tous la liberté de nous rassembler ensemble entre gens d'accords pour porter une parole commune, tu comprends ce principe de représentation ?

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré