L'Université : étudiants, diplômes...

Venez nous parler des problèmes de nos écoles ( service minimum, l'accueil des enfants, effectifs dans les classes ... )
Avatar du membre
artragis
Messages : 7685
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 13 avr. 2009, 18:02:00

Bonjour,


Commencer ce sujet par un historique importé de Wikipédia :
Le mot université vient du latin Universitas magistrorum et scholarium qui désigne à l'origine la corporation des enseignants et des étudiants d'une même ville. Les universités sont aujourd'hui généralement divisées en départements académiques, écoles ou facultés (appelés en France de nos jours Unités de Formation et de Recherche).

- soit publique, autrement dit contrôlée et financée par une collectivité publique, système largement pratiqué en France par exemple où l'enseignement supérieur reste essentiellement du domaine de l'État, celui-ci leur conférant une certaine autonomie. Paradoxalement l'État en France ne confie pas la formation de son personnel aux universités mais depuis le milieu du XVIIIe siècle aux grandes écoles administratives.

-soit privée. Ce fut sous cette forme que furent créées les premières universités. Le système reste très répandu dans certains pays, notamment aux États-Unis d'Amérique. Dans ce pays, de nombreuses universités appartiennent à des fondations, des associations ou des congrégations -modèle difficilement transférable aux universités françaises.

Supprimées par la Révolution, une université impériale a été instaurée en 1808 avec des caractéristiques qui demeurent : centralisation et découpage en facultés.. mais atténuées en 1893 par la création d'universités par ville et par la loi Faure de 1968. 1875, création de 5 universités catholiques à Paris, Angers, Lille, Lyon et Toulouse. Ces cinq établissements constituent des centres universitaires importants à côté des universités publiques françaises.
1938 : 60 000 étudiants - 1968 : 300 000 - 2002 : 1 515 000.

Voilà. à plus

Gis

_______________________________________________

         Citation de Bastien Vert
 Donc on a des budgets en hausse sur le papierb et en baisse sur le terrain,
Pour une fois on est d'accord... Il a augmenté les fonds, mais aussi leur provenance. Problème, la crise + les grèves.
Ensuite tu ne peux pas généraliser ta vie, c'est à dire ce qu'il s'est passé dans ta fac avec ce qu'il se passe partout en France, c'est l'effet TF1 ça. D'ailleurs la preuve est à TF1 qui ne montre que les facs où ça ne fait que bloquer (avec minorité de bloqueur) et casser. Tu es pourtant la preuve que ce n'est pas partout le cas en France.
"Y'a une dérèglementation du marché du travail et une casse des diplomes nationaux" pour le dérèglement du marché du travail, on appelle ça la crise, on est d'accord non? De là, une crise ne dure pas 100 ans, donc c'est temporaire. Donc ça va revenir, d'ailleurs d'après TF1, des secteurs embochent de plus en plus (et pour une fois ils ont pas oublié le secteur informatique chez TF1). Les diplômes français ont une valeur moyenne... et stable... sauf en cas d'année de grève. Ca fait déjà deux années de suite. Je peux pas dire plus. Chez nous on a une politique qui fait que chaque école reste au même niveau au fil des promotions, on a peu, très peu même de très haut niveau, mais c'est la même chose dans le sens contraire.
M.Sarkozy voulait augmenter le niveau, donc il fallait plus de moyens. Il a tenté la seule chose qui peut marcher : ouvrir les offres à tout le monde. Seul problème il a oublié la transition, et manque de pot, il a fait ça en préface à la crise financière.
Au niveau technique et gestion (du technicien à l'ingénieur lambda) la France est un modèle, on est quasiment les meilleurs. par contre en recherche appliquée, en recherche d'inovation, on est... à toi de trouver le mot le plus adapté pour exprimer notre nullité.  C'est ça que M.Sarkozy a voulu mettre en avant, le rapport aux entreprises inovantes. Pour redorer le blason français. Mais ton diplôme, si tu le capote pas par toi même, il garde sa valeur t'inquiète !
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
Bastien Vert
Messages : 752
Enregistré le : 01 déc. 2008, 00:00:00
Localisation : Toulouse

Message non lu par Bastien Vert » 13 avr. 2009, 23:48:00

Non la dérèglementation du marché du travail ce n'est pas que la crise. C'est de lois qui resteront après la crise.

Les universités françaises sont déjà compétitives à l'international y'a qu'à voir les prix Nobel pour s'en convaincre.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 14 avr. 2009, 12:19:00

Code : Tout sélectionner

Non la dérèglementation du marché du travail ce n'est pas que la crise. C'est de lois qui resteront après la crise.

Les universités françaises sont déjà compétitives à l'international y'a qu'à voir les prix Nobel pour s'en convaincre.
 
Je suis sans doute bouchée, mais je ne comprends pas ces lignes.

Le fait que la France ait décroché quelques Prix Nobel est tout à la gloire de ceux qui l'ont mérité, mais n'est certainemnt pas un label général pour tous les universitaires qu'elle produit.  Pas plus qu'un diplôme français ne fait se pâmer l'international ! Il y a par contre des universitaires français qui sont appréciés, comme partout et toujours.

Je vois encore moins ce que la déréglementation vient faire dans vos perspectives d'avenir icon_question icon_question icon_question

Une carrière n'est pas une progression de moutons, mais un challenge individuel. On se fout donc éperduement des déréglementations !
Un type bien formé, parlant plusieurs langues, prêt à bouger, trouvant des solutions plutôt que des problèmes, n'aura jamais la moindre difficulté à faire valoir ses talents. Un sur-diplômé lent, sinistre, monolingue restera toujours en rade. C'est normal.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
keserasera
Messages : 1582
Enregistré le : 11 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : Carpentras
Contact :

Message non lu par keserasera » 19 avr. 2009, 12:08:00

Bastien Vert a écrit :Non la dérèglementation du marché du travail ce n'est pas que la crise. C'est de lois qui resteront après la crise.
Les universités françaises sont déjà compétitives à l'international y'a qu'à voir les prix Nobel pour s'en convaincre.

Oh là ! Il faudrait calculer le nombre de "Prix Nobel" français par rapport à ceux obtenus par d'autres pays et notamment les USA...

Ne vous aventurez pas sur ce terrain. Vous risqueriez d'avoir des surprises désagréables !
Je pense que les universités US sont les plus performantes du monde. Par leur autonomie d'une part, mais ensuite par la qualité des études qui sont basées sur le "mens sana in corpore sano" d'autre part.
Ensuite il faut également voir la proportion des universités "scientifiques" par rapport aux universités "sciences sociales". Des universités qui forment, ingénieurs, techniciens et commerciaux de haut niveaux par rapport aux sodomiseurs de diptères qui chez nous sont le "top" du "top" en matière d'études universitaires, et là on serait effectivement en tête du nombre de prix nobel, s'il en existait un !
C'est tout le système éducatif français qui aboutit à ça et que j'appelle la progression par "évacuation"; "évacuation" des élèves de l'école primaire vers le collège, "évacuation" des élèves du collège vers le lycée, "évacuation" des élèves du lycée vers... l'université qui est encombrée, malheureusement, par des "étudiants" qui n'ont rien à y faire ! A part traîner leur langueur dans les amphis de socio-psycho-philo-bobo...
"je me suis souvent demandé et me le demande souvent encore, ce qui peut bien différencier une mauvaise bronchite d'une bonne" Pierre Dac

Avatar du membre
Bastien Vert
Messages : 752
Enregistré le : 01 déc. 2008, 00:00:00
Localisation : Toulouse

Message non lu par Bastien Vert » 19 avr. 2009, 13:09:00

Ce que tu proposes keserasera serait abérent puisque la France n'a pas d tout la même population que les USA.

Et puis combien de milliers d'universitaires français partent chaque année faire carrière aux USA parce qu'en France y'a pas de postes? Ca vous inquiete pas ça? Et les sciences sociales c'est pas inutile je suis fier que la France soit championne du monde dans le domaine des sciences sociales.

Avatar du membre
artragis
Messages : 7685
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 19 avr. 2009, 13:52:00

Bastien Vert a écrit : Ce que tu proposes keserasera serait abérent puisque la France n'a pas d tout la même population que les USA.

Et puis combien de milliers d'universitaires français partent chaque année faire carrière aux USA parce qu'en France y'a pas de postes? Ca vous inquiete pas ça? Et les sciences sociales c'est pas inutile je suis fier que la France soit championne du monde dans le domaine des sciences sociales.
... le paradoxe en France c'est qu'on sait pas réguler notre monde ud travail :
on manque d'ingénieur et d'informaticien en général
de chercheur
de technicien et ingénieur BTP, et tout ce qui à attrait à la construction de bâtiments
travailleurs dans le social
d'économistes

alors qu'à côté on a trop de cadres commerciaux et financier, trop de fonctionnaires...

Quand on va faire carrière aux USA c'est parce qu'on a de meilleurs offres... sais-tu pour quoi? Les entreprises américaines ont moins de charges que les entreprises françaises donc soit elles font plus de bénéfice et investissent plus soit elle paient mieux ! pas une question de manque de postes.


 
  France soit championne du monde dans le domaine des sciences sociales
tout dépend ce que tu entends par sciences sociales.
 
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
Bastien Vert
Messages : 752
Enregistré le : 01 déc. 2008, 00:00:00
Localisation : Toulouse

Message non lu par Bastien Vert » 19 avr. 2009, 14:06:00

Les sciences sociales, c'est l'histoire, la sociologie, la psychologie, les lettres...

Ils ne vont pas aux USA pour les entreprises mais pour faire de la recherche dans les universités, parce que la recherche française est sous financée.

Avatar du membre
keserasera
Messages : 1582
Enregistré le : 11 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : Carpentras
Contact :

Message non lu par keserasera » 19 avr. 2009, 14:30:00

Sous financée ? Bien sur parcequ'étatique ! Qu'on privatise les Universités, ou tout au moins qu'on favorise la concurrence entre elles et tu verras... (comme aux USA !)*
La sociologie, les lettres, la psychologie... Trés interessant pour trouver un emploi... Où ? Dans l'administration ! ! !...
Mais ça ne débouche que rarement sur des emplois "rentables"... Ce sont en fait des études-parking qui permettent de prolonger indéfiniment le séjour en facs aux frais de la princesse !


*Et tous ces "enseignants-chercheurs" dont on a vu les trombines dans les dernières manifs, ils "cherchent" quoi ? La meilleure station de sports d'hiver ?
"je me suis souvent demandé et me le demande souvent encore, ce qui peut bien différencier une mauvaise bronchite d'une bonne" Pierre Dac

Avatar du membre
Bastien Vert
Messages : 752
Enregistré le : 01 déc. 2008, 00:00:00
Localisation : Toulouse

Message non lu par Bastien Vert » 19 avr. 2009, 15:18:00

Comme au USA, oui, des facs d'élite pour une minorité des facs poubelles pour les autres. Et aux USA, les entreprises ne financent pas pour rien , elles prennent des exclusivités et orientent l'enseignement. Exactement ce pourquoi on se bat contre la LRU.

On s'en fout des emplois rentables! Tout n'a pas à être rentable! La science fondamentale, c'est absolument pas entable, pourtant t'enb a bien besoin pour faire de al science appliqué!

Et les enseignants chercheurs, contrairement à une image archaique et idéologique du fonctionnaire branleur (répandu par la droite pour se moquer des fonctionnaires majoritairement de gauche et aussi parce à droite il faut toujours des boucs émissaires pour faire passer le mauvais résultats, c'est incroyable comme vous êtes crédule et donnez prise à la propaganden, un peu d'esprit critique que diable!) c'est des gens qui bossent et s'ils sont massivemment dans la rue (eux mais aussi les chercheurs, les personnels hospitaliers, les juges, les multiples gens du privé dont les boites ferment...), ils perdent leurs salaires quand ils font grève ils ont aucun interet à are grève pour rien. et de fait, l ne font pas grève pour rien, donc cf le début du sujet et les justifications de la grève!

 
 

Avatar du membre
keserasera
Messages : 1582
Enregistré le : 11 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : Carpentras
Contact :

Message non lu par keserasera » 19 avr. 2009, 17:42:00

Désolé mon petit père mais tous les profs d'université n'étant pas "de gauche", il en existe heureusement un certain nombre qui dénoncent ces "images archaïques et idéologiques du fonctionnaire branleur soixante-huitard attardé"... Qu'ils n'aient pas souvent le loisir de s'exprimer, je te l'accorde, vu que les syndicats (de gauche) sont omni-présents pour défendre les "acquits sociaux" des dits branleurs, mais l'explication à cette phraséologie type, c'est la haine de la gauche contre tout ce qui est "élitiste" et son enthousiasme pour tout égalitarisme niveleur qui voudrait que les plus médiocres des élèves accèdent à l'université, au nom de "l'égalité des chances".
Je regrette, mais seuls les meilleurs et j'insiste là-dessus, doivent avoir accés aux facs !
Oui il doit y avoir une sélection. Une sélection par la connaissance et le savoir, bien sur ! Et pour les enseignants une obligation de résultats !
Les gens qui sont "massivement dans la rue", nous les voyons bien ! Ce sont les mêmes qui organisent ces AG staliniennes et le blocage des universités.
Les facs américaines ont raison de choisir l'élite, et il est évident qu'une majorité ne peut pas constituer une élite, sinon nous serions tous des prix Nobel en puissance. Et c'est justement la concurrence de ces universités d'élite qui font avancer l'intelligence et la recherche vers les sommets. Ce n'est pas en donnant à des étudiants un salaire de fonctionnaire à vie et en leur assurant la retraite à 50 ans qu'on va en faire des foudres de guerre. Je prononce le terme "guerre" à dessein, car notre monde est en guerre économique depuis que les hommes le peuplent et ce n'est pas le "socialisme" qui amènera la paix même dans ce domaine. Dans n'importe quelle école, il y a eu des premiers et des derniers, des bons élèves et des mauvais et je ne hurle pas de joie lorsqu'on m'annonce que cette année, l'année d'avant ou l'année prochaine, on arrive à 89% de réussite au BAC ! De quel BAC s'agit-il ?
C'est évident, et ce sont plusieurs "profs" qui me l'ont dit, le niveau général a considérablement baissé.
On "évacue"... Remplissez les amphis braves petits, nous on a fait not' boulot... Aux suivants !
"je me suis souvent demandé et me le demande souvent encore, ce qui peut bien différencier une mauvaise bronchite d'une bonne" Pierre Dac

Avatar du membre
artragis
Messages : 7685
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 19 avr. 2009, 18:37:00

 
 l'égalité des chances
Sauf que, vois-tu quand on avait des quatrième techno, quand on voulait permettre à des élèves de faire une sixième en deux ans sur le modèle du BEP, on nous a dit " ça mettra sur les élève l'étiquette de mauvais". Résultats ces élèves sont dans le système commune, et ils sont mauvais...
En France on a déjà des universités élitistes et très quotés et très performantes face à des universités qui n'ont aucun résultats et qui perdent toutes crédibilités, et y a pas que les FAC, les écoles d'ingénieurs ont aussi leur gangraine (Supinfo pour le plus bel exemple).
Prendre les USA comme exemple est totalement ridicule, ils ont un système qui en plus d'être différent du notre a des objectifs et des effectifs différents ! Nous sommes 60 millions de Français, il y a plus de 300 millions d'américains ! Mais les universités américaines, en plus d'être indépendantes se trouvent... à côté des grands centre de recherche, inovation, industriels (Silicone Valley, Silicone Allayn, près de la NASA pour les grands exemples) en France on a pas de grands rassemblement comme ceux là, ont ne pourra pas se calquer sur le modèle américain, juste leur empreinter certaines idées. Donc l'argumentation, pour ou contre, basée sur le modèle américain est obsolète, et je suis bien sûr conscient que le gouvernement se base sur le modèle américain... 

 
 
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
keserasera
Messages : 1582
Enregistré le : 11 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : Carpentras
Contact :

Message non lu par keserasera » 20 avr. 2009, 08:10:00

Je ne cite l'exemple américain que proportionnellement au système français. Bien sur que la population est différente, quantitativement ! Mais le système est basé sur l'élitisme et la recherche des meilleurs résultats, alors que chez nous, je le répète, il est basé sur cette égalitarisme, ce nivellement par le bas qui commence à l'école primaire... "Tout le monde a le droit d'être Mozart ou Rubens"... Non, je regrette, mais c'est tromper la jeunesse que de tenir un discours pareil !
Et alors je comprend parfois les motifs de sa colère !
"je me suis souvent demandé et me le demande souvent encore, ce qui peut bien différencier une mauvaise bronchite d'une bonne" Pierre Dac

Avatar du membre
artragis
Messages : 7685
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 20 avr. 2009, 09:25:00

 
 Je ne cite l'exemple américain que proportionnellement au système français.
Je te l'ai dit, les idées sont bonnes. L'élitisme un peu plus poussé, un désire de hausser le niveau... Mais le modèle américain ne peut pas s'appliquer en France, non pas à cause de la proportionnalité mais à cause de l'environnement. J'ai donné l'exemple des groupements d'entreprise, il y en a peu en France même proportionellement. Pourtant on est un pays de l'automobile, de la médecine (greffe entre autre, on est les meilleurs) et de l'aviation.
Mais bon dès qu'on commence à vouloir augmenter le niveau de ceux qui le veulent (réforme du lycée...) c'est à moitié bien fait et tout le monde est contre hurlant contre l'apparition d'inégalités... qui existent déjà !
 
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
keserasera
Messages : 1582
Enregistré le : 11 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : Carpentras
Contact :

Message non lu par keserasera » 20 avr. 2009, 12:44:00

Qui est-ce qui "hurle" ? Tout le monde ? Non, c'est ce que disent les médias, "Les" enseignants, "Les" étudiants, "Les" lycéens, etc... etc... En fait ce sont les syndicats de l'EN, en fait le deuxième pouvoir de l'EN, qui fait la loi dans ce domaine et qu'avait dénoncé, entre autres, Claude Allègre qui les connaissait bien !

Un "syndicat" comme la FIDL peut-il représenter TOUS les lycéens, si tant est que des lycéens peuvent être représentés par un...syndicat ? Moi je dis non. Alors qu'un Ministre ait enfin les c... de mettre tout ça en l'air ! Et "tout le monde" le suivra !
"je me suis souvent demandé et me le demande souvent encore, ce qui peut bien différencier une mauvaise bronchite d'une bonne" Pierre Dac

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2138
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 20 avr. 2009, 20:41:00

keserasera a écrit : Je ne cite l'exemple américain que proportionnellement au système français. Bien sur que la population est différente, quantitativement ! Mais le système est basé sur l'élitisme et la recherche des meilleurs résultats, alors que chez nous, je le répète, il est basé sur cette égalitarisme, ce nivellement par le bas qui commence à l'école primaire... "Tout le monde a le droit d'être Mozart ou Rubens"... Non, je regrette, mais c'est tromper la jeunesse que de tenir un discours pareil !
Et alors je comprend parfois les motifs de sa colère !



Pour le coup, je suis assez d'accord, l'égalitarisme à la française pousse à un nivellement vers le bas et à des mauvaises orientations, MAIS le modèle américain n'est pas envier, seul les plus riches peuvent accéder aux études supérieur, la chance de réussir une grande carrière est exclusivement réservé aux élèves issues des classes sociales supérieur, au contraire je pense que l'école doit rester accessible à toutes les classes sociales et le mérite se doit d'être le même pour tous.

En France il faudrait déja commencer par réformer la fac en instaurant des concours d'entrée obligatoire.

Répondre

Retourner vers « Nos écoles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré