1er mai

Venez discuter de l'actualité politique.
Répondre
Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 23 avr. 2009, 22:18:00

Bonsoir,


Le 1er mai : la journée internationale des travailleurs, ou fête des travailleurs, devenue fête du Travail, est une fête internationale annuelle célébrant les travailleurs. Elle est l’occasion d’importantes manifestations du mouvement ouvrier.

Instaurée à l'origine comme journée annuelle de grève pour la réduction du temps de travail, elle est célébrée dans de nombreux pays du monde le 1er mai. En Amérique du Nord, elle est célébrée officiellement le premier lundi de septembre. Au Royaume-Uni et en Irlande, elle est décalée le premier lundi de mai. En Australie, elle est fêtée à différentes dates proches du printemps ou de l’automne.

Elle est souvent (mais pas toujours) instaurée comme jour férié légal. Elle est parfois associée à d’autres festivités ou traditions populaires. (wikipédia)


Unité, est-il le terme pour qualifier les prochaines manifestations traditionnelles du 1er mai ?

Le PS veut se rassembler : militants et dirigeants, Aubry le souhaite et invite Royal à participer.
Les différents syndicats vont défiler ensemble..


à plus

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34015
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 01 mai 2009, 21:52:00

Bonjour,

Les premières manifestations unitaires organisées vendredi matin à l'appel de huit syndicats (CGT, CFDT, FO, CFTC, CGC, FSU, UNSA et Solidaires) montraient une mobilisation plus forte qu'à l'occasion du 1er Mai 2008, mais moins importante que lors des journées d'action interprofessionnelle des 29 janvier et 19 mars.  Les manifestations unitaires du 1er Mai ont rassemblé un total de plus de 1,2 million de personnes à travers toute la France, selon un chiffre diffusé par la direction confédérale de la CGT vendredi à 16h30. La police a évalué à 456.000 le nombre de participants aux cortèges dans le pays. La police n'avait pas encore donné de chiffre national mais comptabilisait de son côté 65.000 manifestants à Paris, les syndicats 160.000.  Alors que la première secrétaire Martine Aubry et plusieurs autres ténors du PS devaient participer à la manifestation parisienne, Ségolène Royal a rejoint le cortège à Niort, dans les Deux-Sèvres, où quelque 3.000 personnes, selon la police et les syndicats, ont défilé dans la matinée, dont des salariés d'Heuliez, l'équipementier automobile des Deux-Sèvres en redressement judiciaire.  Le ministre du Travail Brice Hortefeux a jugé vendredi que les défilés du 1er mai traduisent une "inquiétude compréhensible" face à la crise, tout en cherchant à relativiser l'ampleur de la mobilisation. "Cette mobilisation est un témoignage d'inquiétude qui est compréhensible dans le contexte de crise économique mondiale. Il est tout à fait normal que nos concitoyens expriment leurs préoccupations", a déclaré le ministre dans un communiqué diffusé vendredi soir, soulignant que les manifestations en France ont donné lieu "à une mobilisation comparable à celle des autres pays européens".  A plus tard, 
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Bastien Vert
Messages : 752
Enregistré le : 01 déc. 2008, 00:00:00
Localisation : Toulouse

Message non lu par Bastien Vert » 01 mai 2009, 21:56:00

Oui tout cela est vrai, mais je tiens à signaler que la baisse de mobilisation vient des services publics, les effectifs des gens des boites privés notamment à Toulouse étaient deux ou trois fois plus,importants qu'aux manifs interpros précédentes. 

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 01 mai 2009, 21:57:00

Il faut comparer les choses comparables, le point de référence est bien le 1er mai 2008, et non les manifs de janvier et de mars qui n'ont rien à voir.

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2138
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 01 mai 2009, 23:19:00

Le nom fête des travailleurs était plus approprié que fête du travail.

Point positif, l'unité des syndicats.

quoikicause
Messages : 57
Enregistré le : 09 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : Alsace

Message non lu par quoikicause » 03 mai 2009, 12:13:00

Libre penseur a écrit :"J'ai choisi de tendre la main par-dessus ce mur de verre qui coupe la France en deux."

François Bayrou

"Casse toi pov'c.."

Nicolas Sarkozy

C'est bien de citer votre bayrou, mauis vous auriez pu indiquer, pas touche à ma poche sinon je baffe !

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34015
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 03 mai 2009, 17:40:00

Bonjour,

La CGT s'est dit samedi 2 mai "inquiète" des propos de Raymond Soubie, conseiller social de Nicolas Sarkozy et du ministre du travail Brice Hortefeux, qui ont minimisé la mobilisation du 1er mai.
"La CGT attend donc d'autres réponses plus concrètes et plus à la hauteur de l'enjeu", a réagi samedi Alain Guinot, membre du bureau confédéral.

Brice Hortefeux a observé vendredi que la mobilisation du 1er mai a été "nettement" inférieure à celle des 29 janvier et 19 mars et évoqué une rencontre pour évaluer avec les partenaires sociaux les mesures face à la crise, qui aura lieu à l'Elysée d'ici la fin juin, a précisé Raymond Soubie, conseiller social de Nicolas Sarkozy.

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 01 mai 2011, 22:31:00

Le thème date d'un an et n'a pas suscité beaucoup de commentaire..  mais bon le premier mai a ses traditions, outre le muguet.. il y a encore eut cette année des défilés. J'ai lu un article sur le Parisien.fr qui indique une faible mobilisation.
Comment l'expliquer ? vis à vis des années précédentes peut-être ? voyez cet extrait du même article "..En 2009 les manifestants étaient beaucoup plus nombreux en raison de la crise qui a frappé de plein fouet l'économie française, et en 2010 la crainte de la réforme des retraites, juste avant son dévoilement, avait été un facteur de forte mobilisation..."

Faut-il en conclure que pour 2011, les choses se sont améliorées et que les Français sont plus confiants pour l'avenir ??
 



Avatar du membre
johanono
Messages : 31367
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 01 mai 2011, 22:40:00

Plusieurs raisons peuvent expliquer cette faible affluence. Tout d'abord, le 1er mai est tombé un dimanche, et peut-être que beaucoup de ceux qui manifestent habituellement ont cette fois-ci préféré partir en week-end. En plus, l'actualité sociale est assez creuse en ce moment. Il y a eu beaucoup de manifestations il y a quelques mois contre la réforme des retraites, mais la fièvre est désormais retombée, et aujourd'hui, tout le monde est un peu dans l'expectative, avec une présidentielle qui se profile à l'horizon. Dans ce contexte, il était difficile, pour les syndicats, de trouver un mot d'ordre à même de mobiliser des manifestants en grand nombre.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 01 mai 2011, 23:02:00

Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
Ilikeyourstyle
Messages : 4387
Enregistré le : 06 déc. 2010, 00:00:00
Localisation : La Perle
Contact :

Message non lu par Ilikeyourstyle » 02 mai 2011, 03:00:00

Ce qui est nouveau cette année c'est çà:


Marine combattante de le France Libre


Je vais regarder son discours sur Youtube pour coir ce qu'elle a raconté exactement. 77 fois le mot "Liberté" ? Bizzare !

Avatar du membre
johanono
Messages : 31367
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 02 mai 2011, 08:13:00

Il n'y a pas à dire, tu es vraiment obsédé par le FN et MLP ! 

Avatar du membre
Ilikeyourstyle
Messages : 4387
Enregistré le : 06 déc. 2010, 00:00:00
Localisation : La Perle
Contact :

Message non lu par Ilikeyourstyle » 02 mai 2011, 11:20:00

johanono a écrit :Il n'y a pas à dire, tu es vraiment obsédé par le FN et MLP ! 
Ben quoi, petite cervelle, c'était qui la star d'hier ? Bernard Thibault ?  icon_biggrin

bye 2
Messages : 412
Enregistré le : 18 mai 2010, 00:00:00

Message non lu par bye 2 » 03 mai 2011, 03:54:00

Pour aller dans le sens de Racaille, le 1° mai commémore ( normalement ) la fête des travailleurs, et non celle du travail: historiquement, des syndicalistes anarchistes furent pendus suite à un puissant mouvement lancé le 1° 1886 à haymarket ( USA ) suite à des actions de revendication pour la journée de 8 heures de travail.

Nous avons distribué cela notamment, ce 1° Mai:

Le premier mai, lutte comme il te plaît

Les origines anarchistes du premier mai

L'idée d'une grande journée d'action contre l'exploitation salariale et la journée
de 8 heures est lancée aux États-Unis en 1884, par l'AFL (American Federation of
Labor) et le journal anarchiste The Alarm. Nous sommes en plein développement de
l'ère industrielle et du salariat de masse. Une immense manifestation est organisée
à Chicago par le mouvement syndical, largement animé par les anarchistes, le 1er mai
1886. Le patronat réplique : 1200 ouvriers licenciés, des casseurs de grève
embauchés, 3 manifestants tués le 3 mai avec l'aide active de la police. Un
meeting
de protestation, le 4 mai à Haymarket Square, rassemble 15.000 personnes. La police
charge la foule. Une bombe (d'origine inconnue) est lancée, des coups de feu tirés
par la police : dans la confusion, on dénombre huit morts... côté police. Et de
nombreux blessés dans la foule. Le pouvoir fait arrêter 8 syndicalistes, tous
anarchistes. Un procès truqué les condamne à mort. Si trois voient leur peine
commuée en bagne, Parsons, Fischer, Engel, Spies - et Lingg qui s'est suicidé dans
sa cellule – sont exécutés malgré leur innocence avérée. Leur meurtre soulève
l'indignation internationale. À l'invitation de l'AFL, le congrès de
l'internationale socialiste de Paris déclare une journée de lutte du prolétariat. Le
1er mai 1890 à Vienne (Isère), Louise Michel et d'autres anarchistes appellent les
travailleurs à la grève : répression. Le 1er mai 1891 à Fourmies, l'armée tire :
neuf
morts. Le même jour à Clichy, la police tabasse puis condamne des manifestants
anarchistes. En Argentine, le 1er mai 1909, à l'appel de l'organisation anarchiste
FORA, une manifestation a lieu : la police tue 8 personnes.

Une journée contre le travail... pervertie en fête du travail

Le 1er mai est donc une journée de colère et de lutte résolue des travailleurs-euses
contre l'exploitation capitaliste et le travail salarié, et pour la révolution
sociale, autogestionnaire et expropriatrice. Pourtant cette journée de lutte sera
récupérée et vidée de sa substance contestataire. Par les bolchéviques bien sûr, qui
l'instrumentalisent politiquement en en faisant journée chômée dès 1920, avant de
massacrer les anarchistes l'année suivante à Cronstadt et en Ukraine. Puis par les
nazis : Goebbels en fait en 1933 un « jour national du travail », chômé et payé. En
1941, le collaborateur
Philippe Pétain décrète à son tour en France le 1er mai (la
St-Philippe à l'époque) « fête du travail et de la concorde sociale » et remplace
l'églantine rouge des révolutionnaires par le brin de muguet, avec l'aide de René
Belin, dirigeant CGT devenu secrétaire d'état au travail. C'est ainsi que la lutte
des travailleurs-euses contre l'esclavage salarial... devient la fête du travail !
Depuis, les manifs du premier mai se sont transformées en sages randonnées
pédestres, ponctuées de discours glorifiant le salariat et ses avantages (jour
chômé).

À bas la fête de l'esclavage, vive la lutte

Pour faire plier le capital et l'État, l'histoire démontre qu'il est vain de compter
sur le pouvoir politique ou syndical, encore moins de le conquérir. C'est une lutte
sans ambiguïté contre l'esclavage salarial, par la grève d'occupation et l'action
directe, qui ont fait plier le patronat et l'État ; ce sont des mouvements d'ampleur
sur des bases autonomes, autogérées, qui ont acculé le pouvoir à nous rendre des
droits volés. À l'inverse, c'est aujourd'hui l'absence criante d'organisation claire
contre le capital et l'État, qui permet au patronat de détruire ces mêmes droits,
avec la complicité des bureaucraties politiques et (hélas) syndicales. C'est
pourquoi nous ne demandons pas un esclavage salarié plus « juste » : nous voulons
organiser la reprise en main de nos vies. Si nous sommes contre le travail, nous
sommes pour l'activité librement consentie par les individu-e-s au sein de la
société. Là ou plus rien n'a de sens, donnons-nous les moyens de vivre en harmonie
avec nous-mêmes et les autres. Ne partons pas en "vacances" pour éviter le burnout.
Ne nous vendons plus sur un CV comme un kilo de patate. Ne nous contentons plus de
jours dispersés où l'on défile deux heures sous
les bannières cogestionnaires : nous
voulons effondrer morceau par morceau ce qui nous gangrène, tous les dispositifs de
contrôle et particulièrement celui du travail salarié qui n'est voué qu'à la
soumission de nos existences au grand capital. A-t-on besoin de produire autant pour
jeter toujours plus et faire perdurer l'ordre des choses ? À tous les niveaux,
émancipons-nous de ce qui nous avilit. Par l'initiative individuelle et
l'alternative en actes, par la désobéissance et la construction d'un mouvement
d'ensemble de grève générale expropriatrice, et autogestionnaire. Avec ou sans
boulot-papiers-carte syndicale, ne comptons que sur nous-mêmes pour prendre en main
nos vies !

Et si le nombre de participants aux défilés fut restreint, ce n'est pas le petit nombre de ceux qui se lèvent tôt pour défiler qu'il faut déplorer, mais plutôt le grand nombre de ceux qui les regardent de manière ironique, que ce soit dimanche..ou lundi!

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 03 mai 2011, 23:26:00

Toujours au sujet du 1er mai 1886 à Chicago, les meurtriers étaient en fait des Pinkerton à la solde de l'Etat :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pinkerton_ ... ive_Agency
http://en.wikipedia.org/wiki/Pinkerton_ ... ive_Agency
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré