Le modèle français: un désastre ?

Venez nous parler des problèmes de nos écoles ( service minimum, l'accueil des enfants, effectifs dans les classes ... )
Avatar du membre
Bastien Vert
Messages : 752
Enregistré le : 01 déc. 2008, 00:00:00
Localisation : Toulouse

Message non lu par Bastien Vert » 04 déc. 2008, 16:17:00

Pour ce qui est des primes au mérite j'ai répondu longuement sur l'autre sujet donc je n'y reviendrais pas.

"Benji vous dites qu'il manque des effectifs au sein de l'éducation nationale, je ne le pense pas, par contre oui du matériel il en manque. "

Je ne suis pas Benji mais je vais répondre quand même à ça en posant une autre question: est ce que faire cours à 40 au lieu de 30 par classe favorise ou non l'éducation?
La réponse est évidente et c'est non. Dans ce cas, il faut plus de profs. Par ailleurs, n'est il pas intéressant e pouvoir (même et surtout dans un lycée de quartier difficile) de pouvoir avoir des cours de latin, grec, art plastique, musique et autre cous qu'ils suppriment à tour de bras. Quand j'étais dans mon lycée, il y avait une option spéciale qui s'appelait "télédétection" avec un prof de géographie, un prof de géologie et un prof de physique qui nous faisait découvrir la réalité du métier de chercheur en astronomie, et autres discipline connexes. Depuis cette option a fermé. Pourquoi? Parce que ça coutait soit disant trop cher de payer trois profs pour deux groupes d'une quinzaine élèves seulement.

Après, il y a un autre aspect de la chose, qu'on retrouve aussi dans les facs. Une volonté de l'Etat de créer des pôles d'excellence. Qu'est ce que ça veut die créer un pôle d'excellence? Ca veut dire qu'on va prendre de l'argent aux lycées défavorisés (en contradiction flagrante avec la politique annoncé dans les quartiers difficiles) pour en donner à des lycées d'élites prestigieux à qui ont donne déjà plus qu'ils ne peuvent épenser (à y bien regarder je suis méchant, l trouve toujours des moyens de dépenser l'argent mais rarement de façon utile). A Toulouse, où je vis, c'est assez évident. Il y a un lycée coté en centre ville qui ramasse plein de financements qui remplace ses ordinateurs tout les ans, qui a des bancs en marbres et des beaux rideaux aux fenètres. Après y'a les autres lycées de la ville, qui manque d'ordinateurs ou qui ont une bon parc mais obsolète.    Pour les profs idem. Mon ancien lycée a du licencié en masse avec la loi Darcos ce lycée du centre ville n'a presque rien licencié (une ou deux personne à tout casser)... C'est un exemple largement exportable à tout le France!

En plus, ne trouvez vous pas que c'est d'un goût douteux de faire ces licensiments en pleine crise (c'est une façon d'augmenter encore un nombre de chômeurs déjà booster par la crise)? Ca me rapelle Turgot qui en 1774 juste avant la mémorable famine de 1775 libéralise le commerce des grains. On peut pas faire plus stupide!

pierre30
Messages : 6499
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Message non lu par pierre30 » 22 juil. 2009, 13:35:00

Les profs ont bien sur le droit de travailler dans un cadre correct (de même que les élèves).
Une personne de ma connaissance m'a expliqué qu'elle refusait de faire du gardiennage pour des gens qui relevaient de la médecine psychiatrique ou qui n'avaient pas envie d'assister à ses cours. Elle précisait que son travail était d'enseigner et rien d'autre. Elle n'est pas en classe pour éduquer mais pour transmettre un savoir.
Je crois que les profs devraient avoir le droit d'être respectés par les élèves : il est inadmissible que le prof soit obligé de supporter un élève outrancier ou violent. Le prof devrait donc pouvoir refuser d'accueillir un élève. Cela permettrait également à la classe de travailler plus sereinement.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 23 juil. 2009, 06:12:00

Tout mon soutien à cette personne !
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

pierre30
Messages : 6499
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Message non lu par pierre30 » 23 juil. 2009, 11:59:00

Le modèle français n’est certes pas un désastre, mais il devrait évoluer.

L’éducation nationale vit en vase clos. Les enseignants ont beaucoup de mérite, mais depuis l’age de 2,5 ans ils n’ont pour la plupart jamais quitté le cadre de l’éducation nationale. Certains ont bien une connaissance théorique du monde de l’entreprise, mais très peu ont réellement connu l’entreprise.

Cela est très préjudiciable pour la qualité de l’enseignement qu’ils délivrent aux élèves et aux étudiants. Les jeunes, depuis l’age de 2,5 ans et jusqu’à 23 ans (et parfois plus) ne connaissent que cet environnent. Les conséquences sont multiples :
• Pour les élèves et étudiants, la motivation est primordiale ; hors ils ne savent pas vraiment pourquoi ils étudient et se concentrent sur des objectifs souvent puérils voire débiles. Ils courent derrière des notes, des diplômes ou cherchent à faire plaisir à tel ou tel prof ou parent. Ils ne voient absolument pas l’intérêt et la qualité de la matière qui leur est enseignée. Ils passent complètement à côté du plaisir d’apprendre.
• Ils se font une idée du monde « extérieur » totalement erronée. Ils imaginent une jungle dans laquelle de méchants patrons vont essayer de les croquer.
• Ils évoluent dans un environnement dit « égalitaire » qui cherche à couper tout ce qui dépasse. Le parfait élève (futur citoyen) doit obéir, écouter, apprendre, restituer, se taire. Comment s’étonner, après 20 ans de ce régime, que les français rêvent d’un salaire et d’un boulot bien planqué ?
Comment s’étonner encore que les élèves qui ne parviennent pas à entrer dans ce moule trop étroit deviennent des perturbateurs, des arrogants et parfois violents ?

Les enseignants ne sont pas responsables directement de cette situation. Ils sont pour la plupart motivés et convaincus de l’importance de leur mission. Leur niveau de formation est très élevé.
Je crois que le responsable est le système lui-même qui, comme tout système, résiste au changement. Le système est tellement volumineux et complexe que sa résistance est devenue très grande.


L’éducation nationale gagnerait à ouvrir ses portes au monde extérieur. Ce monde lui fait peur à tort. En réalité il a besoin de l’éducation nationale et ne demande qu’à travailler avec elle. Cette ouverture est à mon avis vitale pour les générations nouvelles.


Attention je n’ai pas dit que tout est bon à jeter. Par contre tout est bon à améliorer.

Répondre

Retourner vers « Nos écoles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré