L'anarchisme

Vous souhaitez discuter d'Histoire, des institutions, des concepts, des faits historiques marquants et des hommes politiques de notre pays c'est ici
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34058
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 08 mai 2009, 17:06:00

Bonjour,

L'anarchisme est un courant de philosophie politique développé depuis le XIXème siècle sur un ensemble de théories et pratiques anti-autoritaires. Fondé sur la négation du principe d'autorité dans l'organisation sociale et le refus de toutes contraintes découlant des institutions basées sur ce principe.

Définition que vous pouvez retrouver ici

Que pensez vous de l'anarchie ? Est-ce une nouvelle mode ? Pourrons nous voir un jour un anarchiste gouverner notre pays ? Quel en serait le programme ?

Beaucoup de questions icon_biggrin

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Norbert
Messages : 1520
Enregistré le : 05 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Message non lu par Norbert » 09 mai 2009, 00:00:00

Je pense que ça fait bien (pour certains) de se dire anar.

Il faudrait pouvoir leur donner un aperçu de ce que serait notre société sans ce qui la sépare de l'anarchie, ils reviendraient certainement bien vite sur leur idéologie.

Je préfèrerais encore une bonne vieille dictature fasciste.
Image

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 09 mai 2009, 01:35:00

pour commencer à parler d'anarchisme, faut déjà savoir faire la différence entre deux notions bien distinctes : l'anarchie et l'anomie. Avec le lavage de cerveau permanent des médias, l'anarchie est devenue dans le langage courant un synonyme (pratique d'un point de vue politique) pour la notion d'anomie sociale - une société sans règles, sans loi où règne le chaos et l'ordure. en gros le type de définition donnée lorsque l'on suit le lien proposé par Politicien.

Il est donc temps de replonger dans la définition même du mot, pour ceux dans le fond qui n'ont pas fait l'effort de suivre afin de se permettre la critique facile en une mono-phrase.

En fait il suffit juste d'aller sur wiki (c'est pas bien loin) :
L’anarchie (du grec αναρχία -anarkhia-, du an-, préfixe privatif : absence de, et arkhê, commandement, ou « ce qui est premier ») désigne la situation d’une société où il n’existe ni autorité, ni pouvoir, ni domination, ayant un caractère coercitif.
L'anarchie, c'est donc l'absence de principe premier. Absence de dieu, absence de transcendance, et donc, par extension, absence de hiérarchie et de classes sociales. C'est effectivement une idéologie anti-autoritaire. Ca n'a donc que très peu à voir avec l'anomie sociale (l'"anarchie des médias") étant donné que l'ordre social est tout-à-fait capable d'émerger dans une société donnée en absence de hiérarchie entre les individus. Le tout étant de définir les limites de cette société.

A partir de là, il me semble qu'il peut y avoir un débat sur l'anarchisme. Mais si on ne fait même pas l'effort de parler de ce qu'est réellement l'anarchisme et qu'on se contente d'un crachat sur la "chienlit", c'est pas très bien engagé comme débat^^


***
Norbert a écrit :Je préfèrerais encore une bonne vieille dictature fasciste.
Haha là sur ce sujet je te crois sur parole ! :D
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2167
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 09 mai 2009, 13:28:00

Pour ceux qui ont une vision erronée de l'anarchie, voici une petite citation :

"On ne le dira jamais assez, l’anarchisme, c’est l’ordre sans le gouvernement ; c’est la paix sans la violence. C’est le contraire précisément de tout ce qu’on lui reproche, soit par ignorance, soit par mauvaise foi." Hem Day

Avatar du membre
Norbert
Messages : 1520
Enregistré le : 05 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Message non lu par Norbert » 09 mai 2009, 14:16:00

"Anarchie: État de désordre dans lequel se trouve une collectivité ou un État, par suite de la carence ou de la faiblesse du pouvoir politique. Désordre, confusion due à un défaut d'organisation, à l'absence de lois, de règles, de principes directeurs." CNRTL.
Image

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 09 mai 2009, 19:38:00

Libre à toi de te référer à tes définitions erronées. Par contre ça risque de t'handicaper un peu si la discussion se poursuit d'une manière constructive :(

Le mieux à faire quand on a un doute c'est d'aller voir à la source : Proudhon, Bakounine, kropotkine et consorts. Je te fiche mon billet que tu ne trouveras rien de tout ça dans leur oeuvre ! L'appel au chaos des pionniers de l'anarchisme (sauf Proudhon évidemment) ne concerne que la phase de destruction de la société bourgeoise, c'est une réponse directe à la violence instituée. L'"anarchie positive" vient après, dès la reconstruction.

***

Une définition intéressante de l'anarchie donnée par Daniel Colson dans son très pratique Petit lexique de philosophie de l'anarchisme (de proudhon à Deleuze) :
"L'anarchie c'est d'abord le refus de tout principe premier, de toute cause première, de toute dépendance des êtres vis-à-vis d'une origine unique (qui finit toujours par s'identifier à Dieu). L'anarchie, c'est, dès maintenant, comme origine, comme but et comme moyen, l'affirmation du multiple, de la diversité illimitée des êtres et de leur capacité à composer un monde sans hiérarchie, sans domination, sans autre dépendance que la libre association de forces radicalement libres et autonomes."
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2167
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 09 mai 2009, 21:13:00

Norbert a écrit : "Anarchie: État de désordre dans lequel se trouve une collectivité ou un État, par suite de la carence ou de la faiblesse du pouvoir politique. Désordre, confusion due à un défaut d'organisation, à l'absence de lois, de règles, de principes directeurs." CNRTL.
Définition totalement erronée. L'anarchie c'est l'ordre sans le pouvoir, et non le désordre, la confusion, et l'absence de principe...

Avatar du membre
Norbert
Messages : 1520
Enregistré le : 05 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Message non lu par Norbert » 09 mai 2009, 21:33:00

Ok, le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales se trompe alors.


"Mediadico: Situation politique d'un pays caractérisée par l'absence du pouvoir de l'Etat.
Désordre."
(Ils se trompent aussi)

"Le dictionnaire: (philosophie) anarchisme, idéal politique fondé sur la suppression de l'État et de l'autorité.
Etat d'agitation et de trouble"
(Encore un qui se trompe)

"L'internaute: Désordre politique dû à l'affaiblissement ou la perte de l'autorité de l'Etat" (Encore une erreur, incroyable, non?)

"Larousse: Etat de trouble, de désordre dû à l'absence de l'autorité politique, à la carence des lois" (Même Larousse se trompe...)

"Hachette: Etat de désordre et de confusion qu'entraine la faiblesse de l'autorité politique" (faut-il croire en un attentat en règle menée par le lobby des encyclopédistes?)

[hr]

L'anarchie se veut opposée à toute notion d'État et de hiérarchie en prônant la spontanéité des masses, d'où ma reflexion: "Il faudrait pouvoir leur donner un aperçu de ce que serait notre société sans ce qui la sépare de l'anarchie, ils reviendraient certainement bien vite sur leur idéologie."
Image

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34058
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 09 mai 2009, 23:54:00

Bonjour,

Les définitions que tu nous donnes norbert, ce sont des définitions pures, mais il y a le courant de pensée.
racaille a écrit :L'anarchie, c'est donc l'absence de principe premier. Absence de dieu, absence de transcendance, et donc, par extension, absence de hiérarchie et de classes sociales. C'est effectivement une idéologie anti-autoritaire.
Racaille, j'ai une question, penses tu qu'à l'époque ou vit c'est possible qu'il n'y ait plus de classes sociales ? Et donc comment cela s'organiserait.

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 10 mai 2009, 00:50:00

Je ne sais pas trop si c'est possible à l'échelle mondiale, genre comme les vieux films de Sci-Fi où on représente toujours les peuples extra-terrestres avancés en parfaite harmonie avec la nature, tous égaux partout sur leur planète, tous habillés en toges ou en collants, etc.

Manifestement notre société globalisée repose essentiellement sur la hiérarchisation et les rapports de domination entre les individus. Dans la famille "Bidochon type" : papa se fait licencier, il frappe maman qui enferme fiston dans le placard, et enfin fiston se venge de ses c....... de parents sur l'animal de compagnie. Ca part des rapports de domination vécus au sein de l'entreprise et ça se répercute, en bout de chaîne, sur les êtres vivants sans droits. Mettre de l'ordre dans ce merdier est une tâche considérable.

L'ordre sans le pouvoir... Pour ça, il faut à mon sens que les individus composant une collectivité donnée soient tous volontaires et que le contrat social soit accepté par eux sans contrainte extérieure. Cela suppose aussi un en-dehors de cette collectivité, pour permettre à ceux qui n'y trouvent pas leur place d'aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs.

L'anarchie permet théoriquement la multiplicité des expérimentations sociales à travers le tissus constitué par le fédéralisme communaliste. Une très bonne illustration de cette multiplicité est proposée dans le roman d'Alain Damazio, La zone du Dehors.

Parallèlement à l'organisation du territoire, des questions d'ordre de citoyenneté, d'administration et autres, il y l'organisation du travail, débattue au sein de conseils de travailleurs et à travers le syndicat. Pour citer un exemple de cette double organisation de la société, on peut rappeler les rôles complémentaires qu'ont joué la CNT et la FAI en Espagne dans les années 30.

Evidemment cela conduit inévitablement à l'effritement de la nation en tant qu'entité homogène et au pouvoir centralisé. Mais cela n'est pas une considération d'importance, le fédéralisme dépassant le cadre étriqué de la nation.

Comment en arriver là ? Manifestement, le "grand soir" n'est pas pour demain - bien qu'il ne faille pas désespérer. L'attendre confortablement dans son fauteuil ne serait pas très raisonnable; D'autant plus que les grands soirs ont souvent tendance à partir en couille, la Russie en étant le meilleur exemple. On peut aussi tenter de voter pour le NPA, les trotskystes contemporains étant relativement en faveur d'une organisation du travail autogérée et collectiviste. Mais bon, faut encore avoir confiance dans les politiciens, ce qui n'est pas automatique.

Reste aussi la stratégie du devenir révolutionnaire individuel deleuzien. Se détourner de la politique - ou alors s'y intéresser avec cynisme, et préférer agir en anarchiste/hédoniste/individu libre/whatever lorsque l'occasion se présente. Il faut prendre conscience que nous portons tous notre propre droit en nous, et tant que nous considérons les intérêts d'autrui à égale valeur des nôtres, alors rien de ce que l'on peut entreprendre ne peut être mauvais. Il n'y a pas besoin de savoir respecter la loi française pour agir de cette manière, sous prétexte que sinon-on-est-puni, c'est l'essence même de la pure citoyenneté.

J'ai déjà cité Nicolas de Chamfort mais vu que ça colle pour conclure je le reposte ici : "Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne, voilà, je crois, toute la morale."
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2167
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 10 mai 2009, 01:41:00

On a déja eu une discussion similaire, je pense aussi que l'anarchisme n'est réalisable qu'à petite échelle.

Tu seras certainement d'accord sur ce constat : Pour parvenir à une société anarchique, la naissance d'un fédéralisme communaliste anarchique est largement préférable à une révolution débouchant sur une éventuelle didacture, autrement dit le fédéralisme communaliste est le meilleur moyen pour fonder de façon prospère l'anarchisme à grande échelle.

Avatar du membre
Norbert
Messages : 1520
Enregistré le : 05 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Message non lu par Norbert » 10 mai 2009, 08:28:00

politicien a écrit :Les définitions que tu nous donnes norbert, ce sont des définitions pures, mais il y a le courant de pensée.
Ce qui compte, c'est la définition du terme.
Si la définition qu'il font de l'anarchie ne correspond pas, c'est que ça n'en est pas. Tout simplement.

De plus, lorsque je dis: "L'anarchie se veut opposée à toute notion d'État et de hiérarchie en prônant la spontanéité des masses", je paraphrase Bakounine.
Image

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 10 mai 2009, 14:00:00

Ce que tu n'as pas trop l'air de comprendre norbert, c'est que la notion d'anarchie politique n'existait pas avant Proudhon et consorts. Ce sont les anarchistes qui l'ont forgé de toute pièce. dès lors ils sont les mieux placés pour en parler, et non pas les rédacteurs de définitions des dictionnaires populaires. En tout cas, dans toute la littérature se rapportant à l'anarchisme - même très critique comme dans la littérature réactionnaire - personne ne fait référence à l'anarchie comme si c'était l'anomie sociale.

Norbert, ta citation de Bakounine n'est pas synonyme de chaos dans le sens de l'anomie sociale (absence de règles, de lois, chaos social, etc). Il n'y a ni besoin d'Etat ni besoin de hiérarchie pour fonder une société démocratique. Je ne vois pas ce qu'il y a de choquant dans cette phrase.
Libre penseur a écrit :On a déja eu une discussion similaire, je pense aussi que l'anarchisme n'est réalisable qu'à petite échelle.

Tu seras certainement d'accord sur ce constat : Pour parvenir à une société anarchique, la naissance d'un fédéralisme communaliste anarchique est largement préférable à une révolution débouchant sur une éventuelle didacture, autrement dit le fédéralisme communaliste est le meilleur moyen pour fonder de façon prospère l'anarchisme à grande échelle.
Le truc c'est qu'on peut militer pour la révolution tant qu'on veut - ou s'abstenir -, c'est un type d'évènement qui n'appartient à personne et qui est par essence totalement imprévisible. Perso je pense qu'on ne peut pas se contenter de vivre d'espoir, c'est une des raisons qui me pousse à ne pas me reposer sur la révolution. Mais on ne peut pas non plus faire comme si elle ne pouvait pas arriver un jour ou l'autre. Tout dépend de la situation, et on sait hélas qu'il est impossible de prévoir l'avenir.

Les vrais révolutions étant toujours populaires, elles n'appartiennent donc à personne. Hélas il y a toujours des c....... pour vouloir s'en emparer et l'orienter; On sait tous comment ça finit : la Terreur en France suivie du règne d'un empereur sanguinaire ; En russie j'en ai déjà parlé plus haut. Etc...
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
Norbert
Messages : 1520
Enregistré le : 05 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Message non lu par Norbert » 11 mai 2009, 08:32:00

"Pas de hiérarchie" veut dire "pas de représentants de l'ordre", il suffit de voir comment le gens se comportent quand ils sont livrés à eux même pour voir que c'est dangereux.
"Pas d'Etat", ça veut dire "pas de règle à respecter". (cf la phrase au dessus)
Quant à la spontanéité des masses, tu sais aussi bien que moi de quoi sont capables les masses! Tu ne le sais pas? Va faire un tour au Vélodrome ou Parc des Princes, tu auras un triste aperçu de leurs capacités.
Image

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2167
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 11 mai 2009, 14:18:00

Je rejoint un peu Norbert sur ce constat, l'homme étant mauvais par nature et cherchant toujours a s'approprier le pouvoir, livré à eux mêmes l'ordre morale voulus par l'anarchie risque fortement de finir en désordre général, sans intervention étatique. Ca serait alors La loi du talion : oeil pour oeil, dent pour dent.

Répondre

Retourner vers « Histoire »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré